Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
La promo à ne pas rater : C'est les soldes cet été du 15 Juillet au 15 Octobre !


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Concours - Ecriture : Dialogue à travers le temps !
#21
Hello par ici !
Après quelques requêtes et que mon cerveau ait bien voulu coopérer...
 Voici la suite imprévue de ma participation !


Ce qu'il se serait passé dans le futur si ça n'avait pas été un rêve.



[...]
“...Malheureusement, le premier à en faire les frais...c’est toi.
-Q-quoi…? Comment ça…?
-Tu te souviens, je t’ai dis que Warren était mort ?
-...Ne me dis pas que…
-C’est toi qui va le tuer. Le coupa son double du futur. Tu vas manger ces gâteaux, toi qui adore le sucré. Mais ton corps réagissant beaucoup trop rapidement au virus tu…”

Les ondes du téléphone se mirent à grésiller.

“Allô ? Allô ?! Foster ?! Fit celui du présent.
-Merde, j’ai été repéré sur la fréquence ! La conversation va être coupée dans moins de dix secondes !
-Ça va se couper dans dix secondes ?! C’est ce que tu me dis ?!
-Je t’en supplie, ne mange pas ces gâteaux ! Il en va de notre survie à tous…”


La communication coupa brutalement.

Beep...beep...beep…


Vous venez d’utiliser votre quota quotidien d’appels sur la fréquence temporel.
Veuillez attendre vingt jours avant votre prochain appel, ou nous serons dans l’obligation de vous restreindre.


“Merde !!”

Le Foster de 2118 lança violemment le téléphone qu’il avait utilisé sur le sol, et l’écrasa d’un vif coup de pied, brisant le mobile en mille morceaux.

“Alors ? Tu as réussi à lui parler on dirait.”

La voix féminine qui avait retenti dans le grand hall interpella le jeune homme.
Il s’approcha d’elle, lui saisissant le poignet.

“Je t’avais dis de surveiller les alentours, Deb’ ! Dit-il, visiblement agacé.
-J’ai entendu râler. J’ai préféré venir vérifier si tu te faisais pas bouffer la cervelle.”

La jeune sœur de Foster se défit de l’emprise que celui-ci avait sur son poignet, lui lançant un regard noir.

“Excuse-moi de m’inquiéter !
-C’est pas le moment de t’énerver pour rien, Debbie. La communication sur la fréquence de 2018 a coupé, je n’ai pas pu tout dire à...mon moi du passé.
-Tu lui as au moins dis l’essentiel, non ? De ne pas manger ces satanés cakes ? Fit la jeune fille en enfouissant les mains dans les poches de sa veste.
-Oui, mais pas le reste.”

Debbie ne répondit pas et se contenta d’observer son frère suspicieusement.
Celui-ci se mit à faire les cent pas, le regard dans le vide.
Sa petite sœur tressaillit.

“Foster...tu as eu le temps de lui dire que son corps ingérait le virus plus vite que les autres, n’est-ce pas ?
-...
-Et tu lui as aussi dit que ses nombreuses allées et venues à ces stupides visites médicales étaient parce qu’ils avaient déjà un œil sur lui ?”


Le blond ne répondit pas mais se figea sur place.
Debbie soupira d’agacement.

“C’est pas vrai…
-Attends un peu ! Peut-être qu’il m’a écouté et qu’il n’a pas agit ! Auquel cas, nous serions…”


Foster s’interrompit brutalement, secoué par de soudains et violents spasmes.
La jeune fille accourut vers lui, inquiète.

“Grand frère ?! Grand frère !”


Il ne put répondre.
Ses spasmes se voulaient de plus en plus violents et incontrôlables, jusqu’à ce qu’il se mette à hurler de douleur.
Un cri déchirant le silence et l’écho du hall du gymnase dans lequel ils se réfugiaient.

“Oh non, c’est reparti…” Lança alors Debbie en se reculant doucement et sans faire de gestes brusques.

Le corps du jeune homme fut totalement secoué, et tous les membres de son corps semblaient s’animer contre sa volonté, alors que ses cris devinrent des grognements presque animaux.
Sa tête se releva subitement en un craquement ; ses yeux étaient livides et avaient perdus de leur couleur bleue, ses longs cheveux blonds attachés étaient devenus ternes et avaient tournés presque au vert.
Debbie alla se cacher derrière un énorme poteau, détachant un poignard de sa ceinture.

“M’oblige pas à faire ça…” Souffla-t-elle.

La peau de Foster était devenue blanchâtre et ses joues s’étaient creusées, comme s’il souffrait d’une famine inconsidérable. Ses yeux, comme des radars, avaient l’air de chercher de quoi assouvir cette faim, et les grognements émanants du plus profond de sa gorge résonnaient dans le nouveau silence du hall.
Debbie avait regardé son frère aîné se transformer pour la énième fois en ceux qui se faisaient appelés les “Infectés”. Ils étaient, certes, en vie, mais cet aspect physique de cadavre et ces attaques totalement incontrôlées les rendaient plus dangereux encore que des “morts-vivants”.
Les Infectés possèdent le gène X.

Un gène dont on ignore totalement la provenance et ayant évolué à cause des radiations.
Les personnes dont les ADN apparaissaient positifs au gène X étaient de parfaits cobayes pour tester cette “infection”. Et dès ses 13 ans, Debbie avait vu son frère multiplier les visites médicales sans aucune raison apparente.
Foster avait juste été repéré par le “Cercle”, qui est le nom du nouveau gouvernement en 2118, et avait été fiché comme étant le premier infecté sur la liste. De ce fait, sa transformation n’est pas totale étant donné le développement incomplet du virus dans son corps, virus qui ne se contracte pas d’une personne à une autre et ayant une période d’incubation de seulement 2h.
Alors que les bruits de pas traînassant de son frère s’approchaient encore un peu plus d’elle, Debbie sentait encore ses mains trembler sur le manche de son poignard.
Allait-elle encore une fois devoir lui infliger la pire des blessures, pour le faire revenir à la raison ?
Mais alors que l’infecté fit encore deux pas vers la jeune fille, celle-ci remarqua qu’il commençait étrangement à briller.
Une douce lueur jaillit alors des mains crochues de Foster alors qu’il semblait…
...disparaître ?
Non seulement il devenait translucide, mais sa transformation eût l’air de cesser petit à petit, et son apparence normale fit à nouveau surface.
Ses yeux reprirent leur teinte bleu acier et ses cheveux avaient recouvré leur blondeur. Les grondements animaux sortants de sa gorge cessèrent soudainement et ses jambes flageolèrent, le faisant s’écraser sur le sol, affaibli.
Debbie accourut vers lui, et s’accroupit à sa hauteur, l’aidant à se relever.

“Qu’est-ce que...qu’est-ce qu’il s’est passé… ? Demanda Foster, confus.
-Je sais pas, tu t’es transformé et tu...tu t’es mis à...à briller et puis…”

Complètement paniquée, la jeune fille posa avec encore plus de stupeur ses yeux sur le bras gauche de son frère ; il avait entièrement disparu.
C’était désormais son bras droit qui devenait petit à petit translucide, et tout le reste de son corps le suivait.

“Qu’est-ce qu’il t’arrives bordel ?!
-...Le futur change, Deb’. Je n’ai pas ingéré le virus, dans le passé…”


Debbie tressaillit.
Et des larmes se distinguèrent sur le bord de ses yeux verts.

“Mais...ça veut dire que quelqu'un d’autre l’a fait ! Et que si tu commences à disparaître comme ça…
-Je suis mort…”

La jeune sœur de Foster cracha alors un sanglot à cette phrase.
Jamais elle n’aurait imaginé le futur tourner de cette manière.
Le blond perdit désormais son deuxième bras ainsi que sa jambe droite, et au même moment, des pas résonnèrent derrière eux. Debbie se leva, empoignant de nouveau son poignard, et se postant devant son frère.
Quelqu’un entra.
Un autre jeune homme, au t-shirt bleu cobalt déchiré, ses cheveux noir ébène étaient tellement longs qu’ils lui arrivaient en bas de son dos, et de nombreuses et creuses cicatrices se distinguaient sur ses bras. Il marchait la tête baissée, enfin, zigzaguait. Ce fut comme s’il avait perdu la notion de marcher, et qu’il dût se tenir à tout ce qui se trouvait à proximité.

“Qui es-tu, étranger ?!” Hurla alors Debbie.

L’interpellé se stoppa subitement.
Il releva lentement la tête en direction des deux frères et sœurs, et son bras droit se tendit vers Foster, toujours sur le sol et disparaissant de plus en plus.
Ses yeux ne se distinguaient pas, cachés par les longues mèches pendantes sur son front.

“Fo...Fos...ter…”
Articula-t-il.

Le blond ne réagit d’abord pas.
La voix rauque de cet inconnu ne lui inspirait pas confiance.

“Tu...vas...disparaître… !”


Foster sursauta littéralement.
La deuxième phrase de cet homme avait éclairci sa voix, et il la reconnaîtrait entre mille.
Tout en se relevant et en s’appuyant sur l’épaule de Debbie, il fit quelques pas maladroits vers son interlocuteur.

“...Warren, c’est toi ?!”

Debbie baissa subitement son poignard, écarquillant les yeux.

“Quoi ?! Mais...Warren est mort il y a 7 ans !
-Réfléchis, Deb’. Dans le passé, si ce n’est pas moi qui ait ingéré le virus...qui d’autre aurait pu le faire ? Qui se trouvait avec moi au même moment ?”

Foster avançait toujours avec difficultés vers son meilleur ami, devenant encore plus translucide qu’auparavant.
Il ne lui restait plus que le torse et la tête, avant de ne complètement devenir poussière.
Lorsqu’il se trouva enfin face à Warren, le blond ne put s’empêcher de le prendre dans ses bras. Il lâcha quelques larmes, alors que son ami l’enlaça à son tour.

“Je suis désolé… ! Fit alors le brun.
-Pourquoi tu t’excuses ?
-C’est de ma faute si tu vas disparaître...j’ai ingéré le virus à ta place et...j’ai sûrement énormément changé le futur…
-Je préfère savoir que tu es en vie Warren.”

Les deux amis se détachèrent l’un de l’autre, chacun les yeux noyés par les larmes.
Foster se tourna vers sa jeune sœur également en pleurs devant la mort imminente de son grand frère.
Il lui adressa un dernier et chaleureux sourire, et les dernières bribes de son enveloppe corporel…
...disparurent entièrement.

Le cours du futur venait d’être considérablement changé, et qui sait ce qu’il s’y déroulerait désormais.

~






Me faites plus faire ça ou ça risque de partir en plus grand roman
Gneh.
 
Répondre
#22
Ouh, les paradoxes temporels c'est toujours compliqué x) Bon allez j'arrête de t'embêter, merci d'avoir écrit une suite Big Grin
https://i.imgur.com/J28CbjI.png
https://i.imgur.com/4ROz6zA.png
Poppy et
Froggy Frog
veillent sur
vous


50
Armeo Catalena

 
Répondre
#23
Je t'emprunte ta mise en page Yumi :3
Un son assourdissant retentit. Je sentais toute ma tête se secouer. Mon cerveau bouillait. 
_Diana ! Diana !
Oh ? Il semble que quelqu’un  scande mon nom.
_Diana !! Réveille-toi ! Il est 11h.
Hum ? Arg… J’ai mal au crâne…
Je me suis levée de mon lit, et pose mes mains sur mon visage.
_Ça va ? me demanda ma mère
_Oui… Tout va bien, j’ai juste l’impression que ma boite crânienne va imploser.
Ma mère se mit à rire nerveusement.
_Je suppose que je ne peux rien faire pour ça. Bois ça.
Elle me tend une tasse de Liacomp. Je bus l’intégralité du breuvage.

Des bruits de pas se font entendre. Des bruits de pas d’enfants.
_Diana !!! Tu es enfin réveillée ?! s’écrie ma petite cousine 
Elle court jusqu’à moi pour me faire un câlin.
_Allons Alice. Ménage là un peu. Diana vient de se réveiller. Tu sais qu’elle a une santé fragile.
_Ne vous inquiétez pas mère. Ai-je répondu. Alors qu’est-ce qu’il y a Alice ?
_Je veux que tu me lises une histoire !! exigea-t-elle
_Maintenant ?! Je viens de me lever, j’aimerais aller me laver et prendre mon déjeuner. Lui répondit-je gentiment
Je n’ai aucune envie de lui lire une histoire. Alice est une enfant sage, mais extrêmement curieuse. A chaque lecture, elle ne peut s’empêcher de poser des questions. Et celle qu’elle pose le plus souvent est « Pourquoi ? ». Et après chaque réponse, elle réenchérit avec un nouveau « Pourquoi ? ». Ma patience a des limites. En détournant les yeux de ma cousine, je remarque que ma mère est retournée vaquer à ses occupations pendant que je parlais.
Alice me regarde avec des yeux de chien battu. Sous son insistance, j’ai encore fini par céder.
Vers 17h, je suis partie me recueillir sous la tombe de mon défunt père. 
Cela fait 3 ans qu’il est mort. Mon père était un homme sage. Il faisait preuve de bonté, de courage et était doté d’une détermination inébranlable. Toutes ses qualités ont fait de lui un grand homme, si bien que mon grand-père lui a légué toute sa fortune, laissant de côté son frère aîné. Maintenant qu’il est décédé, l’argent a été partagé entre mon oncle et Mère. Ah… Papa…  Ta disparition m’attriste au plus haut point, alors pourquoi il me semble que tu ne nous a quitté qu’hier ? Ne devrais-je pas avoir l’impression que cela fait une éternité que tu es parti ? Suis-je indigne au point de ne pas voir le temps passer depuis ton absence ?

L’heure de se coucher arrivant, j’enfile mon pyjama avant de sauter dans mon lit.
Aïe ! Décidément, on ne veut pas me laisser tranquille… Je tire ma couverture et découvre les visages de mes cousins Alice et Archie.
_Coucou Diana ! s’écrient-ils
_Oh non. Vous vous étiez cachés dans mon lit ?! dis-je, agacée
_Tu peux nous raconter une histoire ? me demandent-ils
_Hors de question ! Il est tard, et je t’ai déjà lu une histoire ce matin Alice ! rétorque-je
_S’il te plait ?! On veut lire ce conte !
Ils me tendent un livre intitulé « La petite sirène ».
Je soupire, et cède (encore une fois).
Après avoir fini la lecture, Archie beugle :
_Elle a fait tout ça par amour ! C’est complétement idiot !
Alice approuve.
_C’est mignon je trouve. Ici la petite sirène se sacrifie pour son prince, n’est-ce pas romantique ? L’amour est un moteur qui nous permet d’accomplir des miracles !  j’ai ajouté
_C’est pas du tout réaliste. Dit Alice. Un amour comme celui-là n’existe pas !
_Mais pas du tout ! m’écrie-je.
En tant qu’adolescente et surtout la plus âgée dans cette pièce, je me dois de conserver l’innocence de mes très jeunes cousins le plus longtemps possible.
_L’amour accomplit des miracles ! La preuve !
Je les serre contre moi.
_Vous êtes le fruit des sentiments de vos parents ! Sans la passion qui les a animé, nous n’existeriez pas !
En disant cette phrase, j’ai pensé au couple que formait mes parents. Il n’est pas vrai que l’amour crée la vie, étant donné que mes parents ne s’aimaient pas, pire, ils se détestaient. Après avoir raccompagné mes cousins dans leur chambre (ie, viré mes cousins de ma chambre). J’ai réfléchi. Je me demandais à quel point ma vie aurait été heureuse si mes parents s’appréciaient…

Le matin, je me réveille avec des douleurs. Et décide d’aller dans la cuisine cherche quelque chose pour me relaxer. J’ouvre les placards et trouve une boite contenant des feuilles de Liacomp. Etant donné ma santé fragile, je dois boire un breuvage tous les jours pour survivre. Ces feuilles sont extrêmement chères. Elles sont même réputées « magiques ». Il est dit qu’un homme, dépourvu de la vue depuis sa tendre enfance l’a recouvert après avoir mangé une pousse de Liacomp. Je suppose qu’une partie  de la fortune de mon père sert à payer mon traitement.  Je saisis la boite et l’entrouvre. Mère arrive brusquement avant que je n’ai ouvert la boite.
_Laisse moi faire ma chérie. Je vais te faire une infusion. Dit-elle, l’air grave
_Merci mère.
Je lui donne la boite. Elle l’ouvre et fixe longuement son contenu.
_Il y a un problème ? lui demande-je. 
Face à son silence, je la relance :
_Mère ?
_Hum…Je m’assurais juste que les feuilles n’étaient pas moisies.
Elle se hâta donc de me préparer une infusion. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai perçu une once d’irritation dans sa voix.
Aujourd’hui aussi, je suis partie sur la tombe de mon père, je voulais lui parler. M’excuser.
M’excuser de quoi ? Je ne le sais pas moi-même.

Au cimetière, j’ai croisé la femme de mon oncle. Il semblerait qu’elle soit venue se recueillir aussi. Je suis donc partie la saluer. Elle m’a fusillé du  regard avant de me lancer :
_Qu’est-ce que tu viens faire ici ? Tu oses essayer de te repentir ?
_Que dites-vous ? Je ne comprends pas… 
_Ne joue pas à l’idiote avec moi ! Comme on le dit si bien, telle mère, telle fille ! Vous êtes contentes d’avoir détruit notre famille ? 
A suivre...

EDIT : (resumé, car j'ai pas le temps)

En fait, l'héroïne va se rendre compte que sa mère est responsable de meurtres dans sa famille (et aussi de celui de son père). D'où, la façon dont sa tante lui parle. Elle va (lors d'une enième lecture de contes) retrouver une note qu'elle s'était laissée (dialogue entre son "elle" du PASSE et "elle" du présent) qui lui révèle que sa mère lui efface la mémoire lors qu'elle découvre la vérité (c'est pour ça qu'elle a l'impression que son père ne les a quitté que récemment). Mais, les raisons de la mère sont "nobles", et du coup, l'héroïne doit décider de si elle se range du côté de sa mère, ou si elle choisit de la dénoncer.

Du coup, je trouvais cette histoire originale par rapport aux autres, car c'est un dialogue entre le passé et le présent, et non futur-présent. Qui dit que le passé n'a rien à nous offrir ?

Pardon de ne pas avoir fini, mais j'ai à faire :'(
 
Répondre
#24
Hum, je t'avoue que je n'ai pas vu où se trouvait le dialogue entre deux personnes d'époques différentes, je suppose que ça viendra dans la suite ? Smile
https://i.imgur.com/J28CbjI.png
https://i.imgur.com/4ROz6zA.png
Poppy et
Froggy Frog
veillent sur
vous


50
Armeo Catalena

 
Répondre
#25
Catalena : Il y a pas de soucis ! Big Grin
J'avoue que j'avais déjà l'idée en tête alors que vous me la demandiez ça m'a fais très très beaucoup plaisir comme ce fut un plaisir de l'écrire aussi :3
Gneh.
 
Répondre
#26
Effectivement ça viendra dans la suite.
J'ai besoin d'un long développement avant le dialogue Smile
 
Répondre
#27
Bonjour bonjour. J'ai moi aussi décidé de participer !

J'ai découpé la nouvelle en 3 chapitres.


-La Capsule-


Chapitre 1

https://textup.fr/311918QY


Chapitre 2

https://textup.fr/315559wE


Chapitre 3

https://textup.fr/315572WS



Je publie la suite dès que possible. Si je n'ai pas le temps, considérez que l'histoire se termine à la fin du chapitre paru Smile

EDIT: C'est fait !

https://i.imgur.com/DVdWjeJ.png
 
Répondre
#28
J'aime beaucoup Cyllian, j'ai hâte de voir la suite !
(J'ai juste remarqué une légère coquille : "C'est finalement Théa qui l'a retrouvé, des centaines d'années plus tard.", c'est Adahn qui l'a trouvée, pas Théa, non ? ^^)

Et sinon, il ne vous reste plus que quelques jours pour participer !
https://i.imgur.com/J28CbjI.png
https://i.imgur.com/4ROz6zA.png
Poppy et
Froggy Frog
veillent sur
vous


50
Armeo Catalena

 
Répondre
#29
Je poste bientôt Big Grin
 
Répondre
#30
(17-02-2019, 18:01)Catalena a écrit :  J'aime beaucoup Cyllian, j'ai hâte de voir la suite !
(J'ai juste remarqué une légère coquille : "C'est finalement Théa qui l'a retrouvé, des centaines d'années plus tard.", c'est Adahn qui l'a trouvée, pas Théa, non ? ^^)

Et sinon, il ne vous reste plus que quelques jours pour participer !

Oui merci, je me suis planté en changeant automatiquement les noms ^^'

Je suis beaucoup pris cette semaine, je ne pourrais pas publier la suite avant le week-end prochain. Bonne chance à tous pour le concours Smile
https://i.imgur.com/DVdWjeJ.png
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)