Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
La promo à ne pas rater : C'est les soldes cet été du 15 Juillet au 15 Octobre !


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Oublier...
#1
Hey bonjour les lakiens. Ça fait longtemps que je n'ai pas été active. J'ai tenté un retour il y a quelques temps, pourtant cela n'a pas fonctionné..

Si je suis présente aujourd'hui, c'est parce que j'aimerais vraiment faire part de quelque chose qui me tue littéralement depuis quelques temps. Et je ne me puis plus de supporter tout ceci.

Pour une mise en contexte j'ai quinze ans et depuis plus d'un an, ma situation familiale est vraiment instable (ma mère divorce de mon père pour un autre). J'ai entretenu une relation particulièrement conflictuelle avec elle durant longtemps, mais présentement nous nous entendons plutôt bien. Et bien que j'en ignore la raison, au fur et à mesure que notre relation mère-fille gagnait du mieux, moi j'entrais plutôt dans la déchéance. Je me mutilais (et je n'ai toujours pas cessé d'ailleurs), j'étais angoissée sans aucune raison particulière, plutôt irritable et je me suis énormément refermée sur moi même. J'ai alors pris la décision de voir un psychologue.

Puis, j'ai commencé à avoir des sentiments pour un gars que je connais. Un gars vraiment gentil et tout. Je n'ai jamais au grand jamais aimé autant quelqu'un, et j'aime les gens très rarement mais intensément. Je vivais presque pour ça, même en sachant pertinemment que les chances entre nous d'être ensemble étaient de 0,01%. On a commencé à se texter. Lorsque je n'allais pas bien, il prenait de mes nouvelles par sa propre initiative. Aussi, il me posais des questions sur ma vie personnelle, et moi ça me donnait de l'espoir! J'étais fébrile! Jusqu'à ce qu'il me pose la question que voici en message texte: «Et toi, t'aime tu quelqu'un? Genre dans la vie?»

Ouf. Malaise.

 J'ai décidé de lui dire tout sur tout (un exploit pour moi qui suis exponentiellement plus timide que la somme de tous les hommes sur terre). Il a... pas mal réagit. Il a dit qu'il ferai attendre sa réponse et qu'il me donnerai rendez-vous le lendemain après l'école. Mais une heure plus tard, il m'envoie un deuxième message m'expliquant en détail que j'étais une grande responsabilité alors qu'il avait beaucoup de problèmes. Aucune idée de ce qu'il pensais exactement à ce moment là. Il cherchait sans doute à trouver une raison de me friendzoner le moins douloureusement possible. u_u'

Je me suis évidemment absentée le lendemain, le vendredi (Il s'est assuré que j'allais bien après les classes). Et suite à la fin de semaine, je l'évitais le plus possible (bien que j'ai dû échanger un sourire malaisé avec lui à quelques reprises.) On a légèrement recommencé à se texter et lorsque je lui ait confié mes problèmes et à quel point ils m'affectent il a dit qu'il souhaitait me parler (en toute amitié). Ça a été finalement une bonne conversation, même si je ne lui avait pas encore confié tout ce qui me pesait sur le coeur, par gêne.

On a recommencé à causer à peu près normalement par la suite, même si j'étais toujours timide. Mais il y avait toujours ce doute. Hier, un peu plus d'un mois après ma fameuse déclaration, je lui ai donc envoyé un long message texte décrivant sans censure comment je me sentais. Il m'a répondu en disant qu'il fallait que je cesse de m'excuser et de penser que je le dérangeais (car je me suis énormément excusée dans mon texto de l'opportuner avec mes sottises) et que j'étais son amie et qu'il souhaitait être là quand j'en aurais besoin.

Je sais que c'est pathétique mais ça me tue tellement. Et puis, en additionnant tous mes autres problèmes, mes amis commencent à s'inquiéter sérieusement pour moi, ils ont peur que je fasse une bêtise (euphémisme!). Récemment, ma meilleure amie et un autre de mes amis a failli informer les psychologues de mon école secondaire qu'il fallait me placer dans un hôpital. d'ailleurs, ils sont toujours sur le point de le faire. Mon psychologue, lui, me propose la prise d'antidépresseurs. Je ne suis pas contre.

Mais bon, en conclusion, je ne sais que songer. En plus de mes problèmes de coeur, les gens ne me font plus aucunement confiance car je leur cache mon mal de vivre. Presque tout le temps ils me demandent: «Tu ne te tueras pas hein!» Je les rassures en souriant mais ils ne me croient pas... Je ne sais même pas si il faut que je me croie également...

Si tu as lu entièrement ceci, merci Love
Et si tu as des conseils également, n'hésite surtout pas, je demeurerai réceptive et à l'écoute. 
https://zupimages.net/up/18/05/8mnr.png 
Je suis Miaou2000 sur lak, notez bien Tongue
 
Répondre
#2
J'espère que ça s'arrangera Love Love Love

https://thumbs.gfycat.com/SpryMilkyFruitbat-size_restricted.gif

Im a banana, im a banana, im a banana LOOK AT ME MOVE! (yaya)


2017-2019
 
Répondre
#3
J’ai lu entièrement ton texte , moi aussi j’ai été dans une période de grande dépression . C’était horrible et il y a eu des moments où je voulais disparaître. Mais ce qui m’a permis de m’en sortir ça a été de reprendre contacte avec dieu .( Je ne sais pas si tu es croyante)
Puis à côté de ça j’ai commencé à faire du trie dans ma vie: au niveau de mes connaissances( on a assez à faire avec nos craintes , pas besoin de celle des autres) , mes objectifs , mon avenir .
J’ai aussi appris à me connaître et me comprendre, grâce à l’écriture. Et franchement je me sens pas mal mieux , même si ça reste difficile. Mais faire tout ceci m’a permis de respirer. Je me sentais un peu suffoquée avec tout mes problèmes et là je respire.
Je ne sais pas si ça va t’aider , mais en tout cas il y aura toujours quelqu’un pour t’écouter ici. Smile
 
Répondre
#4
Moi aussi je l'ai lu entièrement. Je n'ai jamais eu de problème de ce type mais ma sœur, oui. Pour se reprendre en main, elle dessinait. Elle dessinait beaucoup et elle s'est trouvé un correspondant étranger. Ça la détendais de parler à quelqu'un qu'elle ne pouvais pas voir. Tu peux aussi écrire une histoire, pas une histoire mélancolique ni quoi que ce soit mais une histoire humoristique. Tu finiras par avoir le sourire en écrivant et par te sentir mieux juste grâce au blague que tu écris.
Le plus important c'est d'en parler. Pas forcément en parler à un psy mais à quelqu'un de confiance comme un frère ou une sœur en qui tu as confiance. Même un/e cousin/e en qui tu as confiance où même parrain/marraine si tu en as. J'ai déjà eu des coups de blues. Des moments comme ça qui ne durait jamais plus de 3 semaines.

J’espère que ça s'arrangeras pour toi.
Sache que tu as toujours une oreille attentive dans ton entourage ou même sur ce forum <3
Tout le monde est bienvenu
sur ma petite planète de folie!!


 
Répondre
#5
Alors...

Déjà salut! 

Alors je vous/te préviens j'vais faire un résumé de ma vie sur une période similaire à la tienne..

Tu me fais penser à moi il y a quelques années en arrière.. J'ai vécu plus ou moins similaire mais moi ca a été un peu plus tot, vers mes 13 ans, niveau relation conflictuelle avec ma mère ça s'est apaiser uniquement que lorsque j'ai quitter mon cocon familial, de mes 12 ans à mes 17 ans j'ai fait plusieurs "stages" à l’hôpital, le dernier en date donc à mes 17 ans j'y ai été de ma propre initiative. Je voulais m'en sortir. je supportais plus ces idées noires et de faire du mal à tous ceux qui m'entourais à cette époque. Et j'avais un traitement, mais pas des anti-dépresseur, j'avais un régulateur d'humeur vu que mon diagnostique est d'être "bi-polaire" m'enfin au bout de quelques mois j'ai senti que je n'avais plus besoin de ces médicaments. En réalité tout est dans ta tête, si tu veux que ça s'arrête alors arrête. Il te faut une grande volonté de t'en sortir, et surtout être bien entourée, personnellement j'avais trop de mauvaises fréquentations auparavant pour pouvoir aller bien.

Aujourd'hui j'ai 21ans je vais sur mes 22, et je dirais que je suis en partie heureuse, bien que parfois j'ai des phases de tristesse sans raisons, mais bon je suis déjà lunatique de base! -Ou des accès de colère-

Donc j'espère que mon témoignage pourra t'apporter un petit quelque chose. 

Mais vraiment, prends soin de toi, de ton mental, fais du sport, aère toi l'esprit, lis, trouve toi une passion à laquelle t'accrocher, ça aide énormément. 
Moi j'fais du pôle dance et du cross fit pour me défouler ! Rolleyes
 
Répondre
#6
Tu passes à travers une phase difficile, je trouve qu'il y a beaucoup de "bons points" dans ton attitude, que ça soit en voyant une psychologue (je pense que c'est une très bonne chose car au moins tu es suivie par quelqu'un qui sait quoi faire), en en parlant avec cet ami ou ici.
Déjà, j'ai une première question : est-ce que ta mère est au courant de ton mal être ? Vu que vos relations se sont beaucoup améliorées, si elle n'est pas au courant, je pense que tu devrais lui en parler, parce que comme ça elle pourra garder un oeil sur toi, peut-être t'aider à t'auto-mutiler par exemple.
Concernant ton ami ensuite : il a l'air de réellement s'inquiéter pour toi, et à mon avis (par rapport à ce que tu dis), c'est bien mieux pour toi de l'avoir comme ami que comme petit ami. Les vrais amis, qui sont là pour nous quand on va mal, qui essayent de nous aider autant qu'ils le peuvent, c'est rare, et c'est pour ça que je pense que tu devrais "profiter" du fait de l'avoir. Certes, tu as peut-être des sentiments pour lui, mais étant donné que tu le lui as dis et qu'il est toujours là, je pense que votre amitié peut perdurer.
Le fait que les gens s'inquiètent pour toi est également positif : ça veut dire que tu n'es pas transparente, que tu comptes pour des gens puisque ça les inquiète que tu ailles mal ! Quand ça ne va pas du coup, essaye de te raccrocher à ça, au fait que tu n'es pas seule, qu'on veut que tu t'en sortes et ailles mieux.
J'ai lu les quelques réponses qu'on t'as données, et je vais dans cette voie : fais des activités qui te permettent de te défouler, que ça soit du sport, de l'écriture, du dessin... Je dirais que le sport permet de te défouler physiquement, l'écriture ou le dessin "mentalement".
Je n'ai personnellement jamais été mal comme ça, mais comme tout le monde je pense, j'ai des phases où je suis triste, sans forcément l'expliquer. J'écris beaucoup et je fais de la danse, deux choses qui me permettent de m'exprimer et "m'évader".
Dans tous les cas, bon courage ! =)
https://i.imgur.com/J28CbjI.png
https://i.imgur.com/4ROz6zA.png
Poppy et
Froggy Frog
veillent sur
vous


50
Armeo Catalena

 
Répondre
#7
(13-01-2019, 11:12)Fufi a écrit :  J'espère que ça s'arrangera Love Love Love

Merci! <3

(13-01-2019, 15:35)prettyr00man a écrit :  J’ai lu entièrement ton texte , moi aussi j’ai été dans une période de grande dépression . C’était horrible et il y a eu des moments où je voulais disparaître. Mais ce qui m’a permis de m’en sortir ça a été de reprendre contacte avec dieu .( Je ne sais pas si tu es croyante)
Puis à côté de ça j’ai commencé à faire du trie dans ma vie: au niveau de mes connaissances( on a assez à faire avec nos craintes , pas besoin de celle des autres) , mes objectifs , mon avenir .
J’ai aussi appris à me connaître et me comprendre, grâce à l’écriture. Et franchement je me sens pas mal mieux , même si ça reste difficile. Mais faire tout ceci m’a permis de respirer. Je me sentais un peu suffoquée avec tout mes problèmes et là je respire.
Je ne sais pas si ça va t’aider , mais en tout cas il y aura toujours quelqu’un pour t’écouter ici. Smile

Tout d'abord, merci de ta réponse!
J'essaye de plus en plus de faire du changement dans ma vie, question de me remettre sur les rails et éviter de ''stagner'' trop longtemps.
Et puis tu as vraiment raison sur le point de l'écriture. La littérature est réellement une passion pour moi, et, d'ailleurs, je souhaite devenir écrivaine dans un avenir proche ou lointain. Le dessin me procure également la même satisfaction. Je suis pour les autres qui me cotoyent «l'amie artiste» ou «la prodige artistique». Moi je dis simplement que le dessin est ma première langue et le français, ma seconde.

(13-01-2019, 17:30)Arrogance a écrit :  Moi aussi je l'ai lu entièrement. Je n'ai jamais eu de problème de ce type mais ma sœur, oui. Pour se reprendre en main, elle dessinait. Elle dessinait beaucoup et elle s'est trouvé un correspondant étranger. Ça la détendais de parler à quelqu'un qu'elle ne pouvais pas voir. Tu peux aussi écrire une histoire, pas une histoire mélancolique ni quoi que ce soit mais une histoire humoristique. Tu finiras par avoir le sourire en écrivant et par te sentir mieux juste grâce au blague que tu écris.
Le plus important c'est d'en parler. Pas forcément en parler à un psy mais à quelqu'un de confiance comme un frère ou une sœur en qui tu as confiance. Même un/e cousin/e en qui tu as confiance où même parrain/marraine si tu en as. J'ai déjà eu des coups de blues. Des moments comme ça qui ne durait jamais plus de 3 semaines.

J’espère que ça s'arrangeras pour toi.
Sache que tu as toujours une oreille attentive dans ton entourage ou même sur ce forum <3

Merci de ton soutien! Comme je l'ai annoncé dans la réponse précédente, je pratique énormément les arts (littéraires et le dessin). J'y exprime dans la plupart des cas toutes mes souffrances, toutes mes peines et mes déceptions. Les gens qui ''s'extasient'' de mes talents n'apprécient pas vraiment que je dessine des gens qui se tuent, se mutilent ou quelque dessin morbide.

La plupart restent compréhensifs mais d'autres disent que c'est simplement la vie et que je dois m'y faire. Que je me plains. Seulement, ils ne comprennent pas que c'est un réel appel à l'aide, que des fois, j'entrevois la route, le couteau, la corde ou le pont et je me dis: «Et si...» avant de chasser l'idée de mon esprit et reprendre mon petit train de vie.

Sinon, certain sont plus compréhensifs. Il y a ma meilleure amie... Mais je lui cache tout, il m'a fallu plusieurs semaines avant que je lui avoue mes tendances automutilatoires. Mais elle est tout de même au courant que je ne vais pas bien du tout. Je lui cache tout parce que je sais que, il y a de cela deux ans, elle aussi avait eu de gros problèmes, c'est même passé par l'hospitalisation et tout... Et maintenant elle est un peu en train de renaître. Elle s'épanouis et je veux jamais que par ma faute il lui arrive malheur... C'est dur à expliquer, même par écrit, mais vous voyez le concept.

Sinon hier, un de mes amis m'a dit que quelque chose ''clochait''. Que je n'allais vraiment pas bien et qu'il souhaitait me donner rendez-vous vendredi prochain. Seuls à seuls, et que personne ne soit mit au courant de ça. Il est déjà au courant de mes problèmes affectifs, mais pas en détail. On verra bien..

(13-01-2019, 18:12)doushite a écrit :  Alors...

Déjà salut! 

Alors je vous/te préviens j'vais faire un résumé de ma vie sur une période similaire à la tienne..

Tu me fais penser à moi il y a quelques années en arrière.. J'ai vécu plus ou moins similaire mais moi ca a été un peu plus tot, vers mes 13 ans, niveau relation conflictuelle avec ma mère ça s'est apaiser uniquement que lorsque j'ai quitter mon cocon familial, de mes 12 ans à mes 17 ans j'ai fait plusieurs "stages" à l’hôpital, le dernier en date donc à mes 17 ans j'y ai été de ma propre initiative. Je voulais m'en sortir. je supportais plus ces idées noires et de faire du mal à tous ceux qui m'entourais à cette époque. Et j'avais un traitement, mais pas des anti-dépresseur, j'avais un régulateur d'humeur vu que mon diagnostique est d'être "bi-polaire" m'enfin au bout de quelques mois j'ai senti que je n'avais plus besoin de ces médicaments. En réalité tout est dans ta tête, si tu veux que ça s'arrête alors arrête. Il te faut une grande volonté de t'en sortir, et surtout être bien entourée, personnellement j'avais trop de mauvaises fréquentations auparavant pour pouvoir aller bien.

Aujourd'hui j'ai 21ans je vais sur mes 22, et je dirais que je suis en partie heureuse, bien que parfois j'ai des phases de tristesse sans raisons, mais bon je suis déjà lunatique de base! -Ou des accès de colère-

Donc j'espère que mon témoignage pourra t'apporter un petit quelque chose. 

Mais vraiment, prends soin de toi, de ton mental, fais du sport, aère toi l'esprit, lis, trouve toi une passion à laquelle t'accrocher, ça aide énormément. 
Moi j'fais du pôle dance et du cross fit pour me défouler ! Rolleyes

Merci de ton témoignage! C'est vrai, tu as raison que tout est dans notre tête (et en disant cela je ne dis pas que la problématique est moins grave! x) ) Seulement, ça empêche un version objective des choses.
Comme je l'ai annoncé précédemment, je dessine. Je dessine énormément et j'écris aussi. Se sont ces deux passions qui me font vivre en quelque sorte. Pour le sport, je devrais trouver, puisque ''somnoler'' ne figure pas dans la liste! :')

(13-01-2019, 18:56)Catalena a écrit :  Tu passes à travers une phase difficile, je trouve qu'il y a beaucoup de "bons points" dans ton attitude, que ça soit en voyant une psychologue (je pense que c'est une très bonne chose car au moins tu es suivie par quelqu'un qui sait quoi faire), en en parlant avec cet ami ou ici.
Déjà, j'ai une première question : est-ce que ta mère est au courant de ton mal être ? Vu que vos relations se sont beaucoup améliorées, si elle n'est pas au courant, je pense que tu devrais lui en parler, parce que comme ça elle pourra garder un oeil sur toi, peut-être t'aider à t'auto-mutiler par exemple.
Concernant ton ami ensuite : il a l'air de réellement s'inquiéter pour toi, et à mon avis (par rapport à ce que tu dis), c'est bien mieux pour toi de l'avoir comme ami que comme petit ami. Les vrais amis, qui sont là pour nous quand on va mal, qui essayent de nous aider autant qu'ils le peuvent, c'est rare, et c'est pour ça que je pense que tu devrais "profiter" du fait de l'avoir. Certes, tu as peut-être des sentiments pour lui, mais étant donné que tu le lui as dis et qu'il est toujours là, je pense que votre amitié peut perdurer.
Le fait que les gens s'inquiètent pour toi est également positif : ça veut dire que tu n'es pas transparente, que tu comptes pour des gens puisque ça les inquiète que tu ailles mal ! Quand ça ne va pas du coup, essaye de te raccrocher à ça, au fait que tu n'es pas seule, qu'on veut que tu t'en sortes et ailles mieux.
J'ai lu les quelques réponses qu'on t'as données, et je vais dans cette voie : fais des activités qui te permettent de te défouler, que ça soit du sport, de l'écriture, du dessin... Je dirais que le sport permet de te défouler physiquement, l'écriture ou le dessin "mentalement".
Je n'ai personnellement jamais été mal comme ça, mais comme tout le monde je pense, j'ai des phases où je suis triste, sans forcément l'expliquer. J'écris beaucoup et je fais de la danse, deux choses qui me permettent de m'exprimer et "m'évader".
Dans tous les cas, bon courage ! =)

Merci! <3
Ma mère est au courant de mes pensées suicidaires, mais pas que je m'automutile régulièment. Ni mon père d'ailleurs. Je sais que ça les briseraient parce qu'il sont suffisamment inquiets à mon sujet. Sad(

De ce point de vu là, je suis d'accord. Je suis chanceuse du fait qu'il a été un bon gars à mon égard. Dans le sens que je suis importante pour lui alors que d'autres auraient réagit comme des machos incapables de sensibilité.
Et comme je l'ai dit, je dessine beaucoup pour me défouler et coucher sur papier mes plus fortes émotions. J'écris de la littérature également. Je ne sais pas si je l'ai mentionné, mais je rédige plusieurs journaux intimes, chacun ayant son rôle différent. Celui que j'utilise le plus, le journal dans lequel je décris les faits dans leurs moindres détails et mes sentiments face à ça a déja eu plus de 90 pages de remplies depuis mi-novembre xP
Je suis plutôt productive.

Mais en tout cas merci, ça m'a aidé! <3
https://zupimages.net/up/18/05/8mnr.png 
Je suis Miaou2000 sur lak, notez bien Tongue
 
Répondre
#8
ha non hein je veut que reste de ce monde !!!!! Heart
J'èspere que sa ira mieux après ma soeur a une periode comme ca ! (j'ai eu peur ...)
bisous bonne chance  Heart  Heart  Heart(J'espere que sa ira mieux !!!)LoveLoveLove
https://66.media.tumblr.com/f061f6016a2a0b770a072197e855a246/tumblr_o6bgtxtTyb1v4x0tqo1_400.gif
Rayane mon POKEMON de La'k Love
 
Répondre
#9
(13-01-2019, 21:31)Bleuetbiscuit a écrit :  Merci! <3
Ma mère est au courant de mes pensées suicidaires, mais pas que je m'automutile régulièment. Ni mon père d'ailleurs. Je sais que ça les briseraient parce qu'il sont suffisamment inquiets à mon sujet. Sad(

De ce point de vu là, je suis d'accord. Je suis chanceuse du fait qu'il a été un bon gars à mon égard. Dans le sens que je suis importante pour lui alors que d'autres auraient réagit comme des machos incapables de sensibilité.
Et comme je l'ai dit, je dessine beaucoup pour me défouler et coucher sur papier mes plus fortes émotions. J'écris de la littérature également. Je ne sais pas si je l'ai mentionné, mais je rédige plusieurs journaux intimes, chacun ayant son rôle différent. Celui que j'utilise le plus, le journal dans lequel je décris les faits dans leurs moindres détails et mes sentiments face à ça a déja eu plus de 90 pages de remplies depuis mi-novembre xP
Je suis plutôt productive.

Mais en tout cas merci, ça m'a aidé! <3

D'accord je vois. Dans ce cas peut-être, quand tu sens que ça va recommencer, essaye d'aller vers eux, pas forcément pour leur dire, mais pour que ça te "distrait" et que tu ne penses pas à la mutilation du coup (dans l'optique d'y mettre progressivement un terme).
Je plussoie l'emploi de journaux intimes ! J'en ai depuis vraiment longtemps (je crois que le premier date de mes 8 ans, quelque chose comme ça), j'ai beaucoup écrit dedans, et j'ai remarqué que quand ça ne va pas, c'est vraiment un exutoire, dans le sens où j'écris tout ce que je pense donc ça me défoule, et en même temps le fait de le formuler et l'écrire me permet d'y voir plus clair dans pourquoi ça ne va pas et d'envisager des solutions.
Je suis contente si j'ai pu t'aider en tout cas ! N'hésite pas à nous dire comment ça évolue, en tout cas j'espère que ça va aller mieux Smile
https://i.imgur.com/J28CbjI.png
https://i.imgur.com/4ROz6zA.png
Poppy et
Froggy Frog
veillent sur
vous


50
Armeo Catalena

 
Répondre
#10
Bon ben.... J'ai des nouvelles...
En gros voilà: j'ai été manipulée depuis le début.

Plus clairement, le gars en question savait déjà depuis quelques temps que je l'aimais... Car on lui avait dit avant que je le fasse. Il a juste souhaité me tirer les vers du nez pour sa simple curiosité. A-t'on idée de faire une chose pareille pour son ego?? u_u

Évidemment, je me suis vraiment fachée. J'étais dans une colère noire. Et sur un coup de tête, pour régler les choses entre nous, j'ai demandé à un ami en commun de lui dire à quel point j'étais furieuse. Le principal interessé a comprit que le message venait de moi et s'est également mit en colère. Il m'a dit des choses très blessantes. Il tournait sans arrêt mes sentiments au ridicule et ses messages puaient le sarcasme. Il m'a dit que jamais de la vie quelqu'un voudrait être avec une personne dépressive ou à tendance suicidaire, que je joue à la petite victime et que je pense être le nombril du monde.

Le pire, c'est que en classe il arrive à faire comme si de rien n'était.. Alors qu'il m'a détruite. Littéralement détruite.
https://zupimages.net/up/18/05/8mnr.png 
Je suis Miaou2000 sur lak, notez bien Tongue
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)