Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 3.46 (13 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
The 100 - RPG
#61
Aylin fronça les sourcils face à la réponse d'Archibald, alors que les événements passés s'imprimaient avec plus ou moins de succès. Ok, donc il y avait eu un accident, et maintenant tout le monde devenait parano et instaurait un semblant de sécurité. Oh, bah cool. Elle eut un sourire, et s'apprêtait à répondre à sa dernière remarque (parce qu'elle était de son côté, elle, d'abord) mais une inconnue au bataillon s'incrusta soudainement pour attraper son nouvel ami frisé par le col et exiger une réponse.
Pas très délicate, la demoiselle.
Peut-être avait-elle ses règles.
- Euuh je trouve pas ça très sympath...
- Lâche-le. Si tu veux des réponses commence par demander correctement.
Une autre fille avait pris la parole en la coupant, Orlane si elle se souvenait bien. Et c'était gentil de sa part d'intervenir, du moins c'était ce que pensait la brune, qui n'osait pas faire grand chose à titre personnel. Elle n'était pas une super-héroïne, et elle n'était pas du genre à s'imposer.
Merde, sérieux, elle avait juste tenté de connaître quelqu'un pour paraître un minimum sociable, mais rien ici ne pouvait prendre une tournure normale et prévisible. Dieu que c'était embêtant, tout ça. Elle n'avait aucun sens des relations humaines, elle.
- Je pense qu'elle a raison, enfin... j'ai pas l'habitude de parler aux gens mais normalement on dit "bonjour désolé de vous interrompre alors que vous sympathisez au milieu du bordel, j'ai une petite question à te poser, Archibald", affirma Aylin en croisant les bras sur sa poitrine, son sourire s'étant légèrement estompé, pas très à l'aise de parler comme ça à quelqu'un qui n'avait aucune raison de l'écouter. Et l'agression, c'est à éviter. Ici, les gens sont paranoïaques, tu sais, et bientôt ce genre de petits trucs, ça risque de... erm, et bien de mal finir. La "sécurité", tout ça. Elle haussa les épaules, et lança un bref regard à Orlane.
Peut-être aurait-elle dû fermer sa gueule.
Elle ne savait pas trop
.
Farewell

ʻʻBullshit fakers, enchanted kingdoms.ʼʼ
-
C H A T A I G N E
I G E
 
Répondre
#62
(Omgggg du clashhh tout ce que j'attendaiiiiis je suis trop heureuse de vous avoir rejoins vous êtes encore plus réactives que dans mes rêves les plus fouuuus <3 <3
Bon j'ai tellement hâte que je répond de mon portable alors ça va être un peu la galère désolée !)

-Euuh je trouve pas ça très sympath....
-Lâche le ! Si tu veux des réponses commence par demander correctement.

Woaa, superwoman a repris du service apparemment.
-Je pense qu'elle a raison, enfin... J'ai pas trop l'habitude de parler aux gens mais normalement on dit "bonjour désolé de vous interrompre alors que vous sympathisez au milieu du bordel, j'ai une petite question à te poser, Archibald"

Shade lâcha sa pris sur le frisé et commença à épousseter d'un main légère les épaules de ce dernier.
-Ooohh veuillez platement m'excuser mesdames "on vit dans un monde rempli de bisounours en nougatine et tout vas bien dans le meilleur des mondes ! le ton qu'elle utilisait n'était ni amicale, ni ironique. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas parlé aussi froidement mais il fallait bien montrer à ces chers enfants de cœur qu'ici on était pas entourés de saints. Je vous rappelle quand même qu'ici la """"sécurité"""" c'est quelque chose qui n'existe pas, il serait peut être temps de se demander pourquoi on a tous fini là non ?

Shade arrêta de nettoyer le blouson du gars d'en face, ça commençait à sérieusement l'énerver cette histoire, pourtant les deux nanas en face d'elle n'avaient pas l'air si con que ça...
- Bon. Est-ce que vous allez m'aider oui ou non à trouver cette... Octavie ou est-ce que je dois attendre que mademoiselle Anastasia crève de sa morsure ?
Bon ok elle y avait peut être été un peu fort, ses mauvaises habitudes ressortaient à mort et niveau "je veux pas me faire repérer pour pas crever" c'était un peu mort... Think Positive ma grande !Mais si ses soupçons étaient fondés Ana crèverait sûrement empoisonnée avant même d'avoir pu mettre un pied en dehors de cette foutu tente...
Bon dieu c'est dans ces moments là qu'elle rêvait de pouvoir s'allumer une clope !
 
Répondre
#63
Ok, donc Lyzzie refilait des trucs à tout le monde dans le seul but de les droguer, et apparemment, un groupe d'humain les surveillaient de l'extérieur avait tenté de mordre la petite blonde -pace que ça ressemblait bien à une morsure cette connerie. Oh, et c'était sans compter les handicapés mentaux qui traînaient dans le camp, et puis Anastasia qui se trouvait présentement complètement défoncée, et qui en plus de marchander, ne lui offrait rien de concret. Sev se figea l'espace de quelques secondes, haussant simplement un sourcil face à la petite blonde complètement pétée qui débitait plus de merdes par seconde qu'avait pu le faire Archibald depuis leur arrivée sur Terre. Il poussa ensuite un long, très long soupire. Y'avait au moins un point positif à ce qu'elle lui propose un marché quant à leur alliance -si encore on pouvait se permettre de la prendre au sérieux- : Elle prenait tout ça à cœur. Enfin. Sevastyan entreprit d'ouvrir la bouche pour répondre -quelque chose sur le ton de l'ironie, ça fonctionnerait surement très bien-, mais fut interrompu par une autre personne, qui se précipita à l'intérieur de la tente. Tic agacé. On commençait sérieusement à foutre ses nerfs à lourde épreuve dans ce trou perdu. Et n'avait-il pas demandé à ce qu'aucun abruti ne vienne les interrompre ? Non ?! La prochaine fois, il y penserait.
- T'aurais pu au moins attendre qu'on ait terminé avant de ramener ta gueule ici. Cracha le grand blond, assez violemment, à l'intention du garçon. Il perdait son sang froid au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient, et cette histoire de monstre/humain commençait sérieusement à lui péter les coquilles. Si l'humanité avait foutu le camp de cette foutue planète, c'était bien parce qu'il n'y avait plus moyen d'y survivre. Terminé.
- Personne sors d'ici tant qu'il fait nuit, de toute façon, et le premier qui désobéi aux règles et qui décide d'aller "explorer" cette putain de forêt je le descends, compris ? Affirma-t-il, en se décalant pour faire ce qui aurait pu être comparé aux cents pas à l'intérieur de la pièce. Finalement, son attention se reporta sur Anastasia. C'était clair qu'il avait cru la retrouver morte, tout à l'heure, mais elle semblait bien plus intelligente qu'à première vue, elle ne pouvait laissait croire. S'en tenir à des conclusions hâtives à son sujet avait été carrément stupide. Stupide, et imprudent. Et dire qu'il avait presque eu peur. Peur de quoi ? Elle n'était rien de plus qu'une alliée, et il avait de quoi s'en faire beaucoup d'autres, pas vrai ? Toujours était-il que ça l'avait fait flipper. J'vais trouver ça, mais en attendant, bouges pas. J'ai pas envie que tu te casses la gueule une énième fois, j'ai eu ma dose de blessés pour aujourd'hui.

- AAAAAH ! Hurla Archibald comme un con en sentant l'emprise de quelqu'un dans son dos. Putain mais vous en avez pas marre d'essayer de me buter ? J'ai eu ma dose, bordel. On m'a noyé, on m'a insulté de tout les noms là, on a faillit me frapper à mort, même les plantes ont tenté de me tuer putain !!!!!!!!!!!!! Protesta-t-il, en tirant une gueule dépitée de trois mètres de long, pour se retourner vers elle. Tu me dis un truc toi, putain de merde. Assura le frisé en avisant le visage de la fille, répétant bon nombres d'insultes, parce qu'il semblait qu'entre le sarcasme et les injures, il avait pas vraiment d'autres moyens de défense. Tu serais pas la fille qui a bouffé sa mère et ses sœurs là, et qu'ils ont enfermé y'a genre cinq ans ? Ironie : Ah, ironie. Il éclata d'un rire partagé entre l'amusement et la nervosité. Simple question de curiosité... Et Octavie, je sais foutrement pas où elle est. Et puis même si je le savais je te le dirai pas ma belle, parce que j'ai pas envie de me faire buter une sixième fois et de revenir à la vie pour qu'on me menace de mort une millième fois. C'est bon j'ai eu ma dose. Regard sur Orlane. Peut-être que la première fois qu'il l'avait vu il avait manqué au moins huit fois de se pisser dessus, mais là, en l’occurrence, elle lui avait sauvé la vie. Alors tant pis si elle le faisait flipper à traîner avec Sevastyan, Anastasia et tout ces malades mentaux.
 
Répondre
#64
-Tu me dis un truc toi, putain de merde. Tu serais pas la fille qui a bouffé sa mère et ses sœurs là, et qu'ils ont enfermé y'a genre cinq ans ? Simple question de curiosité... Et Octavie, je sais foutrement pas où elle est. Et puis même si je le savais je te le dirai pas ma belle, parce que j'ai pas envie de me faire buter une sixième fois et de revenir à la vie pour qu'on me menace de mort une millième fois. C'est bon j'ai eu ma dose

La droite partie plus vite qu'elle ne le pensait, en plein dans le nez. Le mec en face tomba à la renverse. C'était peut-être pas la bonne chose à faire avec la rousse qui apparemment se méfiait déjà d'elle mais vraiment, là il avait été trop loin.
-La prochaine fois que tu cites ma mère sonar c'est MOI qui t'enverrais sous pied sous terre. Maintenant ça serait bien que tu arrêtes d'ouvrir ta grande gueule si tu veux vivre encore un peu parce que je trouve que des ennemis tu t'en fais facilement ! Elle avait dit ça très calmement mais à l’intérieur elle bouillonnait, c'était quoi ce crétin ?

Bon bah bravo maintenant il faut rattraper le coup, et c'était pas une façon de parler... Shade se tourna vers la rousse, elle ne compris pas vraiment l'expression qu'elle avait sur son visage : Incompréhension ? Choc ? Mépris ?

-Ecoute je m’excuserais pas pour ce crétin mais là c'est VRAIMENT important : aide moi s'il-te-plait.
Elle avait sifflé le "s'il-te-plait" entre ses dents, c'était difficile pour elle de demander, mais apparemment ici, sur Terre, elle allait devoir changer ses manières. Elle tendit la main vers la jeune fille et planta ses yeux bleus dans les siens, comme un appel à l'aide.
-Je m'appelle Shade...
 
Répondre
#65
Sevastyan n'avait pas du tout, du tout, duuu touuut apprécié d'être interrompu par la venue de Basile. Et il le fit savoir très clairement et très ouvertement :
- T'aurais pu au moins attendre qu'on ait terminé avant de ramener ta gueule ici.
Anastasia voulut intervenir et ouvrait la bouche pour le faire mais, croisant le regard furieux de Sevastyan qui disait très clairement "toi, t'es défoncée et tu fermes ta gueule sinon ça va mal aller" elle se ravisa. Elle sentait très clairement que Sev ne la prenait plus du tout au sérieux et, boudeuse et renfrognée, elle garda le silence longtemps après, les yeux rivés ailleurs. Elle entendait d'ici les cris d'Archibald qui, comme d'habitude, passait son temps à hurler et paniquer sur des trucs secondaires.
- Personne sors d'ici tant qu'il fait nuit, de toute façon, et le premier qui désobéi aux règles et qui décide d'aller "explorer" cette putain de forêt je le descends, compris ?
Sourcils froncés, Anastasia ne fit rien pour exprimer ni son approbation, ni son désaccord. Elle resta longuement silencieuse pendant que Sev entamait les cent pas dans la tente. Finalement excédé par son mutisme, il retourna son attention vers elle. Elle ressentit en lui une sorte d'agacement qui cachait probablement l'inquiétude qu'il avait eue à son égard. Ce mec était capable de sentiments humains finalement ? Génial, bon à savoir.
Après un long moment à l'observer, Sevastyan déclara finalement :
-J'vais trouver ça, mais en attendant, bouges pas. J'ai pas envie que tu te casses la gueule une énième fois, j'ai eu ma dose de blessés pour aujourd'hui.
-Comme c'est gentil de te soucier de la santé de ta précieuse alliée. Tu m'en vois touchée
, rétorqua-t-elle enfin, son sarcasme revenant à la charge.
Sevastyan sortit donc de la tente à la recherche de quelque chose qui lui ferait office de béquille, et Anastasia resta face à Basile dans la tente.
-T'énerves pas pour lui, il est du genre impulsif donc fais pas gaffe à ce qu'il a dit, ok ? se sentit-elle obligée d'ajouter.
Sevastyan avait la volonté d'être le leader et que les gens lui obéissent, mais l'once de charisme qu'il aurait pû avoir était complètement entachée et bouffée par son tempérament colérique et sans scrupules, ce qui faisait qu'au lieu de s'attirer les faveurs des gens, il ne faisait qu'attiser leurs réticences à le suivre. Alors en tant que son alliée, Anastasia se sentait obligée de justifier le comportement du jeune homme et de faire office de figure "rassurante" ou "charismatique" à sa place.
Le grand blond revint enfin avec une grosse branche qui avait l'air suffisemment solide pour servir de béquille. Anastasia prit une grande inspiration et se leva avec difficulté, soutenue par les deux jeunes hommes, puis prit son indépendance grace à l'appui que lui procurait la grosse branche.
-Quelle foutue merde, marmonna-t-elle plus à elle qu'aux autres.
Elle sortit enfin de la tente sous des regards curieux. Non, elle était pas morte dans d'atroces souffrances, merci beaucoup. Non, elle ne répondrait pas à vos questions de merde. Oui, elle avait encore sa jambe. Non, elle n'avait pas la moindre idée de ce qui l'avait bouffée, pas la peine de poser cinquante six fois les mêmes questions merci.
Les gens lui posaient tous des questions, tous angoissés à l'idée qu'une telle bestiole puisse les attaquer. Mais la jeune femme remarqua une chose dans certains reards : elle était maintenant passée dans le rang des "vétérans". Ceux qui, pas de chance, avaient déjà failli crever aujourd'hui.
Génial, elle se partagerait la banderole de la malchance avec Archibald.
Chouette, elle en rêvait déjà.
Bien heureux vous qui pleurez maintenant car vous serez dans la joie
Bien heureux serez-vous si les autres vous haïssent, s'ils vous frappent d'exclusion
et tressaillez d'allégresse
car votre récompense 
sera grande dans le ciel

 
Répondre
#66
Aylin est chelou mais tout va bien sinon
(elle est pas tranquille dans sa tête mais si quand même un peu)


- MAIS T'ES UNE PUTAIN DE MALADE !
C'était sorti tout seul, dès que l'autre fille avait frappé Archibald aussi violemment. Mais c'était quoi, le problème des gens, ici ? Est-ce qu'ils étaient réellement incapables de comprendre que leur descente sur Terre n'était pas obligatoirement synonyme de retour aux instincts primitifs ? Qu'ils n'étaient pas forcés de se conduire comme des animaux enragés sous prétexte que le second degré n'était pas leur fort ? Raah, mais ils allaient véritablement tous crever comme des chiens, si ils ne se rentraient pas ça dans le crâne. L'attaque physique en réponse de l'attaque verbale, génial comme procédé. Et après elle faisait les yeux doux auprès d'Orlane, pour obtenir des informations qu'elle aurait pu demander ou trouver elle-même.
- C'est quoi votre problème, à tous ?! Vous pouvez pas arrêter deux minutes de vous comporter comme des ours enragés, ou de jouer la carte de la susceptibilité sous prétexte que plus personne ne nous surveille ?! C'est quoi votre trip, "on est seuls alors on peut faire les cons", et pourquoi pas s'entre-tuer directement alors, hein ?! Pour une fois que sa voix ne tremblait pas. Fête nationale, s'il vous plaît. Aylin fronça les sourcils, et regarda Shade minauder, sans savoir si elle était furieuse contre elle parce qu'elle imitait les autres, ou parce que les autres étaient justement en train d'instaurer la loi du plus fort, au sein du camp. Ou peut-être que c'était elle, le problème, qu'est-ce qu'elle était bien censée en savoir ? Elle n'avait vu personne pendant tellement d'années qu'elle ne savait pas quoi dire, quoi faire, comment réagir. Peut-être était-elle excessive ? Elle était perdue. Cherche un peu par toi-même, pour essayer, au lieu de toute obtenir par la force. Tu vas voir, on en perd vite ses mauvaises habitudes. Elle avait presque l'air convaincante. Presque.
Elle se tourna finalement vers Archibald et lui tendit une main pour se relever, les yeux dans le vague, perdue dans ses pensées. Faudrait qu'elle y réfléchisse. C'était, disons, intéressant.
Farewell

ʻʻBullshit fakers, enchanted kingdoms.ʼʼ
-
C H A T A I G N E
I G E
 
Répondre
#67
Orlane fronça les sourcils, plus qu'agacée. Elle attendit la fin de la tirade d'Ayllin, avant de hocher vaguement la tête. Elle soupira, plongea ses yeux dans ceux de la nouvelle venue qui passait à ses yeux pour une sacrée abrutie. Elle posa un regard hautain sur la main que la dénommée Shade lui tenait, sans la serrer. Elle pointa ensuite Ayllin du menton.
"- Elle à tout à fait raison. Ecoute ma belle, je ne sais pas qui tu es, je ne sais pas ce que tu veux, et peut-être que mentionner ta mère est le pire des crimes pour toi mais là il va très sérieusement falloir que tu apprennes à vivre en communauté. On a besoin les uns des autres ici mais si jamais je vois qui que ce soit qui pourrait être une menace, je te jure que je le descends. Immédiatement. Quant à Octavie je ne te dirais certainement pas ou elle est si tu comptes t'énerver comme ça en parlant à tous les gens que tu croise. Débrouille toi, demande correctement au gens, apprends à être sociable, j'en sais rien, mais ne viens pas flanquer une droite dans le visage d'un mec qui n'a rien fait, est-ce que je suis claire ?"
Dès cet instant, Orlane sut qu'il fallait quelqu'un pour gérer ce groupe. Peut-être elle, peut-être quelqu'un d'autre, elle s'en foutait, mais si la loi du plus fort commençait à être instaurée, il fallait quelqu'un au sommet. Des gens comme Octavie ou Archibald se feraient marcher dessus si cette règle devenait la règle, et Orlane ne le voulait pas. Certainement pas.

Octavie, qui avait assisté à tout la scène, se mordilla la lèvre. Elle se leva, abandonnant son tissage, pour se diriger vers les autres, timidement.
"- C'est moi Octavie...
 
Répondre
#68
- Elle à tout à fait raison. Ecoute ma belle, je ne sais pas qui tu es, je ne sais pas ce que tu veux, et peut-être que mentionner ta mère est le pire des crimes pour toi mais là il va très sérieusement falloir que tu apprennes à vivre en communauté. On a besoin les uns des autres ici mais si jamais je vois qui que ce soit qui pourrait être une menace, je te jure que je le descends. Immédiatement. Quant à Octavie je ne te dirais certainement pas ou elle est si tu comptes t'énerver comme ça en parlant à tous les gens que tu croise. Débrouille toi, demande correctement au gens, apprends à être sociable, j'en sais rien, mais ne viens pas flanquer une droite dans le visage d'un mec qui n'a rien fait, est-ce que je suis claire ?

Shade poussa un râle : c'est pas possiiiible ça comment a-t-elle pu aussi mal se débrouiller alors que le seul truc qu'elle voulait c'était voir si le "monstre" était venimeux ! Elle se maudissait intérieurement et s'apprêta à tourner les talons quand elle entendit :

- C'est moi Octavie...

Une lueur d'espoir dans les yeux elle se retourna pour apercevoir une belle rousse aux airs plutôt timides s'approcher. Son visage lui disait quelque chose : elle l'avait vu tresser un abri pour le feu lorsque la pluie avait commencé à tomber et elle avait été plutôt efficaces. Ok alors ma grande tu me vires tes vieilles habitudes de taularde à la con et tu la joue clean. Elle ne savait pas pourquoi mais dès qu'elle s'approcha d'Octavie, elle se sentit sereine, comme apaisée. Elle attrapa doucement les bras de la rouquine, glissa ses mains dans les siennes, serra ses doigts dans les siens. Ça faisait des années qu'elle n'avait pas ressenti le besoin d'être aussi "gentille" avec quelqu'un.

-S'il-te-plait, j'ai vraiment besoin de toi... Est-ce que tu accepterais de m'aider ?

Elle l'avait décidé, si elle refusait, elle ramènerait son cul dans sa tente et s'occuperait de ses affaires, Ana ou pas Ana. Mais le ferait-elle vraiment ?
 
Répondre
#69
Orlane fit volt-face, surprise que petite-rousse-timide se manifeste. Octavie semblait apeurée, et peut-être encore plus lorsque Shade prit ses mains dans les siennes. Orlane réfléchit quelques secondes, et songea qu'elle n'avait pas vu d'autre expression que la peur sur le visage de la rousse. Une lueur d'effroi se tapissait dans son regard, se pensant à l'abri sans l'être jamais. Orlane soupira, regarda autour d'elle, marmonnant que le lendemain, elle irait régler son compte à cette bestiole à coup de flèches, seule ou non. D'après ce qu'elle avait entendu, il y avait de l'eau dans cette grotte, et ils avaient besoin d'eau. De beaucoup d'eau.
La jeune femme se tourna par la suite vers Ayllin et Archibald, un léger sourire aux lèvres.
"- C'est dans ton code génétique d'attirer les emmerdes ? lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie. Tout va bien ?

Octavie, de son côté, sentit les doigts de Shade se serrer au sien et bizarrement, se sentit presque apaisée.
- S'il-te-plait, j'ai vraiment besoin de toi... Est-ce que tu accepterais de m'aider ?
La rousse capta le regard de Shade, qui hurlait qu'elle avait vraiment besoin d'elle. La rouquine hocha timidement la tête, yeux baissés.
"- Si je peux, articula-t-elle tout doucement.
 
Répondre
#70
Hm la 69e réponse (sans compter la présentation) ça veut dire quelque chose je crois

Ca lui faisait pas des crampes aux joues, à Reese, à force de sourire comme ça?
Et sa langue, elle allait bien sa langue, pas trop fatiguée de débiter ses conneries à la chaîne?
- Danser le tango, secouer la clochette, astiquer le miroir, appelle ça comme tu veux, siffla Kathleen avec un lever d'yeux au ciel magistral.
Elle retira prestement sa main de celle de Reese qui l'entraînait vers la verdure. La familiarité, ça allait bien, ils avaient pas gardé les poules ensemble non plus, elle n'était pas le genre de fille qui se laisse entraîner docilement à l'ombre d'un buisson pour se faire remonter les pendules.
Et dans la même logique de femme libérée, elle passa devant le blond de sa démarche volontaire, dans un froissement de boucles. Ouvrant la voie, ils s'enfoncèrent progressivement entre les fougères et les troncs immenses, s'éloignant progressivement du campement. Kat persistait à ne pas se retourner pour marcher de front avec Reese, préférant rester juste devant lui, lui offrait par là même la vue la plus imprenable qu'on pouvait avoir sur son postérieur en mouvement. D'une oreille attentive, elle écoutait, derrière elle, la respiration du blond qui la suivait, et la rumeur du camp qui décroissait progressivement, tandis qu'un sourire commençait à naître sur ses lèvres fines.
C'était pour bientôt.
Lorsqu'elle estima enfin qu'ils étaient assez éloignés pour respecter les règles élémentaires de la pudeur, elle stoppa net. Elle effectua un volte face virevoletant de bouclettes, pour se retrouver face au grand blond qui lui collait au cul, et, sauvagement, sans plus de préambule, à la Koulibiac, elle aggripa sa nuque d'une main pour se hisser sur la pointe de ses pieds et plaquer ses lèvres contre les siennes.
Cependant, elle devait avoir mis trop d'allant dans son assaut buccal. Son pied se prit dans quelque chose, elle vacilla avant de se ramasser contre Reese, et les deux blonds finirent par s'écraser dans la mousse.
Kat se redressa immédiatement, vive comme l'éclair, l'aire contrariée par ce contretemps, inspectant ce truc qui emprisonnait son pied.
Mais ce n'était pas une racine quelconque, comme elle s'y attendait. C'était un lourd anneau de métal.
Intriguée, elle se détourna une seconde de son playboy blond pour épousseter la terre qui recouvrait à moitié la chose.
Il y avait une trappe. Une trappe, au milieu de la forêt vierge, des milliers d'années après que l'homme ait déserté les lieux.
La pote tchèque se remit de ses pieds, fascinée, brusquement désintéressée de Reese à qui elle était pourtant à deux doigt d'agiter les grelots, penchée sur sa trappe.
Ses capacités cérébrales étant partiellement limitées, elle n'évalua pas spécialement de risque à cette inoffensive trappe, juste un profond mystère qui faisait bouillir ses petites hormones de midinette.
- Reese, ouvre moi ça, exigea-t-elle, impérieuse, en jetant un regard à son complice toujours avachi dans l'herbe. Y a peut être une pièce secrète planquée là dessous, et je préfère danser en intérieur, ajouta-t-elle, en guise de motivation, avec un de ses sourires.

http://www.elle.be/fr/wp-content/uploads/2013/10/petite-sir%C3%A8ne.gif
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)