Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le Bar. [mélange de rpgs]
#91
-... on sait ce que va être ton futur actuel! Une descente dans les égouts!

Quoi de plus féérique qu'une demoiselle aux habits de princesse rose bonbon tombant dans une bouche d'égout sans qu'on lui ai demandé son avis.
Tentant de se recoiffer du mieux qu'elle peux, Mama se relève, les yeux plissés. On y voit mal ici. Et puis ça ne sent pas non plus extrêmement bon. Levant la tête, Mama constate que Balthazar n'est pas déterminé à la rejoindre...
Bon. Hmm... positivons, positivons, positivons. 
La sorcière étire ses gants blancs (autrefois au "chevalier" dont Balthazar avait fait référence quelques minutes plus tôt), il est temps maintenant de mettre la main dans le cambouis. 

Quelques pas plus tard... 
Mama entend un bruit. Un couinement. 
L'intuition de Balthazar était bonne. 
Un énorme rat d'égout passe devant la sorcière...
... le ticket de loterie entre les pattes. 

- S'il vous plait.. mon chéri!

Le rat s'arrête et se tourne vers la sorcière. 
Mama soupire de joie... le rat, pense t'elle, à l'air de la comprendre.

- Ecoute.. Bonjour! Je suis Mama... une fée... ou sorcière.. bref tout ce que tu veux mais je suis magique!

Le rat ne bronche pas.


- J'aimerais beaucoup ce papier que tu as entre tes pattes... je suis sur que nous pouvons trouver un arrangement. Je peux te lancer un sort si tu veux..? 

Toujours aucune réactivité du rat. Quelques secondes de silence passent...
Mama s'impatiente et se jette à terre sur l'animal pour tenter de lui arracher son ticket d'or.
Le rat, paniqué, lâche le billet... qui retourne à ses pirouettes dans les airs. 
Son vol cette fois, comme une malédiction, finit dans l'eau croupi... dans un cri d'exaspération de Mama.
La sorcière se tournant vers le rat, elle lui lance un regard assassin qui fait fuir la bestiole. 

Mama se retrouve seule. 
De ses doigts, dégoûtée, elle soulève ce qui reste du billet de l'eau sale. 
Après tout, un peu de magie et le tour est joué, n'est-ce pas.
Mama se concentre. 
S'il te plais, magie... fais que ce papier retrouve sa consistance d'entant. 
S'il te plais..
Allez quoi..
S'il te plais.......

Rien.

Pourquoi rien??! Pourquoi plus rien ne marche?!! 
L'étincelle dans ses yeux que Mama a toujours gardé commence a vaciller... s'embuant peu à peu.
Allez quoi... Mama n'a pas pleuré depuis des siècles, ce n'est quand même pas aujourd'hui que..
Derrière elle, le rat revient doucement, intrigué.
ALLEZ! S'Il te plais.. magie.. 
Une goutte tombe sur le ticket déjà bien assez mouillé comme ça.

De longues minutes passent. 

Mama tente de se remaquiller un peu.
Elle semble avoir reprit sa fausse contenance pour garder les apparences. D'une voix sur, les yeux fixant son miroir de poche tout en se rajoutant du mascara, elle s'adresse au rat.
- Ecoute mon chéri, la p'tite larme là, ça reste entre toi et moi. 
Hasard ou non, le rat couine.
Mama se relève. Dans son corset, elle a placé le petit morceau de papier déchirée et machée, anciennement le ticket gagnant.
Evidemment, ils sont perdus.
Mais évidemment que ça ne fait pas peur à Mama. Elle en a vu d'autres n'est-ce pas?
Mama part en avant.
S'arrêtant, elle tourne la tête, 
- Bon, mon chéri, tu me suis?
Le rat, qui n'avait pas bougé, se met en marche, à la suite de la sorcière.
Tout deux s'enfoncent dans les égouts à la recherche d'une sortie.

________________________________________________________________________________​____________


En haut. 
Agathe sort de sa soirée avec son ami. 
Sur le chemin, qu'elle n'est pas sa surprise de retomber sur le champignon! 
- Dites donc! 2 fois en une soirée! Quel hasard!
Balthazar, qui était partit pour une bonne sieste se réveille dans la décapotable.
Mon dieu!! Quelle heure est t'il?! Pourquoi Mama n'est toujours pas revenu?
Le champignon regarde Agathe.. puis la bouche d'égout.. puis Agathe.
Quelque chose lui dit qu'ils vont devoir partir à la recherche de ce fameux ticket par eux même.
Et retrouver Mama.
Retrouver la magie.
L'aventure commence maintenant.
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#92
- Dites donc ! 2 fois en… Se redressant en suffoquant à moitié, Balthazar s'exclame :
- Je viens de faire un arrêt cardiaque ! Il faut que j'aille aux toilettes ! Laissez-moi al… Puis il s'arrête soudain en plein milieu de sa déclaration mélodramatique, réalisant que son cœur va très bien, en fait. Ce n'était qu'un cauchemar. Mais d'ailleurs, en parlant de cauchemar… Où est-il ? Où est Mama ? Et c'est qui celle-là déjà ? Pourquoi sa tête lui dit quelque chose ? Le champignon nage dans un océan d'incompréhension embrumé de sommeil, où les nappes de brouillard commencent tout juste à se replier pour le laisser groggy. Il chavire et tente de se raccrocher à ses derniers souvenirs. Et soudain, une ampoule s'allume dans sa tête. Il se remémore la soirée. Le bar, la jeune femme, le ticket de loto et… 
- Les égouts !!
C'est sorti tout seul. En seule réponse à la jolie formule d'Agathe. "Les égouts". Et le voilà qui, en plus de n'être qu'un végétal, va en plus être catalogué comme fou à lier, alors qu'il a besoin d'elle pour récupérer et l'argent, et la sorcière. Tout seul, il se ferait dévorer par les rats ! Alors, s'époussetant tranquillement, le majordome reprend contenance pour expliquer l'air de rien :
- Il s'avère que vous aviez peut-être parié tous les bons numéros de loterie, et que nous avons peut-être gardé le billet par inadvertance lors de votre sortie, billet qui, contre toutes attentes, s'est envolée dans la ville et a terminé son vol plané dans les égouts ! Quel hasard, vous ne trouvez pas ?! Le plus drôle étant que mon amie s'est en conséquence volontairement désignée pour aller le récupérer (vous imaginez, quelle gentillesse ?!) et s'est visiblement perdue en chemin ! C'est cocasse, non ?!
Jamais il n'avait proféré un si long monologue, manier longtemps l'art de la parole lui était difficile et sa bouche n'était pas réellement formée pour. Mais à circonstances exceptionnelles, actions exceptionnelles ! 
La jeune demoiselle le regarde, bouche bée. Il ne comprend pas trop si elle est furieuse, incrédule, ou les deux. Toujours est-il qu'il est sûr d'une chose : il doit aller dans ses égouts et il n'ira pas tout seul. Il n'y a pas 36000 solutions pour lui permettre d'aller chercher Mama, donc. Aussi, trébuchant (involontairement bien évidemment), il pousse Agathe par le trou resté béant et se jette avec.


--------------------------


- Aïe ! Se frottant le chapeau, Balthazar grimace, il ne pensait pas que la chute serait si rude. Et puis, une fois ses jérémiades oubliés, il ose regarder autour de lui. Il fait bien sombre ici. Ca va ? lance-t-il à la cantonade. Il n'arrive pas à apercevoir sa nouvelle alliée. Est-ce cette chose, recroquevillé là-bas ? Non, ce n'est rien qu'une vieille chemise. Mais que fait un vêtement ici, abandonné dans une partie de la ville jamais visitée, même pas par le service d'hygiène et sécurité de la ville ?! Le végétal frissonne. Il n'ose pas le dire, mais il a peur. Alors, pour se donner du courage, il commence à chanter, alors qu'Agathe se relève difficilement en grognant.






Plus loin, bien plus loin, Mama et le rat se dandinent en rythme, l'un derrière l'autre.
 
Répondre
#93
Sur le rythme d'une musique sortit de nul part, Mama et le rat se dandinent en marchant...
en marchant...
en marchant..
en... marchant;..

Mama ne compte désormais plus depuis combien de temps elle marche.
Un peu fatiguée dans les jambes, la sorcière s'arrête. C'est quoi ces égouts sans sorties la?! Qui a imaginé ça?!
Le rat couine.
Mama tourne la tête... dans la rivière d'eau sale de la ville, une barque tangue...

- Bah non.

Le rat recouine. Mama soupire. Ok ok...
La sorcière relève les pans de sa robe et glisse un premier pied sur la barque.. celle-ci s'enfonce un peu plus dans l'eau croupie. Le rat ne pesant pas lourd, Mama est tout de même sur qu'il ne suffit qu'eux d'eux pour faire couler la petite embarcation.
Le rat lui, attend sur la barque que Mama se décide.
Il fait sa petite bouille la plus mignonne, celle qui dit "alleeez, vient! ça va être fun je te promet!".

- Comment tu t'appelles déjà?

Aucune réponse.

- Je vais t'appeler Arthur. C'est le nom de mon ex, et c'était un vrai rat. 

SCRAAAASH
Tout en parlant, la sorcière a déchiré une énorme partie de sa robe bouffante... retirant 30kg en moins sur elle. Ca en moins, ils ne risqueront pas de couler. 
Déterminée, Mama se noue un de ses turbans déchirés dans les cheveux, ressemblant ainsi à une féministe des années 50.

- Arthur. Attache toi.

 
https://www.youtube.com/watch?v=asjzZ0-Zk8Y

YOOOOOOOOOOOUHOUUUUUUUUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
Pour la première fois depuis longtemps, Mama s'amuse.
L'excitation de la vitesse, plus forte que celle de la décapotable de tout à l'heure, et la sensation de ne rien contrôler sont totalement jouissives pour la sorcière. 
Arthur aussi a l'air d'apprécier le voyage. Au bout de quelques minutes cependant, la petite bête se penche par dessus bord pour vomir ses tripes. Mais ce haut le coeur n'est rien pour le rat.. comparé au plaisir pour lui d'observer dans les yeux de Mama cette fameuse étincelle, plus forte que jamais.
Les long cheveux blonds de la sorcière glissent en arrière, volants d'amusement et jouant avec le vent, que dis-je, la tornade aérienne que cette descente en barque leur inflige. 

Mama éclate de rire.. la descente en rafting ralentit et semble bientôt toucher à sa fin.
Qu'est-ce que ces montées d'adrénaline lui ont manqué!!! Pourquoi n'en a t'elle pas eu depuis si longtemps?
Pourquoi Balthazar et elle se sont petit à petit enfermés chez eux pour ne sortir que très rarement?!
Petit à petit, Mama se rend compte que la magie n'est pas la seule chose à avoir disparue dans sa vie.
L'excitation de l'aventure aussi ne fait depuis bien longtemps plus partit de son quotidien.
Mais... pourquoi? 
Doucement... le chemin de ses questionnements se trace. 
Les réponses, elles, ne sont désormais plus qu'à quelques mètres.

- Arrêtons nous là mon chéri. 


__________________________________________________________

Ce ne sera que plus tard, qu'Agathe et Balthazar retrouveront la barque, attachée sur le rebord à l'aide d'un des turbans de la robe de Mama.
Devant eux, un crâne humain vient annoncer la fin des égouts.
Bienvenue dans une des entrées secrètes des catacombes.
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#94
Il n'avait pas fallu longtemps avant qu'Agathe suive Balthazar en fredonnant les accords de la chanson du champignon. Finalement, cette situation était assez rigolote, et ça lui ferait une tonne d'histoires à raconter lors de ses futures soirées ! Le personnage qui l'accompagnait méritait à lui-seul le coup d'oeil, de par son apparence et ses aptitudes spectaculaires ; mais également de par l'usage qu'il faisait des mots. Il avait beau essayer de faire croire que parler n'était pas pour lui, il n'était finalement pas très crédible. D'ailleurs, la jeune femme s'était si vite habituée à cette nouvelle compagnie qu'elle avait vite proposé au spécimen de le porter. A vrai dire, la question ne s'était d'ailleurs jamais réellement posé, puisqu'il s'était jeté sur elle en hurlant de terreur la première fois qu'il avait entendu une espèce de couinement au loin.

Marchant d'un bon rythme, il arrivèrent relativement rapidement à l'endroit où Mama avait abandonné une bonne partie du tissu qui composait son affolante tenue plus qu'encombrante. Aussitôt, en apercevant cela, le champignon sauta du dos d'Agathe pour s'enfouir dans les bouts de robe salis et ternis.
- Noooooon ! Mamaaaa…. Mama ! Oh pourquoi toi ?! Pourquoi Seigneur ?! Et si jeu-eune… 
Cette sortie exubérante et sa phrase se terminant dans un hoquet poussèrent sa nouvelle compagne de marche à poser sa main sur son chapeau, compatissante, pour le rassurer. Mais alors, sa tête partit en arrière dans un éclat de rire gras et fourbe tandis qu'il s'exclamait :
- Je t'ai bien eu, tiens ! Allez princesse fais pas cette tête, je sais par où ils sont partis - du doigt, il montrait un renfoncement un peu plus loin. Ce qu'ils ne savaient pas, alors, c'était que Mama et son rat étaient loin d'être partis par là. De toute manière, ils n'étaient même pas au courant que celle-ci s'était déjà trouvée un nouvel animal de compagnie, un remplaçant, sommes toutes, non ?! Aussi, la stupeur d'Agathe passée et la honte de s'être ainsi faite avoir comme une bleue, ils prirent le chemin des catacombes, s'enfonçant toujours plus loin dans les ténèbres. Peut-être auraient-ils pris une autre décision s'ils avaient vu le crâne humain luire dans l'obscurité. Mais ce n'était pas le cas.

--------------




- Balthazar, arrête de ma chatouiller, souffla Agathe, toutes formes de réserve ayant maintenu disparu.
- Mais je n'ai rien fait ?! lui répondit une voix s'étranglant à moitié de surprise, comme outrée qu'elle ait pu le croire capable de faire ça.
- Ne dis pas de sottises, je sens bien que tu n'arrêtes pas de m'effleurer… Arrête !
Agressive, la jeune femme s'arrêta nette, ce qui eu comme résultat un carambolage de champignon. Tu n'es pas drôle ! Dans ses yeux brillaient une étrange lueur, comme de la peur sourde qui se serait fixée dans ses pupilles à force d'être trop concentrée dans son cœur. 
- Mais je n'ai rien fait je te dis ! 
Le champignon, lui, commençait à être réellement en colère. Il n'y était pour rien si cette douillette prenait le moindre courant d'air comme une attaque personnelle ! Et puis d'abord, comment aurait-il pu faire comme si de rien n'était alors qu'ils marchaient à côté ?! Bon d'accord, il faisait très sombre et elle ne pouvait que difficilement apercevoir ce qu'il faisait, mais et alors ?! Lui ne l'accusait pas d'avoir une haleine fétide par exemple, il savait que c'était juste dû aux égouts ! Aussi, remonté comme une pile électrique, Balthazar se lança dans une longue tirade :
- Je n'accepte p...
Enfin, c'est ce qu'il aurait voulu faire, s'il n'y avait pas eu ça. Derrière eux. Des dizaines et des dizaines de petits yeux jaunes aux pupilles noires fendues comme deux traits qui les observaient de loin. Enfin d'ailleurs, de pas si loin que ça. Surtout qu'ils se rapprochaient. 
- Ils se rapprochent ?! Ils se rapprochent ! Cours ! Cours !
Démarrant comme un dératé, le champignon prit la fuite, sans même regarder si Agathe suivait derrière. De toute manière, avec ses grandes jambes, elle aurait vite fait de le rattraper. D'ailleurs, en deux secondes, la jeune femme l'avait attrapé sous le bras pour partir de plus belle. Malheureusement, les centaines de chauves-souris qui le poursuivaient, dérangées par le son de leurs voix, volaient bien plus vite et eurent tôt fait de s'enfoncer dans leurs bras, leurs jambes, leurs vêtements, s'agrippant aux cheveux d'Agathe et au chapeau de Balthazar qui se jetèrent tout deux en hurlant à terre. Protégeant du mieux qu'ils le pouvaient leur visage et les parties de leur corps non couvertes par des vêtements, ils fermèrent les yeux en attendant que le cauchemar passe.

Et puis soudain, tout devint calme. Beaucoup trop calme. Mais nos deux héros s'en moquaient, ou firent semblants de ne rien remarquer, alors qu'ils se relevaient, pantelants, en examinant leurs blessures de guerre sous la faible lampe du téléphone d'Agathe.
Jusqu'à ce qu'un grand coup de vent vienne leur faire lever les yeux. 
Pour apercevoir une horde (une horde ?!) de squelettes luminescents.
- Non mais attends là… On a pas atterrit dans les catacombes hantées de Paris ?! gémit Balthazar sans même avoir le réflexe de partir en courant.


_________________________________________________________


De leur côté, Mama et Arthur sont tous les deux assis par terre. Enfin dirons nous plutôt que Mama est assise par terre et qu'Arthur se contente juste d'être le rat qu'il a toujours été. Ils discutent, de tout et de rien. Enfin plutôt, Mama parle et le rat semble acquiescer, parfois, aux paroles de la sorcière. Du moins, c'est ce qu'elle souhaite croire. Ils sont loin de se douter qu'à quelques centaines de mètres seulement, perdus dans des dédales, Balthazar et Agathe affrontent la mort.

- J'ai un petit creux, moi, tiens.
 
Répondre
#95
ps: depuis le début d'ailleurs, je réutilise presque que des "musiques d'ambiance" que j'utilisais déjà à l'époque hehe

https://www.youtube.com/watch?v=2xvV-t6G-nY


- J'ai un petit creux, moi, tiens.

Le rat regarde Mama effrayé. 

- Mais non j'vais pas t'manger, bécasse.

Le rat soupire de soulagement.
Bon. Mama tente, sans trop y croire, une divination. 
Le sorcière se lève, ferme les yeux puis se met à renifler l'air.
On se l'avoue, ça fait aussi un peu de bien d'essayer de se concentrer sans avoir les gémissements râleurs de Balthazar en bruit de fond.
 
- Mon chéri.. ça doit être par là...

Partant dans la direction que lui prédit son intuition, Mama tourne la tête vers le rat. 
Arthur lui, est partit dans le sens opposé, l'air sur de lui.
Mama tente de ne rien laisser paraître mais tourne les talons pour suivre son nouvel ami.
Reconnaître qu'elle fait plus confiance en lui qu'en son propre don lui ferait un peu mal au coeur en temps normal. Mais là elle a faim en fait.

Quelques mètres plus tard, le duo arrivent devant l'entrée des catacombes a côté duquel ils avaient laissé la barque.
Mama avait préféré ne pas s'y aventurer et continuer à longer l'eau crépis... mais maintenant qu'Arthur et ses propres bruits de ventre insistaient... Allez, pourquoi pas.
La sorcière avance. 
Il ne lui suffit que d'un pas pour heurter un crâne.

Mama plisse les yeux.
Ce crâne, elle le reconnait.
https://wir.skyrock.net/wir/v1/resize/?c=isi&im=%2F6439%2F81536439%2Fpics%2F3058250143_1_5_NSbt6ryY.jpg&w=446
Un flash back lui revient.
Le premier grand méchant des surnaturels. Faisant baver n'importe quel corps dont il prenait possession. 
Nemo.
Comment s'est t'il retrouvé mort ici? Bonne question.
Toujours est t'il qu'il ne suffit que de l'apparition d'un souvenir pour alors en faire venir une rafale à Mama.
Les surnaturels. Vision de Kate, Olivier et Maëva. Sa rencontre avec eux. Souvenir de Charlie et Tristepin arrivant catastrophés chez elle car Nemo a prit possession du corps d'Angelo. Ses chansons. Vision d'Angelo chantant Treasure puis de Zoé plaquant Peter en chanson.  Ses aventures. Tristepin entrainant Ashley au combat. Ses excitations. Cette magie. Cette magie!!
Sans prévenir, Mama se met à éclater de joie. Riant comme une gamine, elle sautille sur place. 
Les souvenirs des surnaturels et de cet âge d'or l'euphorise totalement. 
Voila.
Voila ou est partit la magie. Elle est partit en même temps qu'eux. Voilà sans doute la clé. 
Et peut être qu'en les retrouvant...
Continuant de rire d'excitation, Mama se saisit du crâne de Nemo pour lui administrer un baiser. 

Oups. Erreur. 
Le crâne était en fait pilier d'une gigantesque masse de squelettes morts. La pile commençant à trembler, Mama recule doucement.
- Mon chéri, je crois que maintenant que je tiens une piste.. il est temps de partir. 
Pas besoin de le préciser pour le rat, Arthur a déjà prit ses jambes à son cou. 
Le binôme (et la tête de Nemo que Mama a continué de porter) à tout juste le temps de sauter à nouveau dans leur ancienne barque que l'amas d'os se fracasse dans une fumée de poussière. 

Au même instant, Balthazar et Agathe se ruent vers la sortie des catacombes.
PATATRAAAAAAAAABLABLABIDHEROECEZCZ
Balthazar ferme les yeux face a la tornade de poussière qui leur fait face.
Quand il les rouvre... quel effroi de constater que l'entrée est désormais totalement bouchée, les séparant sans le savoir de quelques mètres de Mama et Arthur... et les bloquant surtout en compagnie des squelettes qui commencent à arriver en courant.
C'est la fin.
Le champignon trépigne de rage. Comment ça se fait là?! Eux qui ne sortent jamais avec Mama d'habitude!! Encore de sa faute. Maintenant elle aura sa mort sur la conscience, c'est tout.
Les squelettes ne sont plus qu'à quelques pas. 
Non parce que se faire bouffer en 2020? Sérieusement? Le seum, Balthazar a juste grave le seum.
Allez... c'est obligé. Quelque chose est obligé d'arriver. Balthazar ferme les yeux... si il se fait manger il ne veut pas voir ça.
Les squelettes sont quasi là.
" Mama. Mama si tu m'entends. Si ta magie fonctionne réellement. T'es obligé de faire quelque chose après tout les services que j'ai fais pour toi. " Pense très fort le champignon en boucle.

- Hé m'sieur.

Le champignon ouvre un oeil.

- M'sieur m'sieur!

Le champignon ouvre son deuxième oeil.

- Vous avez fait tomber ça tout à l'heure.

Un squelette tend à Balthazar une photo. Sur cette photo, lui même et Mama dans un photomaton. Lui, comme à son habitude, tirant la tronche, et Mama, tout sourire, l'air de dire "tu vois, j'te l'avais dis, ma magie existe."

- La garce! Soupire Balthazar... face à... visiblement... leurs "nouveaux alliés"?

Devant la horde de gentils squelettes venus porter secours, Agathe (qu'on aurait presque oublié) elle ne pense qu'à une chose..
"Omg mais vraiment, ça fera quelque chose à raconter en soirée."
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#96
Encore une fois, Nemo aura frappé, et cette fois-ci, de même au-delà du monde des vivants. Fort tour de magie, vous ne trouvez pas ? A croire qu'un ancien maléfice rôde encore ici-bas, caché dans les catacombes, loin des tracas du monde.  Heureusement que des surprises positives arrivent toujours forcément, dans les histoires magiques ! Car enfin, sinon, l'histoire se serait arrêtée bien tôt...




- Vous avez fait tomber ça tout à l'heure.
Le monstre lui tendait une photo. Une photo bien réelle, de lui et de la tête surexcitée de Mama, toujours fière de ses coups. La garce, s'exclama le champignon, semblant complètement oublier le côté irréaliste de la scène alors qu'Agathe ouvrait deux grands yeux éberlués. 
Balthazar, perdu dans ses pensées, se disait que tout de même, cette vieille folle commençait déjà à lui manquer après quelques heures seulement de disparition, elle qui l'avait habitué à être exploité à longueur de journées depuis des années. Si seulement il avait su qu'elle était à l'origine de la chute du mur, pourtant ! Il l'aurait sûrement tué dans un accès de rage.
- Bon, on fait quoi ?
Une voix interrogatrice et le poids du regard d'Agathe qui pesait sur lui le firent sortir de ses pensées. Qu'est-ce qu'il en savait, lui ? Était-il censé être Monsieur le copilote de cette histoire ? Absolument pas, enfin, il n'était qu'un végétal, qu'un chauffeur ! Et pourtant...
- Eh bien, j'imagine qu'on va devoir retourner sur nos pas et traverser ces catacombes pour espérer sortir de cette endroit vivant ?! En pointant ses nouveaux alliés du doigt, il ajouta "Enfin, sans vouloir vous offenser, bien sûr". 
Mais en réalité, Balthazar n'avait pas envie d'y retourner. Il était déjà fatigué de cette escapade, de tout ses rebondissements. Il se sentait las, d'autant plus que ses appels télépathiques à son amie étaient restés muets.

_________________________________________________________


Ce que Balthazar ne savait pas, c'était que Mama, contre toute attente, avait bien entendu ses appels désespérés, même si elle avait eu du mal à les situer et qu'elle avait mis du temps à analyser la situation. Comment son majordome, qui l'avait propulsé dans les égouts sans la suivre en retour, pouvait-il lui parler de si près ? Pourquoi le sentait-elle à ses côtés ? Serait-il possible que…?! Non… Quand même pas… Si ?!
- Balthazar ! Balthazaaaaar ! BALTHAZAAAAAAAAR !
Se jetant sur le tas d'os qui lui barrait le chemin, la sorcière perdit toute contenance. Elle n'entendait plus rien, elle avait perdu le contact. Serait-il possible qu'il soit… Mort ?! Non… Pas lui ?! Pas après tout ce qu'ils avaient traversé ensemble ! Et surtout pas à cause d'elle ! Enfin, d'elle… 
Se figeant, le crâne de Nemo toujours dans les mains, elle regarda ce qu'elle tenait auprès d'elle, la bouche grande ouverte. Le squelette semblait la regarder presque narquoisement, caractéristique très inadaptée pour des bouts d'os assemblés les uns aux autres. Son ancien vieil ennemi était-il responsable de ce qui leur arrivait ?! Avait-il tué Balthazar ?! Était-il revenu d'outre-tombe pour achever ses terribles desseins ?! Certainement pas, mais disons que Mama préférait sans convaincre pour ne pas se sentir responsable du drame qu'elle venait de déclencher involontairement, sous le regard suspicieux d'Arthur qui n'en perdait pas une miette. Avec tout cela, il n'avait même pas mangé, pensait-il en se léchant les babines, envisageant de rôtir le champignon sous peu. Il lui suffisait juste d'être encore un peu patient et cette gourde de poupée bouffante le mènerait tout droit à son futur festin. Il avait trouvé le bon filon, il ne lui manquait juste qu'un peu de patience. 
Et d'aide… Car sinon ils ne sortiraient visiblement jamais de devant cette entrée bouchée, vu les efforts que fournissaient la sorcière pour rester immobile à injurier un mort. Il lui fallait donc prendre les devants. 

Aussi, couinant pour attirer son attention, il indiqua du bout de ses moustaches le chemin à suivre avant de commencer à courir, ses petites pattes clopinant dans les dédales sales et mouillés des égouts. 
Il connaissait un autre chemin pour entrer aux catacombes. Et avec un peu de chance, Mama se ferait également piéger par le monstre qui y habitait, ce qui lui permettait de se nourrir pendant des mois ! Plus qu'un peu de patience, mon malin, tu seras bientôt récompensé….
 
Répondre
#97
Arthur est si content qu'on pourrait presque l'entendre rire diaboliquement. Mama pensant son compagnon de fortune assez simplet (il ne lui aura daigné lui adressé une seule fois la parole depuis qu'ils se sont rencontrés) ne se doute pas une seule seconde du plan diabolique de son nouvel ami. 
La sorcière est en réalité happée par bien d'autres choses. Il faut qu'elle retrouve son Balthazar, et qu'ensemble ils partent retrouver les surnaturels qui, surement à leur présence, lui rendront sa magie d'autrefois..? 
Un couinement très fort sort Mama de ses pensées. Arthur vient d'éviter de justesse de se faire écraser par un... un... poulpe... géant? (https://tentaculaire.files.wordpress.com/2011/03/media_httpwwwwallpape_ycuqd-jpeg-scaled1000.jpg)
Le rat, totalement paniqué, prie pour que le poulpe préfère assommer Mama. Après tout c'était le plan.
Mais malheureusement, l'énorme poulpe n'en a pas finit avec Arthur...

- LES RATS. /coup de tentacule ratant de peu l'animal/ NE SONT PAS. /3ème TENTATIVES/ ACCEPTES. /Le poulpe commence à s’essouffler/ SUR LE NAVIRE!!

N'arrivant pas très bien à saisir la situation, Arthur couine en montrant Mama de la tête, l'air de dire "attaquez là ELLE, attaquez la ELLE!!". La sorcière en question n'a pas l'air effrayée le moins du monde?!
Pire, c'est calmement que celle-ci déclare,

- Laissez le. Il est avec moi. 

Le poulpe s'arrête... de ses tentacules il réajuste son noeud papillon. 

- Excusez moi mademoiselle... La prochaine fois, pensez à mettre en laisse vos animaux de compagnie.

Alors là. Si Arthur avait eu des bras, ils lui en seraient tombés. 
Son complot tombait totalement à l'eau. Finalement le monstre en question n'en avait visiblement qu'après les rongeurs. Finalement, la créature qui a l'air d'être tout bonnement un majordome laisse passer Mama et Arthur sur la passerelle... Devant eux, un bateau étincelant, pétillant et lumineux se dessine. De la musique semble en sortir. 
Mama sort de ses poches des lunettes teintées rose en forme d'étoiles... tant qu'à se faire passer pour une viiip, écoutez...
Arrivée sur le ponton, Mama se sert d'une coupe de champagne que lui propose un barman en forme d'étoile de mer. 

- Et béh mon rat, on avait faim...? sourit Mama.

Arthur écarquille les yeux. C'est tout bonnement... hallucinant.
Face à lui, un énorme bal... grosse soirée, lourde ambiance... beaucoup de danseurs, pas tous humains.. et surtout tout pleins de buffets à volonté. 
Bon... vous le pardonnerez... mais à cet instant, Arthur préfère s'éclipser profiter un peu... laissant Mama déguster sa coupe.
Bon... pour avoir l'air encore plus viiip, il faudrait qu'elle... resserre... un peu... son.. co.. corset.
Une taille de guêpe comme jamais, Mama se sent réellement a son apogée de fabulosité. 
Une confiance en elle au top, la sorcière se permet de demander au serveur ou elle se trouve exactement...?

- Vous êtes sur le Bateau de la Pieuvre Noire. 

Mama retire très lentement ses lunettes... 
mais... non.
La chanteuse incroyable qui s'apprête à performer tout la haut ce n'est quand même pas...

La musique s'amplifie. 
Et si.
https://www.youtube.com/watch?v=js_FjrxJuxA

Depuis le haut du mat et soutenue par des cordages.. descend.. Maëva. 
Se mettant à chanter, tout le monde la regarde. La reine de la soirée qui brille sous les feux des projecteurs et aussi la reine du Navire, anciennement à sa mère qu'elle s'est réapproprié en lui piquant le titre de Pieuvre Noire au passage.

- I know i'm a queen but i don't need no crown..!

Maëva ne parait avoir jamais été aussi épanouie et heureuse. Le temps semble lui avoir fait gagner quelques kilos, mais qu'elle assume pleinement...
Mama en dessert d'ailleurs son corset. Pfiouh, ça fait du bien de respirer en fait!! Et puis finalement elle est belle avec ses toutes petites imperfections Mama aussi hehe

- 'Cause I'm my own soulmate! I know how to love me!

Durant toutes ces années, Maeva est restée fidèle à elle-même. Elle n'a certes jamais trouvé l'amour. Mais finalement... est-ce qu'on ne peux tout simplement pas faire toutes les milliards de choses funs sur terre toute seule avec ses amis? Autour d'elle des gens, de toutes tailles, formes, couleurs dansent et chantent en l'accompagnant:

- DAMN SHE ONE, ONE, ONE, ONE! LIKE DAMN SHE THE ONE, ONE, ONE.

La pirate est devenue une icone de la diversité et de l'indépendance.
Mama se lâche elle aussi. Elle ne connait qu'une façon de danser: celle en bougeant légèrement ses épaules en rythmes. Mais elle s'y donne donc à coeur de joie. 
Pendant toute cette folie, le bateau sort du "port improvisé" et ainsi des égouts pour glisser sur une eau un poil plus propre. Il fait bien nuit et les lumières n'en sont que plus belles.
Pendant toute la chanson, l'objectif de Mama est clair: se rapprocher le plus possible de Maeva. 
Son énergie pétillante font revenir encore d'autres souvenirs à la sorcière. Celle-ci en est persuadée, si elle retouche un surnaturel, si elle reprend contact avec cette période magique...
Ca y est! Mama touche l'épaule de Maeva!!! Elle dirige alors rapidement son autre main vers le ciel:
- J'INVOQUE UN FEU D'ARTIFICE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
La chanson se termine sous le hurlement de Mama.
Rien ne se passe.
Enorme bide. Tout le monde s'y attendait.
Celle qui s'y attendait moins, c'était Maeva..
- M..Mama..?!
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
#98
Il y avait des jours comme ça où la motivation disparaissait. Où l'imagination se faisait la malle, où tout ce qu'on avait envie de faire c'étai se poser tranquillement derrière son écran et regarder une petite série bien niaise, à trainer jusqu'au soir. Et bien cela, c'était exactement ce que ressentait Balthazar, cloué dans les catacombes toujours plus sombres, toujours plus oppressantes, toujours moins ragoutantes. Il en avait marre et le faisait savoir, traînant des pieds à la suite de la horde de squelettes et d'Agathe qui le fustigeait à avancer.
- Tu ne veux tout de même pas que je te porte comme un bébé ?! n'arrêtait-t-elle pas de répéter en lui jetant des regards assassins qu'il ne pouvait même pas voir vu la faible luminosité du lieu. Quelle plaie, ce champignon, quand il fait la tête ! pensa-t-elle en plaignant la gentille dame un peu folle qu'elle avait aperçu dans Le Bar quelques heures plus tôt. Autant elle pourrait bientôt lui rendre son majordome en carton, autant Mama allait devoir vivre avec sa mauvaise humeur encore longtemps.
- Oh et puis c'en est assez ! 
Le saisissant par en dessous des bras, elle le plaça vite fait sur son dos pour pouvoir commencer à avancer réellement plus vite et saisir sa vitesse de croisière. Ce qu'elle n'avait alors pas calculé était la bassesse de plafond du tunnel dans lequel ils se trouvent. Aussi, à chaque nouveau pas effectué, Balthazar se râpait le chapeau, ce qui avait le don de le mettre en colère. Très en colère.
- Ca suffit ! hurla-t-il, faisant fuir quelques petites araignées qui les suivaient de près. STOOOOOP ! Et puis de toute manière, qu'est-ce qui me pousse à aller chercher cette vieille folle qui m'exploite depuis des années juste parce qu'elle a décidé de descendre dans des égouts et de ne jamais en remonter ?! D'ici, il omettait volontairement le fait qu'il avait jeté Mama dans cette catastrophe. De toute manière ce n'était pas de sa faute, cela ne pouvait pas l'être, il n'était qu'un homme à tout faire, un moins que rien. Comment une histoire entière aurait-elle pu être déclenchée à cause de lui ?! 
- Je te déteste ! Je te déteste saleté de mégère à cause de qui je vais mourir enfermé dans ces catacombes moisies au lieu de profiter d'un dernier diabolo fraise !
Il était lancé, à crier sur tous les toits à quel point il était malheureux et seul et abandonné, sous le regard ébahi de tous ses compagnons d'infortune, qui pointaient tous du doigt le rayon lumineux annonçant une sortie très proche.
- Ah euh… Hmmm… Vous avez entendu quelque chose vous ?
Rougissant, Balthazar se jeta dans le trou sans laisser à personne l'opportunité d'ajouter quelque chose.




… Pour atterrir en roulant dans une pièce vide dans laquelle trônait un fauteuil aux allures d'antiquité, des attaches au niveau des accoudoirs laissant imaginer que des vilaines choses s'étaient déroulées ici. Au plafond, une grille de ventilation semblait un peu décalée, et le mur d'en face se terminait sur un autre éboulement. Le champignon, déboussolé, plissa des yeux pour tenter de voir d'autres détails importants.
- Aaaaaargh ! 
Une voix venait d'éclater dans son dos, et ce n'était pas Agathe ! D'ailleurs, pourquoi personne ne l'avait encore rejoint ?! Se retournant dans un saut, il se retrouva alors nez à nez avec… Arthur ?!
- TOUS. LES. TUER. SURNATURELS. TOUS. TRAITRES. MOURIR.
Hallucinait-il ?! 
- Agathe ? C'est toi ? Eheh, pas très drôle comme blague tu sais...


_________________________________________________________


Agathe avait pourtant bien suivi Balthazar, mais par un malheureux hasard elle avait plongé dans le trou de lumière d'à côté, se séparant du champignon. Les squelettes suivant, elle s'était retrouvée près d'un canal et avait pu apercevoir l'arrivée majestueuse d'un bateau.
- La… Pieuvre… Noire…? déchiffra-t-elle difficilement avant d'apercevoir une espèce de silhouette rose bonbon gesticuler et de réaliser que cela ne pouvait être que l'étrange femme qu'elle avait rencontré tout à l'heure.
- Mama ?! Mamaaaa ! lui faisant des grands gestes de main, elle sauta sur le bateau aussitôt celui-ci assez proche, coupant Maëva et sa surprise de revoir ici une si vieille connaissance.
- Hum, désolée de vous déranger mais j'ai comme qui dirais perdu votre champignon dans les catacombes eheh… Se passant une main gênée dans les cheveux elle ajouta à l'adresse de la délicieuse pirate "Bonjour !", le son à moitié caché par le cliquetis de tous les squelettes montant à leur tour sur le navire. C'était sûr, cette soirée resterait à jamais gravée dans les annales.
 
Répondre
#99
- Je ne comprend pas ma chérie, j'étais persuadée que vous étiez une grande source pour recharger mes batteries magiques...
- Bon et hormis ce problème qui t'angoisse en ce moment, comment va ta vie?
- Oh tu sais... rien n'a vraiment changé.
- Comment ça?!
- Bah toujours avec Balthazar dans notre palace trop grand pour nous deux...
- Mais tu ne vois plus personne?
- Je vous vois vous, ma chérie.
- Mais Mama... "Les surnaturels", on ne se voit plus si souvent que ça. Je veux dire... on a tous trouvé notre place et notre propre famille... Les miens maintenant ils sont autour de moi, sur ce bateau. 
- ...
- Donc tu es seule?
- Je... ma chérie voyons.
- Elle est ou ta famille Mama?
- Mais ma famille c'est vous.. C'est.. C'était vous.

Maëva s'arrêtent de marcher et enlace Mama, celle-ci accepte volontiers le câlin.  

- Tu sais... c'est drôle parce que je me souviens très bien qu'à l'époque je t'idéalisais beaucoup Mama... pour moi tu étais.. invincible. La fée que rien n'arrête et qui vient à bout de tout les problèmes... même capillaire.
- Aha..
- Et finalement... je ne sais pas. Montrer tes faiblesses te rend plus humaine à mes yeux... ça me fait du bien de te voir. 
- Moi aussi.
- Mais ne reste pas seule, je t'en supplie.
- ...
- Saches que tu seras toujours la bienve.. 
- HE ON Y EST!, les interromps un squelette

L'entrée des catacombes. C'est repartit. Mama termine la conversation avec son amie par un clin d'oeil, puis remet ses lunettes de soleil (malgré la pénombre). Balthazar, Mama vient te chercher.
https://www.zupimages.net/up/20/14/ugtu.png
 
Répondre
Lorsqu'ils arrivèrent finalement à l'endroit où Balthazar s'était retrouvé en tête à tête inopiné avec un Arthur très remonté, ils retrouvèrent le champignon sanglé sur la même chaise qui avait un jour accueilli Tristepin avant qu'Ashley ne vienne le secourir. Aujourd'hui, c'était donc un peu comme si la scène se répétait mais avec des acteurs différents et un contexte qui avait évolué. En attendant la troupe arrivé, le bourreau ricana, sûr de lui et se retourna dans un grand geste de main :
- Mais entrez donc gnieheheh...


Dans le fond, une voix semblait comme décrire la situation d'un point de vue extérieur, donnant son verdict sur le côté ridicule de la scène mais surtout, annonçant la couleur quant à ce qu'Arthur allait maintenant faire, tout déterminé qu'il était à enfin réalisé son plan machiavélique après des années d'attente.
Se tournant vers Mama, un air de guitare imaginaire dans la tête, il commença à expliquer ce qui lui pesait sur le cœur, cette haine qui le mangeait tout entier et le rendait aigri, seul, moche. Agrippé au dossier de la chaise, il pointa la sorcière du doigt puis se pointa lui-même, comparant leurs expériences :

"T’as pris de la vitesse, des skills et des paillettes
J’ai pris de la bedaine, des rides et de la fumette"

L'univers était décalé, comme tournant au ralenti. Gros plan sur la tête défaite d'Arthur, qui se ridiculisait à expliquer ses problèmes, ce qui s'était passé depuis que Mama était parti, depuis qu'elle avait refusé de chasser les surnaturels avec lui. Ils auraient pu être heureux ! Être le couple de super-méchants le plus sexy du monde ! Vous imaginez, avec un corps comme le sien, ce que ça aurait pu donné ?! Certes, Mama était trop rose, trop poupée, pas assez "bad girl" mais elle aurait pu faire un effort, changer, oublier sa magie ! Et non, il avait fallu qu'elle se la joue femme libre, à ne pas accepter qu'un homme régisse sa vie. Foutue féminisme qui mettait les hommes au tapis et leur prenait tout ce qui était, sommes toutes, normal ! C'était clair en tout cas, si toute sa vie n'était qu'un échec, c'était de sa faute !

"Looser (les squelettes avaient entonné le refrain en cœur)
J’ai passé des heures à rien niquer
Ni le game ni ta mère
Branleur (ces cœurs avaient le don d'appuyer là où ça faisait mal)
J’ai jamais trouvé la voie du succès
Ni la fame ni le pèze
Rallume pétard enfoui sous terre
Plus rien n’est grave passe moi une bière"

Se jetant à genoux, Arthur arriva en dérapant devant la chaise de Balthazar, lui qui n'avait pas cessé de se promener tout du long dans la pièce transformée en karaoké géant. Il était là, il pesait dans le game. Ils allaient maintenant voir ce dont il était capable !
Sortant un canif de sa poche, il s'approcha du champignon, toujours attaché, toujours muet, l'air menaçant. Mais alors même qu'il faisait semblant de lui dessiner un trait sur la joue avec son couteau, le champignon s'exclama, outré :
- Et tu crois que c'est un rat qui va me faire peur ?!
Jouant les durs, il se redressa tant bien que mal, essayant d'occulter le fait que Mama avait perdu sa magie, à trop se laisser marcher sur les pieds par la vie. C'est vrai quoi, sa vieille amie n'était QUE des paillettes, qu'est-ce qu'elle attendait pour les faire jaillir à la vue de tous dans d'autres circonstances que pour impressionner une gamine qu'ils ne connaissaient ni d'Eve ni d'Adam ?!
D'ailleurs, en parlant d'Agathe, elle s'était d'abord cachée derrière Mama et Maëva en voyant cette scène de kidnapping puis avait finalement tendue timidement la tête pour apercevoir toute la scène tout en étant au maximum camouflée derrière la pirate. Qu'est-ce qu'elle donnerait pour faire partie de ces femmes fortes qui étaient là à se battre pour la liberté d'un pauvre champignon sans défenses ! C'est qu'elle était vraiment loin d'imaginer que sa soirée allait prendre cette tournure lorsqu'elle lui avait lancé innocemment :"Dites donc ! 2 fois en une soirée ! Quel hasard!".
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)