Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[RP] Garden Party
#11
Ses parents avaient insisté pour qu'ils partent ensemble de chez eux. Mildred avait tenu tête et avait catégoriquement refusé. Il ferait son entrée seul sur le tapis rouge à la soirée, accompagné de Capucine vêtue d'une robe de grand couturier, ils iraient répondre à quelques journalistes concernant un sujet qui intéressait tout le monde sur la toile en ce moment : est-ce que Mildred avait vraiment fait sa demande en mariage à Capucine lors de leur voyage en France le mois dernier ? En cause : la photo de ce paparazzi sur laquelle on voit Capucine en train de montrer un anneau à son doigt à sa meilleure amie Christie. Rien de bien méchant mais ça suffisait à alimenter les rumeurs en tout genre sur LE couple le plus glamour de ces derniers mois. Capucine ne plaisait guère à Maman Gardner. Tricia trouvait la fille bien trop vulgaire pour son fils et avec trop de manières. Ce à quoi Papa Gardner répondait que s'il avait écouté sa propre mère ils ne se seraient jamais mariés. Mildred lui ne prenait rarement part à cette discussion, il se moquait un peu de l'avis de ses parents concernant ses conquêtes, pour la plupart tellement peu importantes que ses parents n'en voyaient pas la couleur. Mais Capucine c'était différent. Elle, elle tenait bon. Et elle était surtout la fille d'un grand producteur de vin dont les vignes recouvrent un bon tiers du paysage de la ville, ce qui faisait que les deux pères s'entendaient à merveille et organisaient souvent des soirées chez l'un chez l'autre.

La limousine des parents Gardner venait de partir et commençait à traverser la ville pour rejoindre la soirée des Winston. Mildred finissait de se préparer et attendait que Capucine en fasse de même. Qu'est-ce qu'elle en mettait du temps devant son miroir. "Chaque détail compte" disait-elle. Et dieu sait qu'avec elle, il y en avait. 
Enfilant sa montre à son poignet, voilà que la brune se décidait enfin à montrer le bout de son nez. Ravissante, comme toujours. 

Après un petit moment à discuter tous les deux les voilà dans la limousine qui les mène à la soirée. D'ici quelques instants tous les regards seront braqués sur eux. Les petites starlettes de cinéma ou de télé réalité devraient en profiter un peu, après ça sera trop tard pour espérer tirer un tant soit peu la couverture sur soi. Capucine aime cette situation et se félicite d'avoir rencontré Mildred lors de cette soirée chez Steve, un ami qu'ils ont en commun. Une soirée à laquelle elle ne devait pas participer mais qui, par un concours de circonstances, lui avait fait rencontré " l'homme de sa vie".
Lui émettait plus de réserves mais il sortait avec la fille la plus belle de la ville donc toute l'attention qu'ils récoltaient lui suffisait. 

Ça y était, ils arrivaient enfin à cette soirée caritative. On vint leur ouvrir la portière arrière. Capucine sorti la première suivie de Mildred qui attacha le bouton de sa veste de costume avant de s'avancer au bras de sa dulcinée. Ils étaient les derniers à arriver à la soirée, pas d'autres véhicules de luxe n'attendaient au bout du tapis rouge. Ils étaient la cerise sur le gâteau. Le tapis ne s'était pour autant pas vidé, beaucoup d'habitants de cette ville profitaient un peu de ce moment de gloire. Mais c'était fini, maintenant que le fils Gardner était là avec sa petite amie et possible fiancée, plus personne ne comptait. Les quelques personnes présentent finissaient de faire des selfies et montaient vers la demeure pour débuter la soirée, laissant à Mildred et Capucine toute la lumière qui leur était dûe. 

Les interviews furent rapide et aucun d'eux finalement ne répondit à la question de savoir s'ils étaient fiancés ou pas. "Laissons le suspense", s'étaient-ils dit dans la limousine.

Après les photos, les questions / réponses rapides et certains fans qui étaient venus pour rencontrer leurs idoles de vie, voilà le petit couple en chemin pour rejoindre la fête qui avait débutée dans le jardin des Winston. Ils furent accueillis avec beaucoup de politesse et de fausse gentillesse par les maîtres de maison et par les parents Clausberg. Il avait eu vent du retour d'Amelia mais ne l'avait pas vue. Ils s'étaient croisé à plusieurs reprises puisque les familles riches de cette ville s'invitent régulièrement à des soirées dans le genre. Là pour l'instant, une seule chose préoccupait Mildred : où sont les serveurs ? Où est le champagne ?
 
Répondre
#12
https://i.imgur.com/eKMUZCF.jpg
https://www.youtube.com/watch?v=HUJGwSy0pRI

Le jardin commençait à se remplir petit à petit des têtes lui étaient légèrement familière. D'autres évidemment plus que d'autres.

En partant, on ne peut pas dire qu'Amy avait laisser des personnes très proches d'elles. Non, elle n'avait plus un seule contact. Tout avait été coupé avant son départ. Principalement à cause de la disparition d'une de ses amies: Patricia Aybro.

Cela faisait maintenant 2 ans qu'elle avait été porté disparue. Probablement morte aujourd'hui. C'était une amie d'Amy? Pas vraiment. C'était en fait sa meilleure amie. Elles étaient le duo inséparables et le plus populaire de la ville et de son bahut. Seulement, à une soirée étudiante, Amy était vraiment bourrée et elle ne se souvient pas bien comment elle a terminé. Tout ce qu'elle savait, c'est que Patricia avait disparu.

Il y a avait eu une énorme polémique à ce sujet, cela avait fait la une des journées. Amy avait été dévastée de cette disparition. Elle était déjà une peste dans son bahut mais tout le monde voulait l'approcher, être autour du soleil, seulement, Amélia était devenue un monstre, seule moyen pour elle manifestement de contrôler sa douleur.
Elle avait bien sûr toujours sa cours autour d'elle, mais à la fin de ses études, elle a coupé contact avec tout le monde. Ces gens ne faisaient que de lui rappeler qu'elle avait perdu son amie d'enfance, sa soeur de coeur.

Greg, Stéphane et Mélissa. C'était les trois petits chiens qui lui restaient à la fin. Amélia les vit de loin, elle avait croisé leurs regards, et ils avaient vite baissés leurs yeux.

Cela ne l'étonnait pas.

Bon, elle avait soif! Où est le buffet? Où sont les gens intéressants?

La jeune femme regarda un peu pardon et vit le buffet rempli de petits fours et de coupes de champagne en pyramide. Elle y alla, n'ayant pas envie d'attendre qu'un serveur vienne lui proposer. Elle attrapa une coupe et pris un petit four. Hum.. Trop bon.
~ We are all mad here ~

https://i.imgur.com/ydwsuwG.png


 
Répondre
#13
https://zupimages.net/up/20/12/qa93.png

- Bon, poussin, passe une bonne soirée.
Gaspard regarde sa mère, tout deux sont à l'entrée de la fête. Madame Marcus fait mine d'épousseter et réajuster la veste de son fils, quelque chose semble la tracasser.
- Tu es belle, maman. sourit Gaspard
Aussitôt, le tracas qui aurait pu transparaître disparaît du visage de sa mère. Qu'est-ce qu'elle ferait sans son fils. Madame Marcus embrasse son fils sur le front.
- Et n'oublie pas d'éteindre ton portable. 
Une des règles que la famille s'était instauré était en effet de profiter au maximum de ce genre d'événements, ce qui demandait une certaine rigueur, comme celle de se couper un peu des réseaux. 

Sa mère s'éloignant, Gaspard ouvre son Iphone pour checker une dernière fois les réseaux sociaux.
Peut être n'aurait t'il pas du...
 
"Entourée de paparazzis pour une soirée de folie! #grossesoirée #winston #Averstown #célébrités #journalistes"

Non.
Tout en reculant d'un pas, Gaspard lève les yeux de son portable. La publication instagram ne ment pas. Au loin, Amy est bien là. Comment oses t'elle se montrer ici sans prévenir. Voila plus d'un an qu'elle n'était pas apparu. 
Gaspard serre les dents.
Les deux célébrités s'étaient plus ou moins connus durant leur scolarité dans la même classe. Un caractère de peste. La populaire de service. Un unique lien entre les deux élèves avaient fait en sorte que Gaspard ne haïsse pas totalement Amy.
Et ce lien.. c'était la cousine de ce dernier.
La cousine de Gaspard était à l'époque la plus grande amie d'Amy. Les deux filles partageaient absolument tout. Et comme le dit le proverbe: Les amis de mes cousines préférés, sont mes amis. Et dieu seul sait comment il adorait plus que tout sa cousine adorée. Gaspard avait donc du mettre un peu d'eau dans son champagne et adoucir les angles. 
Jusqu'au jour ou, sa cousine a disparue pour ne jamais revenir. 
Amy fut la dernière personne à l'avoir vue... et elle non plus ne tarda pas à disparaître sans donner aucune réponses, laissant un gout amer à tout le monde. 
Gaspard souffle lentement. Parfois sujet à des crises d'angoisse, le garçon à apprit à gérer ses vagues d'émotions.
Ouvrant les commentaires, le jeune homme tape rapidement quelques mots sous la publication d'Amy.

"Tout les fantômes n'ont pas la chance de pouvoir revenir parmi les vivants  #pastropdurleréveil? "

Un serveur tend un plateau de coupes à champagnes à Gaspard. Celui-ci accepte un verre tout en mettant son Iphone en mode avion. Amy est derrière lui maintenant. Elle ne le distraira pas, pas ce soir. Pas une soirée post-rupture amoureuse.
Gaspard sort un billet de 50euros qu'il glisse en pourboire au jeune serveur qui parait avoir son âge. 
L'employé sourit en retour, 

- Je suis ton gigolo maintenant? 

Gaspard, le nez dans son verre, est à deux doigts de s'étrangler dans son champagne. 
Reprenant contenance, il lance un regard rieur à ce serveur audacieux, qu'il se souvient maintenant avoir déjà rencontré à plusieurs reprises. Parfait. Exactement ce dont il avait besoin pour se changer les idées.

- Dis moi... est-ce que tu pourrais me filer un petit coup de main ce soir..? demande Gaspard discrètement. 

Le serveur ne laisse rien paraître. Un simple mouvement de sourcil de sa part fait signe à Gaspard de continuer et de présenter sa requête. 



Quelques minutes plus tard, Gaspard rejoint Jean-Charles. Certes, Gaspard n'a pas beaucoup de véritables amis dans le milieu, mais il est assez content de compter Jean-Charles dans celui-ci. En effet, les deux garçons sont camarades de jeux et ont joué dans la dernière série Netflix à la mode. 
Passant au dessus des préjugés d'un prénom vraiment pourri, Gaspard avait découvert chez Jean-Charles un garçon timide mais sensible et honnête. Mais passons rapidement sur la description de ce personnage, au final relativement secondaire dans l'écriture de ce rpg.
Jean-Charles était donc déjà en compagnie d'Adrien, Eleonore et Arya... des jeunes gens que Gaspard ne connaissait que très rapidement, de renommé ou de vue. Mais même si ce n'était pas eux qui allait servir les intérêts de Gaspard, le jeune homme se ferait tout de même un très bon plaisir d'essayer de faire la meilleure impression possible. Aimer plaire à n'importe qui, c'est parfois un défaut... parfois flatteur. 
Néanmoins, c'est sincère que Gaspard s'adresse à Eleonore. La jeune femme, fille adoptée, semble assez bien cacher son engouement pour la cause du bal de ce soir.
- J'espère sincèrement que les dons marcheront bien ce soir.
Sortant son Iphone, Gaspard se tourne vers Jean-Charles,
- Oh! Avant que j'oublies! Je t'avais déjà parlé de cet acteur super bon que j'ai aperçu dans un film l'autre jour, physique de surfeur aha... tu penses que ton père pourrait lui trouver un rôle dans la série? (ah oui oups précisons tout de même que la série Netflix dont nous parlions est produite par le papa de Jean-Charles oupsss ça alors quelle coincidence) J'adorerais vraiment travailler avec lui, il joue super bien. 
Tout en parlant, Gaspard fait défiler les photos du surfeur en question, omettant de préciser qu'il s'agit aussi d'un très bon ami à lui qui galère un peu à trouver un job.


A quelques mètres de cette discussion, le serveur continue son petit tour.
Tout sourire, il s'arrête devant une jolie demoiselle. Certainement mineure, mais ce soir, le serveur à une "dérogation spéciale.. et surtout.. illimitée."
Ce soir, Blanche DesTuilleries va boire.


Un peu plus tard dans la soirée.
Chaque humain sur terre a besoin de se vider la vessie. C'est purement dans cet objectif que Mildred Gardner semble se rendre aux toilettes. Seulement qu'elle n'est pas sa surprise, lorsque, ouvrant à tout hasard une porte pour aller uriner, le milliardaire renommé tombe sur.. sur une partie de jambe en l'air.
Le serveur et Gaspard sursaute.
- HEEEEE, se justifie ce dernier, JE SUIS EN ETAT POST-RUPTURE! J'AI LE DROIT!!!!!! 
Belle jeunesse dorée.
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#14
https://i.goopics.net/VDXm9.png
Blanche souffle. Son verre de champagne à la main, elle boit quelques gorgées pour faire passer le temps. Son talon claque sur le sol de manière régulière en même temps que ses yeux se posent sur chacun des invités. Elle juge, avec beaucoup d'aplomb, ses semi-influenceurs convaincus d'être au dessus des lois.
Blanche n'a pas été à l'école privée. Ni à l'école publique, d'ailleurs. Elle a suivi des cours par correspondance depuis sa plus tendre enfance. Se mêler à ces bousiers n'était pas pour elle, et ses parents le lui avaient toujours fait comprendre.
Elle n'avait commencé à se mélanger au monde réel qu'à ses quatorze ans, lorsqu'elle a débuté l'équitation. Avant cela, elle côtoyait de temps à autre sa cousine Ariel et sa soeur Fleur, c'était tout.

Agacée, Blanche décide de terminer son verre d'une traite. Aussitôt, un serveur apparaît derrière elle et lui en propose un nouveau. Elle rit dans un souffle désabusé, dépose sa coupe vide et en prend une nouvelle. Elle gratifie le serveur d'un simple regard puis s'éloigne lorsqu'il propose également des petits fours.
Elle n'allait pas manger. A quelques mois de l'été, elle ne voulait pas se goinfrer de cochonneries. Alors qu'elle décide de prendre l'air, elle remarque Amélia Clausberg en engloutir quelques uns. Elle pouffe discrètement, puis s'éloigne en roulant des yeux.
Arrivant dans l'immense jardin, éclairé de quelques projecteurs et de l'immense pleine lune qui baigne le ciel, Blanche décide d'avancer jusqu'à la rambarde qui débouche sur un escalier de marbre. Derrière elle, un groupe de jeune, parmi eux Arya Delacroix.
Arya Delacroix. Ce nom n'est pas inconnu aux oreilles de Blanche. Elle la connait grâce à son compte Instagram. En constante recherche d'attention, Arya est le genre de jeune femme à déballer l'intégralité de sa vie sur les réseaux sociaux. C'est avec beaucoup de mépris que Blanche la considère. Voilà pourquoi elle décide de ne pas leur prêter attention.
Elle dépose son verre de champagne sur l'épaisse rambarde qui la sépare du reste du jardin. Elle cherche dans sa pochette son paquet de Vogues. Aussitôt qu'elle s'en saisit, elle porte une cigarette à sa bouche et va pour récupérer son briquet. Elle ne le trouve pas. Elle peste.
Refermant son petit sac, elle réfléchit une seconde, recoiffe une mèche de cheveux, puis se retourne vers le petit groupe avec un large sourire.
- Bonsoir, dit-elle d'abord d'une voix radieuse, veuillez m'excuser pour le dérangement. J'ai oublié mon briquet à ma demeure ... Est-ce que l'un de vous aurez l'amabilité de me dépanner ?
Ses dents blanches fièrement affichées, elle attend que l'un d'eux se décide à l'aider.
Derrière eux, le brouhaha des invités s'intensifie. Ils sont bientôt tous là.
 
Répondre
#15
https://www.zupimages.net/up/20/13/715t.png

Installée dans le jardin, Arya ferme les yeux l'espace de quelques secondes pour profiter de la brise légère qui vient caresser son visage. Il fait étrangement chaud pour une soirée automnale telle que celle-ci, et la jeune fille sait qu'elle doit profiter des dernières touches de chaleur avant que le soleil ne se cache définitivement et que le froid laisse tomber sa chape de morosité sur la ville. Elle écoute d'une oreille distraite ses amis parler de leurs histoires de bizutage et des soirées organisées par leur école de commerce respective. Cette année marque le passage d'un cadre connu depuis toujours, d'un cocon sommes toutes assez confortable, à un avenir inconnu qui lui fait parfois peur. Elle sait que dans ce monde d'apparences il suffit de quelques mois, voire de quelques semaines, pour que tout ce qui paraissait réel ne le soit plus. Bien sûr, elle pense que ses amis l'apprécient mais enfin, on n'est jamais surs de rien ici et ses pensées ont visiblement choisi de s'éterniser sur le sujet alors que ce n'est ni l'endroit, ni le moment. Elle inspire profondément puis se redresse et prend soin de participer à la conversation, demandant à l'un si ses camarades de promo ne sont pas trop inintéressants, demandant à l'autre la marque de son rouge à lèvres, demandant au dernier comment se porte sa dernière conquête. A l'entendre, on pourrait vraiment la prendre pour quelqu'un de particulièrement soucieux de distribuer le temps de parole entre chacun, ne demandant qu'une équité parfaite. Alors que finalement, c'est juste qu'elle a fini par apprendre à maîtriser l'art des apparences, à force d'y baignée depuis son plus jeune âge. La discussion s'arrête ensuite quelques instants sur le dernier rôle qu'a tenu Jean-Charles, conversation durant laquelle Gaspard les rejoint l'espace d'un instant. Evidemment, pour demander un service. Haussant les sourcils, elle ose lui demander, moqueuse, si leur présence ne le dérangeait pas trop pour mendier l'influence de leur ami. Ici, tous savent que les pistons font loi et sa blague passe comme une lettre à la poste. 

Plus tard, alors même que les nouveaux potins ont été relativement bien exploités pour égayer la soirée, elle voit du coin de l'oeil Blanche Destuileries s'approcher d'eux, trébuchant à moitié, un verre de champagne à trois quart plein dans la main. Fronçant les sourcils, elle se demande ce que la jeune fille vient faire près d'un groupe dont elle ne fait pas partie, alors même qu'une animosité existe clairement entre elles deux. Et cela, non sans raison, puisque lors d'une soirée piscine Arya avait tweeté, sans mauvaise intention aucune, que même les quinquagénaires (et plus) de la haute bourgeoisie étaient plus doués sur les réseaux que Blanche Destuileries et que les téléphones ne mordaient pas ; chose que la jolie blonde n'avait pas très bien dirigée pour une raison complètement obscure. Enfin, l'épisode remontait à quelques mois, et très certainement que Blanche avait réussi à passer au dessus de son ego mal placé, puisqu'elle venait à leur rencontre.
- Bonsoir, veuillez m'excuser pour le dérangement. J'ai oublié mon briquet à ma demeure... Est-ce que l'un de vous aurait l'amabilité de me dépanner ?
Son sourire est radieux, mais ses traits de bambin ne collent pas vraiment avec sa requête. Alors, certes, Arya n'est pas sa mère, mais la jeune femme paraît déjà suffisamment éméchée pour ne pas avoir besoin de se rajouter des substances toxiques dans le corps, d'autant plus qu'avec son poids plume elle risque d'attendre longtemps avant que son organisme assimile l'alcool. Aussi, sans laisser le temps à ses amis de s'exprimer, elle lance, la langue aussi aiguisée qu'un couperet :
- Tu ne veux pas aller te chercher un canapé au caviar plutôt que d'allumer une cigarette ? 
Redressant le menton, hautaine, elle ajoute :
- A moins que tu ne veuilles finir la soirée à quatre pattes, mais pour un bal de charité cela ne me semble pas être l'attitude appropriée.
 
Répondre
#16
https://zupimages.net/up/20/13/4mek.png



Serveur 
Je suis ton gigolo maintenant ? 

Mildred lança un regard bref au serveur et à ce pseudo acteur dans une série Netflix qui semblaient en pleine discussion au moment où il entrait avec Capucine dans le grand jardin de la demeure des Winston. Ici et là, des groupes de jeunes et de moins jeunes en train de s'offrir de fausses politesses dans l'espoir de signer un contrat ou de procéder à un mariage arrangé entre le fils et la fille de deux familles puissantes. Mildred avait de plus en plus de mal à supporter ce monde dans lequel il était né, une cuillère en or massif dans la bouche et des suppositoires en argent entre les fesses. Certes, cela lui apportait tout le confort nécessaire à sa petite vie de bourgeois. Mais à 24 ans, Mildred aspirait à davantage de changement dans sa vie et rêvait de liberté. Vivant aux crochets de papa-maman il voulait son indépendance et tant qu'il n'avait pas son diplôme il lui serait difficile de tenir tête à sa famille. 



La soirée était déjà bien entamée quand Mildred et Capucine avaient fait leur entrée sur le tapis rouge. Ça y est, tous les invités sont là c'est l'heure du discours tant attendu de la Famille Winston. Ils firent comme tout le monde et prirent leur mal en patience. Faire bonne figure, en toutes circonstances. Voilà à quoi les riches passent leurs journées ici. 
Les parents de Mildred avaient rejoins leur fils et sa petite-amie juste avant le début du discours, avec pour résultat des chuchotements entre le père et la mère Gardner durant toute la durée de l'intervention de Madame Winston. 

Ce qui avait poussé Mildred à s'éloigner vers le buffet pour prendre l'air. Il étouffait. Même à cette soirée, pourtant il y avait beaucoup d'invités, mais à chaque fois qu'il était avec ses parents c'était la même rengaine... Trop envahissants. Trop en décalage avec le fils. Mildred ne disait rien... mais cette situation le pesait. Alors il prit une coupe de champagne, puis une autre, et une autre. Un photographe avait bien tenté de le prendre en photo de façon discrète, mais les agents de sécurité l'avaient convié à sortir s'il ne voulait pas de problèmes. Mildred n'avait réagit que d'un simple mouvement de tête avant de se ressaisir. Chassez le "naturel", il revient au galop. Ce n'était pas son genre de s'afficher en public de la sorte, il devait se contenir jusqu'à la fin de la soirée. Qu'est-ce que c'est après tout, quelques heures de plus ou de moins dans cette vaste supercherie ? Il devait le faire. À côté, une petite blonde refusait des amuses bouches puis finissait par sortir prendre l'air. Lui ne refusa pas les mini toast et pizza. 




Maintenant, il voulait se rafraichir. 
Les toilettes, où sont les toilettes ? Il s'approcha d'une serveuse. Une belle blonde, queue de cheval et jambes de mannequins. Elle lui indiqua, non sans rougir, le chemin des toilettes. Imaginez vous à sa place... Mildred Gardner lui avait adressé la parole et avait eu besoin d'elle pour se rendre au petit coin !! Miranda débutait. C'était sa première soirée mondaine. Après un selfie avec ces acteurs de série pour ados, la voilà en train de parler à Gardner. Une soirée qu'elle s'empresserait de raconter en détails à toutes ses amies de la fac et à ses parents qui étaient si fiers d'elle qu'elle ait trouvé ce "job de rêve" dans la haute société, les laissant s'imaginer un mariage avec un fils de bonne famille qu'elle pourrait rencontrer ce soir d'ailleurs... mais nous ne sommes pas là pour conter l'histoire de Miranda. Pas encore. 




Mildred en profiterait pour se vider la vessie... et arrêter de penser à cette Miranda qui était tout à fait son style de fille. Il suivit le chemin indiqué par la serveuse blonde et entra dans la propriété. Une grande bâtisse datant du 18ème siècle dont les hôtes avaient sans nul doute craqué pour l'immensité des pièces à vivre. Il poussa une porte qui débouchait sur une sorte d'appartement mitoyen à la demeure principale. C'était là que les domestiques étaient durant leurs heures de travail. Il rencontra Capucine qui sortait des toilettes pour dame. 



Capucine 
Chéri ne t'assied pas sur la cuvette, c'est sale comme tout ! Les gens ont beau faire des manières ils sont plus crasseux encore que les petites gens qui nous servent à boire ce soir.


Un baiser rapide entre les deux. 



Capucine 
Je t'attend dehors... ne me laisse pas seule trop longtemps avec ta mère je t'en supplie !

Sur ces quelques mots Capucine sortit et retrouva le bruit de la fête à l'extérieur. Mildred soupira et poussa la porte des toilettes pour homme. S'arrêtant face à un miroir il fit couler de l'eau et avec ses mains se rafraîchit le visage. Laissant échapper une larme il se frotta rapidement le visage du revers de sa manche et pénétra ensuite dans un toilette avant de refermer la porte derrière lui. Alors qu'il ouvre sa braguette et qu'il commence à se soulager il entend des bruits. Tendant l'oreille pour voir de quoi il s'agit, il fait bien sûr attention de ne pas faire à côté de la cuvette. Même si on n'est pas à trois gouttes près... Des bruits de frottement... des bruits sourds qu'on tenterait d'étouffer si l'on voulait chercher à être discrets. Une fois sa petite commission finie il sort sans faire de bruit et s'approcher d'une cabine, au fond contre le mur, là d'où viennent les bruits. Curieux il pousse la porte entrouverte et tombe nez à nez avec le serveur et cet acteur de série qu'il avait vu tout à l'heure lors de son arrivée.  



Gaspard 
HEEEEE, JE SUIS EN ÉTAT DE POST-RUPTURE ! J'AI LE DROIT !!!!!

Gêné, Mildred referma la porte et s'en alla d'où il était venu, refermant à double tour et s'asseyant alors sur la cuvette, la tête entre les mains. Les deux hommes qu'il venait de surprendre ne s'étaient pas arrêté pour autant, ils continuaient leur petite affaire et ne se souciaient plus vraiment d'être discret. 



Depuis combien de temps Mildred n'avait-il pas fait l'amour ? Depuis combien de temps faisait-il semblant avec Capucine ? Depuis combien de temps ?... Il repensa à la serveuse. La belle blonde aux si belles jambes. Celle qui lui avait montré le chemin des toilettes. Capucine s'accrochait à lui obstinément alors que leur couple était voué à l'échec. Maman Tricia avait raison. Papa Roméo, lui, préférait voir le rapprochement avec la famille de Capucine comme une occasion en or. 

Mais Mildred... il aimait les jolies filles mais ne s'attachait guère. Il avait bien eu cette relation... il y a deux ans... cette relation dont personne n'avait pris connaissance. Personne, ou presque...


Mal en point, Mildred resta un instant de plus dans les toilettes, s'offrant un plaisir en solitaire dans ces mêmes toilettes qui abritaient, quelques mètres plus loin, un acteur de pacotille et un serveur lambda sûrement porteur du sida. 

[...]

Il se lava les mains avant de sortir de la pièce. Il avait laissé les deux hommes faire leur affaire avant de re-pointer le bout de son nez dans le jardin. La serveuse blonde passa devant lui avec des plateaux remplis. En se retournant il n'avait pas vu la jeune fille derrière lui et il ne put l'éviter, renversant par mégarde un petit four sur la robe de couturier de la rouquine. 


Mildred 
Oh je suis désolé ! Toutes mes excuses j'ai été maladroit je...

En relevant la tête il s'arrêté net. Elle était là, devant lui. Elle avait quitté la ville depuis près de deux ans si sa mémoire est bonne et depuis ils ne s'étaient pas revus. Ailleurs que dans la presse ou à la télévision bien sûr... 



Mildred 
Amélia ! Je... re-bienvenue parmi nous. Ça va ?


Elle semblait perturbée, Mildred aperçu au loin un groupe de trois jeunes de l'âge d'Amélia. Ses anciens amis. Ils avaient beau avoir une différence d'âge, Mildred les connaissait tous les trois. Tout comme il connaissait Amélia. S'ils s'étaient évidemment croisé à des soirées organisées par leur famille respective ils ne s'étaient pas contenté de ça. À l'époque Amélia était mineure et lui avait 22 ans... à l'époque, ils vivaient une relation secrète. Celle-là même que Patricia a découverte juste avant de disparaître. 


 
Répondre
#17
https://i.imgur.com/eKMUZCF.jpg
https://www.youtube.com/watch?v=2DRy3eT_8zE

Amy adorait ces petits fours. Le traiteur était vraiment excellent, il faudra qu'elle demande le nom aux Winston.

tudulu

Une notification.

Amélia sorti son téléphone de sa pochette et regarda son téléphone. Beaucoup de messages de fans, de likes, mais un retenu son attention.

"Tout les fantômes n'ont pas la chance de pouvoir revenir parmi les vivants #pastropdurleréveil?"

- Gaspard... Quel..., pensa-t-elle en resserrant ses doigts sur son téléphone.

Elle referma fort les yeux et inspira fort avant d'expirer.

- ça va aller. Les réseaux tu sais que c'est le diable.

Elle ignora. Elle coupa son téléphone et le remis dans sa pochette. Elle eu un petit sourire qui se figea en relevant la tête.

- Zen Amélia, zen. Tout. va. bien.

Gaspard était là lui aussi ce soir. Elle le fixait. Les larmes auraient limite pu monter si la petite gosse de riche Blanche n'était pas passer à côté d'elle en pouffant. Si elle voulait être discrète, c'est raté.

Elle bouillonnait. Trop de souvenirs revenaient à elle.
La jeune femme repris sont téléphone sans remettre le son, ni enlever le mode avion. Ce qu'elle voulait, c'était aller dans sa galerie d'images.

Elle glissait rapidement son doigt de haut en bas. Plus elle descendait dans sa galerie, plus cela signifiait que l'image était vieille. L'allure de ce pouce diminua jusqu'à s'arrêter et tapoter de nouveau.
Une photo s'afficha en grand.
Amélia ne l'avait pas vu depuis si longtemps. Jamais elle n'avait eu le cœur à la supprimer.

- Tu me manques tellement Patty... se murmura-t-elle dans sa tête

Bon. Elle ne devait tenir qu'une soirée. Une seule soirée. Amy n'allait pas s'abattre. Elle verrouilla son téléphone en regardant l'heure une dernière fois. Elle était restée un moment là dit donc. Il fallait qu'elle retourne voir les autres.

Amélia se retourna, faisant dos au buffet et elle n'eut le temps de ne voir qu'une serveuse blonde avant de se prendre un petit four sur elle. Elle baissa directement la tête, la bouche ouverte, prête à infliger toutes les insultes possibles à la personne responsable de ça. Cette dernière avait de la chance qu'il n'y avait pas de mousse sur ce petit four et qu'il n'y avait donc aucune trace de son passage sur sa robe qu'elle venait d'acheter.

- Oh je suis désolé ! Toutes mes excuses j'ai été maladroit je...

La rouquine releva la tête, prête à riposter. Mais aucun mot ne sorti de sa bouche. Mildred?! Lui?! Ici?!

Amélia ne suivait pas les réseaux sociaux du jeune homme mais ses parents ne manquaient jamais de lui en parler quand elle venait, à croire qu'ils avaient été un jour au courant qu'il y avait eu quelque chose entre eux deux. Du coup, la jeune femme savait qu'il partait toujours en voyage, et n'ayant pas voulu penser à l'éventualité qu'il serait là ce soir, elle avait voulu plutôt penser qu'il serait partout sauf ici.
Lui aussi, il faisait parti de ces gens avec qui elle avait coupé contact. Elle ne voulait plus aucun lien avec son ancienne vie. Surtout que Mildred aussi avait été un lien avec elle. Patricia les avait découvert et elle l'avait vécu comme une trahison que sa meilleure amie ne lui dise rien. Mais elles avaient parlé le fameux jour où elle avait disparue, et justement, elles étaient partis à cette soirée ensemble pour oublier cette fâcheuse histoire et s'éclater. Elle le regrettait amèrement.

- Amélia ! Je... re-bienvenue parmi nous. Ça va ?

Ok, il ne l'avait pas oublié. Qui oublie Amélia Clausberg en même temps. C'est comme si on ne savait pas qui était Mildred Gardner ou Gaspard Marcus.
Amy reglissa de nouveau un regard vers ce fameux Gaspard qui avait disparu de la zone où il était, puis vers ses trois anciens toutous. ça commençait à faire beaucoup pour un début de soirée. Mildred avait remarqué ce coup d'oeil et se retourna aussi.

- Oui... Oui désolée je.. Je ne m'attendais pas à te voir ici ce soir, mais en soit c'était évident, finit-elle par réussir à lâcher.

Elle avait reprise sa position dos droit, tête haute, regard confiant.

- Et toi? Comment vas-tu?

Amy le demandait sincèrement. Ce n'était pas une question de politesse. Mildred avait beaucoup compté pour elle. Sa première fois, son premier grand amour.

Mildred allait répondre mais il fut secoué. En effet, une petite brune venait de s'accrocher à son bras.

- Je te cherchais partout! s'écria-t-elle avant de ne dévisager la rouquine de la tête aux pieds. Amélia Clausberg! Oh j'adore vos défilés!
- Merci
- Je me présente, Capucine, je suis la petite amie de Mildred

Amélia leva les yeux vers Mildred. 2 ans, cela passe si vite... Elle regarda de nouveau Capucine

- Enchantée. Désolée, je dois vous laisser, mais on se revoit plus tard dans la soirée.

Elle fit son plu beau sourire avant de les laisser et de le perdre petit à petit. Vivement la fin.
~ We are all mad here ~

https://i.imgur.com/ydwsuwG.png


 
Répondre
#18
https://i.goopics.net/VDXm9.png
Blanche patiente, la main légèrement tendue et un sourire béat sur le visage. Elle regarde les trois semi-bobos avec le plus de gentillesse possible. Puis alors ... C'est le drame.
- Tu ne veux pas aller te chercher un canapé au caviar plutôt que d'allumer une cigarette ?
Le sourire de Blanche se crispe quelques instants, en même temps que la voix stridente d'Arya reprend de plus belle, plus hautaine encore :
- A moins que tu ne veuilles finir la soirée à quatre pattes, mais pour un bal de charité cela ne me semble pas être l'attitude appropriée.
La fausse politesse disparaît alors complètement du visage de la belle blonde. Ses belles dents blanches se sont transformées en une moue désabusée. Acide, elle rétorque :
- Chérie, vois-tu, on ne vient pas tous aux bals de charité pour se nourrir. Si je veux manger, je le fais chez moi. Après, je comprends d'où vient la confusion ... Il faut de tout dans les évènements caritatifs, y compris des pouilleux qui viennent pour goûter pour la première fois des canapés au caviar.
Blanche se redresse ensuite, fait basculer ses cheveux en arrière, puis ajoute dans une courbette provocatrice :
- Enfin ... Merci pour rien, sinon d'avoir rappelé d'où tu venais.
Elle fait demi-tour, s'approche d'un serveur et lui lâche sèchement "Briquet ?". Le serveur s'exécute surpris, tendant timidement l'objet de convoitise qu'il sort de sa poche. La jolie blonde s'en saisit, porte à nouveau sa cigarette à la bouche, puis l'allume d'un mouvement vif de la main.
Dans un regard assassin vers Arya, elle tire sur sa Vogue. Elle recrache la fumée dans sa direction, et fait demi-tour en claquant ses talons. Le domestique n'ose pas demander son briquet en retour et le regarde s'éloigner en vain.

Devant la grande baie-vitrée qui donne sur la salle de réception, Blanche observe en fumant sa cigarette les invités qui dansent.
Elle sort son téléphone quelques secondes, vérifie les réponses sur sa story Instagram et en profite pour regarder les dernières nouveautés sur l'ensemble des réseaux.
C'est Gaspard Marcus qui lui arrache son premier rire de la soirée, lorsqu'il attaque de front Amélia Clausberg en soulignant sa présence non-désirée. Une histoire de fantôme que Blanche ne connait que trop bien.
Blanche n'avait jamais côtoyé ni Amélia ni Gaspard. Ils ne se connaissaient que de réputation. Mais Blanche a été très proche de Patricia, dans sa jeunesse.
Alors qu'elle démarrait l'équitation, la jolie blonde s'était retrouvée dans le même groupe qu'elle. Les deux jeunes femmes avaient alors tissé une amitié étrange qui avait duré plusieurs années. Jusqu'à la disparition de Patricia.
Aujourd'hui, Blanche essayait d'oublier cette partie de son passé.
Alors que son esprit se laisse envahir par les souvenirs, elle balaye le tout d'un mouvement évasif de la main comme on le ferait avec une mouche puis tire la fin de sa cigarette. Elle jette le filtre sur le sol et l'écrase d'un coup vif du pied.
Devant elle, elle remarque ses parents, qui marchent en direction du bar. Elle s'approche d'eux pour leur dire qu'elle souhaite s'en aller, mais alors qu'elle va pour les interpeller, elle percute un serveur. Celui-ci se confond en excuses alors qu'elle peste et le menace de lui faire perdre son travail.
Lorsqu'elle relève la tête, elle ne voit pas ses parents. Elle s'approche à son tour du bar pour les y trouver, mais ils n'y sont pas. Le barman lui demande s'il peut lui servir quelque chose, elle décline d'un mouvement de main, puis lorsqu'elle se retourne vers la piste de danse, il lui semble que quelque chose à changer.
Elle ne peut pas préciser quoi tout de suite, mais elle en est convaincue. Et alors, son coeur se serre.
 
Répondre
#19
https://zupimages.net/up/20/12/qa93.png

 """SSHLAAACK"""
Ca y est. La claque est partit. Violente, serrée, venant du coeur. 
Le/La récepteur/trice du cadeau tombe à la renverse. Sa joue ne tarde pas à rougir.
La main à peine tremblante, le commanditaire quand à lui, ne semble pas plus désolé par son geste.

Rembobinons donc.


*** 

Gaspard est avec Jean-Charles et sa bande d'amis. 
Ouch, petite moquerie de la part d'Arya envers Gaspard. Une blague sur les tentatives de pistonnages du jeune homme. Tout le monde rit. Gaspard rit aussi, en façade.
Dites donc, la madame DelaCroaaa n'a pas sa langue dans sa poche. Très bien. 
Gaspard s'apprête à répondre ironiquement qu'elle les dérangent effectivement dans leur conversation d'adulte parlant de vie professionnelle.. elle qui en est surement à attendre l'argent de poche de papa maman... mais le garçon se retrouve interrompu. 
Car au même moment, une riche milliardaire visiblement fan de la série dans laquelle tourne Jean-Charles et Gaspard coupe la discussion pour demander une photo... malheureusement un poil stressée celle-ci renverse son verre sur la veste de Gaspard. Tout le monde rit. Gaspard rit aussi, consolant et donnant sa photo à l'invitée de luxe. 

- Je vais nettoyer ça aux toilettes... s'entend dire le garçon, toujours en riant.

Sur le chemin, Gaspard croise le regard de sa mère qui lui fait comprendre d'un signe de la main que cette veste lui a coûté chère et qu'il n'a pas intérêt à la tâcher d'avantage. 
La tête de Gaspard commence à tourner.

Et comme si ça ne suffisait pas, la silhouette d'Amy se dessine à quelques pas du garçon. Gaspard sert très fort ses poings. Mince mince mince... il n'aurait pas du boire autant. La tête du jeune homme tourne de plus en plus tandis qu'il foudroie Amy des yeux.
Comment oses t'elle venir ici.
Et comment oses t'elle venir ici et reprendre son air hautain et capricieuse. Qu'attends t'elle? Des amis fidèles, une famille aimante, une réputation redorée? Elle a tout détruite. Elle est seule. Totalement seule. Elle ne peux s'en prendre qu'a elle même. Cette égoiste est partit telle une tornade.
Et dans son sillon.. Patricia...
Merde... merde.. ça faisait si longtemps que Gaspard ne s'était pas redit le prénom de sa cousine. Son coeur se sert. Amy n'a pas le droit d'être ici. 
Et il n'y a qu'un moyen de la faire partir.
Gaspard avance d'un pas vers Amélia... 

mais est rapidement interrompu pas la vibration de son Iphone dans sa poche.
Déboussolé par la publication instagram d'Amy, Gaspard avait oublié de mettre son portable en mode avion.
Gaspard ne contrôlant de toute façon plus l'enchainement des évènements de sa soirée, jette un oeil au texto.
Son ex.
Son ex à l'instant vient de lui envoyer un énième texto, tentative de reconquête.

Ptn. PTN. PUTAAAIN.
Gaspard va exploser.
C'est imminent.

Amy est loin de lui désormais. 
Gaspard tourne la tête. A quelques mètres, le serveur propose un énième verre à Blanche. 
Gaspard n'hésite plus et fonce vers Blanche. 
Le jeune homme est désormais à sa hauteur. 
Ce qui est incroyable chez les humains, surtout chez les riches à vrai dire, c'est leur manière de ne parfois rien laisser transparaître. Gaspard est acteur, rappelons le.

- Monsieur vous tombez bien... je cherches les toilettes... savez vous ou elles se trouvent?

***


C'est donc dans les toilettes d'une incroyable villa que Gaspard explose... et ce n'est pas pour en déplaire au serveur, à demi-nu dans ses bras. Gaspard n'a plus aucune limite... même lorsque la porte s'ouvre.

- HEEE, JE SUIS EN ETAT POST-RUPTURE! J'AI LE DROIT!!!!!

Le regard à demi-méprisant de Mildred fait lever les yeux au ciel Gaspard. Est-ce qu'on peux arrêter de le regarder comme s'il n'était qu'un piteux petit riche de carrefour-city?! 
Encore un hautain, imbu de lui même! Merde!!
Gaspard cri. 

Quelques minutes plus tard, le jeune homme s'est calmé. 
Un peu plus apaisé, il regarde le serveur se rhabiller. 
Dans quelques minutes, lui aussi se rhabillera et retournera au bal, comme si de rien n'était. Les gens autour de lui n'auront absolument rien aperçu des humeurs de Gaspard.. hormis peut être un petit agacement mais peine visible lorsqu'une comtesse lui a renversé du champagne sur sa veste. 

- J'suis dégouté d'être là en vrai... ptn.

Le serveur enfile sa chemise, ne faisant qu'écouter d'une oreille les confessions de Gaspard. Celui-ci, pensif, continue.

- Mes vrais amis sont actuellement en train de s'amuser réellement dans un bar en ville. Moi je suis coincé ici, entouré d'connards. 


"""SSHLAAACK"""

Ca y est. La claque est partit. Violente, serrée, venant du coeur. 
Gaspard tombe à la renverse sur le carrelage des toilettes. Sa joue ne tarde pas à rougir.
La main à peine tremblante, le commanditaire quand à lui, ne semble pas plus désolé par son geste.
Le serveur réajuste sa tenue une dernière fois, avant d'ajouter,

- Quand le petit richou et ses petits problèmes auront finis. Il partira de ce Bal dont il ne veut pas? 

Gaspard se touche la joue. 
Radicale. Mais effectivement, le garçon se sent bien vivant. 
Vivant... et les idées remisent en place.  
Le serveur a raison.
Il est temps pour Gaspard de tirer son chapeau et de se barrer d'ici.
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#20
https://www.zupimages.net/up/20/13/4mek.png

La rouquine releva la tête, prête à riposter. Mais aucun mot ne sorti de sa bouche. Mildred regardait la rousse, un peu surpris de la voir ici. Evidemment, il s'était dit que revenue en ville, il aurait des chances de la croiser. Mais pas à cette soirée. Pas ici. Pas entourée de tout ces gens qui ne voulaient qu'une chose à l'époque : que ça soit elle la portée disparue, et pas Patricia que tout le monde disait apprécier. Elle était partie loin d'ici pour fuir ce monde là. Mildred avait poursuivi ses études et ne revenait qu'aux vacances.

Mildred
Comme quoi peu importe où on va... on finira toujours par revenir ici.

S'en était presque préoccupant. Le Destin n'est-il pas déjà tout tracé ? Si vous demandez aux parents de Patty, le destin devait faire de leur fille la plus grande créatrice de mode de sa génération, et voyez où on en est aujourd'hui... Mais pour Mildred, cette fatalité de la vie semblait avoir une attraction plus grande que ce qu'on voulait bien faire croire. On ne peux pas echapper à notre nature, ce pour quoi nous sommes nés. Ce pour quoi nous vivons. Il y a des choses qui nous dépassent... certaines qui n'ont pas de réponses.

Il avait eu quelques nouvelles de son ex petite amie par le biais de ses parents, en contact avec les parents de la jeune fille. Aucun d'eux ne connaissait le passif de leurs enfants respectif. Et pourtant...  Quand Tricia avait son fils au téléphone, rare étaient les fois où elle ne parlait pas d'Amélia. "Quelle enfant magnifique... tu verrais. C'est une fille charmante. Tu devrais l'appeler je suis sûre que ça lui ferait plaisir". Ce à quoi Mildred se contentait de répondre que si elle était partie, ce n'était pas pour recevoir des appels des personnes de son ancienne vie.
La discussion coupait court, car Capucine n'était jamais bien loin et posait souvent des questions sur la rouquine. Les deux ne se connaissaient pas, mais Capucine avait bien évidemment entendu parler de la fille Clausberg à l'époque de la disparition de la "fille aux cheveux roses" et elle se demandait bien pourquoi Tricia Gardner parlait sans cesse de cette fille à son fils. Mildred se contentait de dire que leurs familles étaient proches et ne détaillait pas davantage.


Amélia
Oui... Oui désolée, je... je ne m'attendais pas à te voir ici ce soir, mais en soit c'était évident...


Mildred et elle ne s'étaient pas reparlé depuis la semaine qui avait suivi la disparition de Patty. La jeune femme avait décidé de rompre et Mildred était parti dans la foulée pour faire sa rentrée des classes dans l'une des plus grandes universités, à l'autre bout du pays. Plus aucune nouvelles, si ce n'est pas leurs parents. Et ce soir les voilà qui se retrouvent là où tout s'est fini auparavant. Deux ans ont passés et pourtant rien ne semble avoir véritablement changé.

Amélia reprit un peu de couleur et lui demanda comment il allait avec un léger sourire et les joues rosées. Le portait même de l'innocence, et pourtant personne ne savait vraiment qui était Amélia. À la limite du mystique, elle attirait tous les garçons qui ne juraient que par elle à l'époque. Et c'était Mildred qui avait réussi à conquérir son coeur... Ce soir, il ressentit son coeur battre. Ça ne lui était plus arrivé depuis bien longtemps. Il souris à son tour. Mais un main vint alors s'agripper à son bras. Capucine fit son arrivée, un verre à la main et le regard méfiant envers la rouquine, qu'elle dévisageait de la tête aux pieds.

Capucine
Je te cherchais partout !

Mildred sourit, gêné par la situation. Et lance un regard à Amélia.

Capucine
Amélia Clausberg ! Oh j'adore vos défilés.

Amélia
Merci !

Elle aussi lance un regard à Mildred, son sourire s'étant effacé. Le teint pâle elle tente de faire bonne figure face à Capucine mais Mildred, à ce moment précis, sait très bien ce que ressent la jeune femme.

Capucine
Je me présente, Capucine, je suis la petite amie de Mildred. 

Amélia
Enchantée. Désolée je dois vous laisser, mais on se revoit plus tard dans la soirée.

Mildred suivit du regard la rousse qui s'en alla vers le balcon du jardin, se noyant dans la foule.

Capucine
Vous parliez de quoi ? Je t'attendais tu as été bien long...

Et c'était reparti pour un tour. Une crise de jalousie, en public cette fois. Mildred soupire et regarde Capucine en passant une main qui se voulait réconfortante, dans le dos de la jeune femme. L'amenant à l'écart, et souriant aux quelques familles richissimes qu'ils croisaient sur leur chemin. À l'abri des regards et des oreilles indiscrètes.

Mildred
Elle m'a juste demandé si ça allait. Ça fait longtemps que je ne l'ai pas vue. C'est tout.


Capucine
Juste ça ? Tu te fiches de moi ? Tu vas pas me dire que t'as mis vingt minutes pour pisser si ?


Le regard sévère et fixe, Capucine voulait des réponses. Depuis tout ce temps elle s'était posé bon nombre de questions et n'avait pas oublié de scruter chacune des anciennes publications de Mildred et d'Amélia sur les réseaux sociaux. Rien ne les reliait alors, si ce n'est quelques photos officielles à quelques soirées mondaines.

Mildred
J'avais besoin de me rafraichir. Je suis resté longtemps aux toilettes pour profiter du calme. Je te le promet.


Capucine
Tu m'as laissé seule avec ta mère tu te rends compte du supplice que ça a été ?


Apparement cette explication suffirait à la jeune femme. Pour l'instant en tout cas. Il s'efforça alors de l'embrasser quand un couple de vieux bourgeois anglais les regardaient depuis le coin de la vielle bâtisse. Puis Capucine prit le bras de Mildred.

Capucine
Allez viens chéri. On va danser un peu.

Dans le jardin inférieur, celui qui était surplombé par le balcon en pierre, les Winston et la mère Clausberg avaient installé des platines et s'étaient payé les services du DJ à la mode pour que les plus jeunes invités puissent s'amuser comme il se doit. Faire bonne figure oui, mais jusqu'à une certaine heure de la nuit. Il était bientôt minuit et une bonne moitié des invités s'étaient naturellement dirigés, laissant les plus de trente ans dans le jardin accolé à la maison.


https://youtu.be/BQogzYUoQWU

Mildred n'eu pas le choix que d'accepter de se prêter au jeu et suivi sans broncher Capucine. Au niveau du balcon, une jeune femme blonde en train de fumer et qui regarde les gens danser. Blanche... mais il ne se souviens plus de son nom de famille. Il se souviens juste que la blonde faisait partie des amies proches de Patty et que le courant ne passait pas spécialement bien entre elle et Amy. À droite, alors que la blonde partait, un groupe de jeunes gens moqueurs dont cette petite peste d'Arya Delacroix. Son père avait été accusé d'une sordide affaire il y a quelques années liée à de l'embauche cachée de mexicains, entachant par la même occasion leur nom de famille. Mais depuis le scandale lié à la disparition de Patricia, leur honneur avait été lavé en moins de temps qu'il n'en avait fallu à Amélia pour rompre avec Mildred.

Ils descendent les grosses marches en pierre qui mènent au jardin inférieur. Là où la soirée commence à peine. Se tenant par la main, LE couple de la soirée faisait son entrée sur la piste de danse. Capucine termina son verre de champagne et le posa sur le mini-bar. Un serveur ne tarda pas à venir la récupérer. Mildred déboutonna sa chemise et souris à Capucine.

Capucine
Tu sais mon amour... Je peux tout entendre.

Alors qu'elle commence à se déhancher au rythme de la musique, Mildred fait mine de ne pas comprendre ce qu'elle essaie de lui dire.

Capucine
Avec Amélia. Je ne suis pas bête chéri. Je vois bien qu'il se passe quelque chose. À chaque fois que ta mère parle d'elle tu changes de sujet. Quand je te pose des questions tu réponds à côté... Vous avez été ensemble c'est ça ?

Mildred
Quoi... mais non je...

Capucine pose un doigt sur la bouche de Mildred.

Capucine

Chhhhht... je peux tout entendre j'ai dis... sauf les mensonges. Alors dis moi la vérité, maintenant.

Mildred
Oui... On a été ensemble... mais ça s'est fini à la disparition de Patricia.


Capucine sourit en coin et invite son petit ami sur la piste où les deux commencent à danser. Collé serrés, la brune a dans l'idée d'être honnête à son tour. Après tout, il lui a avoué. Elle se doit d'en faire de même.

Capucine
Mildred ? Je suis enceinte.

Mildred s'arrête net et la regarde, le regard plein d'incompréhensions. Il ne dit mot pendant un petit moment.

Capucine
J'ai fais un test le mois dernier. J'ai fais une prise de sang... On va avoir un bébé.


Heureuse et sourire aux lèvres, elle regarde Mildred qui lui ne réagit pas.

Mildred
Mais... c'est pas possible tu prends la pilule ? Il doit y avoir une erreur. Et on n'a pas fait l'amour depuis...


Capucine
Un mois et demi... Chéri... je t'annonce qu'on va avoir un enfant et toi la seule chose que tu me demandes c'est pourquoi ?

Mildred
Mais...

Capucine
Je l'ai arrêtée. J'ai arrêté la pilule.


Mildred
Sans me le dire ? Mais de quel droit ?


Capucine
Chéri. Toi et moi on va se marier, on va fonder une belle et grande famille, on va rendre heureux nos parents et on aura la belle vie. Tu te rends compte ? La fille Salztner et le fils Gardner qui vont avoir un bébé... c'est l'évènement de la décennie. J'ai déjà pensé à des prénoms... Brennan si c'est un garçon... Cassiopée pour une fille. Tu en penses quoi ?

Mildred soupire et s'en va vers le mini bar. Il commande un verre de vodka qu'il descend cul sec.
Capucine s'approche de lui, fronçant les sourcils et en colère.

Capucine
Tu me fais quoi là Mildred ?

Mildred
J'en ai marre Capucine. Marre ! Je ne veux pas de cet enfant. Je ne veux pas d'enfant avec toi... Je... toi et moi... c'est de la mascarade.

Capucine
Quoi ? Tu te fiches de moi ?

Mildred
Je ne t'aime plus.

Capucine est sous le choc. Des regards se tournent vers eux tandis que Mildred ne sait pas quoi dire pour arranger la situation, il se contente de sourire bêtement. Mais Capucine fond en larme et quitte la piste de danse en direction des escaliers pour rejoindre la maison.

Mildred
Capu' attend !

Capucine
Laisse-moi ! Mais je te préviens Mildred. Ce que tu me fais là, tu vas le payer. Ma famille toute entière va ruiner ta vie et celle de tes parents chéris. Tu vas finir ruiner. Ruiner tu m'entends !

Le vent se lève. Capucine apeurée regarde le ciel aux allures de tempête. Mildred n'a pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit... il perd l'ouïe. Un bruit sourd. La musique s'arrête. Le Vide.
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 2 visiteur(s)