Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Arrêts.
#1
Arrêts.


    Pluie. Il pleut dans l'autre monde que j'aperçois. Ce sentiment de sécurité me met encore plus à l'aise.
Je suis assis. Je suis toujours assis. C'est comme ça qu'il faut être de toute façon, il n'y a pas d'autre alternative ici... enfin je crois.
A côté de moi, d'autres gens sont assis. On est tous assis vous comprenez?
Je n'ai pas envie de quitter ce monde. Il est encore trop tôt.
Certains parfois se sentent prêt. Il décident d'en finir. De s'arrêter là. De ne pas aller plus loin.
Ils se lèvent alors.
Personne n'essaye de les retenir. A quoi bon, s'il sont sur d'eux, personne n'arrivera a les dissuader de rester là. Assis.
Les gens se tiennent debout un instant. Puis un craquement résonne... et ils disparaissent.
Des grands-mères, des enfants, des étudiants... s'en vont ainsi régulièrement. Décidant de ne plus rester là à rien faire et de reprendre leurs vies en main.
J'ai pas envie d'y aller. Ca voudrait dire se remettre à assumer sa propre vie. J'aime bien rester hors du temps ici. Le silence est reposant.
Et puis de toute façon dans la vrai vie il pleut. Les gens qui s'enfuient ont encore plus de courage. Il pleut quoi.
De la vrai pluie.
La "bulle" est toujours remplis. C'est assez magique mais c'est comme ça. En effet, toute personne qui s'en va est remplacé automatiquement.
Enfin... automatiquement... c'est vite dit.
Disons que régulièrement -tout aussi régulièrement que les départs- des gens arrivent, les cheveux mouillés du dehors, marchent un peu puis s'installent sur le premier fauteuil à leurs portées.
Humm...
La voix vient de se réveiller. La voix se réveille environ tout les demi-heure... c'est une voix féminine assez jolie. Elle énumère... les arrêts.

Arrêt: Nantes

Ah! C'est moi! Bon.. je me décide à partir moi aussi alors.
Ce voyage en train n'aura pas été si long... et confortable surtout.
Bon. Nantes c'est pas en Bretagne. Mais il pleut quand même. C'est normal. C'est pas le sud m'voyez.
Bref. A un de ces quatre!






Et vous?
Ce train lakien? Où est-ce qu'il vous déposerait?
Ecrivez un peu, beaucoup ou presque pas du tout.
Racontez l'histoire d'un arrêt, d'une minute, où d'un trajet.
Faîtes vivre ce train pour ne pas qu'il meurt le même jour que sa naissance.
A vous!
 
Répondre
#2
-Je suis pas sûre d'avoir compris mais je me lance XD-

Le soleil tapait si fort que certains d'entre nous croulaient sous le poids de l'étouffement. Je crois que... ça restera le pire voyage que je n'eusse jamais fait. Je sortais mon petit chiffon en carton toutes les deux secondes. Cette torture infinie me laissait seul avec les secours me fixant et attend mon heure. Je resterais! Je résisterais! Quand je fus arrivé sous le soleil de Marseille je me pris tellement de coups de soleil que je fus bien obligé à courir la valise sur ma tête. Un conseil : ne jamais JE DIS BIEN JAMAIS aller à Marseille en été! 




Arrêt Marseille...
Chers lakiens,
Vous m'avez porter jusqu'au succès.


Vous avez fait couler mes larmes tout aussi bien que vous les avez retenushttp://www.smiley-lol.com/smiley/tristes/sorrow.gif
Vous m'avez écouter et jamais baffouiller
Vous m'avez fait rire,
murir,
penser, rêver!
Aujourd'hui comme hier je ne l'ai jamais assez dit
Je n'ai jamais assez dit comme je vous aimaient
Vous avez changer ma vie et vous êtes 
comporter comme des frères, des soeurs, des maris,
des épouses. Il y à bien longtemps que je ne vous ai pas dit 
à quel point je vous aime.
Certe je ne vous le dirais surment jamais,
mais si je le dis je vais pleurer.
Alors je vous l'écris. Je vous aime 

 
Répondre
#3
" ... Ce train a pour terminus: Cergy le haut "


A vrai dire c'est un peu triste, mais le trajet est mon moment préféré: c'est le seul moment où j'ai une bonne excuse pour ne rien faire
Je connais par coeur les inscriptions protohistoriques qui ornent le tunnel de béton dans lequel nous avançons. Ce sont des ornements d'un autre temps écrit dans un langage que je connais pas, mais je peux lire: " MDMA" "pense" "oak" "miclo" et d'autres qui semblent être des noms de guerriers défunts

Je connais par coeur les noms des comtés inconnues que nous traversons et je les énumère dans ma tête comme une comptine

Je connais par coeur le chemin: tout le tunnel noir, puis les premières lumières du dehors qui te rappellent que tu es toujours bel et bien sur terre; puis le dernier bout de tunnel, compte 1 minute, et enfin le jour qui s'ouvre. Je retrouve les tours grises qui entourent la "bulle" de tout les côtés. Puis à gauche, les arcs et les ponts que je rêve futuristes, et à droite une usine abandonnée, au choix. On avance, le décor change encore: il y a le fleuve miroir qui reflète le ciel, et les buttes de poudre noirs


"... Vérifiez que vous n'avez rien oublier..."

Aah, arrivée. Je vérifie que je n'ai rien oublié en effet. Je suis déjà fatiguée et le voyage n'est pas terminée. Je n'ai pas envie de descendre, mais tant pis; je suis la foule.
 
Répondre
#4
Il pleut mais y'a une beurette bien roulée à quelques mètres de moi donc ça va.

Arrêt : Le Havre.
Comme ça, dans 10 ans, quand Christopher Nolan dira que j'ai été sa principale source d'inspiration, tu pourras affirmer fièrement "j'y étais".
 
Répondre
#5
(26-01-2016, 21:52)Abacaxi a écrit :  -Je suis pas sûre d'avoir compris mais je me lance XD-

Le soleil tapait si fort que certains d'entre nous croulaient sous le poids de l'étouffement. Je crois que... ça restera le pire voyage que je n'eusse jamais fait. Je sortais mon petit chiffon en carton toutes les deux secondes. Cette torture infinie me laissait seul avec les secours me fixant et attend mon heure. Je resterais! Je résisterais! Quand je fus arrivé sous le soleil de Marseille je me pris tellement de coups de soleil que je fus bien obligé à courir la valise sur ma tête. Un conseil : ne jamais JE DIS BIEN JAMAIS aller à Marseille en été! 




Arrêt Marseille...

Mdrrr Aba !! T'exagères un peu non ??

(A moi !)
Dernier bisous à maman et petit frère... Je m'assoie... Le train part. Un dernier regard vers la mer, la Bonne Mère... Un soupir. Peu être reverrai-je tout cela dans un mois... Mais un moi c'est long.
Le TGV roule, roule, roule. j'écoute de la musique. Parfois je lis. Parfois je regarde un film.
Puis à l'horizon, ce n'est pas la mer, ni la Bonne Mère qui se dresse, mais "le Crayon". On est arrivé.
C'est reparti pour un tour.
Le boulot,
La fac,
Loin de ma famille.

Arrêt : Lyon Part-Dieu
https://i.imgur.com/EP1QgFf.gifhttps://i.imgur.com/w0Fcppq.pnghttps://i.imgur.com/I2kRwIp.gif

Anciennement Valouletauro / Magnifique signature de Koushak ♥
 
Répondre
#6
(26-01-2016, 23:55)valouletauro a écrit :  
(26-01-2016, 21:52)Abacaxi a écrit :  -Je suis pas sûre d'avoir compris mais je me lance XD-

Le soleil tapait si fort que certains d'entre nous croulaient sous le poids de l'étouffement. Je crois que... ça restera le pire voyage que je n'eusse jamais fait. Je sortais mon petit chiffon en carton toutes les deux secondes. Cette torture infinie me laissait seul avec les secours me fixant et attend mon heure. Je resterais! Je résisterais! Quand je fus arrivé sous le soleil de Marseille je me pris tellement de coups de soleil que je fus bien obligé à courir la valise sur ma tête. Un conseil : ne jamais JE DIS BIEN JAMAIS aller à Marseille en été! 




Arrêt Marseille...

Mdrrr Aba !! T'exagères un peu non ??

(A moi !)
Dernier bisous à maman et petit frère... Je m'assoie... Le train part. Un dernier regard vers la mer, la Bonne Mère... Un soupir. Peu être reverrai-je tout cela dans un mois... Mais un moi c'est long.
Le TGV roule, roule, roule. j'écoute de la musique. Parfois je lis. Parfois je regarde un film.
Puis à l'horizon, ce n'est pas la mer, ni la Bonne Mère qui se dresse, mais "le Crayon". On est arrivé.
C'est reparti pour un tour.
Le boulot,
La fac,
Loin de ma famille.

Arrêt : Lyon Part-Dieu

Bah si justemment c'est le but XD
Chers lakiens,
Vous m'avez porter jusqu'au succès.


Vous avez fait couler mes larmes tout aussi bien que vous les avez retenushttp://www.smiley-lol.com/smiley/tristes/sorrow.gif
Vous m'avez écouter et jamais baffouiller
Vous m'avez fait rire,
murir,
penser, rêver!
Aujourd'hui comme hier je ne l'ai jamais assez dit
Je n'ai jamais assez dit comme je vous aimaient
Vous avez changer ma vie et vous êtes 
comporter comme des frères, des soeurs, des maris,
des épouses. Il y à bien longtemps que je ne vous ai pas dit 
à quel point je vous aime.
Certe je ne vous le dirais surment jamais,
mais si je le dis je vais pleurer.
Alors je vous l'écris. Je vous aime 

 
Répondre
#7
Le visage coller à la vitre, je regarde d'un œil intéressé le paysage qui défile devant mes yeux. Des dizaine de paysages passe sous mes yeux; des forêts urbaines, des champs, des plaines... Ils défilent à grandes vitesses. De la même façon qu'on tourne les pages d'un livre d'images, les paysages sont changeant. Nous sommes tous immobiles alors qu'à l'extérieur tout est mobile. Nous sommes comme à l'écart de la continuité du temps, nous allons d'un point A à un point B et pourtant, nous demeurons immobiles. Enfin, nous ne sommes pas vraiment immobile , c'est les lieux tout autour de nous qui est en mouvement alors que nous, nous demeurons simplement assis tout le long du trajet.
Les rayons de soleil flirtent avec les petites gouttes de pluie, créant un magnifique arc-en-ciel dans le ciel d'octobre. Il fait un peu froid au dehors, mais ici, il fait bien chaud. Mes yeux parcourent un instant le wagon dans lequel j'ai pris place. Toutes les places sont occupées, enfant, adolescents, adultes ou encore personnes âgées, tous ici sont rassemblés dans un même endroit. Personne ne se regarde, ils se distraient comme ils le peuvent. Pour certains ces trajets sont quotidien, pour d'autres juste une étape à leur parcours.
Les points de vue divergent, pour certaines personnes, le trajet correspond au moment où ils ont une raison de restés assis à ne rien faire. Pour les autres, juste un moment interminable. Pour moi, je suppose que cela dépend des circonstances.
Les personnes viennent et repartent. Personne ne reste indéfiniment ici, les places se vident, se remplissent et au final, resteront vides à la fin de la journée jusqu'au lendemain. C'est triste lorsqu'on y pense, après avoir accueillie tant de personne, après avoir entendu autant de brouhaha; se retrouver d'un seul coup seule, dans le silence de la nuit, sans âme qui vive jusqu'au lendemain matin.
La voix robotique retentît régulièrement, informant les passagers des arrêts imminent. Certains visages se crispe ou s'illumine car ils savent que c'est ici qu'ils descendent, d'autres demeurent impassibles car cela ne les concerne pas. Le paysage ralentit doucement pour finir par se figé. On entend un crissement, puis le « psshhh » sonnant l'ouverture des portes.
Je me lève, c'est ici que je descend. Le dehors m'apparaît comme un nouveau monde, un univers qui se déroule face à moi. Pourtant ces paysages je les connais par cœur : ces immeubles, ces rues, ces voitures... Je descend, une étape de ma vie se ferme en même temps que ces portes, et une autre s'ouvre comme la ville qui s'offre à moi. Cette étape se refermera en fin de semaine et s'ouvrira à nouveau en début de semaine.

Arrêt : Amiens
http://orig04.deviantart.net/93c6/f/2013/142/c/7/kotori_with_kurumi_cover__date_a_live__by_hikaruxkotori-d6417m9.png"je crains autant ce que j’ignore… que ce que je sais ! Depuis toujours ce qui m’effraie le plus c’est moi-même" Pandora Hearts
Ma Méli d'amour♥ Mel et Mira je vous aimes♥
Merci à ma Melounette pour cet ava♥
 
Répondre
#8
(J'AI RATÉ MARSEIIIILLE
Et franchement il y fait moins chaud que dans les Cévennes, même en été les gars
J'editerais, je suis en cours #ThugLife)
Sorry Dante... I'm bagging this bitch
https://steamuserimages-a.akamaihd.net/ugc/939456277357211018/D0B8C4393D27D063774AAE051293309A404B6F85/
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)