Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Sauvegarde des cartoon de Lak : ...


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 2 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
L'homosexualité
#41
(03-06-2015, 16:17)Lolipoppo a écrit :  
Citation :Pour répondre à vos interrogations, je pense pas que se soit tellement le fait d'aimer une autre personne de même ***** qui soit si repoussante, enfin si carrément, mais c'est plus la pression sociale. 

Non, il faut arrêter de faire comme si ce n'est pas évident. Les gens demandent souvent aux homophobes où est le mal dans le fait d'aimer. Sauf que ce ne sont pas les sentiments qui les dérangent, mais l'acte sexuel. Et lorsqu'ils disent que c'est contre-nature, ils parlent aussi de l'acte.

Sauf qu'ils n'ont pas à s'imaginer ça ._.
~ We are all mad here ~

https://i.imgur.com/ydwsuwG.png


 
Répondre
#42
(03-06-2015, 17:46)YumiMangaCat a écrit :  
(03-06-2015, 16:17)Lolipoppo a écrit :  
Citation :Pour répondre à vos interrogations, je pense pas que se soit tellement le fait d'aimer une autre personne de même ***** qui soit si repoussante, enfin si carrément, mais c'est plus la pression sociale. 

Non, il faut arrêter de faire comme si ce n'est pas évident. Les gens demandent souvent aux homophobes où est le mal dans le fait d'aimer. Sauf que ce ne sont pas les sentiments qui les dérangent, mais l'acte sexuel. Et lorsqu'ils disent que c'est contre-nature, ils parlent aussi de l'acte.

Sauf qu'ils n'ont pas à s'imaginer ça ._.

C'est tellement vrai :')
 
Répondre
#43
Oui voila c'est ce que j'allais dire, perso ma vie sexuelle ne regarde que moi et personne d'autre (à part mon copain bien sur) ._. Donc ça ne doit pas gêner les gens sinon ce sont des grands malades qui s'imaginent avoir un mot à dire sur comment les gens baisent et ça c'est chaud !!!!

Et pour répondre à nono : J'ai vu plusieurs articles/documentaires qui expliquent que l'homosexualité est "due" à plein de facteurs. Déjà, biologiquement il y a des micros différences dans le cerveau d'un homme homosexuel et d'un homme hétérosexuel (je suis pas sur du nom de la partie du cerveau mais bref une certaine zone de cette partie est plus développée chez les hétérosexuels hommes, ce n'est pas une caricature mdr même si on dirait, à l'inverse, chez les hommes homo et chez les femmes, elle est plus réduite). Ensuite, sociologique bien que c'est assez difficile de trouver une ressemblance chez tous les homosexuels de la terre, et enfin génétique, mais ça c'est pas encore très très sur !

C'est "scientifiquement" prouvé que l'homosexualité n'est pas un choix, et donc on y peut rien, mais c'est pas une maladie non plus.
Moi j'pense que si à la base tout le monde s'en fichait, y aurait pas besoin de prouver scientifiquement que c'est normal !
 
Répondre
#44
Hola la familia !

Alors je vais rajouter mon petit grain de sel hein. 

Je suis un mec super engagé dans la cause des LGBT ( Lesbienne - gay - bisexuel - transsexuel pour ceux qui se demandait ) . Cet engagement m'a valu les phrases du genre " Ah mais t'es P D alors ? ". Donc déjà, non, il ne faut pas être homo / bi / pansexuel / etc pour défendre cette cause. 

Je me suis heurté récemment à deux bons amis à moi: une fille et un mec. Alors je vais remettre le contexte à sa place, on était assis sur un banc, la conversation nous a amené à parler de tolérance, mon pote est un mec adolescent qui, comme dit plus haut subi la pression sociale , et ma pote est russe x orthodoxe ( ultimate combo of doom ).
J'ai remarqué, durant la conversation, que les deux croyaient dur comme fer que c'était une maladie ! Ils m'ont sortit une liste de preuve pseudo scientifique, des témoignages de mecs qui se disent " guéri " de leur penchant sexuel déviant et même le site d'un hôpital qui étai supposé les soigner ( si je retrouve le site je vous le partage ). C'est là que je me suis rendu compte qu'un truc qui me semblait invraisemblable ( parler de l'homosexualité comme d'une maladie en 2015 mais srx) soit  quelque chose en quoi les gens crois.

Bref c'était juste un mini témoignage pour raconter ma vie  ajouter ma pierre à l'édifice.
 
Répondre
#45
Citation :C'est "scientifiquement" prouvé que l'homosexualité n'est pas un choix, et donc on y peut rien, mais c'est pas une maladie non plus. 

Je suis d'accord avec vous sur le fait que ça ne regarde que vous, mais qu'est-ce qui vous rend si certain sur le fait que l'homosexualité n'est pas une "maladie"? J'entends par là une espèce de déformation qui fait qu'à la naissance, un homme va être attiré par un homme et une femme par une femme? Si justement la partie du cerveau citée plus haut est moins développée que chez les hétérosexuels, ce serait donc du à une malformation. Non? On pourrait se demander pourquoi est-ce que ce ne serait pas le cerveau des homosexuels qui serait le cerveau "correct" et non celui des hétérosexuels. Mais tout semble dire que l'homme a été fait pour la femme et la femme a été faite pour l'homme, la nature a fait qu'ils s'emboitent parfaitement et qu'ils peuvent procréer de cette façon comme le reste des êtres vivants. Pour ceux qui comparent les êtres humains avec les animaux, affirmant que l'homosexualité existe aussi chez les animaux, oui elle existe, mais aucun animal n'est exclusivement homosexuel. Ces animaux chez qui des pratiques homosexuelles ont été décelées pratiquent également l'acte hétérosexuel et ne couchent avec un animal du même sexe qu'occasionnellement pour le plaisir. La dernière chose qui me fait dire tout ça c'est que les hétérosexuels sont excessivement nombreux dans le monde contrairement aux homosexuels (bien que la majorité des personnes homosexuelles dans le monde n'annoncent pas leur sexualité sur tous les toits), ce qui laisserait penser que la forme ordinaire de la sexualité humaine est le modèle hétérosexuel. 

Je suis conscient que mon message puisse heurter certains d'entre vous et c'est pour ça que je précise quand même que ce n'est pas parce que je fais ces suppositions que je suis homophobe. À vrai dire, je suis bi. Mais je ne demande qu'à entendre vos arguments prouvant que l'homosexualité n'est pas une "maladie", car à vrai dire je me sentirais mieux si j'étais vraiment convaincu du contraire. 
 
Répondre
#46
(03-06-2015, 20:04)Lolipoppo a écrit :  
Citation :C'est "scientifiquement" prouvé que l'homosexualité n'est pas un choix, et donc on y peut rien, mais c'est pas une maladie non plus. 

Je suis d'accord avec vous sur le fait que ça ne regarde que vous, mais qu'est-ce qui vous rend si certain sur le fait que l'homosexualité n'est pas une "maladie"? J'entends par là une espèce de déformation qui fait qu'à la naissance, un homme va être attiré par un homme et une femme par une femme? Si justement la partie du cerveau citée plus haut est moins développée que chez les hétérosexuels, ce serait donc du à une malformation. Non? On pourrait se demander pourquoi est-ce que ce ne serait pas le cerveau des homosexuels qui serait le cerveau "correct" et non celui des hétérosexuels. Mais tout semble dire que l'homme a été fait pour la femme et la femme a été faite pour l'homme, la nature a fait qu'ils s'emboitent parfaitement et qu'ils peuvent procréer de cette façon comme le reste des êtres vivants. Pour ceux qui comparent les êtres humains avec les animaux, affirmant que l'homosexualité existe aussi chez les animaux, oui elle existe, mais aucun animal n'est exclusivement homosexuel. Ces animaux chez qui des pratiques homosexuelles ont été décelées pratiquent également l'acte hétérosexuel et ne couchent avec un animal du même ***** qu'occasionnellement pour le plaisir. La dernière chose qui me fait dire tout ça c'est que les hétérosexuels sont excessivement nombreux dans le monde contrairement aux homosexuels (bien que la majorité des personnes homosexuelles dans le monde n'annoncent pas leur sexualité sur tous les toits), ce qui laisserait penser que la forme ordinaire de la sexualité humaine est le modèle hétérosexuel. 

Je suis conscient que mon message puisse heurter certains d'entre vous et c'est pour ça que je précise quand même que ce n'est pas parce que je fais ces suppositions que je suis homophobe. À vrai dire, je suis bi. Mais je ne demande qu'à entendre vos arguments prouvant que l'homosexualité n'est pas une "maladie", car à vrai dire je me sentirais mieux si j'étais vraiment convaincu du contraire. 

Alors si tu prends le sujet par ce bout tu as raison seulement ce n'est pas comme ça qu'il faut l'aborder. 
Déjà, arrêtons nous sur le terme "maladie", qui est péjoratif et qui, renvois a une forme de rejet. Une maladie, ça provoque un MAL, c'est quelque chose qui altère la santé mais c'est aussi une chose qu'on peut soigner.


Ensuite, peux-tu dire que les gauchers, les roux, les gens aux yeux bleus, sont malades ? Non, ce sont des mutations génétiques, naturelles, et il en va de même pour l'homosexualité. Beaucoup d'espèces animales, et ça a été prouvé par certaines études (dont une étude qui a été faite sur une race de moutons d'élevage aux Etats-Unis, il y a un documentaire sur ça je pense que tu peux le trouver, il s'appelle "Homosexualité, est-ce un choix" je crois) montrent de l'homosexualité exclusive chez certains mâles. Personne ne peut trancher sur "Les raisons" de l'homosexualité, parce qu'il n'y en pas vraiment. Comme on ne peut pas expliquer l'hétérosexualité dans le sens où il y a certes, reproduction, mais ça peut, et ça devrais d'arrêter là. La plupart des animaux ne forment pas de couples comme nous l'entendons à l'échelle humaine. Ensuite, je te dirais que c'est à nous, Humains, d'évoluer, d'accepter ce qui est différent, parce que nous pouvons résonner et comprendre la différence (pour la plupart). Perso je trouve ça intéressant de savoir "pourquoi" je suis homosexuel, mais je me dis que il ne devrait même pas y avoir des explications, c'est comme ça et c'est tout je ne vois pas le problème. 
Dans chaque périodes de l'histoires, il y a eu LA communauté qui dérange parmi les autres(Barbares, Protestants, Noirs, Juifs, et aujourd'hui Homosexuels). Nous avons la chance d'habiter des pays qui sont assez ouverts pour accepter ça, et qui commencent à trouver une sorte de normalité dans cette homosexualité, qui est normale

Après, certes, les études sont portées que sur des mâles, et certains préféreront ne pas y croire mais moi je crois en la science perso, donc j'espère t'avoir apporté quelques réponses, pour que tu changes d'avis et que tu portes un meilleur regard sur toi-même ! 
 
Répondre
#47
Tes arguments poussent à réfléchir, et je ne savais pas pour cette études sur les moutons. Cependant, scientifiquement parlant, pourquoi est-ce que le corps de l'homme et de la femme sont formés en fonction de la procréation si cette procréation n'est pas le but premier de l'acte sexuel? La femme a ses règles tous les mois dès la puberté durant laquelle son corps se transforme de façon à pouvoir un jour porter un bébé en elle, elle possède des ovules, sa poitrine bénéficie de tout un système pour procurer du lait et ainsi de suite. L'homme possède les spermatozoïdes permettant aux ovules d'être fécondés et son engin permet aux deux corps de s'emboiter parfaitement pour que tout l'engrenage (qui est bien plus complexe qu'on ne le croit) s'enclenche! Pourquoi est-ce que ces deux corps seraient si bien compatibles s'ils ne sont pas fait pour être ensemble? Mais bon, comme tu le dis, en fait ce sont des questions rhétoriques car on ne pourra jamais vraiment y répondre étant donné que c'est de l'ordre du ressenti et des envies. Le cerveau a ses mystères.
 
Répondre
#48
LE PAVE CI DESSOUS EST SUBJECTIF DSL JE SUIS CHIANTE DSL

Personnellement, je ne pense pas que le fait que l'homosexualité soit une maladie ou pas soit ce qui importe vraiment. Donc je vais faire une explication longue et chiante :

Bon, tout d'abord, je ne pense pas que ce soit vraiment important, parce qu'à part les deux-trois illuminés qui se disent "délivrés de l'homosexualité", en général, à part les homosexuels qui se font ségregationner (je trouve pas le vrai mot dsl), ou ceux qui subissent une très forte pression sociale de la part de leur milieu, aucun homo intégré dans la société ne se plaindrait en disant "je souffre dam je me sens malade". Je veux dire par là, la maladie, d'une façon ou d'une autre, c'est supposé faire souffrir (que ce soit physiquement ou mentalement). Or, là, la seule souffrance dont les homosexuels peuvent être victimes, c'est celle du regard des autres... Ça ne ressemble pas vraiment à une maladie, quoi.

Mais en admettant qu'une maladie / malformation peut ne pas faire souffrir et être inconsciente, je ne trouve pas que cette interrogation soit si avérée que ça, au final. Car :
Si on reprend, à la base, l'homosexualité pourrait être considéré comme une maladie parce qu'il y a "un ordre naturel fondé sur la complémentarité des sexes", donc l'homosexualité est contre-nature, donc elle est assimilable à une maladie / une malformation, car un humain "naturel", à comprendre "normal" et "bien formé" doit être avec le sexe qui le complète.

Mais en fait, cette norme de l'humain "normal" n'a rien à voir avec un argument naturaliste, parce que c'est un argument religieux.

Expliquazione : la nature créée pas de normes. La nature, c'est un fait qu'on peut décrire ou apprendre à connaître, c'est une entité impassible et indifférente. En gros, la nature nous lâche dans le monde, et ne nous dit pas ce qu'on a à être. Pour considérer que la nature produit des normes, et donc qu'elle régule / doit réguler nos comportements, notre façon d'être et qu'elle définit ce qu'est un humain normal, faudrait considérer alors que tous les faits naturels sont une source d'interprétation de ce qu'on doit être / faire. Exemple : quand il tombe de la pluie, on en interprète aucun signe à part le fait qu'il pleut. Bon ben, la complémentarité des sexes, on devrait en interpréter aucun signe mis à part le fait que si on veut un fiston ou une fifille, faut un homme et une femme. Est-ce que c'est supposé fonder le critère du "normal" ? Non : ça dit juste que pour concevoir un enfant, il faut une complémentarité des sexes. Au final, le fait de baser le "naturel" sur la volonté de procréer, c'est baser une norme sur un cas particulier, et ce, d'autant plus dans nos sociétés de plus en plus individualistes, où fonder une famille avec des enfants ne constituent plus une utopie en soit pour tous.
Je sais que c'est compliqué ce que je dis désolé.

Donc en gros, tout à l'heure, j'ai dit que considérer qu'il y a un humain normal et des humains anormaux ce n'était pas un argument naturaliste, mais un argument religieux. J'ai également dit que la nature généraient des faits établis, mais qu'elle ne produisait pas de normes.
Pour reprendre, si on veut considérer que la nature est productrice de normes, alors il est nécessaire de faire une interprétation des faits qu'elle génère. Pour reprendre l'exemple de la pluie : pour nous, enfin je pense, qu'il pleuve, ça n'a aucune profondeur sur le sens de notre destinée, aucune signification mise à part qu'il faut prendre, éventuellement (ce n'est pas une norme), un parapluie pour ne pas tomber malade, car c'est bientôt le bac lol. Bon, ben par exemple si on tombe dans les clichés, dans les sociétés traditionnelles indiennes en Amérique, la pluie avait un sens beaucoup plus grand sur le sens profond de leur agissement, parce qu'ils l'interprétaient via un dieu / du sacré. Les superstitions, également, sont des interprétations des faits naturels : ça relève du religieux. Dès lors que l'on créer une norme à partir d'un fait généré par la nature, ça relève du religieux, et non pas du naturaliste. Donc affirmer que l'homosexualité n'est pas "naturelle", ça n'a pas de sens, car c'est une affirmation religieuse tirée de conclusions subjectives.

J'essaie de résumer de façon compréhensible :
-> Bon perso, je ne pense pas que l'homosexualité soit une maladie ou une malformation, mais de façon générale, l'interrogation qui se pose, j'ai l'impression, c'est de savoir si l'homosexualité est naturelle.
-> or, la nature créé des faits, la nature fait pousser des feuilles sur les arbres et elle créer les marées. Au même titre, la nature a créé la complémentarité des sexes, qui est un fait concernant l'espèce humaine, mais pas une norme. Or, la reproduction n'est pas un impératif / une volonté pour tous les hommes. Si on base la norme sur l'impératif de la reproduction, de laquelle découle le magistral argument de la complémentarité des sexes, alors on devrait dire que les humains hétéros, mais qui ne désirent pas d'enfants sont aussi peu normaux et mal formés que les homos, non ? Mais je m'égare là, et ce dernier argument est sans doute un peu bancale.
-> DONC LA NATURE CRÉÉ DES FAITS, SEULEMENT DES FAITS. L'interprétation des faits de la nature = du religieux (cf indiens, cf superstitions).
-> Interpréter un fait neutre établi par la nature, c'est créer une norme. L'interprétation créée des normes. Mais dès lors, dire que l'homosexualité n'est pas naturelle, c'est faire reposer sa théorie sur une interprétation, donc du religieux, et non pas du naturaliste.
-> Complémentarité des sexes = un fait. Dire que complémentarité des sexes est la norme = interprétation. Interpréter =/= décrire ce qui est naturel / ce qui est normal. Interpréter un fait = subjectif / religieux.

=> donc dire que les homosexuels sont malades / malformés / anormaux, alors que, manifestement ils ne souffrent pas de leur état (je parle en connaissance de cause), c'est faire de faits naturels une interprétation subjective / religieuse.

+ je sais que certains homophobes sont athées, même si c'est pas trop la question. Mais être dans un rapport "religieux" au monde, ce n'est pas forcément prêcher un dieu. La religion = l'ensemble de croyances autour d'une chose dont l'existence n'est pas prouvée. Ici, un athée homophobe est dans un rapport religieux avec l'interprétation qu'il se fait de la complémentarité des sexes. Mais ça c'est un autre débat osef et je ne dis pas que les croyants sont tous homophobes ni que les homophobes sont tous croyants ni que les homophobes athées sont des gros fanatiques religieux qui s'en rendent même pas compte, pas du tout (la religion a de toute façon un sens beaucoup plus large que de la restreindre à un simple rapport homme / dieu)
Bon, ce n'était pas ça le sujet alors je remets ma conclusion :

=> donc dire que les homosexuels sont malades / mal formés / anormaux, alors que, manifestement ils ne souffrent pas de leur état (je parle en connaissance de cause), c'est faire de faits naturels une interprétation subjective / religieuse.
La nature n'impose pas cette interprétation, donc pour moi (j'ai pas assez dit "pour moi" et "je pense que" dans ce post, dsl c juste mon avis me tapez po) dire que les homos sont malades / mal formés / et sans être homophobes ni quoi que ce soit, dire que l'homosexualité est un cas à part / que ce n'est pas purement normal / naturel, ben, je ne trouve pas que ça soit avéré ou fondé voilà dsl je suis agaçante
hey

http://image.noelshack.com/fichiers/2015/27/1435658570-heyy.gif
 
Répondre
#49
Xuu jtm voila
Lolipoppo j'espère que ça te fais réfléchir parce que ce qu'elle a dit est très bien expliqué et très bien construit !
Je rajouterai même que certains homosexuels ont aussi cette vision "religieuse" de la société et se croient mauvais, donc tg société tg religion
 
Répondre
#50
(03-06-2015, 21:34)Xuu a écrit :  LE PAVE CI DESSOUS EST SUBJECTIF DSL JE SUIS CHIANTE DSL

Personnellement, je ne pense pas que le fait que l'homosexualité soit une maladie ou pas soit ce qui importe vraiment. Donc je vais faire une explication longue et chiante :

Bon, tout d'abord, je ne pense pas que ce soit vraiment important, parce qu'à part les deux-trois illuminés qui se disent "délivrés de l'homosexualité", en général, à part les homosexuels qui se font ségregationner (je trouve pas le vrai mot dsl), ou ceux qui subissent une très forte pression sociale de la part de leur milieu, aucun homo intégré dans la société ne se plaindrait en disant "je souffre dam je me sens malade". Je veux dire par là, la maladie, d'une façon ou d'une autre, c'est supposé faire souffrir (que ce soit physiquement ou mentalement). Or, là, la seule souffrance dont les homosexuels peuvent être victimes, c'est celle du regard des autres... Ça ne ressemble pas vraiment à une maladie, quoi.

Mais en admettant qu'une maladie / malformation peut ne pas faire souffrir et être inconsciente, je ne trouve pas que cette interrogation soit si avérée que ça, au final. Car :
Si on reprend, à la base, l'homosexualité pourrait être considéré comme une maladie parce qu'il y a "un ordre naturel fondé sur la complémentarité des sexes", donc l'homosexualité est contre-nature, donc elle est assimilable à une maladie / une malformation, car un humain "naturel", à comprendre "normal" et "bien formé" doit être avec le ***** qui le complète.

Mais en fait, cette norme de l'humain "normal" n'a rien à voir avec un argument naturaliste, parce que c'est un argument religieux.

Expliquazione : la nature créée pas de normes. La nature, c'est un fait qu'on peut décrire ou apprendre à connaître, c'est une entité impassible et indifférente. En gros, la nature nous lâche dans le monde, et ne nous dit pas ce qu'on a à être. Pour considérer que la nature produit des normes, et donc qu'elle régule / doit réguler nos comportements, notre façon d'être et qu'elle définit ce qu'est un humain normal, faudrait considérer alors que tous les faits naturels sont une source d'interprétation de ce qu'on doit être / faire. Exemple : quand il tombe de la pluie, on en interprète aucun signe à part le fait qu'il pleut. Bon ben, la complémentarité des sexes, on devrait en interpréter aucun signe mis à part le fait que si on veut un fiston ou une fifille, faut un homme et une femme. Est-ce que c'est supposé fonder le critère du "normal" ? Non : ça dit juste que pour concevoir un enfant, il faut une complémentarité des sexes. Au final, le fait de baser le "naturel" sur la volonté de procréer, c'est baser une norme sur un cas particulier, et ce, d'autant plus dans nos sociétés de plus en plus individualistes, où fonder une famille avec des enfants ne constituent plus une utopie en soit pour tous.
Je sais que c'est compliqué ce que je dis désolé.

Donc en gros, tout à l'heure, j'ai dit que considérer qu'il y a un humain normal et des humains anormaux ce n'était pas un argument naturaliste, mais un argument religieux. J'ai également dit que la nature généraient des faits établis, mais qu'elle ne produisait pas de normes.
Pour reprendre, si on veut considérer que la nature est productrice de normes, alors il est nécessaire de faire une interprétation des faits qu'elle génère. Pour reprendre l'exemple de la pluie : pour nous, enfin je pense, qu'il pleuve, ça n'a aucune profondeur sur le sens de notre destinée, aucune signification mise à part qu'il faut prendre, éventuellement (ce n'est pas une norme), un parapluie pour ne pas tomber malade, car c'est bientôt le bac lol. Bon, ben par exemple si on tombe dans les clichés, dans les sociétés traditionnelles indiennes en Amérique, la pluie avait un sens beaucoup plus grand sur le sens profond de leur agissement, parce qu'ils l'interprétaient via un dieu / du sacré. Les superstitions, également, sont des interprétations des faits naturels : ça relève du religieux. Dès lors que l'on créer une norme à partir d'un fait généré par la nature, ça relève du religieux, et non pas du naturaliste. Donc affirmer que l'homosexualité n'est pas "naturelle", ça n'a pas de sens, car c'est une affirmation religieuse tirée de conclusions subjectives.

J'essaie de résumer de façon compréhensible :
-> Bon perso, je ne pense pas que l'homosexualité soit une maladie ou une malformation, mais de façon générale, l'interrogation qui se pose, j'ai l'impression, c'est de savoir si l'homosexualité est naturelle.
-> or, la nature créé des faits, la nature fait pousser des feuilles sur les arbres et elle créer les marées. Au même titre, la nature a créé la complémentarité des sexes, qui est un fait concernant l'espèce humaine, mais pas une norme. Or, la reproduction n'est pas un impératif / une volonté pour tous les hommes. Si on base la norme sur l'impératif de la reproduction, de laquelle découle le magistral argument de la complémentarité des sexes, alors on devrait dire que les humains hétéros, mais qui ne désirent pas d'enfants sont aussi peu normaux et mal formés que les homos, non ? Mais je m'égare là, et ce dernier argument est sans doute un peu bancale.
-> DONC LA NATURE CRÉÉ DES FAITS, SEULEMENT DES FAITS. L'interprétation des faits de la nature = du religieux (cf indiens, cf superstitions).
-> Interpréter un fait neutre établi par la nature, c'est créer une norme. L'interprétation créée des normes. Mais dès lors, dire que l'homosexualité n'est pas naturelle, c'est faire reposer sa théorie sur une interprétation, donc du religieux, et non pas du naturaliste.
-> Complémentarité des sexes = un fait. Dire que complémentarité des sexes est la norme = interprétation. Interpréter =/= décrire ce qui est naturel / ce qui est normal. Interpréter un fait = subjectif / religieux.

=> donc dire que les homosexuels sont malades / malformés / anormaux, alors que, manifestement ils ne souffrent pas de leur état (je parle en connaissance de cause), c'est faire de faits naturels une interprétation subjective / religieuse.

+ je sais que certains homophobes sont athées, même si c'est pas trop la question. Mais être dans un rapport "religieux" au monde, ce n'est pas forcément prêcher un dieu. La religion = l'ensemble de croyances autour d'une chose dont l'existence n'est pas prouvée. Ici, un athée homophobe est dans un rapport religieux avec l'interprétation qu'il se fait de la complémentarité des sexes. Mais ça c'est un autre débat osef et je ne dis pas que les croyants sont tous homophobes ni que les homophobes sont tous croyants ni que les homophobes athées sont des gros fanatiques religieux qui s'en rendent même pas compte, pas du tout (la religion a de toute façon un sens beaucoup plus large que de la restreindre à un simple rapport homme / dieu)
Bon, ce n'était pas ça le sujet alors je remets ma conclusion :

=> donc dire que les homosexuels sont malades / mal formés / anormaux, alors que, manifestement ils ne souffrent pas de leur état (je parle en connaissance de cause), c'est faire de faits naturels une interprétation subjective / religieuse.
La nature n'impose pas cette interprétation, donc pour moi (j'ai pas assez dit "pour moi" et "je pense que" dans ce post, dsl c juste mon avis me tapez po) dire que les homos sont malades / mal formés / et sans être homophobes ni quoi que ce soit, dire que l'homosexualité est un cas à part / que ce n'est pas purement normal / naturel, ben, je ne trouve pas que ça soit avéré ou fondé voilà dsl je suis agaçante

http://cdn.meme.am/instances/400x/36947466.jpg
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 2 visiteur(s)