Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Spiritual Healing
#11
Deux autres filles, encore plus jeunes que la première, étaient sorties à peu près au même moment de la Chapelle. Deux petites blondes. William souleva un sourcil. Il se sentait cerné, démuni, voire oppressé! Que lui voulaient toutes ces femmes qui sortaient en même temps que lui?! Elles avaient probablement préparé quelque chose contre lui! Il le savait, les femmes, ce sont toutes des sorcières. Elles vous séduisent et vous manipulent, pour ensuite se débarrasser de vous et cacher votre cadavre dans un fossé quand elles n'ont plus besoin de vous.

Parmi ses habituelles pensées paranoïaques, Will ne put s'empêcher d'imaginer quelques cochonneries, aussi. Mais il se reprit vite; susciter ce genre de pensées faisait probablement partie de leur plan.
Il prit alors une décision qu'il avait rarement l'habitude de prendre. Quitte à jouer dans leur jeu, autant le faire vraiment et peut-être tenter de les amadouer (pour mieux leur retourner leur couteau dans le dos, bien sûr). Il s'éclaircit alors la voix et tenta d'engager la conversation:

- B-Bonjour?

"Le moins que l'on puisse dire, chuchota une voix, c'est que tu ne fais qu'aggraver ton cas." Will secoua la tête, un tic qu'il avait souvent, comme pour chasser ses hallucinations auditives. C'est vrai qu'il ne s'y était pas pris de la meilleure manière, regardant à tour de rôle chacune des filles, ne sachant pas vraiment à qui il parlait.

"A vingt ans, je n'avais déjà plus que du passé."

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au Bout de la Nuit.
 
Répondre
#12
J'ai continué mdrrrrrr


La benjamine du groupe, Alia, se demandait si elle avait choisi le bon chemin en se rendant dans cet établissement.
Au même moment, elle remarqua trois personnes qui étaient sorties au même moment qu'elle. Dont un homme aux airs suspicieux. Cette dernière se dit : "ce jeune homme me semble un peu dérangé. Quoiqu'on l'est tous ici... que peut-bien être son problème? Peut-être a t-il une phobie particulière?" Puis, soudainement les souvenirs envahissants de son évènement traumatique furent de retour. Elle allait tout simplement faire une crise de panique, en hurlant et pleurant. Mais 5 secondes après, elle entra dans un minuscule instant d'euphorie (les plus longs duraient 20 secondes).

https://nsa39.casimages.com/img/2018/08/28/mini_180828060019354332.jpg
Comme une tarée, elle se répétait en boucle dans son esprit : "La vie est belle, si belle!" En tourbillonnant et sautillant dans tous les sens. 15 secondes (exactement) après cet petite phase, elle reprit ses esprits, et vit l'homme qui la faisait se questionner tout à l'heure la regarder d'un air très inquiet. Dans sa tête, ce dernier entendait des voix lui dire : "C'est une fée qui essaie de t'envouter! Méfie toi fortement d'elle". William se disait lui-même : "Mais qu'est-ce que le service attendait pour l'amener à la batterie! Enfin... elle à l'air de s'être calmée, désormais. Quelle nigaude celle-là. D'ailleurs... ai-je pris mes médicaments?!? Les avait-je pris hier? Je ne sais même pas." Une voix rauque lui dit-alors : "Ne les prends pas! Ils sont dangereux pour toi!" Indécis, il était perdu dans ses pensées.
Alia, gênée, détourna le regard vers Priscilla. "Mais qui est cette fille?" se dit-elle... "elle ressemble à un fantôme! Bon, allez tout vas bien, tout vas bien... il faut que je me détente... ce n'est pas un fantôme, ce n'est pas un fantôôôme!"
Priscilla, qui elle traversait une période dépressive était trop occupée à être triste et à se lamenter sur sa vie... elle ne remarqua même pas les trois convives qui sortaient en même temps qu'elle. Elle se disait : "Ma vie est nulle... mes parents me détestent... probablement parce-que je ne dois pas valoir grand-chose comme personne. Pourquoi suis-je dans ce monde?" Elle se mit donc à sangloter, et de ses mains, monta le haut de son manteau sur sa bouche. "Je devrai peut-être allait me reposer, se dit-elle."
William entendit une voix lui dire à ce moment là : "Elle se met à chouiner! Sûrement qu'elle veut te sensibiliser et t'attendrir pour faire des trucs pas nets!"
Wonda, elle, se dirigeait vers la place publique, pour faire comme à son habitude, ses mouvement involontaires. Lesquels? Faire semblant de s'asseoir sur une chaise et d'écrire sur du papier. Cela l'amusait fortement.

https://nsa39.casimages.com/img/2018/08/27/mini_180827054806478025.jpg
 
Répondre
#13
Hahah, le moins qu'on puisse dire choubi-choubi, c'est que ta façon de rp est particulière!

"A vingt ans, je n'avais déjà plus que du passé."

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au Bout de la Nuit.
 
Répondre
#14
Mais MDR je fais la chaise XDDDD jpp Bon j'écrit et je poste :p
 
Répondre
#15
+ Juste pour être sûre Groovix, à part Lampros ya aucun infirmier, médecin ou autre dans le Village ??

"A vingt ans, je n'avais déjà plus que du passé."

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au Bout de la Nuit.
 
Répondre
#16
Wonda était assis là , dans cette grande salle plus communément appelée chapelle...Le soleil traversait la verrière dans une cascade de lumière, auréolant d’or les individus présent dans la salle et projetant sur le carrelage leurs ombre désarticulée.

Elle écoutait sans vraiment écoutée ce que racontait l’homme ce faisant appeler Lampros, le blanc de sa toge éblouissait Wonda qui de sa main droite s'abritait du soleil. Ce qu’il racontait était des plus simples et agréable mais peu importe , elle oublierais surement tout c'est dire dans quelques heures ou jours.


Une demi-heure plus tard l’homme eut fini son discours, Wonda suivit le reste de la foule qui se dirigeaient vers la place public, du coin de l’oeil elle remarque alors qu’un homme immense et maigre la dévisageait , ces yeux était emplie de fatigue et son visage emplie d’un expression a faire froid dans le dos ...A quoi pensait-il ?


Au même moments deux jeune femme blonde passèrent à côté d’eux, Wonda ce sentie oppressée et bousculer la foule elle n’aimait pas. Elle voulu se détacher de ce monde mais au même moments l’homme qui devait faire deux tête de plus qu’elle lui adressa la parole.

Sa voix se faisait confuse et sans confiance.

-B..Bonjours- Dit-il , il essayait vraisemblablement d’engager la conversation.


Alors que le corps de Wonda désirait faire comme la foule il changea d’avis et elle se posta en face à face avec l’homme. Elle s'éclaircit la gorge et d’une voix douce elle prit elle aussi la parole:

“”Bonjour!”” Simple mais rapide.

Un échange bref , ils se regardaient dans le blanc des yeux jusqu’au moment ou Wonda aperçut une jeune femme toute guillerette , ça ressemblait à une danse, ce fut court mais suffisant pour faire osciller Wonda sur ces deux pieds. Elle tourne alors la tête vers la girafe et d’un sourire chaleureux elle poursuit sa conversation.

“” Tu t’appelle comment ? “” Elle se mit en position assise comme si elle s’était installée à une table et elle pris une feuille de papier et un crayon.

Troublant ? quelque peu…...

Je tiens à m'excuser pour les fautes d'orthographe ;;
 
Répondre
#17
Wilhelm Chodkowski
Age : 24 ans
Maladie : Né dans une famille polonaise apaprtenant à la classe moyenne, une malformation cérébrale congénitale avait été détectée chez Wilhelm dès sa plus tendre enfance : seulement, le médecin persuadant les parents que cette dernière n'entraverait en aucun cas à la vie et survie de leur fils, ils décidèrent d'oublier l'idée de l'opérer.
Seulement, un beau jour de juillet, le jeune homme fit soudain une crise : forcé d'être hospitalisé et plongé dans un coma artificiel, ce n'est que lors que ses parents apprirent que la dite malformation avait engendré une épilepsie temporale. Etant trop âgé pour qu'une ablation de la zone concernée du cerveau soit envisageable, Wilhelm fut tout de même mis sous traitement, sans réel succès - au contraire, il a développé à ses 22 ans un syndrome secondaire de déréalisation faisant qu'après chaque crise, il ait du mal a se remémorer ce qu'il s'est passé avant, a des hallucinations et a l'impression de ne pas être dans le monde "réel". Alors, tout le corps médecin ainsi que ses parents agréent à sa mise en centre à ses 24 ans.
Ce que vous faisiez avant d'être malade : Etudiant, il était en dernière année dans son école ingénierie.
 
Répondre
#18
Depuis qu'elle était sortie de cet étrange bâtiment où elle avait écouté le dénommé Lampros déclamer un de ses discours habituels, Priscilla, qui pourtant avait été plongée par ce qu'avait raconté l'homme, sentit la déprime comme la happer tout d'un coup. Que faisait-elle là, dans ce village de fous, loin de sa maison, de ses parents, de sa vie de lycéenne sans histoires ? Sans qu'elle puisse les retenir, les larmes lui montèrent aux yeux et bientôt, elle éclata en sanglot. Toutes les personnes autour d'elle semblèrent ne plus exister, comme si seul son malheur comptait en ce moment. Sa vision, troublée par les larmes, ne lui permit pas de voir à ses côtés les quelques personnes qui l'entouraient.

Elle prit une inspiration, et prit la décision d'aller ruminer loin de la foule qui pourrait la juger sur ses penchants dépressifs. C'est alors qu'après avoir essuyé ses larmes, elle sentit se poser sur elle une paire d'yeux curieux. Elle tourna la tête en direction de leur propriétaire : une jeune fille blonde, comme elle, semblant assez agitée. Elle paraissait sautiller d'un pied sur l'autre tout en la fixant, l'air intrigué. Cette personne ne lui disant rien qui vaille, elle trouva tout de même l'élan de lui lancer un « Vous voulez quelque chose ? » essayant de dissimuler qu'elle venait de pleurer.
https://www.pixenli.com/image/AjwIUfvz

Plus connue sous le pseudo de Catz63.
Lakienne depuis 2008 qui aime discuter avec anciens comme nouveaux.

La réponse à la vie.
 
Répondre
#19
Malgré sa bizarrerie, une des filles, la plus vieille des trois semblait-it, avait décidé d'engager la conversation avec lui. Elle le salua en retour, avant de poursuivre avec un sourire chaleureux:

- Tu t'appelle comment? lui avait-elle demandé, avant de s'asseoir à une table et d'empoigner un crayon que William voyait lui aussi tant bien que mal.

Will fut très surpris de cette réaction. En général, les gens avaient l'air intimidé par lui; pas celle-ci visiblement. Cela, évidemment, ne rendait Will que plus suspicieux. Que mijotait-elle? Il se posa un instant la question de savoir s'il était plus prudent pour lui de lui donner son vrai nom, ou pas. Mais Will n'était pas dupe, tous les acteurs de cette mascarade savaient très bien son nom, et essayer de se faire passer pour quelqu'un d'autre ne ferait qu'aggraver son cas.

- William Stuart, enchanté. répondit-il. À qui ai-je l'honneur? continua-t-il.

Les deux autres filles avaient des comportements très bizarres, l'une semblait euphorique, et l'autre, déprimée. Mais Will n'oubliait pas qu'il se trouvait dans un asile de fous, et qu'elles le soient réellement, ou qu'elles essayent de lui faire croire, ne changeait rien au fait que cela impliquait évidemment des comportements étranges. Il ne fit donc aucun commentaire.

On commence a avoir du monde finalement! Big Grin

"A vingt ans, je n'avais déjà plus que du passé."

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au Bout de la Nuit.
 
Répondre
#20
Citation :les femmes, ce sont toutes des sorcières. Elles vous séduisent et vous manipulent, pour ensuite se débarrasser de vous et cacher votre cadavre dans un fossé quand elles n'ont plus besoin de vous.
Quoi, c'est pas vrai en fait ?  Huh

(28-08-2018, 20:03)sophiepanzer a écrit :  + Juste pour être sûre Groovix, à part Lampros ya aucun infirmier, médecin ou autre dans le Village ??
Pour l'instant ouais. 



Bon, pour ce post je suppose que vous vous trouvez tous au même endroit, à peu près.

Un homme, plutôt petit, avec une allure de hippie, s'approche de vous. Il a vu un groupe de petits nouveaux, il s'est dit qu'il était de sa mission de les intégrer au Village...

"Salut les nouveaux. Je m'appelle Alberto, je suis ici pour vous aider à découvrir le Village. Et vous, vous êtes qui ?"

Vous vous présentez les uns après les autres. Ce type a l'air normal, il est peut-être moins fou que les autres. Une fois que vous avez fini de vous présenter, il reprend la parole.

"Très bien. Écoutez, ici, il est fréquent d'organiser une petite réunion de bienvenue pour tous ceux qui arrivent. C'est un rituel qui permet à votre âme de s'accorder avec la Vibration. Ça a lieu au temple, suivez-moi."

Alberto commence à marcher joyeusement vers la place publique, à coté de laquelle se trouve le temple...

Suggestions :
> Le suivre
> Lui poser des questions sur le rituel
> Lui poser des questions sur LUI
> Ne pas le suivre et se barrer discrètement
Comme ça, dans 10 ans, quand Christopher Nolan dira que j'ai été sa principale source d'inspiration, tu pourras affirmer fièrement "j'y étais".
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 2 visiteur(s)