Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Les TA sont ici ! Découvre les dates et les cartégories de l'année!


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[Concours] Ame Soeurs | Creations
#1
Âmes Sœurs - Créations

https://i.imgur.com/pFWmbiR.png

Pendant cette joyeuse St Valentin, les modératoons voudraient voir Lak déborder d'amour !

Le but :

Vous devrez imaginer une création d'un couple ! Montrez-nous deux âme sœurs et écrivez leur histoire (ce n'est pas obligé d'être long, un extrait suffira et la forme est totalement libre: poème, prose, etc).

Le podium ?
Il y'en aura 2 !


Cette fois-ci il y aura un podium séparé: un pour la création et un pour l'histoire ! Si la création n'est pas votre point fort vous pouvez toujours vous hisser sur le podium avec votre petit extrait et vice-versa !
Bien sûr, rien ne vous empêche de gagner dans les deux catégories !

1ère place ; 300kts
2ème place ; 200kts
3ème place ; 100kts
Mention spéciale des juges ; 50kts


Le concours prend fin le 28/02/18 !
Bonne chance à vous et joyeuse St Valentin Love

Nous recrutons 2 juges - envoie un mp à lovemydreams ici.
https://i.imgur.com/3Qu7yg1.png
(enpai_)
http://img15.hostingpics.net/pics/28867879ue.png
37©picoule™®
 
Répondre
#2
Qui sera sacré meilleur couple ?? Bonne chance à toutes et à tous Big Grin Love !
Règle n°1 :  Ne jamais écouter un démon.

http://i66.tinypic.com/2j5xxl1.jpg
 
Répondre
#3
Rainbow 
je participe mais pour ça il me faut du temps comme dab Big Grin Angel Heart Love

et meme je suis bébé lakiens mdr
 
Répondre
#4
L'aMOUR AVEC UN A MINUSCULE,
L'aMOUR QUI S'ACHÈTE,
POST SAINT-VALENTIN.
Ils étaient deux. Ils étaient beaux. Mais ils ne se connaissaient pas.
Thomas ouvre les yeux le premier, il ne sait pas trop ce qu'il fait là. A vrai dire, il n'avait absolument pas prévu de passer la nuit ici, pour ainsi dire, il pensait simplement passer quelques heures avec un autre homme, dont il ne connaissait rien, tirer son coup, puis s'en aller. La passion et l'amour n'avaient jamais eu leur place là-dedans. Ni pour lui, ni pour Adrien, toujours endormi, à ses côtés.
Il se redresse légèrement, essaye de ne pas faire de bruit. Il regarde le beau garçon encore plongé dans les doux bras de Morphée. Il le sait, chaque seconde de plus à attendre dans ce lit le rapproche d'une situation qu'il se refuse de vivre, celle d'un réveil amoureux, bercé de câlins. Il n'est pas très amour, Thomas. L'amour l'a beaucoup déçu, énormément, pour ainsi dire, il n'y croit plus, pas une seule seconde.
Alors il s'extirpe le plus discrètement possible. Il est nu, ses vêtements sont éparpillés ça et là dans la chambre. Il fait sombre. A peine il discerne les murs de la pièce tant la lumière filtrée par les volets est faible. Il enfile son pantalon, enfile un tee-shirt, et remet ses chaussettes de la veille. Pour éviter de ne réveiller son amant d'un soir, il tient ses chaussures dans sa main.
Il s'extirpe jusqu'à la porte de la chambre, s'apprête à l'ouvrir, lorsqu'il entend du bruit derrière lui. Il s'arrête, attend quelque secondes, puis se retourne lentement.
Adrien le regarde, les yeux légèrement entrouverts, avec un petit sourire au creux des lèvres. En fait, de là où il se trouve, Thomas ne parvient pas à voir le sourire, mais il arrive à le sentir lorsqu'Adrien commence à parler. C'est sûrement une des caractéristiques les plus notables d'Adrien, son sourire s'entend. Sa voix chante lorsqu'il est heureux, et sa beauté n'en est que plus frappante.
- Tu t'en vas déjà, prince charmant ?
Presqu'immédiatement, Thomas comprend qu'il ne peut plus fuir. Il a trop attendu. Il repose ses chaussures sur le sol.
- On est le quinze, commence-t-il à voix basse, la saint-Valentin est terminée. C'était ce qu'on avait convenu, non ?
Passer le soir du quatorze février avec le parfait inconnu, pour se donner l'illusion de ne pas être seul. Une sacrée ironie, quand on y pense et qu'on prend un peu de recule.
Thomas et Adrien se sont rencontrés sur une application de rencontre. Physiques attrayants, messages accrocheurs, les deux garçons ont su se montrer l'un à l'autre ce qu'ils désiraient. Et c'est le soir de la saint-Valentin que leur rencontre s'est faite et leur relation s'est enracinée.
- Techniquement, oui, répond Adrien encore à moitié endormi, mais j'ai bien envie que tu restes encore un peu.
Adrien se relève doucement de sur son lit. Il regarde Thomas avec attention, essayant de scruter les moindres détails que la pénombre laisse s'échapper. Thomas, lui, ne bouge pas, il hésite. S'en suit d'un long silence ou les deux garçons se redécouvrent, loin de l'euphorie de l'instant, loin des plans initiaux. Il ne reste qu'eux. Eux, et des sentiments bancals et perturbés.
- Thomas, souffle Adrien doucement, j'ai vraiment passé une bonne soirée avec toi, alors s'il te plait, ne pars pas maintenant.
Comme pour lier le geste à la parole, il tend sa main en direction du garçon. Elle reste d'abord suspendue dans le vide, comme une bouteille à la mer, puis elle trouve son chemin, et la main de Thomas vient se lover contre la sienne, l'entrainant ensuite sur le lit, blottissant leur corps l'un contre l'autre.
Thomas ne sait plus trop ce qu'il fait, ni ce qu'il doit faire. Il n'avait prévu rien de cela, mais le fait est qu'il s'est laissé prendre à son propre jeu. Il ne connait pas Adrien, pire, il l'a rencontré de ça trois jours, et sur une application mobile pour jeunes en soif de sexe. Leur soirée de la veille n'avait pas d'avenir, aucun lendemain, pas même une once de potentiel. Mais il doit reconnaître qu'il a passé une excellente soirée. Que ...
- Tout avait l'air d'être scénarisé, j'ai l'impression de te connaître depuis toujours.
Thomas n'en revient pas, il regarde Adrien comme s'il s'agissait d'un alien. Il aimerait se dire qu'il se trompe, mais il ne se trompe pas : lui aussi a vécu une des plus belles soirées amoureuses de sa vie.
- Et alors, qu'est-ce que tu veux, maintenant ? demande-t-il, porté par ses propres peurs.
Adrien, sur de lui, affirme alors :
- Simplement voir ou tout ça pourrait nous emmener, tu ne penses pas que ça en vaille la peine ?
Plus que jamais auparavant, la veille, Thomas s'était livré. Il avait partagé des moments précieux de son intimité et sa vie, il avait ouvert des portes qui étaient fermées depuis très longtemps, et il ne le regrettait pas. Il voulait même continuer de partager son passé, sa vie, ses angoisses et ses peurs. Et il voulait en apprendre d'avantage sur Adrien.
Alors peut-être qu'il n'était pas venu pour ça, peut-être même pensait-il s'envoler et disparaître pour toujours une fois leur nuit terminée. Mais finalement, il semblerait que tout ne se contrôle pas.
Et alors que Thomas et Adrien se trouvaient dans le même lit ayant abrité leurs ébats anodins, Thomas cède à la tentation d'une relation pas si anodine que ça.
Les visages des deux garçons se rapprochent alors, leur nez se frottent l'un contre l'autre, en signe d'affection, de protection, et pourquoi pas même d'amour ? Ni l'un ni l'autre ne sait ou ils vont, rien ne les assure de ne pas foncer dans un mur, mais rien ne peut leur prouver qu'ils n'ont pas une occasion à saisir, une vraie carte à jouer dans cette relation.
L'Amour avec un grand A peut se trouver n'importe ou, dans les moments les plus inopportuns, les moins attendus, avec des personnes qu'on ne soupçonne même pas.
Les lèvres des deux hommes se rapprochent, s'effleurent, se touchent. Et lorsqu'ils partagent un baiser délicat et matinal, Thomas se contente de dire à voix basse :
- Alors voyons ou ça nous emmène.
Parce qu'il reprend un peu d'espoir là ou il n'en avait plus.
https://streamingnarratives.files.wordpress.com/2016/06/sense8-nomi.gif?w=723
 
Répondre
#5
Moh Theo j'ai trop aimé Love Love Love
Règle n°1 :  Ne jamais écouter un démon.

http://i66.tinypic.com/2j5xxl1.jpg
 
Répondre
#6
Rainbow 
Caroline a 29 ans lorsqu'elle s'installe dans son nouvel appartement de l'Ouest parisien. Après des études en école de commerce, elle est cadre dans le marketing et poursuit sa carrière et sa vie avec sérénité. Son compagnon, elle l'a rencontré lors de sa première mission professionnelle, et voilà déjà quatre ans qu'ils vivent ensemble. Ils ont sensiblement le même âge et les mêmes projets. Ils ont d'ailleurs emménagé dans un trois pièces, car ils n'excluent pas d'avoir un enfant dans les mois à venir.

Un travail intéressant et bien rémunéré, un conjoint qui deviendra bientôt son époux, un appartement agréable, prêt à accueillir leur futur enfant, Caroline est une jeune femme comblée.
Elle a 43 ans lorsqu'elle me raconte son histoire, mais je peux sans peine l'imaginer dix ans auparavant. Ses cheveux blonds sont restés longs, son teint est pâle, et son visage tout entier traduit encore cette candeur juvénile.
En bas de chez eux, il y a une boulangerie qu'ils découvrent dès leur emménagement. Elle fait du pain "à l'ancienne", et toutes sortes de pains plus délicieux les uns que les autres. Alors, elle s'y rend chaque soir en rentrant de son travail. L'employée qui la sert commence à la connaître, et lui propose chaque fois de goûter un nouvel assemblage, car "c'est un artiste mon patron" lui dit-elle.
Mais un jour, l'employée n'est pas là. C'est un homme qui se trouve derrière le comptoir, un homme grand aux épaules larges et aux yeux très bleus.
"J'ai eu comme une décharge électrique en le voyant, je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi beau". Le lendemain soir, il est encore là, le surlendemain aussi... Elle comprend vite que c'est lui le propriétaire de la boulangerie, et qu'il a manifestement un problème de personnel, son employée devant se libérer plus tôt.
Au fil des jours, elle attend ce moment, d'aller chercher son pain, avec une impatience grandissante, tout en trouvant cette attirance complètement stupide.
Quelques jours plus tard, l'employée est à nouveau à sa place quand elle entre dans la boulangerie. Elle ne peut s'empêcher d'être déçue et de dire : "il n'est pas là votre patron aujourd'hui ?". A peine cette phrase prononcée, il apparaît devant elle en répliquant : "Si, il vous attendait. Qu'est-ce que je vous sers aujourd'hui ?". Elle comprend alors que l'attirance est mutuelle.
Peu à peu, ils se croisent de plus en plus, le matin, le soir, jusqu'à ce qu'il l'invite à prendre un café. Ils se parlent. Il s'appelle Stéphane, il a 37 ans, célibataire sans enfant. Son métier est une passion et, en effet, il exerce la boulangerie comme s'il pratiquait un art. Caroline est sous le charme de cet homme aux mains larges et au franc parler. Mais elle se rend également compte que leurs vies sont très différentes, et qu'ils évoluent dans des milieux relativement opposés.
Ils se revoient plusieurs fois et finissent par tomber amoureux. Mais Stéphane sait que Caroline n'est pas libre, et il a quant à lui de nombreuses aventures,  "le beau boulanger plaisait à la majorité des femmes du quartier".
Malgré leurs fréquentes rencontres, ils n'échangeront qu'un baiser. Caroline lutte contre ses sentiments grandissants, elle a une vie et un compagnon qui l'attendent, un projet d'enfant, une carrière à laquelle Stéphane n'y entend rien.
Alors elle met un terme à leur histoire naissante, et ne répond pas aux relances de cet homme qui lui plaît tant mais avec lequel elle ne peut envisager l'avenir. Elle change de boulangerie, l'évite pendant des mois, "mais je savais qu'il était là, juste au coin de la rue. Et puis un jour j'ai vu la bannière - changement de propriétaire -, il était parti, ça m'a fait un choc".
Comme prévu, Caroline se marie, et devient maman d'un petit garçon. Mais très vite son couple dysfonctionne, et elle finit par divorcer alors que son fils a trois ans. Les années qui suivent, elle mène de front sa carrière et sa vie de maman solo. Ses responsabilités professionnelles grandissantes lui laissent peu de temps pour s'occuper de sa vie privée. Elle pense souvent à Stéphane, à cet amour dont elle s'est détournée pour finalement se retrouver divorcée et seule. Son numéro de téléphone n'est plus valable, alors elle le cherche un peu sur Internet, sans succès.
A l'aube de ses 40 ans, elle part en vacances d'été dans le sud de la France avec son fils, dans la région d'Aix-en-Provence. Elle loge chez un couple d'amis qui vient d'acquérir une résidence secondaire dans une petite bourgade provençale. C'est en allant faire les courses qu'elle entre dans la boulangerie du village.

Elle regarde l'étalage des pains dont les noms poétiques lui rappellent des souvenirs : "les blés fous, le creuset des ancêtres, il n'y avait que Stéphane pour appeler son pain comme ça." Elle se renseigne, c'est bien lui qui tient cette boulangerie. Il n'est pas là mais va revenir. Alors elle l'attend dans le café de la place du village. Quand elle le voit, la même émotion la saisit que lors de leur première rencontre. Stéphane est toujours célibataire, n'a pas d'enfant, et ne l'a pas oubliée.
Aujourd’hui Caroline est "la femme du boulanger", ce qui la fait rire. Elle est également maman d'une petite fille. Elle a quitté son travail, ses ambitions professionnelles et la capitale sans regret, pour vivre avec celui qu’elle aime et son premier enfant.
"C'est ce que j'aurais du faire il y a dix ans, mais je n'étais pas prête. Le principal, c'est que nous nous soyons retrouvés."
Si on peut rencontrer l'amour au coin de notre rue, il faut parfois parcourir des kilomètres pour le reconnaître quand on le croise à nouveau.

voili voila Blush Heart Angel

edit 37 arretelesdoublespostess'ilteplait :
j'ai passé je sais pas combien de temp meme je me suis endormi parfoisRolleyesCoolMusicApploMad
je me demande si je pourrai en faire un autre Huh Sleepy Angel
 
Répondre
#7
Je participe Big Grin
 
Répondre
#8
(10-02-2018, 19:21)lovemydreams a écrit :  Moh Theo j'ai trop aimé Love Love Love

OOoh merciii Love t'es adorable !! Ca me fait trop plaisir que ça t'ai plu !!

(10-02-2018, 21:07)Framydollar a écrit :  j'ai passé je sais pas combien de temp meme je me suis endormi parfoisRolleyesCoolMusicApploMad

C'était quoi le plus dur, le ctrl+c ou le ctrl+v ? Huh
https://streamingnarratives.files.wordpress.com/2016/06/sense8-nomi.gif?w=723
 
Répondre
#9
(10-02-2018, 21:07)Framydollar a écrit :  
(10-02-2018, 21:05)Framydollar a écrit :  Caroline a 29 ans lorsqu'elle s'installe dans son nouvel appartement de l'Ouest parisien. Après des études en école de commerce, elle est cadre dans le marketing et poursuit sa carrière et sa vie avec sérénité. Son compagnon, elle l'a rencontré lors de sa première mission professionnelle, et voilà déjà quatre ans qu'ils vivent ensemble. Ils ont sensiblement le même âge et les mêmes projets. Ils ont d'ailleurs emménagé dans un trois pièces, car ils n'excluent pas d'avoir un enfant dans les mois à venir.

Un travail intéressant et bien rémunéré, un conjoint qui deviendra bientôt son époux, un appartement agréable, prêt à accueillir leur futur enfant, Caroline est une jeune femme comblée.
Elle a 43 ans lorsqu'elle me raconte son histoire, mais je peux sans peine l'imaginer dix ans auparavant. Ses cheveux blonds sont restés longs, son teint est pâle, et son visage tout entier traduit encore cette candeur juvénile.
En bas de chez eux, il y a une boulangerie qu'ils découvrent dès leur emménagement. Elle fait du pain "à l'ancienne", et toutes sortes de pains plus délicieux les uns que les autres. Alors, elle s'y rend chaque soir en rentrant de son travail. L'employée qui la sert commence à la connaître, et lui propose chaque fois de goûter un nouvel assemblage, car "c'est un artiste mon patron" lui dit-elle.
Mais un jour, l'employée n'est pas là. C'est un homme qui se trouve derrière le comptoir, un homme grand aux épaules larges et aux yeux très bleus.
"J'ai eu comme une décharge électrique en le voyant, je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi beau". Le lendemain soir, il est encore là, le surlendemain aussi... Elle comprend vite que c'est lui le propriétaire de la boulangerie, et qu'il a manifestement un problème de personnel, son employée devant se libérer plus tôt.
Au fil des jours, elle attend ce moment, d'aller chercher son pain, avec une impatience grandissante, tout en trouvant cette attirance complètement stupide.
Quelques jours plus tard, l'employée est à nouveau à sa place quand elle entre dans la boulangerie. Elle ne peut s'empêcher d'être déçue et de dire : "il n'est pas là votre patron aujourd'hui ?". A peine cette phrase prononcée, il apparaît devant elle en répliquant : "Si, il vous attendait. Qu'est-ce que je vous sers aujourd'hui ?". Elle comprend alors que l'attirance est mutuelle.
Peu à peu, ils se croisent de plus en plus, le matin, le soir, jusqu'à ce qu'il l'invite à prendre un café. Ils se parlent. Il s'appelle Stéphane, il a 37 ans, célibataire sans enfant. Son métier est une passion et, en effet, il exerce la boulangerie comme s'il pratiquait un art. Caroline est sous le charme de cet homme aux mains larges et au franc parler. Mais elle se rend également compte que leurs vies sont très différentes, et qu'ils évoluent dans des milieux relativement opposés.
Ils se revoient plusieurs fois et finissent par tomber amoureux. Mais Stéphane sait que Caroline n'est pas libre, et il a quant à lui de nombreuses aventures,  "le beau boulanger plaisait à la majorité des femmes du quartier".
Malgré leurs fréquentes rencontres, ils n'échangeront qu'un baiser. Caroline lutte contre ses sentiments grandissants, elle a une vie et un compagnon qui l'attendent, un projet d'enfant, une carrière à laquelle Stéphane n'y entend rien.
Alors elle met un terme à leur histoire naissante, et ne répond pas aux relances de cet homme qui lui plaît tant mais avec lequel elle ne peut envisager l'avenir. Elle change de boulangerie, l'évite pendant des mois, "mais je savais qu'il était là, juste au coin de la rue. Et puis un jour j'ai vu la bannière - changement de propriétaire -, il était parti, ça m'a fait un choc".
Comme prévu, Caroline se marie, et devient maman d'un petit garçon. Mais très vite son couple dysfonctionne, et elle finit par divorcer alors que son fils a trois ans. Les années qui suivent, elle mène de front sa carrière et sa vie de maman solo. Ses responsabilités professionnelles grandissantes lui laissent peu de temps pour s'occuper de sa vie privée. Elle pense souvent à Stéphane, à cet amour dont elle s'est détournée pour finalement se retrouver divorcée et seule. Son numéro de téléphone n'est plus valable, alors elle le cherche un peu sur Internet, sans succès.
A l'aube de ses 40 ans, elle part en vacances d'été dans le sud de la France avec son fils, dans la région d'Aix-en-Provence. Elle loge chez un couple d'amis qui vient d'acquérir une résidence secondaire dans une petite bourgade provençale. C'est en allant faire les courses qu'elle entre dans la boulangerie du village.

Elle regarde l'étalage des pains dont les noms poétiques lui rappellent des souvenirs : "les blés fous, le creuset des ancêtres, il n'y avait que Stéphane pour appeler son pain comme ça." Elle se renseigne, c'est bien lui qui tient cette boulangerie. Il n'est pas là mais va revenir. Alors elle l'attend dans le café de la place du village. Quand elle le voit, la même émotion la saisit que lors de leur première rencontre. Stéphane est toujours célibataire, n'a pas d'enfant, et ne l'a pas oubliée.
Aujourd’hui Caroline est "la femme du boulanger", ce qui la fait rire. Elle est également maman d'une petite fille. Elle a quitté son travail, ses ambitions professionnelles et la capitale sans regret, pour vivre avec celui qu’elle aime et son premier enfant.
"C'est ce que j'aurais du faire il y a dix ans, mais je n'étais pas prête. Le principal, c'est que nous nous soyons retrouvés."
Si on peut rencontrer l'amour au coin de notre rue, il faut parfois parcourir des kilomètres pour le reconnaître quand on le croise à nouveau.

voili voila Blush  Heart  Angel

j'ai passé je sais pas combien de temp meme je me suis endormi parfoisRolleyesCoolMusicApploMad

Eh, quelqu'un t'as copité !
https://www.edarling.fr/conseils-rencontres/psychologie/saga-de-l-ete

(10-02-2018, 21:27)TheoC a écrit :  
(10-02-2018, 21:07)Framydollar a écrit :  j'ai passé je sais pas combien de temp meme je me suis endormi parfoisRolleyesCoolMusicApploMad

C'était quoi le plus dur, le ctrl+c ou le ctrl+v ?  Huh

mdrr jtm
[Image: tumblr_oiogv7bPJw1w0ii2ho1_500.gif]
• reflection •
✪LaK

 
Répondre
#10
(10-02-2018, 21:27)TheoC a écrit :  
(10-02-2018, 19:21)lovemydreams a écrit :  Moh Theo j'ai trop aimé Love Love Love

OOoh merciii Love t'es adorable !! Ca me fait trop plaisir que ça t'ai plu !!


(10-02-2018, 21:07)Framydollar a écrit :  j'ai passé je sais pas combien de temp meme je me suis endormi parfoisRolleyesCoolMusicApploMad

C'était quoi le plus dur, le ctrl+c ou le ctrl+v ?  Huh
Tu veux dire? Huh
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)