Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 4.43 (7 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Hunger Games 30th Edition
#41
+ On a attendu assez attendu, on peut reprendre ! Et on peut commencer à mourir, évidemment.
++ J'ai accepté une dernière inscription comme tous le monde n'avait pas encore posté. Smile

Peter était toujours au milieu du bain de sang, en pleins dans la gueule de la corne d'abondance ; quiconque osait s'approcher de trop prêt se voyait décocher une flèche (dans la tête si possible, mais comme ce n'était pas un as en la matière ... Il fallait souvent qu'il en tire deux ou trois pour vraiment blesser sa cible et l'abattre).
Contrairement à tous ce qu'il aurait put croire, il adorait ces jeux ! C'était tellement différent de tout ce qu'il connaissait, et au moins, il mourrait digne. Ou alors, il ne mourrait pas, qui sait.
Il n'était pas sur de gagner les jeux, loin de là, mais plus il abattait de concourants et plus ils les voyaient s'entre tuer plus le but se rapprocher : la victoire.
C'est alors qu'il vit une blondinette assez musclé et qui jusque la se battait très bien se vautré par terre à cause d'un simple district, même pas un carrière. Il allait la tuer, c'était clair.
Un tribu de moins.
Ou un allié ?
Oui ! C'est un district de carrière qui allait mourir, le tribu femelle en question était à deux doigts de mourir et son alliance serait beaucoup moins puissant si elle n'était plus la. Elle était dangereuse, c'était un fait ; mais elle était utile. Et dans le pire des cas, il la tuerait plus tard.
Il banda son arc dans sa direction, elle était vraiment dans de beaux draps. Elle allait mourir avec un simple gars d'un simple district, sûrement du district 10, à en juger par sa corpulence.
Il ne serait pas utile.
Il lança sa flèche au moment ou la blond toute paniquée allait mourir. Ladite flèche fendit l'air plus rapidement que jamais, comme si elle avait comprit la gravité de la chose. Peter savait que cette fois ci, il n'aurait pas le temps d'en tirer plusieurs pour tuer sa cible. Il avait eut la chance d'en tuer un et d'en achever un deuxième, mais la, il ne pourrait pas s'y reprendre à deux fois s'il voulait garder la en vie.
KRAOUCH !
C'est le bruit que fit le crâne de la victime lorsqu'il fut transpercé par le bout de métal très, très, très bien aiguisé. Il s'approcha du district sain et sauf en courant tout en s'assurant que personne ne l'attaquerait à ce moment là :
- Lève toi, tu n'auras pas de seconde chance ; je suis Peter, district 4.
Sur ces derniers il se jeta à nouveau dans la gueule de la corne. Il savait que pour survivre, il fallait qu'il garde le plus de provision possible et il ne devait laisser personne s'emparer des précieuses ressource encore présentes. Même si le bain de sang se terminait, il pouvait encore mourir.
Il savait pertinemment qu'il venait de sauver une des plus fortes têtes de cette trentième saison des Hunger Games, il ne voulait pas le regretter ...
 
#42
HS: Je rp pas pour Mathias, il dort.

Effy

Effy se dirigea vers la corne d'abondance, là bas il y avait de l'eau et de potentiels alliés. Elle qui pensait que faire cavalier seul était la meilleur solution, se trompait lourdement. Ses armes et son instinct de prédatrice pourrait convaincre les carrières qu'elle était une recrue assez forte pour tenir le rythme. En avançant, elle s'écorcha à plusieurs reprises les mains à cause des ronces qui montaient un peu partout et grimpaient le long des tronc d'arbre, s'enlaçant sur eux et se fondant presque au lierre. La marche en forêt fût assez monotone, aucun bruit ne perçait la cime des arbres, la seule résonance qu'on pouvait percevoir était le craquement des feuilles mortes sous les pieds d'Effy.
Même si elle commençait à avoir faim, l'adolescente savait qu'il lui fallait garder ses rations de nourriture pour plus tard. A ce moment, quelque chose pourfendit son esprit, et son frère ? qu'étais-t-il devenu ? lors de sa course pour s'enfuir elle n'avait même pas prit la peine de regarder où il était. Dans un sens elle voulait qu'il soit mort, elle n'aurait plus d'ennuie avec lui, plus de sentiments, et plus rien qui la raccrocherait à une éventuelle pitié. Mais elle voulait aussi qu'il soit vivant, qu'il respire, qu'il ne soit pas mort aussi vite.

Effy savait que ces jeux allaient la changer, elle n'était déjà plus la même. Elle n'avait eu aucun scrupule à poignarder cette pauvre gamine qui n'avait rien sur elle. Mais on ne sait pas ce que sont vraiment les gens ici, ce qui peux se passer. Malgré sa difficulté à faire confiance, elle était résolue à proposer une alliance, même courte. Si elle voyait que des tensions ou de potentiels menaces pointaient le bout de leur nez, elle s'enfuirait à la première seconde. L'adolescente savait très bien que les tribus du district 1,2 et 4 étaient les plus coriaces dans chaque édition. Mais cette année, seul le district 1, le mec du district 4 et elle étaient à la hauteur de leur le titre de carrière ( même si elle n'avait jamais été entraînée).

Elle était arrivé à la lisière de la forêt, quelques foulés et elle reverrais enfin l'immense structure de départ. Quand, au même moment, un coup de canon retentit. En toute discrétion, elle regarda à travers le feuillage pour apercevoir les tribus présents à la corne: le garçon du 4, pourvu d'un arc, le garçon du 1 un peu en retrait et la fille du 1 allongée par terre. Il y avait aussi un tribus,à terre, avec une flèche plantée dans le crâne, Mais elle n'arrivait pas à distinguer duquel il provenait tellement son visage était inondé de sang. Effy s'approcha lentement en levant les bras au ciel comme un signe de capitulation et hurla:

" Je pense que je pourrais être utile ! "
 
#43
Audrey allait mourir ici, devant Ka, au bord d'une forêt fictive et d'une ville toute détériorée et personne n'allait la pleurer mise à part sa famille et ses amis, peut-être, parce que c'était elle qui avait décidé de venir s'enterrer ici pour défendre l'honneur de son district alors qu'en fait elle servait juste de chair à canon et que de tout façon c'était le jeu et que les autres districts la détestaient parce que tout le monde hait les carrières à part eux-même et les autres individues de leur sorte.
Bon, qu'est-ce qu'il faisait, pourquoi il ne l'avait pas encore tué ? Ce n'était pas si compliqué que ça d'abattre quelqu'un qui ne bougeait même plus bordel ! Soudain, un sifflement. Et puis, tout de suite après, un grand bruit, comme quand un gros morceaux de pierre se fait arracher de son rocher. Sentant soudain la pression qu'exerçait le jeune homme pour qu'elle ne puisse pas bouger se faire moins forte la jeune femme redressa la tête, surprise. C'est alors qu'elle vit la tête de celui-ci traversé par une flèche. Au même moment, un sixième coup de canon retentit, lugubre. Ne croyant pas à sa chance Audrey commença à se dégager, c'est donc à quatre pattes que celui qui l'avait sauvé la trouva.
- Lève toi, tu n'auras pas de seconde chance ; je suis Peter, district 4.
Bon, puisqu'il venait de tuer son ennemi du moment la carrière se retint de lui balancer qu'elle était justement en train de se redresser. C'est une fois debout, quand ils étaient en train de courir en direction de la corne d'abondance -elle avait au passage reprit sa lance et son gros sac; qu'elle se présenta.
- Je suis Audrey, du district 1.
Puis, une fois qu'ils étaient arrivés, et relativement en sécurité, elle le fixa, le détaillant en silence. Musclé, un carrière à coup sur. Apparemment assez intelligent, il voulait former une alliance. A priori.
- Merci, pour tout à l'heure.
C'était rare qu'Audrey remercie et encore plus qu'elle se sente redevable envers quelqu'un. N'empêche qu'elle avait maintenant une dette envers Peter. Se promettant silencieusement de lui rendre la pareil, la jeune femme se retourna en entendant quelqu'un crier dans leur direction.
- Je pense que je pourrais être utile !
Courant les bras en l'air, la fille qui les avait interpellée avait en effet l'air d'être une adversaire de taille, donc elle formerait sûrement une bonne alliée. Mais c'était aussi un péril de ne pas la tuer de suite -parce que bon, lui lancer un couteau dans la tête directement était aussi plus simple que l'abattre plus tard, quand les choses deviendront trop dangereuses et que les adversaires se raréfieraient. Seulement voilà, d'autres gamins venant de d'autres districts étant eux aussi dangereux couraient dans la forêt ou dans la ville abandonnée en espérant se faire oublier pour mieux les massacrer plus tard et se serait beaucoup plus facile de les piéger un par un en groupe que tout seul. Alors Audrey ne bougea pas, et quand l'autre fille les rejoignit, elle lui demanda simplement, sans ton particulier :
- Tu t'appelles comment et tu viens d'où ?

Audrey se demandait où était passé Ka, elle ne l'avait pas vu depuis qu'il l'avait prévenu du danger qui avait bien failli la tuer. Alors, se détournant de l'autre jeune femme, elle le chercha du regard.
- Kaaaaaaaa !
Son pote, dans toute cette folie, avait sûrement voulu fuir, se réfugier dans un endroit sur, à tout les coups la ville en ruine qui s'étendait devant eux. Alors pourquoi était-il resté là, en plein dans le champ de bataille, à trancher la tête de son tout premier mort ? Peut-être pour les alliances, peut-être pour elle, peut-être pour autre chose, une raison qui resterait à jamais un secret. Dans tous les cas il était là et promit, elle ne le lâcherait pas de tout le jeu. Sauf, bien sur, si il venait à mourir. Ou si elle-même crevait, parce qu'alors l'apprentie tueuse n'aurait plus le choix, sachant pertinemment qu'elle ne se réveillerait pas en tant que zombie pour l'aider. Ce qui aurait été drôlement pratique, au passage.
 
#44
Ronald (Ron) Akiao.

15 ans, District 6.

http://img11.hostingpics.net/pics/655142Rpg.png

Ronald Akiao n'était certainement pas un nom qui resterait dans les anales des Hunger Games mais il serait sans doutes le seul à avoir raté le bain de sang. En effet, pendant que ses adversaires se massacrer tour à tour Ron était coincé dans l’ascenseur qui était censé l’amener dans l'arène. Il n'en était pas chanceux pour autant, tandis que certain réussissait à fuir, Ron, lui était coincé sous les pieds de 24 tributs enragé poussant tour à tour des cris de guerre, des gémissements et cela jusqu'à ce que les coups de canons retentissent.
Si certains tributs l'aurait supporté sans broncher, Ron n'était pas de ceux-là et il avait passé la journée terrifié, en boule. Ron n'était pas un garçon pour les Hunger Games. Il était petit, frêle et jamais il ne s'était entraîné à tuer qui que ce soit. Ronald avait toujours été un garçon intellectuelle, il avait passé une majeure partie de sa vie à étudier,une autre à dessiner et à peindre les paysage du district 6, son district d'origine et le reste à travailler dans la fabrique de livre de ses parents. Inutile de préciser qu'aucune de ces qualités n'allait l'aider à survivre. En fait, il était quasi sûre qu'il allait mourir. Il n'avait aucune chance contre les carrières et il n'était pas douée pour attirer les sponsors.
Voilà donc le capitole qui livrait un autre adolescent désœuvrée, maladroit à une mort certaine.

(c'est tout petit, désolè . :c )
http://38.media.tumblr.com/a325dfeeadf5ae9675aa3ca59a234619/tumblr_inline_mpykxlGWho1qz4rgp.gif

JAM BUDS!
 
#45



Effy termina sa course les yeux fermés, elle avait quand même l'appréhension de se faire tirer dessus par le garçon du district 4. Ce qui serait compréhensible dans la mesure où une inconnue se ruait sur eux. Mais non, il retint son arme. L'adolescente avait quand même sentit l'hésitation dans la posture du garçon, ça le démangeait de lui tirer dessus. Mais il ne l'avait pas fait, c'était l'essentiel. La fille à côté avait l'air aussi sceptique que son allié, Mais elle prit finalement la parole sur un ton assez méfiant:

- Tu t'appelles comment et tu viens d'où ?

Effy était donc la seule à s'être renseigné sur les candidats en regardant la moisson des différents district à la télé dans le train ? Elle savait pertinemment que c'était un atout de connaître d'avance ses ennemies. Elle ne se rappelait pas forcément des noms mais au moins des district. C'était d'une importance capitale de savoir ces choses la , pour Effy surtout. Sa tactique se basait sur la manipulation de ses adversaires. C'était un jeu dangereux auquel elle ne se risquerai pas trop de jouer avec les carrières. Avec d'autre candidats oui, mais eux pouvaient se retourner facilement contre elle. L'adolescente lui répondit:

- Effy, district 2.

Elle savait que venir du district 2 allait jouer en sa faveur dans l'acceptation de sa requête d'alliance . Ou en sa défaveur si ils jugent Effy comme une trop grande menace, même si elle avait l'intime conviction qu'ils avaient besoin d'elle, du moins pour un certain temps. Le temps d'éliminer les éléments perturbateurs de cette édition.

- Et vous ? dit-elle calmement, comme si cette discussion était comme celle qu'elle pouvait avoir avec de nouvelles rencontres dans la rue.
 
#46
Les présentations étaient fait. Il n'allait pas s'éterniser alors qu'ils étaient tous dans ce que l'on appelle le "bain de sang" - sans parler du fait que l'odeur était pas top top non plus.
La blonde à côté de lui semblait gênée, peut-être parce qu'il lui avait sauvé la vie ? Sûrement. Ou aussi parce qu'elle faisait parti des districts de carrière et qu'elle avait failli mourir une vingtaine de minute après le début des jeux, ce qui n'était pas très honorable pour les bourges du 1.
Elle le regarda tout en se relevant, elle était confuse, c'était certain.
- Je suis Audrey, du district 1.
La forte tête blonde se rapprocha de lui, s'il ne lui avait pas été redevable, il ne l'aurait pas laissé approcher si prêt ; mais il était en confiance. Les carrières sont peut être des machines de guerres, mais ils ont une certaine loyauté que les autres n'ont pas - enfin, pour la plupart hein, il faut de la mauvaise graine partout.
Elle reprit quelques instant plus tard, lorsqu'ils étaient hors de danger : "Merci, pour tout à l'heure."
Peter la regarda un moment, elle était debout à côté de lui, et semblait encore plus petite que lors de la moisson, du moins, à côté de lui. Il n'eut le temps de lui répondre que par un léger sourire lorsqu'une folle furieuse sortie des broussailles. Elle était visiblement convaincue d'être un pion essentiel dans ce jeu :
- Je pense que je pourrais être utile !
Le garçon ne put s'empêcher de lâcher un petit rire nerveux à peine audible. Il était sûrement aussi perplexe qu'Audrey qui elle lui demanda son nom, mais surtout (!) son district.
- Effy, district 2.
- Ho, une carrière, lâcha Thomas, assez étonné par les risques qu'elle avait prit en sortant du buisson sans prendre plus de précautions que ça, Moi, je suis Peter du district 4. Et je ne sais pas ou est l'autre tribu qui était avec moi.
Il n'y avait plus aucun tribu (visible) qui n'était pas un carrière sur la plaine. Il pouvait donc détendre son arc, ne le lâchant pas pour autant et s'accorda quelques précieux instants de répit.
Depuis son entrée, il s'était révélé un vrai carrière, costaud, puissant, prêt à tuer sans regrets ni remord. Mais qui gardait cependant une âme d'homme - pour le moment, du moins. Et il savait qu'un Hovercraft allait venir chercher les 7 corps tuaient lors du bains de sang. 7 sur 24. Ce qui fait qu'il ne restait que 17 personnes, dont 16 à tuer. Et sûrement qu'ils seraient encore moins ce soir.
- On devrait peut être s'éloigner, pour qu'ils ramassent les corps ?

La sieste de Dana s'était terminé, elle n'avait sûrement pas dormi bien longtemps, le soleil n'avait pas beaucoup décliné. C'était peut être mieux comme ça, elle avait encore de la distance entre les autres carrières et elle. Même si elle aurait put faire alliance avec eux, elle préférait les gens simples, qui n'ont pas de chichis et de froufrous dans leur voix. Elle était peut être issus d'un district haut placé ; elle n'était pas comme les gens de chez elle, elle était simple. Oui, simple.
Elle sortie du vieux bâtiments dans lequel elle s'était accordée du repos, elle cherchait de quoi se nourrir, elle n'avait encore rien mangé, elle devait aussi chercher un endroit calme pour la nuit, peut être dans un immeuble ? C'est le premier jour, il y a eu des tas de morts, ça a dut suffire aux juges, ils ne la tueront pas ce soir.
Elle avançait doucement, sur ces gardes, sans le savoir, elle faisait machine arrière et retournait à la clairière de la corne d'abondance. Plus elle marchait, plus elle commençait à reconnaître certains des bâtiments, il y avait de nombreux décombres, dans cet endroit. Elle regarda un peu mieux autour d'elle et vit deux yeux qui la regardait, c'était un garçon, frêle, maigre, enfoui dans les détritus comme l'aurait fait une bête chétive et peureuse.
Dana s'approcha, le regarda en souriant, mais pas un sourire de cruauté, mais de compassion. Elle l'avait vu dans les extraits de la moisson des différents districts lorsqu'elle était dans le train.
- N'ai pas peur, Noli ? C'est ça ? Je ne vais pas te tuer, j'ai fortement besoin de quelqu'un ici. Je suis Dana, du 4.
Elle avait remarqué ces petits yeux brillants dans les décombres, si jamais les carrières était arrivé avant elle, il serait déjà mort ... Et il aurait sûrement souffert.
 
#47
Quelques temps après que Noli se soit enfuit en direction de la ville, il s'était réfugier plus loin sous un tas de gravas en espérant qu'on l’oublierait jusqu'à la fin des jeux. Il n'avait pas encore pris en compte les dangers annexes comme les coups bas des juges ou encore le fait qu'il pouvait mourir de faim ou de froid dès la première nuit. De plus juste avant de s'enfoncer plus loin dans la ville il avait vu un tribut abattre de sang froid une fille de son âge à peu près. En repassant ce souvenir une nouvelle fois il eu des hauts de cœur mais il ne pouvait plus rien régurgité; il avait déjà vomi à cause de son effort trop brusque et continue. Empestant la gerbe depuis ses chaussures, il avait été contraint de les racler sur le bord d'une pierre. (On l'aurait suivi à la trace.) Cependant ici il se savait inatteignable. Dans un petit cocon de sécurité. C'était faux bien sûr mais l'important était d'y croire. Perdu dans ses pensés il fut ramené à la triste réalité par des bruits de pas. C'était une fille, celle du quatre. Tout d'un coup Noli prit peur. Vite plus un bruit. Il retint sa respiration comme il pu. Avec un peu de chance tapis dans l'ombre comme il était elle passerait sans le voir. Malheureusement la jeune fille s'arrêta à quelques mètres de là. Elle avait le visage dur et tendue, elle regardait un peu partout d'un air soucieux puis d'un seul coup son regard s'arrêta sur le sien. Les deux regards qui ne se quittaient pas. Le cœur de Noli ne fit qu'un tour pour comprendre ce qui l'attendait. Ça y'est c'était la fin. Il était fichu. Étrangement la première chose qu'il se dit était qu'il avait été idiot de prendre une cachette aussi près de la corne.
La fille souri d'un air calme se voulant sûrement rassurant (c'était convaincant). Elle s'approcha puis dit calmement .
- N'ai pas peur, Noli ? C'est ça ? Je ne vais pas te tuer, j'ai fortement besoin de quelqu'un ici. Je suis Dana, du 4
Essayant d'abord de reculé tel un animal craintif, il se cogna à la pierre puis écoutant ce que dit la jeune il l'a regarda d'un air apeuré. Puis lança en bégayant pour arrangé a situation.
-Tu...*il chercha ses mots* Tu vas pas me tuer ?Parce..parce que Moi j'ai besoin de quelqu'un mais toi pourquoi tu as besoin de moi ?
(J'éditerai pour Laure , pour l'instant elle avance toujours dans la forêt.)
 
#48
Zinnia avait jugé bon de patienter un moment avant de reprendre sa route. Cachée dans les fourrés et bien loin de la Corne d'abondance, elle attendit sagement, mais les sens aux aguets, la fin du bain de sang et par conséquent, des coups de canon. Chacun d'eux sonnait comme une douce musique à ses oreilles; ils étaient après tout synonymes d'un danger qui s'éloigne.
Le silence retomba finalement,. La jeune fille ôta son sac à dos, le posa silencieusement par terre puis l'ouvrit. Elle en extirpa plusieurs accessoires -une corde, des tranches de bœuf séchées, des fruits secs, une couverture, quelques allumettes et une bouteille. Vide évidemment, constata Zinnia après l'avoir ouverte. Il lui était donc nécessaire de trouver de l'eau, et si possible rapidement. Elle n'avait pas besoin d'ajouter la déshydratation à ses multiples préoccupations.
Elle jeta un coup d'œil vers son poignet gauche. L'ecchymose avait entre temps grandi, noyant son articulation dans une charmante teinte bleu-violet. Zinnia tenta de le bouger doucement en espérant que la couleur ne soit pas qu'un avant-goût de la douleur qui l'attendait.
-Ouch.
Elle avait mal, c'était évident. Mais moins que ce que la contusion laissait présager. Au mieux, elle s'en tirait avec une entorse bénigne.
Mais une entorse quand même songea t'elle amèrement. Les lèvres pincées et les sourcils froncés, Zinnia voyait déjà ses quelques chances de survie s'effondrer à la vitesse grand V. Dieu merci, sa main dominante était encore intacte. Mais impossible de se battre correctement dans ces conditions. Elle ne ferait pas le poids contre un gamin de dix ans dans un combat au corps à corps. Mieux valait laisser de la distance entre elle et ses futurs adversaires, si rencontre il y avait. Malheureusement pour elle, son arme de prédilection s'avérait être une épée. Difficile de faire des dégâts avec si elle ne pouvait pas s'approcher de trop près. La fuite, éventuellement, s'avérait être une possibilité plus qu'envisageable: Zinnia était rapide, avait de la force dans les jambes et se repérait dans la forêt. Détaler comme un lapin ne lui poserait, théoriquement, pas de problème.
À voir.
Mettre en place deux trois pièges pouvait aussi la tirer d'un bien mauvais pas. Tout comme donner un coup de pouce aux aléas de Mère Nature, histoire de mettre plus rapidement en péril la santé des tributs restants. Par quels moyens? Elle n'en avait pas encore la moindre idée. Mais elle trouverait. Il le fallait si elle voulait éviter tout contact fatal avec ses nouveaux adversaires.
Le tiraillement de son poignet la ramena vite à la réalité. Il lui fallait de l'eau d'urgence, en plus de provisions. Il était fort improbable que les quelques rations gentiment glissées dans le sac lui permettent de faire long feu. Bien qu'étant habituée à se nourrir peu, une tranche de bœuf par jour n'allait pas lui suffire pour éviter la crise d'hypoglycémie.
Zinnia replaça le sac sur son épaule et attrapa l'épée qui trainait par terre. Si elle se doutait que certains tributs avaient fait leur chemin vers la ville abandonnée, elle savait aussi que d'autres se baladaient joyeusement dans la forêt à la recherche de quoi manger, boire, ou bien tuer. Il n'était donc pas impossible que les chanceux ayant trouvé une source attendaient non loin de là pour mieux les embusquer. Les carrières, peut être. Étant plus forts physiquement et mentalement, ils n'auraient probablement aucun mal à zigouiller les malheureux venus pour se désaltérer. La puissance combinée à l'effet de surprise, il n'y avait rien de mieux.
Bon sang, qu'est-ce qu'elle détestait ces districts. Des barbares assoiffés de sang, elle en avait vu un paquet durant ces dix huit derniers Hunger Games. Et il était évident que les pires squattaient les premiers districts.
C'est sur ces pensées fort joyeuses que Zinnia se mît en route vers le point d'eau le plus proche.
 
#49
Ka allait se jeter sur l'homme qui s'apprêtait à tirer sur Audrey lorsque quelqu'un se chargea de le tuer avant lui. Me***. Qui c'était ce type? Moouais.. gros bras, yeux bleu. Le genre de candidat "bateau" que le Capitole tirait au hasard pour jeter dans l'arène. Pourtant..
Etait-ce à cause du sentiment d'avoir été doublé? La carrure de l'homme? Ou tout simplement un peu de jalousie...? En tout cas, Ka ne sentait pas la confiance émaner de ce mec.
Bon. Il fallait avancer. C'était pas en restant en plein milieu de la corne d'abondance qu'il allait rester en vie. Technique de survie n°1: avoir toujours un wagon de plus que l'adversaire. C'est pourquoi il rampa tout naturellement vers le jeune homme qui c'était à présent mis à aborder Audrey.. Ce qui ne fit qu'augmenter l'agacement de Ka.
S'approchant entre les buissons, Ka remarqua alors qu'il n'avait pas été le seul a avoir cette idée. A cinq pas de lui.. une demoiselle était accroupie.. puis prise d'une soudaine envie de se libérer, elle se releva pour aller parler aux deux autres candidats.
Tendant l'oreille, Ka mémorisa les informations.
Peter.
Effy.
Ok. Enregistré.
Bon, maintenant il fallait se décider.. allait t'il sociabiliser un peu? A vrai dire ce n'était pas l'envie qui lui manquait. Parler.. discuter.. C'était un peu relâcher la pression. Faire quelque chose de banal.. se croire à la maison et oublier les circonstances.
Mais au fond de lui, Ka pensait tout autrement. Sa camarade, Audrey, était déjà avec eux. Il fallait attendre.. mais sans se faire repérer. Profiter de la situation.. mais sans qu'ils en aient réelement conscience. C'était donc décidé. A présent, il veillerait sur elle et la récupérait au moindre soupçon de trahison des deux autres candidats.
S'éloignant un peu du petit groupe pour tâter le terrain. Ka jeta un dernier coup d'oeil en arrière. Il fallait tout de même qu'il rassure son amie! Lui faire comprendre qu'il était encore en vie.. Le jeune homme s'arrêta. C'était le moment de regarder ce qu'il avait récupéré dans le sac de secours.
L'ouvrant, il en sortit une corde, quelques pommes.. de la confiture! Ouvrant délicatement le pot, Ka laissa l'odeur du sucre l'envahir. Que c'était bon.. mais il ne fallait pas en manger tout de suite. Ni le gaspiller. Pourtant, le jeune homme y trempa un doigt.. la confiture était collante. L'appliquant sur la première feuille d'arbre qui lui tomba sous la main, il écrivit,
RICHOU
Elle comprendrait. Comprendrait qu'il était passé par la.
Tournant les talons, Ka put enfin partir s'installer.. l'esprit tranquille. Seulement quelques metres plus loins, Audrey continuait de discuter. Ne se doutant pas que son ami ne viendrait pas la rejoindre pour le moment. Préférant vérifier la sincérité de ses nouveaux alliés.
Apres tout, c'est bien la le devoir d'un ange gardien.
Eviter le plus les dégâts.
 
#50
- Ho, une carrière
Et oui, une carrière. Comme elle, comme lui. Comme Ka. Il manquait quand même la fille du 4 et le garçon du 2 pour compléter le tableau. A moins que cette année leurs districts aient prit le risque d'envoyer des jeunes sans aucune expérience se battre, pour montrer, peut-être, leurs forces de caractère ?
- Moi, je suis Peter du district 4. Et je ne sais pas ou est l'autre tribu qui était avec moi.

"Je ne sais pas où est l'autre tribu qui était avec moi". Quelle naïveté. Il était sans doute parti se cacher pour tirer sur tous ceux qui passeraient, se faisant fie de l'opinion des téléspectateurs, préférant la traitrise et la lâcheté que la mort. Ce qui, en un sens, était tout à fait normal. Sauf qu'en même temps, c'était leurs capacités à se faire aimer qui les sauvaient, un peu du moins, et fuir n'était sans doute pas ce que préférait les crétins qui les observaient derrière leur télévision, pariant sur qui gagnerait, s'attendant à voir à tout moment, avec un supplice certain, un membre de leur famille, un ami, un amour, mourir dans cette arène. Et puis elle ne pouvait pas vraiment les juger comme des traitres, sachant que les prochaines ententes seraient dissoutes dès que le moment serait venu, chacun préférant tuer qu'être tué.
- Audrey, du 1.
La jeune femme n'avait pas beaucoup parlé, on aurait presque pu croire qu'elle était une étrangère apprenant une langue inconnue qu'on avait envoyé là par hasard. Seulement, les quelques mots qu'elle avait prononcés, elle les avait dit en regardant Effy droit dans les yeux. Pour bien montrer que si une alliance pouvait être envisagée, jamais elle ne se laisserait intimider.
- On devrait peut être s'éloigner, pour qu'ils ramassent les corps ?
Bien entendu Peter avait raison. Seulement... Seulement, si elle s'éloignait, où trouverait-elle Ka ? Comment surtout ? Audrey n'arrivait pas à croire qu'il ait pu l'abandonner ici, au milieu de deux inconnus prêt à lui sauter à la gorge dès que le nombre de district s'amoindrirait. Il avait forcément une raison, le jeune homme ne pouvait être parti se terrer dans les bois alors qu'il venait de tenter de lui sauver la vie. Son coeur se serrant, l'adolescente s'enjoignit de ne plus y penser. De tout façon Ka n'était pas bête, il les trouverait si besoin était.

S'éloignant de la corne d'abondance -tout en gardant un œil dessus évidemment; la jeunette regarda l'hovercraft ramasser les corps des morts un par un. Triste sort pour déjà sept tribus. Plus que... Plus que trop. Soupirant, Audrey vit soudain, du coin de l’œil, une feuille briller. S'approchant discrètement elle put y lire :"Richou". Hum, ça, ça sentait Ka. Arrachant la feuille, la jeune femme la rangea au fond de son sac. Puis elle retrouva les deux autres sans un bruit, sans qu'ils n'aient rien vu de son geste.
- Je n'ai rien vu à l'horizon, je pense qu'ils sont tous partis se terrer dans un coin.
Soupirant et secouant la tête Audrey se demandait ce qu'elle allait trouver comme excuse à Ka si on lui demandait pourquoi le jeune homme qu'elle avait appelé ne venait pas. Oh et puis crotte, elle dirait juste qu'il avait dut fuir, comme tous les autres. Bien qu'elle était sûre qu'il n'en était rien.
 
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)