Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[RP] Garden Party
#41
https://www.zupimages.net/up/20/13/715t.png


Arya avait froid. Arya se sentait seule. Frissonnant sur le toit, alors que Blanche intégrait difficilement les explications de Gaspard, elle réfléchissait. Elle se demandait ce qui avait pu l'emmener là, à partir d'une soirée à laquelle elle ne voulait même pas réellement allée mais pour laquelle elle se devait d'être présente. Peut-être que des gens croyaient que l'argent et la célébrité réglaient tous les problèmes, mais la vérité était qu'elle se sentait tout aussi prisonnière de son quotidien que lorsqu'elle était encore insignifiante aux yeux de tous.
Les yeux dans le vide, elle se demandait si ses camarades d'infortune pensait la même chose, si leur apparente confiance en eux n'était que factice, ou bien s'il avait réellement réussi à s'aimer, eux. A être fiers de ce qu'ils faisaient. Contents d'eux-mêmes. La voix de Blanche la sortit de ses pensées.
- Tu étais là quand c'est arrivée, Arya ? C'est vrai, tout ça ?
Mais Arya n'avait rien écouté, concentrée toute entière sur ces questions qui lui paraissaient existentielles, absorbée par sa propre expérience de cette soirée catastrophe. Alors, elle se contenta d'acquiescer silencieusement, sachant que cela suffirait très certainement à la perfide, hautaine, Blanche, déjà surprise que celle-ci lui ai adressé la parole pour autre chose que pour l'insulter. De même, elle ne répondit pas à Gaspard quand il leur demanda si tout était bon, et resta silencieuse quand ils descendirent et s'en allèrent explorer la maison à nouveau, espérant trouver les autres. Elle avait l'impression que ses lèvres avaient gelées, qu'elle ne pourrait plus jamais parler, et avait tellement froid qu'elle se demandait si son cœur pouvait se briser en mille morceaux, givré. Son cerveau tournait au ralenti.

C'est plus tard qu'Arya trouva le courage de se déplier, les lèvres bleuies, le nez rougi, à force d'être restée si longtemps exposée aux intempéries. Descendant douloureusement l'échelle qui l'avait conduit jusqu'en haut, elle se demanda encore quel privilège les avait conduit à expérimenter ces faits étranges. Leur célébrité ? Leur argent ? Ou bien leurs mensonges ? Leurs secrets ? Leur fausseté ? Dehors, un brouillard épais donnait à la scène un caractère apocalyptique. A l'intérieur, il faisait chaud. Mais dans son cœur, elle se sentait seule et triste comme la pierre.
Une larme coulait le long de sa joue lorsqu'elle s'entendit demander :
- Je peux me joindre à toi ?
Elle aurait juste voulu pouvoir manger un peu de brioche au nutella elle aussi, avant que les murs recommencent à exploser, que sa tête recommence à sonner et que ses compagnons de route disparaissent à leur tour.
 
Répondre
#42
https://zupimages.net/up/20/12/qa93.png

Gaspard écarquille les yeux. Blanche et Arya en train de.. de manger. Tout est.. normal?!

Le ventre du jeune homme est beaucoup trop serré pour engloutir quoi que ce soit. 
Bon et si elles avaient raison? Peut être faut t'il se reposer et reprendre un peu d'énergies.
Bon... c'est pas comme s'il ressortait d'une sieste après s'être fait droguer.
Sa tête engourdie aurait quand même bien besoin d'une pause. 
Tout a ses pensée, Gaspard n'a pas remarqué que ses pas l'ont emmené devant la porte d'entrée.

Derrière la porte vitrée, c'est le brouillard le plus complet.

Mdr... allez.. et si on tentait de prendre une bouffée d'air frais?! pense Gaspard. 

https://www.youtube.com/watch?v=4-TbQnONe_w

Mais à peine a t'il posé la main sur la poignée de porte qu'un bol frôle sa tête et passe à 2 cheveux de le fracasser.
SCLAAAASKKK
Par réflexe d'instinct, Gaspard se jette derrière la commode d'entrée. On l'a déjà eu tout à l'heure. Pas deux fois. 
La silhouette court sur le jeune homme et lui assène un coup de pied digne des plus grands films d'action.
Gaspard s'étale par terre. 
Si il avait eu le temps de réfléchir, Gaspard aurait pu en tirer la conclusion que la silhouette s'en prenait à lui des qu'il essayait de sortir de la villa ou de la demeure pour rentrer dans le brouillard. Mais Gaspard n'a pas trop le temps pour les réflexions poussés. Et tout ce qui lui vient à la tête c'est: Anéantir la personne qui lui veut du mal.
Ressortant son fameux couteau suisse, décidément très utile ces dernières heures, Gaspard opte pour une technique différente de la dernière fois. Il a autrefois privilégie le corps à corps dans la forêt... là on va se la jouer Robin des Bois. 
Sans trop réfléchir, Gaspard lance son couteau en direction de la silhouette qui fonce vers lui. 
Bingo. La lame se plante dans la jambe de son agresseur qui se met à jurer.
Il n'en faut pas plus à Gaspard pour se relever, se saisir du porte manteau et le fracasser sur la tête de l'individu. Le jeune homme serait presque fier de lui. Tout en sueur, les cheveux en pagaille... un vrai héro beau gosse en pleine action.
Mais l'invidivu n'a pas dit son dernier mot. 
SPLAAAAMMM
Gaspard se voit plaquer au mur, le nez en sang après un cruel coup de poing de la part de son adversaire.
Le jeune homme aurait pu certainement faire ses prières...
si (Blanche ou Arya) n'avait pas (insérer une action à rp').

L'individu est hors d'état de nuire. 
Gaspard essuyant son nez d'un revers du bras, il se rapproche pour récupérer le couteau planté dans la jambe de... de...
Ses yeux. Ce regard.
Patricia..?!!
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#43
https://i.goopics.net/VDXm9.png
Blanche ne parvient pas à discerner si elle a faim ou si elle veut noyer ses peurs dans la nourriture. Par manque de certitudes, elle engloutit tout ce qui croise sa route. Son couteau aiguisé maintenu fermement dans une main, prêt à assener un coup mortel à quiconque l'approcherait, elle découpe les aliments avec vigueur et mâche entre deux sanglots.
Toute sa vie a été parsemée de rechute et de crises de boulimie. Evoluer dans une famille telle que la sienne n'a pas été facile. Grandir sans amis, sans famille, sans personne sur qui compter l'a forcé à devenir la femme qu'elle est, pleine de failles. Sa première crise remonte à ses douze ans. Si elle ne parvient à mettre des mots dessus, ou même à s'en souvenir avec clarté, c'est parce que sa psychiatre lui a expliqué que son cerveau essayait de créer des barrières entre la maladie et elle. Pour la protéger d'une part, pour la déculpabiliser à chaque fois qu'elle recommence d'autre part.
Cette fois, les méthodes qu'elle applique à chaque crise ne fonctionnent pas. Pire, Blanche n'essaye même pas de les mettre en pratique.
A quoi bon ? pense-t-elle, Je risque de mourir ici de toutes manières.
Les larmes perlent sur ses joues et viennent fendre son maquillage. Son mascara a coulé et son fond de teint s'est légèrement évaporée. Elle ne le sait pas, mais elle a une trace de terre séchée sur la partie droite de son visage, la faute à lorsqu'elle a heurté la terre après avoir été attaquée dans le petit verger au fond de la propriété.
- Je peux me joindre à toi ?
Blanche sursaute et lâche automatiquement le couteau. La voix aigüe, pourtant anormalement tremblante, d'Arya la ramène à la réalité. Elle essuie ses larmes d'un vif revers de la manche comme si personne n'avait encore remarqué sa détresse. Ce n'est qu'une fois remise d'aplomb qu'elle remarque que la petite blonde pleure également. En guise de signe de paix, elle lui fait glisser les restes de brioche qui n'ont pas encore été avalés.
Les deux jeunes femmes se regardent un instant, l'une face à l'autre, tandis que Blanche vient croiser ses bras sur la table pour déposer son menton au creux de ses mains. Elle pose son regard sur la mine déconfite de la fausse bourgeoise.
Elles n'ont toujours eu que du mépris l'une pour l'autre, et pourtant, les voilà à partager un ultime repas dans un monde apocalyptique dans lequel le brouillard les englouti. Seules au monde, elles vivent peut-être leur dernier repas.
- Qu'est-ce qu'il se passe ? finit par demander Blanche à la recherche d'explications, Tu crois qu'on nous fait une mauvaise blague ? Que quelqu'un cherche à nous faire payer quelque chose ?
Des années d'excès et de jugement de classes. Peut-être quelqu'un en a-t-il eu assez d'être rabaissé par l'élite de la nation ? Et peut-être encore Arya et elle sont deux victimes d'un système bien plus grand qu'elles.
Se recentrer sur la réalité du monde rappelle à Blanche qu'elle vient d'avaler beaucoup trop de calories pour ce que son corps est capable d'accepter, et avec elle la nécessité de se faire vomir.
Elle reste là, un instant, cherchant un échappatoire qui ne criera pas "regardez l'anorexique qui s'en va rejoindre sa tour en céramique". Elle ne parvient pas à en trouver tout de suite, ou du moins, pas avant d'être attirée par quelque chose de plus urgent, comme un des cinq survivants entrain de se faire attaquer, par exemple.
Jetant un regard hébété à Arya, Blanche se saisit de son couteau et se redresse lorsque Gaspard cri pour la première fois. Elle fait un pas dans la direction du bruit, hésite, à peur. Un grognement, un coup de poing, un nouveau hurlement. Quelqu'un se fait plaquer contre le mur. Elle s'avance timidement jusqu'à découvrir la scène horrifiante qui se joue sous ses yeux.
A l'instar d'une tragédie grecque, elle regarde un des fantômes du passé ressurgir pour s'en prendre aux vivants. Ce fantôme, c'est Patricia, et elle tient dans la main un mouchoir, le même mouchoir qui l'a endormi, elle, dans la forêt plus tôt.
Blanche reste béate une seconde, et alors que Gaspard s'apprête à perdre la bataille, elle s'élance. Elle court jusqu'à la brune, qui se retourne dans un mouvement de stupeur, puis lui saute dessus.
Les deux corps vacillent et s'écrasent lourdement sur le sol. La tête de Patricia claque contre le carrelage tandis que le poids tout entier de Blanche vient retomber sur sa cage thoracique. On entend un soupir, un halètement de la blonde qui brandit déjà son couteau, lorsqu'elle remarque que le fantôme s'est évanoui.
A califourchon sur le corps, une mèche de cheveux lui barrant le visage, le spectacle qui s'offre à elle la terrifie soudainement. Et si elle venait de la tuer ?
Elle lâche le couteau, qui vient ricocher sur le sol dans un cliquetis métallique.
Ses mains commencent à trembler, elle les portent au visage de la jeune femme en implorant, silencieusement.
Respire, s'il te plait ! elle prie religieusement.
Blanche se sent soudain nauséeuse et faire face à la situation n'est plus possible pour elle. Elle se redresse, titube sur quelques pas, puis se rue jusque dans les toilettes, abandonnant l'hypothétique cadavre aux mains de Gaspard et d'Arya.
Elle vomit dans la cuvette. Une première fois naturellement, puis en portant ses doigts jusqu'au fond de sa gorge. Elle tient ses cheveux de l'autre main. Elle crache, elle peste.
La blonde se remet à pleurer, puis se relève finalement en tirant la chasse d'eau. Au dessus d'elle, elle remarque la bouche d'aération qui ne tourne pas. Et de cette même aération, un filet de vapeur semble s'échapper.
Elle comprend alors qu'il s'agit du brouillard, et que très bientôt, la demeure tout entière sera noyée par lui.

LES ÉLÉMENTS CLÉS DU POST (SPOILERS)
Spoiler! Afficher/Cacher
- Blanche partage sa nourriture avec Arya.
- Blanche va aider Gaspard lorsqu'il se fait attaquer.
- La tête de Patricia heurte le sol après que Blanche lui ai sauté dessus et elle s'évanouie.
- Blanche va (se faire) vomir seule dans les toilettes.
- Le brouillard commence à s'infiltrer dans la maison par les bouches d'aération
 
Répondre
#44
https://zupimages.net/up/20/14/utym.png



Arya s'en était allée toute seule, laissant ce qu'elle pensait être le vrai Mildred en plan devant les portes d'entrée de la grande bâtisse désormais vide. Elle n'avait répondu à aucune de ses questions et s'était contentée de lâcher un profond soupire avant de "trembler" un instant et de lui tourner le dos. L'amour entre ces deux là n'était pas au beau fixe et elle le savait. 

Elle ? 

...

La rouquine était toujours enfermée dans une chambre à l'étage, endormie. De l'autre côté du mur, le vrai Mildred Gardner en moins bonne posture encore : blessé et attaché, il s'était glissé jusque près de la porte pour taper dedans de toutes ses forces, mais rien à faire : Amélia ne répondait pas et personne ne semblait l'entendre appeler à l'aide. D'autant que sa récente expérience surnaturelle n'avait rien arrangé, le voilà maintenant prit de panique à l'idée de s'être retrouvé l'espace d'un instant face à Capucine et à toute une foule de représentants de la loi qui semblaient inquiets à l'idée de ne pas savoir où ils étaient passé tous les cinq. Oui, mais si cet endroit qu'il avait vu était le même lieu qui les avait accueilli pour la soirée d'hier, quelle était cette réplique exacte ? Même baraque, même jardin, même foutue piscine... mais eux seuls pour y rester. À moins qu'il n'ait été victime d'hallucinations ?

La vie ne tenait plus qu'à un fil, si personne ne venait le secourir il s'endormirait en même temps que la chaleur s'échappait pour laisser place à un froid glacial, envahissant petit à petit chacune des pièces de la grande demeure. 

Il devait réfléchir à un plan, s'il avait été capable de se projeter mentalement à un endroit à priori lointain, n'en serait-l donc pas capable avec ses camarades exilés ? Si tenté que tout ceci ne soit pas simplement le fruit de son imagination. 


...


Le faux Mildred était resté à l'extérieur et regardait depuis en bas ses "amis" sur le toit. Aucun d'eux ne l'avaient vu alors il profita de cet instant pour avancer une pièce de plus sur son échiquier. Frottant ses mains l'une contre l'autre et fermant les yeux il appela dans un langage inaudible, faisant naître une brume épaisse et envahissante autour de cette prison dorée. Il ne put s'empêcher de sourire en voyant l'air désabusé d'un Gaspard qui cherchait un semblant de réponse à l'horizon. 

Le trio rejoint l'intérieur et le faux brun en fit de même, non sans une quelconque fierté et assurance. Il se devait de poursuivre son plan pendant que le brouillard avalait lentement, mais sûrement, la grande demeure.


... 


Dans la chambre, Mildred transpirait et sa vue se brouillait. Tremblant, il pensait tous ses espoirs de survie perdus. Se remémorant les quelques heures précédents cet instant qui serait sans doute le dernier qu'il vivrait. Enfant riche et surprotégé, il avait tout ce qu'il voulait à chaque claquement de doigts. Imbu et prétentieux, voilà où ça l'a mené aujourd'hui. Après avoir quitté sa petite amie enceinte sur le parquet de danse, après avoir retrouvé son premier amour perdu jadis, après s'être souvenu de Patty... et de ce qu'il lui avait fait.

Il allait mourir, seul. 

C'est alors qu'il entend du bruit. Ses yeux balaient la pièce du regard. Couché près de la porte, il tend l'oreille et entend ses amis au loin descendre les escaliers qui les menaient du grenier au rez-de-chaussée. L'espoir renaît. Avec lui son envie de se battre et de prouver à la vie qu'il n'est jamais trop tard. Il cherche sa respiration et crie de toutes ses forces. Il hurle. Mais aucun son ne sort de sa bouche. Rien. Un souffle faible et inutile. Un silence de mort.  

Ils sont descendus. S'en est fini pour lui. 

... 

Au rez-de-chaussée, pendant que Blanche et Arya se partagent la cuisine, Gaspard s'approche de la porte d'entrée. Dans l'ombre, le faux Mildred se jette sur lui. Le bol rate sa cible, alors le brun musclé mise sur un coup de pied digne d'un film de Chuck Norris. Il ne manquait que le bruitage ayant pour but d'accentuer le coup. L'acteur Netflix se relève et lance à l'aveugle son couteau suisse qui vient se loger dans la cuisse de son aggresseur. Un cri de douleur émane de l'usurpateur avant qu'il ne se prenne sur le coin du crâne un porte manteau en bois. 

Au sol, "Mildred" secoue la tête pour reprendre ses esprits alors que sa réelle apparence ne tardera bientôt plus à reprendre le dessus. Il tente, dans une dernière tentative, de mettre Gaspard hors d'état de nuire en le plaquant violemment contre le mur, jouant l'effet de surprise. Souffle saccadé et rage au visage, le visage de Patricia grimace et sort de sa poche un mouchoir qui avait précédemment servi à la capture de la jeune Blanche. 

Celle là même qui se dirige vers elle telle une furie avant de la faire basculer avec elle à même le sol. Sa tête heurte violemment le carrelage de l'entrée. Elle est inconsciente, et du sang s'échappe de son crâne. Visage à découvert, la voilà démasquée.

...


Dehors, le brouillard se faisait de plus en plus épais. Des allures de fin du monde. Leurs heures sont comptées désormais.

Mildred est mal en point dans la chambre du haut. Dans un dernier effort il arrive à se projeter hors de son corps... 

...

Une projection astrale de Mildred apparaît au milieu de ce qui ressemble à une scène de crime. D'un côté Arya, de l'autre Gaspard, penché sur le corps de... 

Mildred
Patricia ? 


Il regarde ses deux camarades, le front en sang. Interloqué par la simple vue de la disparue. Lui qui avait été le dernier à la voir. Lui seul savait ce qui s'était vraiment passé ce soir là. 

Mildred
Aidez-moi je... je suis.. là-h...

Mildred montrait l'étage du doigt avant de s'effondrer, son corps disparaissant dans un voile de brume rosée avant de s'écraser sur le sol.
Poisson d'Avril!

https://www.zupimages.net/up/20/14/et7o.png
 
Répondre
#45
https://www.zupimages.net/up/20/13/715t.png

Arya et Blanche semblaient en communion réelle devant leurs tartines de nourriture, à se goinfrer alors que Mildred et Amélia pourrissaient dans des chambres sordides et qu'une ombre maléfique s'abattait sur Gaspard. La chose était qu'alors elles ne le savaient pas, sinon on ose espérer qu'elles auraient réagi autrement, ou en tout cas plus prestement. Toujours est-il que la suite vous la connaissez. Gaspard manqua de se faire tuer par Patricia le retour, Blanche lui sauva la vie avant de partir en courant se faire vomir et Mildred le vrai apparut dans la pièce en tant que fantôme pour balbutier un début de commentaire avant de s'évanouir dans la nature. Bref, une soirée tout à fait normale dans la maison de l'horreur dans laquelle nos protagonistes étaient enfermés.
Pendant ce temps, Arya regrettait plutôt le fait qu'elle avait à peine pu manger avant que l'univers recommence à tourner à l'envers et qu'elle ait besoin de sauver la personne la plus détestable de ses comparses, c'est-à-dire Mildred. En effet, le mâle alpha faisait visiblement beaucoup moins le fier dans cette situation dangereuse, contrairement à quand il avait l'appui financier et politique de ses parents pour le sortir de toutes situations un peu épineuses ; y compris une fiancée enceinte. Néanmoins, rien ne pouvait plus faire jubiler la jeune fille que de voir Monsieur le prétentieux imploré son aide et son pardon. Aussi, elle décida qu'il était temps de remettre les choses en ordre.

Commençant par fouiller tous les placards de la cuisine puis la buanderie, elle dénicha ce qui leur fallait : une corde épaisse et du gros scotch. Retournant ensuite près du hall d'entrée, elle attrapa les pieds de Patricia et la traîna par terre jusqu'à une lourde chaise en bois impossible à bouger, lui cognant la tête dans quelques murs au passage. Volontairement ? Peut-être, ou peut-être que non. Puis, prenant une profonde inspiration, la jeune fille souleva l'agresseuse, la fit s'asseoir laborieusement puis la ligota avant de coller un gros bout de scotch sur sa bouche. Certes, vu qu'ils étaient seuls dans la maison, cela ne servait à rien, mais l'aspect hollywoodien de la scène l'avait quelque peu inspiré et elle s'était laissée emportée.
Ensuite, elle retourna auprès de Gaspard qui n'avait pas bougé d'un pouce, son couteau suisse toujours dans la main, la bouche grande ouverte. Comprenant que cette apparition et son agression l'avaient particulièrement sonné, Arya s'agenouilla à sa hauteur et lui souffla :
- Je te laisse avec, ok ? Juste, ne la libère pas, on doit comprendre ce qui nous arrive.
Puis, lui soulevant délicatement les doigts, elle récupéra la potentielle arme et se dirigea vers l'escalier. Une fois arrivée au pied de celui-ci, Arya redressa la tête et, inspirant un grand coup, se prépara à gravir la bête et découvrir un monstre tapi dans l'obscurité. 
Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'à la place de tomber sur quelqu'un elle se retrouva tête à tête avec un long filet de brume qui semblait sortir de nul part et s'enroulait autour d'elle comme un serpent autour de sa proie. Réprimant un frisson, elle resserra sa prise sur son arme et défonça la première porte qu'elle vit. Elle se retrouva alors nez à nez avec… Une pièce vide. Entièrement vide, juste composée d'un grand placard d'où un faible râle semblait se faire entendre. 
Sur ses gardes, la blondinette ouvrit prudemment les battants, un oeil à moitié fermé comme pour mieux appréhender la potentielle scène de crime qui pouvait sortir de là. Seulement, la seule chose qui apparut ne fut rien d'autre que Mildred, le visage bleui, les lèvres violacées, saucissonné comme un vulgaire cochon. Fronçant les sourcils, Arya alla jusqu'à toucher son compatriote. Il était gelé. Froid comme la mort. Retirant brusquement sa main, brûlée par la morsure du froid, Arya prit peur. Et s'ils finissaient tous comme lui, à agoniser au sol tels de vulgaires vers de terre, sans même comprendre la raison de leur sort ?! Cette vision lui faisait horreur. Cette prise de conscience lui servi néanmoins à se rappeler du caractère suspect de Mildred dans cette histoire. Et pourquoi était-il le premier à subir un vilain sort ? Et pourquoi avait-elle aperçu comme son double maléfique ? Le garçon n'était pas net, et si son rôle dans l'histoire manquait encore d'éclaircissements, elle allait obtenir des informations rapides. Prise d'une rage soudaine, elle attrapa alors le vilain play-boy congelé par les pieds et lui asséna un gros coup sur la tête. Son but était alors de l'assommer pour le conduire tranquillement aux côtés de Patricia et l'interroger tranquillement. Néanmoins, tout ne se passa pas comme prévu car ce nouveau contact lui provoqua une vive douleur à la tête qui la projeta en arrière en hurlant. 

"Aïe, mon crâne…"
Dans un flash, Arya aperçut Mildred et Patricia dans la forêt. Il faisait sombre, elle ne discernait pas bien la scène. Leurs visages étaient déformés par la colère. Des cris semblaient être poussés. Une bousculade, une… 
La vérité sur le bout des doigts, la jeune femme bascula dans l'inconscience alors qu'un voile noire recouvrait ses yeux.

Spoiler! Afficher/Cacher
- Arya quitte la cuisine, ligote Patricia et s'assure que Gaspard va bien
- Elle monte à l'étage avec un couteau et trouve Mildred, qu'elle tente d'assommer
- En le touchant, elle a des visions suspectes d'une scène entre Mildred et Patricia avant sa disparition
- Elle s'évanouit
 
Répondre
#46
https://zupimages.net/up/20/12/qa93.png


Gaspard reste sans voix. Sa cousine, portée disparue depuis des mois... est évanouie devant lui. 
Le jeune homme ne fait pratiquement pas attention à la silhouette holographique de.. de... du richissime Mildred Gardner. La dernière fois que Gaspard l'avait aperçu, c'était dans les toilettes de la villa, lorsque celui-ci l'avait surprit en train de coucher avec un des serveurs de la soirée. Cet événement lui parait si loin a présent. Mildred était donc parmi eux lui aussi... et visiblement pas non plus en très bonne santé. 
Il a tout juste le temps de préciser qu'il est attaché en haut qu'il disparaît comme il est arrivé... c'est à dire n'importe comment.
Pendant ce temps Blanche est partit aux chiottes.
Et Arya traine le cadavre de la cousine de Gaspard.. pour.. l'attacher. Faudrait pas qu'elle se remette à essayer de droguer son cousin comme ses deux dernières tentatives. 

C'est juste n'importe quoi.

Laissant Arya partir seule à la recherche de MooÖonsieur Mildred Gardner, Gaspard reste sonné. 
Puis... un semblant d'idée traverse l'esprit de Gaspard. 
Titubant, il se dirige vers la commode d'entrée qu'il ouvre à la recherche de papier. 
En quelques minutes, le voici, par terre, papier et crayon en main, à écrire frénétiquement...  

https://www.youtube.com/watch?v=iPC8j3CnQoQ

C'est con mais j'ai peur du vide..
Si je reste pas ce soir.. si je pars ce soir.. j'espere quand même que j'vais te manquer. Est-ce que je pourrais bien te manquer?

A qui donc est adressé cette lettre? A ses amis? Son ex? Sa mère? Le serveur?
Je pense qu'on peux au moins lui laisser cette intimidé-là et ne rien en dévoiler. 

Tout en écrivant, Gaspard murmure les paroles, cherchant les alliances de sonorités... les mots justes.

La scène pourrait paraître surréaliste.. Gaspard à califourchon, écrivant une potentielle lettre d'adieux à ses proches, à côté de sa cousine évanouie portée disparue. Mais finalement comme nous l'avons précédemment vu, en terme de scènes surréalistes on a déjà vu mieux dans les dernières heures écoulées.

Une fois terminé, Gaspard plie tendrement le papier. Il a gardé ses bases scolaires de petite section et sait encore faire des avions en papier. 
Son avion en main, le jeune homme s'approche de la porte d'entrée.
Le plan est simple. Ouvrir la porte. Lancer le message dans la brume.
Gaspard prend une grande inspiration... il fait peur, ce brouillard. 

Mais son message doit passer. 
Gaspard tourne la poignée de porte... 
HMMM HMMM!!!! HMMMM!!!
Gaspard referme la porte. 
Derrière lui, Patricia s'est réveillée. Visiblement, celle-ci semble paniquée à l'idée que Gaspard ouvre l'entrée. 
- Patricia... je..
Est-ce vraiment elle? 
Les deux cousins se regardent. Pas de doute, le regard de Patricia à Gaspard ne ment pas. C'est elle. 
Gaspard se jette sur son ancienne amie et confidente et lui arrache le scotch qu'Arya lui avait collé. 
- Ptn c'est toi.. qu'est-ce qui..
- Gaspard. Cette brume. Si elle te prends, tu perdras toutes tes chances de pouvoir rentrer chez toi à nouveau.
Gaspard soupire. Entendre des affirmations. Des semblants de "réponses" dans toute cette tornade de questions. Entendre une ancienne voix connue. Avoir enfin une personne de confiance, avec qui il a partagé de bons moments. Tout cela rassure tellement le jeune homme. 
Tellement même qu'il en oublie les ordres d'Arya et le fait que Patricia ai voulu l’assommer quelques minutes plus tôt. 
Ni une ni deux, Gaspard détache sa cousine.
Les deux se jettent alors dans les bras. 

Un câlin inattendu et suspendu. 

Malheureusement interrompu par Patricia, se reprenant.
- Du coup tu as bien vérifié? 
Gaspard fronce les sourcils.
- Les autres. Ils sont de ton côté? Ou.. 
Ou?
- Ou de celui de Mildred? 


Spoiler! Afficher/Cacher
- Un enchainement d'événements bordéliques font que Gaspard est un peu sonné. C'est beaucoup trop le zarba.
- Gaspard écrit une lettre d'adieu pour ses proches au cas ou. (apres ce qui vient de se passer.. on est à deux doigts de l'asile)
- Il est seul avec Patricia attachée, celle-ci se réveille et il décide de la libérer... après tout c'est sa cousine et les autres c'est juste des riches hautains et méchants.
- Celle-ci lui explique que si le brouillard le prend, il perdra toutes chances de rentrer à nouveau. 
- Elle lui demande si il a vérifié comme elle lui avait demandé quelques posts plus haut sur un bout de papier si les autres jeunes richous sont de leur côté... ou de celui de Mildred??? ouloulouh choisissez votre clan, la fin est proche
 
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#47
https://i.goopics.net/VDXm9.png
L'eau ondule dangereusement. Des morceaux de pains et d'olives se mêlent au liquide qui vire rapidement au orange. Blanche crache un peu de bile. Une larme tombe à son tour dans la cuvette. Un filet de bave s'étire des lèvres de la blonde jusqu'à la céramique.
Dans un sanglot, elle vient essuyer sa bouche d'un geste tremblant de la main. Elle tire la chasse puis reporte son attention sur le brouillard. La fumée est désormais plus épaisse et recouvre le plafond dans sa quasi intégralité. La brume se répand lentement, tel un serpent perfide, dans la pièce.
Le corps de Blanche frissonne tout entier et ses poils se hérissent. Si elle n'était pas plus éduquée, elle penserait presque que le brouillard était glaçant et capable de la tuer. Elle se contente de balayer l'idée de son esprit et se fait vomir encore. Elle tire la chasse pour la troisième fois, puis se relève. Elle époussette sa robe sur laquelle on retrouve une petite tâche de bile, puis reste droite devant le toilette.
Lorsqu'elle retrouvera Arya et Gaspard, elle mettra son détour par la salle de bain sur le dos du choc. Elle dira que voir Patricia à nouveau et l'hypothèse de l'avoir tué ont eu raison de son estomac, qui a décidé de rendre son repas. Voilà son histoire. Il est hors de question qu'elle dévoile au grand jour son anorexie et ses crises de boulimie. Pour l'instant, Blanche est convaincue de conserver son secret de polichinelle bien au chaud.
La blonde observe à présent son reflet dans le miroir en même temps qu'elle fait couler un filet d'eau dans le lavabo. Elle se rince les mains et asperge ses joues. Se toisant d'un oeil mauvais, elle est partagée entre la volonté d'amasser toute sa contenance pour faire face à la situation ou celle de se remettre à pleurer.
Le duel de regard avec elle même dure de longues secondes, jusqu'à ce que le cri perçant d'Arya fende l'air. Patricia est en vie ! Voilà la première pensée de Blanche, qui se rue hors de la salle de bain pour retourner avec le reste de la bande d'affreux égocentriques, en direction de la porte d'entrée.
Lorsqu'elle arrive au niveau de l'altercation qui a eu lieu quelques minutes plus tôt, Gaspard sert Patricia très fort dans ses bras. Le coeur de Blanche manque un battement. Elle se concentre pour assimiler toutes les informations qu'elle a en sa possession.
La disparue désormais retrouvée, Patricia, l'a drogué pour l'enfermer, avec Gaspard, dans un grenier. Elle semble également être dotée d'une sorte de pouvoir capable de faire disparaître n'importe qui (en l'occurence, le reste du monde, sauf eux). Gaspard est un garçon sur qui elle croyait pouvoir compter dans cette épreuve, mais voilà qu'il est désormais dans une étreinte passionnée avec sa cousine. En prime, Arya n'est plus là et la dernière chose que Blanche a entendu d'elle était un cri.
Le couteau qu'elle a récupéré dans la cuisine est toujours là, gisant sur le sol après qu'elle l'ai lâché une fois Patricia hors d'état de nuire. Elle profite de la latence offerte par l'étreinte pour se jeter dessus, l'empoigner, et aussitôt se reculer.
Elle pointe le couteau dans la direction des deux cousins :
- Où est Arya ? hurle-t-elle, Qu'est-ce que vous lui avez fait ? Je l'ai entendu crier !
Les yeux de Blanche sont injectés de sang et la peur l'anime. Elle ne sait plus qui croire, en qui avoir confiance.
- Qu'est-ce que vous lui avait fait ?!
Une larme de rage perle sur sa joue, balafrée par un maquillage décousu.
- Arya ! elle crie désormais, Arya est-ce que tu m'entends ?!
Il lui semble que Gaspard essaye de bouger, ou peut-être Patricia, elle n'en est pas certaine.
- Si vous approchez de moi je vous plante !


LES ÉLÉMENTS CLÉS DU POST (SPOILERS)
Spoiler! Afficher/Cacher
- Blanche termine de se faire vomir dans les toilettes.
- Le brouillard qui s'infiltre par les bouches d'aération semble glaçant.
- Blanche entend le cri d'Arya, pense qu'il provient de l'entrée, puis découvre Gaspard et Patricia qui s'étreignent.
- Blanche pointe une arme blanche sur les cousins tout en demandant ce qu'ils ont fait d'Arya et en hurlant son nom.
 
Répondre
#48
https://zupimages.net/up/20/14/utym.png


Ses derniers efforts n'avaient pas été vains. L'un de ses camarades était finalement monté à l'étage pour venir le délivrer. Du moins c'est ce qu'il avait pensé en voyant entrer une Arya déterminée qui n'avait à priori aucune confiance en lui, même ligoté et blessé, au point qu'elle se décidait à lui asséner un coup à la tête visant à le plonger profondément dans un sommeil forcé. Aïe ! Le froid se faisait de plus en plus présent et menaçant... La seule capable de l'aider actuellement était finalement prise d'une envie soudaine de s'évanouir à ses pieds, réduisant à néant ses chances de survie. Mildred était en train de rendre son dernier soupir. 

________


Il y a deux ans, Mildred Gardner entretenait une liaison secrète avec Amélia Clausberg, la fille qui faisait chavirer le coeur de tous les garçons de la ville, les plus jeunes comme les plus âgés. Ils vivaient une idylle cachée et jamais le jeune héritier ne s'était senti si vivant et si heureux : au contact de la rousse il pouvait être lui-même, sans cette éternelle façade que les gens de ce milieu se arborent en toutes circonstances. Un masque qui n'est là que faire bonne figure et renvoyer une image d'eux parfaite, dont le but est de faire trembler de jalousie leur cercle d'amis ou de connaissances haut placées. 

Mildred au fond, savait se montrer gentil et attentionné. Amélia faisait ressortir le bon en lui et ils avaient prévus tous les deux un avenir ensemble loin de cette ville. Un endroit où ils seraient moins au centre de l'attention, un endroit où ils pourraient vivre, un endroit où ils seraient libre. Une liberté compromise par la meilleure amie d'Amélia... Patricia.

_______


Deux ans plus tôt, un soir d'été, Mildred avait invité Amélia à passer la nuit chez lui. Ses parents étaient partis durant tout le week-end à Los Angeles pour le lancement d'un magazine dérivé au leur. Il avait réussi à les convaincre que sa présence n'était peut-être pas nécessaire. Alors, hormis ce majordome qui ressemblait étrangement à Michael Jackson, la voie était libre pour s'adonner à un instant précieux. Il avait réfléchi à ça durant de longs moments, chaque moment loin d'Amélia, et il était sûr de lui. Il faudrait laisser un peu de temps avant de voir son projet se concrétiser, mais nul doute qu'il était tout à fait envisageable et même facile à mettre en place finalement. 

Ambiance romantique au possible : bougies parfumées, pétales de roses, champagne qui vaut la peau des fesses... oui, tout était parfait. Mildred profitait d'être seul pour regarder et sortir un petit écrin de sa poche. À l'intérieur, une bague avec un beau diamant. Oui, tout était parfait... jusqu'à l'arrivée de Patricia.


Mildred
Patty ? Mais qu'est-ce que tu fais là ?

Patricia, au départ surprise de tomber sur Mildred, avait sourit. Les yeux écarquillés, elle s'avançait dans la salle à manger en faisant glisser son doigt sur la nappe en coton. Ne pouvant s'empêcher d'admirer ce que le beau brun essayait de dissimuler entre ses mains.

Patty 
Oh Mildred mais elle est magnifique ! Je ne savais pas que tu recevais quelqu'un aha... ni que tu allais lui faire ta demande.

Mildred (en rangeant la bague dans sa poche)
Euh c'est rien. Mais, tu devrais t'en aller je crois qu'elle ne va pas tarder à arriver.

Patty
Oh je n'ai pas le droit de la rencontrer ? Je la connais c'est ça ?

Mildred rougit et lève les yeux au ciel, cherchant une solution rapide et efficace pour la faire partir avant l'arrivée d'Amélia. 

Mildred
Mais, comment es-tu entrée ? 

Patty 
Oh... c'est Krypton, ton majordome. Je lui ai fais les beaux yeux et il m'a gentiment ouvert la porte. Mais tu ne devais pas être à Los Angeles ?

Mildred se tourne vers elle, dans l'incompréhension. 

Mildred
Finalement je suis là. Mais tu venais faire quoi ici si tu me pensais absent ?

Un silence s'installe et ne trouvera pas de réponse ce soir là puisque c'est pile à ce moment là qu'Amélia fait son entrée. Il suffit d'un regard entre Mildred et elle pour que Patricia comprenne.

Patty 
oh mais je rêve ! Noooon... Amélia. Comment tu peux me faire ça ?...


Mildred s'approche d'elle, mais elle le repousse violemment. Retenant ses larmes, elle s'enfuie par la terrasse. 

Mildred 
Patty attend...

Il n'a pas le temps de la rattraper, à peine la tête passée par la baie vitrée qu'elle s'est déjà évaporée dans l'ombre de la nuit. 

À ses côtés, une Amélia gênée par la situation. Désormais, leur relation allait être révélée et ses projets d'avenir freinés en pleine course. Tâtonnant dans sa poche, il se rendit compte que la bague n'y était plus. 

Cette soirée s'était déroulée la veille de la disparition de Patricia.
 
Répondre
#49

Il y a bien longtemps
Deux jeunes ados sont avachis sur un lit. L'une tient un magasine remplis d'homme musclés... tandis que son cousin scroll sur son portable à la recherche de jolis filles. 
 - Tu trouves?
- Hmmm j'sais pas trop... qu'est-ce que tu penses d'elle?
Gaspard montre une photo d'une actrice prise sur un tapis rouge.
Patricia balbutie,
- Ah.. ah oui.. je.. elle est belle non?
- Je sais pas trop... pas trop d'effets encore.. et toi?
- Peut être lui..? Mais enfin.. je le trouve juste "beau" quoi.
Gaspard rougit devant le top model du magazine.
- "Juste beau" c'est.. non il est vraiment beau quand même non?!

Un silence s'installe dans la chambre.

Puis, sans trop se concerter, les deux ados avouent simultanément:
- J'crois qu'j'suis gay en fait.


Patricia et Gaspard se regardent, étonnés de cette révélation synchronisée, puis éclatent de rire.




https://zupimages.net/up/20/34/kut9.png


- Je suis désolé d'avoir été violente envers toi Gaspard, je ne voulais pas que tu apprennes mon existence avant d'en savoir plus sur eux... mais je ne pouvais pas prendre le risque non plus que tu traverses le brouillard. Ca fait si longtemps que je n'ai vu personne, je suis devenue peut être un peu... sauvage enfin... j'sais pas... pardonne moi. 

Patricia sert les mains jointes de Gaspard. Celui-ci tente de reprendre peu à peu ses esprits... lui qu'il y a quelques secondes était prêt à en finir et avait rédigé sa lettre d'adieu à ses proches. Voila que sa cousine lui remettait peu à peu les pieds sur terre. 

- Ils ne sont pas de notre côté.. Les autres. Si tu as un plan pour se casser d'ici au plus vite, (Patricia hoche la tête, ce qui rallume la lumière d'espoir dans les yeux de Gaspard) si tu as un plan c'est maintenant ou jam..

- OU EST ARYAAA?!!!!!???§!?!!?

Ptnnn et voila, c'est à nouveau le bordel.
Blanche est revenue de son passage aux toilettes. Et visiblement, voir Patricia en vie, debout, à la place d'Arya ne lui fait pas plaisir.
Ils sont fous ici. Tout simplement fous. 
Et dire que lorsqu'ils étaient apparus ici, Gaspard avait pensé à un attentat.. que les méchants étaient cachés.. Finalement les victimes terminaient pas devenir eux même les bourreaux. 
C'était juste insupportable. 

- Ecoute Blanche, calme toi.. Patricia a une solution pour sor...


- SI VoUs AppROcHEZ De MOI Je VOUs PlaNTE!!!!!!!!!!!!

- MAIS T'EN EST MEME PAS CAPABLE PAUVRE CONNE?!!!

Gaspard avance vers Blanche, le torse bombé, les bras en l'air. 

- C'EST BON T'AS FINIS? T'es qu'une gamine!!

Et puis quoi? Si on s'approche c'est la p'tite richou anorexique de 17ans qui va les couper en morceaux?! Elle a déjà oublié qu'il y a quelques minutes au grenier elle avait déjà prouvé qu'elle en était incapable?!

Derrière lui, Patty reste prudente. 
Contrairement à Gaspard, elle a encore la tête froide. Et ce que le jeune homme n'a pas analysé, c'est qu'ici ils ne sont pas simplement des jeunes adultes lambdas... Des dons surnaturels rôdent...
Et qui sait ce dont Blanche est capable.

Spoiler! Afficher/Cacher
- On apprend que Gaspard et Patricia on passé du temps ensemble entre cousin/cousine dans leur jeunesse, et qu'ils se sont fait mutuellement leur premier coming out respectif ensemble. CHACUN EST GAY YOUHOUUU

- Patricia avoue à Gaspard qu'elle connait la porte de sortie de cet enfer... mais arrive Blanche qui les menace avec un couteau.
- Gaspard ne croit pas une seconde à miss Blanche la tyrannique et tente de la recadrer un peu.
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#50
https://www.zupimages.net/up/20/13/715t.png

Gémissant, Arya se tient le front. L'espace d'un instant, elle ne sait plus où elle se trouve, ce qui se passe. Le sang qui tambourine dans ses tempes retient à lui seul toute son attention. Et puis, alors que sa vision s'éclaircit, elle se rappelle. Aussitôt sur ses gardes, elle saute sur ses pieds, manquant de tomber à nouveau, des tâches noires apparaissant devant ses yeux. La jeune femme se penche en avant, respire un bon coup, puis jette un oeil à Mildred. Le pauvre en a pris pour son grade. Néanmoins, loin de compatir, Arya le regarde avec dédain, dégoûtée de le voir si faible. Puis, elle lui attrape les pieds et le hisse en haletant jusqu'en haut des escaliers, ainsi camouflée par la grande balustrade qui surplombe le salon. Elle assiste alors à une scène incroyable.
Patricia et Gaspard, qui se croient seuls, s'échangent des messe-basses. Arya voit très bien Patricia jeter des regards suspicieux autour d'elle avant de parler du caractère si dangereux du brouillard. Et Gaspard de répliquer, la bouche en cœur et les yeux larmoyants, tout content d'avoir retrouvé sa cousine :
- Ils ne sont pas de notre côté.. Les autres. Si tu as un plan pour se casser d'ici au plus vite, si tu as un plan c'est maintenant ou jam..
Qu'est-ce qu'il peut se montrer naïf. A le voir s'activer ainsi, on réalise très bien pourquoi c'est une carrière d'acteur et pas d'astronome ou de géomètre qu'il a choisi. Quel imbécile. A croire que l'explosion de tout à l'heure lui a fait imploser ses derniers neurones. Car sa fameuse cousine, la belle, la gentille, la pauvre victime portée disparue a tout de même essayé de le séquestrer lui et Blanche pour une durée indéterminée. Par ailleurs, la diablesse a déclenché ce pseudo brouillard machiavélique qu'il fallait à tout prix éviter. Malheureusement, cela, personne ne le sait encore… 

S'ensuit alors une violente dispute, Blanche, les yeux rouges et bouffis, affrontant du regard les deux cousins et les menaçant au couteau, près à défendre au péril de sa vie (!) Arya, sa pire ennemie d'antan. Estomaquée, un cri s'étouffe dans la poitrine d'Arya pour laisser la place à un simple gloussement étranglé, heureusement caché par les hurlements d'un Gaspard surexcité. C'est le moment d'agir.
Profitant du chaos, Arya pousse Mildred dans l'escalier, ce qui a le mérite d'attirer tous les regards. Pendant ce temps, elle s'élance en courant pour traverser la balustrade et se précipite dans l'entrée secrète qui lui permet d'atterrir dans le garde-manger en empruntant le chemin des bonnes. Grâce à cet éclair de génie (et surtout à son pauvre appât tétanisé en bas des marches), elle arrive alors dans la cuisine où elle attrape une grosse casserole à la volée (merci Blanche qui a fouillé tous les placards pour trouver de la nourriture sans rien ranger derrière elle). Surgissant par derrière, elle brandit son arme au-dessus de la tête de Patricia et l'abat violemment sur la portée disparue. 

Avec un peu de chance, ce retournement de situation aura également permis à Blanche de prendre le dessus sur Gaspard.

Spoiler! Afficher/Cacher
- Arya se réveille toute seule comme une grande
- Elle traîne Mildred par les pieds et se cache aux yeux des autres pour les espionner
- Elle jette Mildred dans l'escalier pour faire diversion et part par une entrée cachée dans la cuisine
- Elle y prend une grosse casserole et assomme Patricia
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 2 visiteur(s)