Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Concours de créa "BAD" : Plus que quelques jours pour participer !


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le cinéma d'animation
#1
Le Cinéma d'Animation

Il était temps qu'il y ait ce sujet sur un site pareil vous trouvez pas?

Alors que la rentrée approche, je vous propose de perdre inutilement du temps devant des trucs pour gamins attardés qu'on appelle "film d'animation", au lieu de commencer à travailler.

On peut dire que le cinéma d'animation commence plus ou moins avec Emile Reynaud, mais par sur pellicule, puisque ses dessins animés ont étés produits avant la date de l'invention du cinéma. Dans les années 1900, il semble que l'on ait surtout retenu Emile Cohl qui s'amusait avec des dessins très simplistes à faire des films d'animations bourrés de transformations en tout genre. Winsor McCay, auteur de bandes dessinées, s'est empressé de s'intéresser à ce nouveau média avec un dessin bien moins simpliste, et si l'animation est très imparfaite, il faut dire que c'est très impressionnant pour des films des années 1910. Et ensuite divers studios s'y sont essayés, tout le monde connait Tex Avery, la Warner, la MGM, Disney, les frères Fleischer et autres. Et aujourd'hui, le cinéma d'animation est très varié entre le stop-motion avec tout et n'importe quoi, le dessin-animé, ou encore l'animation en volume.

Le but de ce sujet est de parler de ces machins, en espérant que personne ne sache que vous en parlez ici sinon vous vous taperez la honte devant vos amis parce que vous n'êtes pas sérieux. En effet, des films comme "Valse avec Bachir" ou "A Scanner Dakly" n'ont jamais eu aucune existence dans le monde, et pis franchement, "Bienvenue chez les Ch'tis" est largement plus mature, tout le monde le sait.
Attention, ne vous contentez pas de citer des noms de films sans rien ajouter. C'est moins marrant!

Mais ça on s'en fout car le sujet coulera très vite avec pour seuls films cité ceux de Ghibli, de Disney ou encore de Makoto Shinkai.
 
Répondre
#2
Est-ce les courts-métrages d'animation comptent ?
 
Répondre
#3
Ouais ça compte, ça peut largement rentrer dans ce sujet et ce, de façon très profonde.

Par exemple, je pourrais fourrer ce film là si la qualité d'encodage était moins dégueulasse car le film a une meilleure gueule que ça.



 
Répondre
#4
Tu ne fourreras rien du tout
Pas devant tout ce monde
 
Répondre
#5
(Bonsoir)


Je pose ça là :






(c'est du stop motion avec de l'impression 3D, je suis pas sûre de ce que j'avance mais il me semble que c'est la première fois qu'on utilise cette technique de cette manière (2015))
 
Répondre
#6
C'est très joli et bien foutu. J'aime la stop motion en général, ça a un certain charme.

Sinon, y'a-t-il quelqu'un qui a daigné voir "Lou et l'île aux sirènes"? C'est un film au scénario pas très original mais qui se laisse voir, à la musique plutôt bonne, avec l’habituel sermon à la con dit par un personnage au héros à la fin du film pour qu'on comprenne bien quel était une des morales de l'histoire des fois qu'on est attardé. Le film est plutôt drôle et léger. Et j'ai trouvé le doublage français bon.
Et à part ça le film a une putain d'animation. Quand les bouches des personnages ne font pas n'importe quoi, les gens ont l'idée de danser comme si ils n'étaient plus des vertébrés, ou ça décide pas simplement de partir en sucette dans des scènes sous marines, si je dis pas de conneries. L'animation est vraiment la principale attraction de ce film, d'ailleurs je vous dirais qu'il faut voir le film rien que pour ça, car c'est bien de voir des gens tenter d'utiliser l'animation pour faire des trucs nouveaux.

Pour l'anecdote à la con, Masaaki Yuasa, le réalisateur, a déjà fait il y a une dizaine d'années un film du nom de Mind Games, qui possède une sorte de statut culte. Un jour peut-être je le verrais. Il aurait également fait l'épisode "Food Chain" d'Adventure Time.
 
Répondre
#7
https://www.youtube.com/watch?v=2rI2vLs7fYg

Regardez cette beauté !
http://nsa33.casimages.com/img/2014/05/24/140524060544254209.png
 
Répondre
#8
Oui, je l'ai déjà vu. Il m'a semblé bien sur le coup, mais je ne m'en souviens plus très bien. Le style graphique qui est, si je me foire pas, à l'aquarelle ou essaye d'y ressembler ou est autre chose rend bien. Il me fait penser au film Le Gand Méchant Renard qui est sorti récemment, mais que j'ai pas vu, ce qui est bête.
 
Répondre
#9
Up et double post. J'ai décidé de ne pas laisser tomber ce sujet pour rien. Je vais donc parler vite fait du X de Rintaro, je développerais peut-être plus tard.

Basiquement, c'est deux grandes factions qui s'affrontent, les uns veulent el survie de l'humanité et les autres non pour pouvoir refaire revivre la terre car ce sont des écolos tueurs. Au milieu de tout ça, y'a un type super fort qui s'appelle Kamui, et à ce qu'il parait c'est lui qui va mettre fin à tout ce bordel. Coïncidence, il revient justement en ville pour "preautégé ceux kil aime".
http://image.noelshack.com/fichiers/2018/02/1/1515419202-vlcsnap-2018-01-08-14h08m44s741.png
Aha j'ai une cape pour avoir l'air cool et ainsi séduire les filles!

En l'occurence un fille marqué "Kidnappez-moi" sur le front et son frère baraqué, Fuma. Son retour attire l'attention des deux factions présentés ci-dessus et qui ont chacun 7 personnages à être représentés dans le film, et ils sont tous plus ou moins des personnages principaux. Manque de pot le meilleur pote et accessoirement type-qui-est-comme-un-frère-pour-lui de Kamui, Fuma (qui n'est pas un clan (ah, je fais des références à des trucs que j'ai pas encore vu)) est son "double astral". La définition du dictionnaire de ce terme est que si Kamui choisi un camp alors saumon Fuma choisit l'autre automatiquement et devient son pire ennemi. Puis bagarre. Et à la fin tout le monde meurt.

Avec un concept pareil ça aurait pu mener un truc très intéressant, or le film souffre d'être un truc d'1h40 adaptant un manga plus ou moins long qui n'aura probablement jamais de fin. De fait, certains personnages s'amusent à dire des répliques suggérant qu'ils ont un passé ou une personnalité, puis ensuite s'engagent dans un combat mortel pour mourir. C'est un peu dommage quand même.
http://image.noelshack.com/fichiers/2018/02/1/1515419201-vlcsnap-2018-01-08-14h19m24s359.png
Mince on va faire de la bagarre. Eh bien tu savais que mon plat préféré c'était le cornichon à l'ail?

Le monde dans lequel ceux-ci évolue est plutôt vide il m'a semblé. Ça grouille pas de vie autour d'eux ce qui crée un monde très austère et assez pesant. Contradictoire quand on sait qu'il s'agit de s'affronter pour la survie de l'humanité et toutes ces conneries, et en même temps non parce que le pauvre Kamui est quand même livré à un bordel sans nom qui choisit justement le jour où il revient dans sa ville natale (?) pour atteindre son apogée donc le décor est plutôt approprié.
http://image.noelshack.com/fichiers/2018/02/1/1515419202-vlcsnap-2018-01-08-14h04m08s812.png

En fait, le film, c'est que de la bagarre. Y'a des gens, ils se battent, ils meurent. Ensuite, bagarre. Les BAGARRES se déroulent dans des environnements bien gris histoire que ce soit encore plus austère (dans le bon sens du terme) parce qu'on y fout un bouclier dont le principe est si chiant à expliquer que j'ai la flemme de le faire.
http://image.noelshack.com/fichiers/2018/02/1/1515419203-vlcsnap-2018-01-08-14h00m28s725.png

Heureusement ce n'est pas de la bagarre entre des coquilles vides. Même si ils n'ont que trop peu l'occasion de le montrer, chaque personnage (du moins ceux du camp des sauveurs d'humanité qui est celui suivit par le film) a des caractéristiques personnelles qui les rendent plus "vivants"; quand aux "méchants", ce ne sont pas exactement des horribles salopards génocidaires (enfin si quand même) mais ils ont l'occasion d'expliquer pourquoi ils veulent tuer tout le monde. Seule la grande chef de leur coté a l'occasion, tard dans le film, d'expliciter une motivation alternative pour le choix de son camp.

Bref X y'a des bons trucs mais c'est aussi un truc qui doit être une sorte de condensation, donc au lieu de rester gazeux, ça devient solide. Et les trucs solides, ça se brise, et vous devez appeler Carglass.
Alors je sais pas trop ce que ça donne en manga, ni en série télévisée, mais en film on a une suite de séquence avec des gens qui se battent, avec notre héros au milieu qui se demande ce qu'il va faire. Bref, le film est en fait sympa, avec les quelques éléments scénaristiques intéressants, déjà par celui que vous voyez dans le résumé, et une mise en scène sympa... Je crois. Malgré tout, ce n'est qu'une suite de bagarre jusqu'à ce que tout le monde soit mort, et une fois que le monde a bien explosé, bagarre. Alors si jamais vous avez envie de voir ce film, essayez de l'avoir à bas prix sinon, bagarre.

Voilà, c'était une critique foireuse dont le but n'est autre que de remplir un sujet qui a coulé.
 
Répondre
#10
Le sujet continue de couler. Il est très mauvais en bataille navale.

Voici donc une autre présentation vite fait mal fait d'un film, cette fois-ci occidental et très rigolo puis qu'il parle de deux vieux qui crèvent.

Quand souffle le vent


[Image: 1517424714-vlcsnap-2018-01-31-19h34m57s906.png]

Nous avons donc un grand-père et une grand mère, qui semblent ressembler à tout ce que peut être des grands parents. Ils ont subit la seconde guerre mondiale, ils sont vieux, et pas très au courant des technologies actuelles, puisque la guerre entre l'occident et l'URSS, ça y'est, elle commence, et ça va atomiser partout. Le film a été produit en 1986 ce qui explique le contexte. Après, mon absence d'expertise historique m'empêche de savoir à quel point les tensions entre les deux blocs étaient grand. Mais de toute façon le film ne se concentre pas tellement sur une crise politique mais plus sur la conséquence d'une guerre moderne sur les civils.

[Image: 1517424713-vlcsnap-2018-01-31-19h34m16s460.png]

Nos deux vieux, Jim et Hilda, sont donc des grands parents qui ont subit dans leur jeunesse, dans les années 40, une guerre dont les moyens d'attaque sont déjà obsolètes. Il ne se rendent pas compte de la façon dont fonctionne une guerre en ces jours-ci, de la capacité des technologies nouvelles, et ils n'en auront aucune idée jusqu'à la fin du film. Où ils meurent.
Alors que les tensions politiques s'accroissent, Jim, suivant scrupuleusement un livre d'instruction du gouvernement, barricade la maison sommairement et décide de bâtir une sorte d'abri pour se protéger. En vérité c'est trois portes collées sur un mur.

[Image: 1517424713-vlcsnap-2018-01-31-19h38m20s786.png]
[Image: 1517425002-vlcsnap-2016-11-15-02h44m58s973.png]
Je suis protégé

Quand le missile leur tombe sur la gueule, ils survivent grâce à l'abri et au fait qu'ils n'ont pas subit l'attaque de plein fouet. Ils ont "juste" eu un joli nuage de poussière, suffisant pour détruire divers bâtiments. Ils ne sont pas mort, qu'importe, les retombées radioactives se chargeront du reste, mais convaincus qu'on viendra les chercher, ils restent cloitrés dans leur maison à semi détruite avec végétation morte. Ils prennent la chose avec moins de gravité qu'ils ne le devraient, pour eux tout rentrera dans l'ordre après. La suite du film les montre en train de vivre au milieu de leur semi-maison, en train par exemple de récupérer l'eau de pluie venant des nuages apparus depuis l'explosion du missile. Ils n'hésitent pas à penser qu'ils peuvent toujours aller dans le magasin du coin, même si ils ne feront jamais le déplacement. Ils sont très naïfs.

[Image: 1517424715-vlcsnap-2018-01-31-19h49m55s011.png]

Et pourtant, ils restent attachants. Le film tente de ne pas instaurer un recul trop grand entre spectateur et personnages, déjà en montrant leur coté positif des personnages, en rappelant qu'ils sont un couple, et en montrant leur vie passé parfois par flashback. Au fil du film, on finit par bien les aimer. C'EST JUSTEMENT CE QU'ILS ATTENDENT.
L'intégralité du film ou presque se déroule dans ce huis-clos qu'est la maison. Dans la maison, les décors et accessoires sont  en prise de vue réelles, les personnages (et quelques décors extérieurs) sont en dessins animés, ce qui permet de faire divers travellings et panoramiques. Et peut-être de les montrer séparés de leur décor tout comme ils le sont de la réalité, je sais pas. Ils dénotent en effet d'une maison noircie et détruite. Le film se permet des passages plus oniriques, se déroulant dans l'imagination des deux personnages. L'animation est plutôt bonne, et en elle-même elle a un certain charme. Le design lui a un coté British, je sais pas à quoi ça tient mais le dessin-animé est British aussi donc ça tombe bien.

[Image: 1517424711-vlcsnap-2018-01-31-19h43m30s237.png]

Résultat, un film dépressif où les personnages sont finalement joyeux, mais surtout à cause de leur naïveté. A regarder avant de dormir la nuit en famille. Bon en tout cas essayez de voir le film (si vous le trouvez... AH HA HA!) parce que c'est bien, et aussi pour voir si ce que j'ai écrit ne serait pas foireux des fois. Ça arrive.
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)