Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
Challenge Débutant #1: Psst ! Viens participer au premier challenge débutant !


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Hogwarts : Back To School

Solomon laissa Mathias l'entraîner près de l'une des fenêtres rondes de la salle, suffisamment loin de tous les groupes d'élèves pour que personne ne les entende. Au loin, il pouvait encore voir Rowa et Rozenn qui étaient restées autour de la théière fumante, certainement un peu perplexes. Tiens, d'ailleurs, il avait gardé sa tasse bouillante étroitement serrée dans son poing. Maintenant qu'il s'en rendait compte, il sentait ses chairs le brûler là où il tenait la porcelaine.
Il posa précipitamment la tasse sur le rebord en pierre, secouant sa main rouge. Ce n'était pas la première fois que ses visions lui laissaient quelques marques en souvenir, même s'il avait commencé à les apprivoiser de mieux en mieux. Il se débrouillait tant et si bien que personne à l'école ne suspectait son don particulier - à part la gent professorale, qui avait accès à son dossier, et Mathias.
Il releva les yeux vers le visage du Poufsouffle, qui attendait patiemment qu'il mette ses pensées au clair pour pouvoir lui en révéler la teneur.
- Je crois que cette Winona a de gros problèmes, chuchota-t-il en se massant la paume.
Ses visions étaient souvent difficiles à interpréter, rarement aussi claires qu'il aimerait. Mais ce coup-ci, il y avait peu de place laissée à l'interprétation.
- Il faut alerter les professeurs au plus vite. Faire une battue dans la forêt Interdite.
Il déglutit difficilement.
- S'il n'est pas déjà trop tard, ajouta-t-il comme pour lui même, la gorge sèche.
La terreur qu'il avait effleuré du doigt dans sa vision était trop vive, trop brûlante pour être bien loin. Solomon avait beau faire de son mieux pour ne pas se laisser affecter par ce qu'il voyait, il sentait toujours résonner en lui l'écho de la peur et l'odeur du sang.



Rozenn, de son côté, avait regardé son livre retomber de la main de Solomon sur la table basse, s'ouvrant grand au passage. Elle regarda les deux 5ème années s'éloigner précipitamment, un sourcil relevé.
- Ils... font souvent ça? demanda-t-elle à la jeune fille restée assise.


VOILA C'ETAIT ROZENN MERCI MESDAMES ET MESSIEURS



Zeke s'appuya sur son coude pour avoir une vue plus verticale de la jeune fille face à lui. Il n'alla pas jusqu'à s'asseoir, il fallait pas déconner, il était blessé quand même. Il se demanda oisivement s'il arriverait à se faire dispenser de cours pour cause de côtes en compote, mais ne parvint pas jusqu'au bout de sa pensée, face aux dernières paroles d'Arsa.
Jusqu'ici, il avait arboré son sourire en coin habituel, qu'il réservait aux séances de titillage avec sa Serpentard favorite, à coups de vannes et de menaces peu réalistes, le tout sur un ton plutôt bon enfant. Enfin, plutôt las du côté d'Arsa, mais Zeke aimait à penser que c'était sa version à elle de la connivence et de la camaraderie.
Mais soudainement, son ton avait changé.
L'incident Vestiaire, donc.
- Ah, soupira-t-il en se laissant retomber sur le dos. C'est le moment où je dois m'excuser?
A la vérité, il ne savait pas trop ce qu'il était censé dire. Oui, il avait mis Arsa dans une position plus qu'inconfortable. Elle était venue l'aider, spontanément, sans y être obligée le moins du monde. Il l'avait laissée se faire défigurer par une furie slave. Il lui devait certainement un genre de dette d'honneur, au minimum.
Ezekiel Winslow n'était pas connu pour s'excuser souvent. En fait, il était même plutôt connu pour ne jamais lâcher plus d'un "je suis désolé de m'être fait prendre", même lorsqu'il vous avait fait la pire des crasses.
Mais pour l'occasion, il supposait qu'il pouvait bien se fendre d'un petit mot.
- Je suis navré de t'avoir attiré des soucis avec Dolohova, souffla-t-il en gardant les yeux au plafond. Et je suis désolé d'avoir été la cause de tes dents du bonheur, et aussi d'avoir énervé ton frère. Et d'avoir mis le bordel dans tes cheveux. Voilà.
Mais comme il était un Gryffondor, et que se sentir redevable à une Serpentard le piquait plus qu'il ne voulait l'admettre, il ajouta:
- La prochaine fois, laisse moi me faire chatouiller par tes reptiliens de camarades, ça fera moins de problèmes dentaires.



-----
Huh
-----



 
Répondre
Alors je vous préviens, je suis motivé, parce que là je suis en Pologne ET sur portable. Vous avez le droit d'être impressionné.e.s.



Taylor pensa que la fameuse Alice venue de France devait décuver de la soirée de la veille. Il décida donc de lui glisser un mot tout gentil et tout rose sous sa porte, puis de s'eclipser. Seulement voilà. Solomon-son-colocataire-de-dortoir et Mathias-le-petit-ami-qui-va-avec étaient au beau milieu d'une conversation qui semblait plus que sérieuse. Une petite courait apparemment un grave danger, à la merci de la Forêt Interdite et de tout ce qui pouvait bien rôder dedans.
A l'entente du mot "problème", une vague de souvenirs douloureux fracassa son esprit. Son sang se glaça. Il fallait la sauver à tout prix. Maintenant. Sa respiration s'accéléra soudainement et son rythme cardiaque augmenta de même. Hors de lui, il ne prit pas le temps de réfléchir sagement avant d'agir. Il se précipita vers eux et s'écria:
- Il faut absolument trouver le Pr. Shire ! Désolé les gars, je me suis introduit dans cette discussion privée inopinément, mais je ne peux pas laisser une catastrophe de ce genre arriver. Allons-y avant qu'il ne soit trop tard, je vous en prie.



Pas bien plus loin se tenaient Rozenn et Rowa, circonspectes.
- Non, c'est plutôt rare qu'ils s'éclipsent aussi brusquement, je dois admettre, répondit Rowena. Mais je ne doute pas une seule seconde qu'ils ont un bon motif, rassure-toi ma puce, ce n'est pas contre nous !
Elle sourit maternellement à Rozenn, qui avait l'air tétanisé.
Quand Taylor fit irruption dans le coin tranquille des deux garçons qui venaient de s'isoler volontairement, elle se leva brutalement, faisant presque tomber son fauteuil à la renverse, et se dirigea d'un pas énervé vers l'attroupement. Elle bouscula Taylor en le poussant du bout des doigts et l'attaqua:
- Tu sais pas ce que c'est l'intimité, Anith ? Mes potes viennent de chercher le seul coin de la pièce où personne n'interromprait leur conversation, et qu'est ce que tu viens de faire? Interrompre leur conversation ! Tu trouves pas que c'est un manque de respect ? Je te conseille de t'excuser et de les laisser tranquilles.
Taylor ne comprenait plus rien. Il savait que Rowa était très protectrice avec tous les élèves qu'elle avait à la bonne, mais il n'avait jamais été personnellement la cible d'une de ses ripostes musclées.
- Pardon, je... bégaya-t-il. Il faut que je les aide, vraiment.
Rowa fixa Mathias et Solomon d'un oeil interrogateur tandis que Taylor gardait un air de surprise et de terreur plaqué sur la face.



A peu près au même moment, Bettie entra dans la salle commune Hufflepuff (parce que allez, c'est la fête) en se jetant au cou de Rozenn:
- Ah, enfin, je t'ai retrouvée ! C'est que toute la matinée je me suis demandé où tu étais bien passée. Oh, mais tu es toute crado, Rosi ? Elle baissa d'un ton pour lui chuchoter dans l'oreille: Tu es retournée dans la... Gna gna tu sais quoi qui fait peur ?... Sans moi ?





Angus sentit l'étreinte de Tom se resserrer autour de lui. Un sourire nerveux parcourut sa bouche à cette sensation de réconfort, presque d'osmose entre son meilleur ami et lui. Une main douce passa tendrement dans ses cheveux en bataille ; il se laissa un peu plus supporter par Tom, s'appuya un peu plus contre son épaule frêle.
Toujours dans le calme et la préciosité du moment, Angus leva à peine la tête pour écouter les murmures de son ami. Il se sentait infiniment bien. Important, compris, soutenu, aimé.
Quand Tom le reprit dans ses bras, ces pensées lui semblèrent soudain déplacées. Il se retira rapidement pour s'asseoir à genoux à une distance plus convenable. Presque avec effroi, il articula :
- On a grandi Tommy, on ne devrait plus se faire des câlins. Qu'on soit clairs, tu es aussi la personne la plus importante à mes yeux, sans l'ombre d'un doute. Mais toute cette affection est trop ambiguë pour moi, je...
Angus avait du mal à trouver des paroles qui reflèteraient ses émoitions. A la place, il resta le regard planté dans celui de Tom, immobile et indécis devant ces magnifiques yeux pleins de cils.
Il leva ses fesses appuyées sur ses talons pour se rapprocher un chouia et remettre précipitamment les lunettes sur ces yeux qui le troublaient. Comme si ça allait les cacher, you genius.
- J'aime les filles. J'aime les filles avec des longs cheveux, des bijoux et du maquillage. Avec des formes très féminines. Voilà, c'est ça. Je ne suis attiré que par les filles, débita-t-il mécaniquement, les yeux écarquillés comme un enfant qui réfléchit à quelle est la suite de la poésie qu'il doit réciter. C'est ça, des filles.


I am Fire. I am Death. I'm Fabulous
https://media1.giphy.com/media/6gGY0MvMeEgqk/giphy.gif
Croustibat, premier de son nom, Président du Vice, Prince du Troll, Maître du Résumé et GM de l'Ecole de Magie et de Sorcellerie
 
Répondre
T'es tellement dédié batmou, c'est admirable !!
oui tom est certes intelligent mais il ne sait pas déchiffrer les situations du tout. du coup il est à côté de la plaque mais c'est plus drôle comme ça non ? Wink

Tom ne voulait honnêtement pas que ce moment s’arrête. Tout était si silencieux, si calme – en clair, ce moment était tout ce qui contribuait à le détendre. Il n’avait besoin que de ça : de la paix, et son meilleur ami avec lui. Là, il pouvait enfin dire qu’il était heureux. Il supposait qu’Angus l’était aussi, vu que son meilleur ami semblait se relaxer un peu plus contre lui à chaque moment qui passait.

Enfin, apparemment, il avait eu tort, car soudainement, Angus sembla se rendre compte de quelque chose et se redressa. Tom fût légèrement vexé, mais surtout surpris par le changement d’attitude radical de son meilleur ami, et sa première réaction fût de se demander si Angus allait bien. Il fronça les sourcils, inquiet, et observa son meilleur ami alors que celui- ci lui expliqua le fond de sa pensée. Tom émit presque un soupir de soulagement – il avait cru que ce serait plus grave que ça…

Tom haussa les épaules, en passant sa main dans ses cheveux, un peu gêné d’avoir mis Angus mal à l’aise. Il ne s’était jamais vraiment rendu compte que leur relation et leurs habitudes pouvaient porter à confusion – lui et Angus avaient toujours été très proches, et Tom était généralement plutôt démonstratif dans son affection. Mais il ne pensait pas que ça aurait pu embêter Angus. Ce n’était pas très grave, de toute manière, ça ne voulait pas dire qu’ils n’étaient plus amis. Ça signifiait juste que, comme Angus l’avait dit, ils avaient grandi, et c’était normal. Alors Tom ne chercha pas plus loin et hocha la tête. "Euh, oui, bien sûr, tu as raison. C’est juste de vieilles habitudes… Je ne voulais pas t’embarrasser." 

http://blob:https://imgur.com/e221a109-2acf-46a7-9f89-d2a60d932b6bhttps://68.media.tumblr.com/643a20239c2e7f1bdcec58e8769f0023/tumblr_osdbtyWGSr1t9im44o1_250.gif

Tom fit un petit rire à la fois amusé et nerveux. Il était rassuré de pouvoir encore considérer Angus comme son meilleur ami, et d’avoir la confirmation qu’ils étaient toujours aussi proches. Il ne comprenait toujours pas entièrement l’attitude d’Angus – ce dernier avait toujours eu des émotions un peu instables, et même après toutes ces années, Tom avait parfois du mal à le cerner. Il se contentait alors de rester silencieux pour laisser le temps à Angus de trier un peu ses sentiments. C’est ce qu’il fit, en l’occurrence. Il resta là, immobile, et attendit qu’Angus prenne une décision. Après un moment, il laissa Angus remettre ses lunettes sur son visage, et l’écouta parler.
Il ne put s’empêcher de laisser échapper un rire. C’était un peu incongru de la part d’Angus de lui dire ça, maintenant, mais bon, Tom n’y fit pas trop attention. "Oui," commença-t-il en soulevant un sourcil, un sourire amusé sur ses lèvres, "Je sais, Ang’. Enfin, tu ne m’as jamais dit le contraire." Tom rit encore un peu, haussa les épaules encore une fois, puis son esprit fût frappé d’une révélation.
Il écarquilla les yeux, et son sourire s’allongea un peu plus.

"Ooooh, mais je sais pourquoi tu me dis ça." Il fit une petite pause dramatique, comme s’il s’apprêtait à sortir la vérité du siècle. "Tu as un crush sur une fille, et tu n’oses pas me le dire, c’est ça ? T’as cru que je n’allais pas m’en rendre compte !" Ses yeux s’allumèrent avec une lueur d’enjouement et de malice. Malgré la légère jalousie de devoir partager Angus avec quelqu’un, il voulait juste que son ami soit heureux, et si ça voulait dire l’aider à déclarer sa flamme à son crush, alors il le ferait. "C’est qui ?", demanda-t-il, curieux.



Mathias écouta attentivement son petit ami, prenant conscience au fur et à mesure de la gravité de la situation. Il prit la main brûlée de Solomon dans la sienne, faisant attention à ne pas trop la manipuler pour ne pas lui faire mal, mais voulant juste lui montrer son soutien. Au fur et à mesure que Solomon parlait, Mathias hochait la tête et prenait les éléments en note, tâchant de garder son sang-froid devant ce qui avait l’air d’être un problème vraiment, vraiment grave. Il allait assurer à Solomon qu’il ferait de son mieux, et qu’il n’avait pas à s’inquiéter (même si une partie de lui n’y croyait pas trop), lorsqu’un Serdaigle qu’il connaissait bien, Taylor, fit irruption dans la conversation.

Mathias aurait d’habitude été un peu irrité que quelqu’un s’immisce dans une conversation privée. Mais là, c’était sérieux, et l’aide de Taylor allait peut-être même leur être précieuse. Il ne savait pas exactement comment le Serdaigle avait fait pour savoir de quoi ils étaient en train de parler – peut-être qu’il savait un peu lire dans les pensées ?... Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le moment de se poser des questions. Mathias ne se fit pas prier, et hocha la tête avec détermination.
 
"Ok, pas de temps à perdre. Direction la salle des profs, M. Shire doit probablement y être, à l’heure qu’il est." Il s’apprêtait à quitter la salle commune quand Rowa intervint à son tour pour disputer Taylor. Mathias ne lui en voulait pas – elle ne pouvait pas savoir ce qui était en train de se passer, après tout. Il était néanmoins partagé entre lui en informer ou ne rien dire pour ne pas l’inquiéter. Il opta pour un mélange des deux, et lui lança le regard le plus rassurant possible dans la situation actuelle. "Il a raison, Rowa. Il se passe quelque chose de… très grave, et il faut qu’on se dépêche. Désolé," finit-il en tirant Solomon avec lui pour tracer hors de la salle commune, et vers la salle des professeurs. 



Arsa vit bien que s’excuser portait peine à Zeke. Néanmoins, elle fût agréablement surprise de le voir mettre sa fierté de côté, pour une fois - au moins pendant quelques courts instants. Quand elle avait évoqué l’incident Vestiaire, elle avait certes parlé de ses dents, mais pas que (elle ne savait pas si Zeke l’avait oublié, mais il n’avait pas fait que lui désordonner les cheveux), mais bon, Zeke s’était excusé, c’était déjà ça. Pour être honnête, Arsa ne savait pas trop à quoi elle s’était attendu en reparlant de ça. Ce n’était pas comme si Zeke allait lui sauter dans les bras en lui avouant son amour.

Attend… pourquoi elle pensait à ça tout d’un coup ?!
 
Arsa repoussa la pensée très loin de son cerveau et remit son masque (à peu près) vide de toute émotion. Elle haussa les épaules, essayant de paraître nonchalante et détachée. "C’est pas grave, elle va finir par m’oublier dans quelques heures, alors je n’ai pas trop à m’inquiéter. Mon frère aussi va vite passer à autre chose – il n’est pas rancunier. Contrairement à certains." Arsa pensa si fort la dernière partie qu’elle la laissa échapper, moins fort que le reste. Elle se rendit compte après coup que Zeke aurait pu le prendre pour lui, et donc le prendre mal, et elle se reprit rapidement. "Je ne parlais pas de toi, désolée."


Tentant de détendre l’atmosphère après avoir apporté un peu plus de gêne à la scène, elle revint au sujet de ses dents et de ses cheveux, un sujet un peu plus léger. "Ça marche, j’essaierais de trouver un moyen plus simple de me faire un relooking – plus simple que d’aller sauver des Gryffondors voués à se faire tabasser par une équipe entière de Serpentards énervés. Mais avoue que tu ne sais pas ce que tu aurais fait sans moi." Arsa rit doucement, son sourire devenant progressivement plus malicieux. Elle savait que Zeke ne serait pas inerte devant cette pique directe à son ego – et elle avait hâte de voir sa réaction. Il allait probablement ressembler à un chaton vexé, ou quelque chose d’inoffensif comme ça. Un peu comme le sort qu’il avait lancé il y a quelques heures avec sa baguette.

https://media.tenor.com/images/26f66e8e5a7b7da94b834e88531c644b/tenor.gif
oui elle a eu le temps de remettre du rouge à lèvres apparemment. non on ne va pas en parler

"I don't care", I say, caringly, as I care deeply

https://68.media.tumblr.com/ef1cf528bebdeb912bdf5154eb80cca0/tumblr_osdi0nN74t1t9im44o1_540.png
 
Répondre

Rozenn pivota vers Bettie, presque surprise de la voir là, trop absorbée qu'elle était dans la conversation à voix basse qui se déroulait près de la fenêtre de la salle commune. Quelque chose à propos de Winona. Mais ça ne pouvait pas être bien grave, n'est ce pas?
- Bettie? fit-elle, serrant le livre sur sa poitrine en fronçant le sourcil. T'étais passée où ?
Ca semblait évident, pourtant. Elle devait avoir été au match de Quidditch de la matinée, celui que Rozenn avait complètement raté à cause de sa grasse matinée, due à ses traductions nocturnes. Avec du recul, elle y avait passé une bonne partie de la nuit, comme en attestaient les cernes sombres sous ses yeux.
- J'ai traduit toute la partie sur les... stjigi, ajouta-t-elle tentativement, toujours pas familière avec la prononciation de la chose.
Si elle avait été un peu chafouine d'avoir dû se cogner tout le travail toute seule, maintenant, elle n'était plus du tout disposée à en vouloir à Bettie. L'excitation de ses découvertes reprenant le dessus, elle se pencha à l'oreille de la Gryffondor pour lui murmurer à cent à l'heure:
- Je n'étais pas sûre de moi, parce que ces bêtes là sont très rares, et surtout localisées dans les forêts de Biélorussie et de Pologne... Jamais une n'a traversé la manche, paraît-il... Mais regarde, je suis allée relever des empreintes ce matin, et elles coïncident! acheva-t-elle, surexcitée, en montrant les croquis froissés qu'elle tenait à la main.
Mais elle avait à peine fini son monologue enthousiaste que le groupe de 5ème années s'enfuyait de la salle commune avec l'air préoccupé. Rosi les suivit des yeux en se mordant la lèvre inférieure. La boule en train de se former dans son ventre semblait indiquer que la situation était peut être plus sérieuse qu'elle ne l'avait imaginé au début.
- Bettie, il y a un autre truc dont je dois te parler, commença-t-elle alors. Je pense qu'ils croient que Winona m'a suivie dans la ... dans la forêt interdite. Winona, tu sais. Mon amie rousse.
Celle qu'elle avait un peu ignoré au profit de Bettie, ajouta-t-elle honteusement dans sa tête.
Elle ne l'aurait pas suivie dans la forêt comme ça, sans se faire voir. C'était ridicule.

http://68.media.tumblr.com/6def3ec92f6228b9b14ab44d2d7a3564/tumblr_inline_nqg3q22We31rv3m8h_400.gif



L'attroupement soudain autour de Solomon faillit lui coller un mal de crâne. Le calme habituel de la salle commune de Poufsouffle venait de voler en éclats. Il laissa ses yeux courir sur le visage anxieux de Taylor, la moue de Rowa, les deux premières années qui parlaient de manière animée derrière eux - après deux Serdaigles, maintenant, c'était une Gryffondor qui s'était frayé un passage dans leur salle commune. C'était à se demander s'il y avait un mot de passe sur ce foutu tonneau d'entrée. C'était devenu un fichu carnaval. Heureusement, il y avait les yeux sombres de Mathias, et sa main rassurante, et sa voix calme. Son ancre.
Juste ce dont il avait besoin pour glisser de nouveau dans la contenance composée et calme qui était celle de Solomon Banks.
- Merci, souffla-t-il lorsqu'ils furent sortis de la salle commune. J'ai cru qu'ils allaient me rendre sourd.
Hélas pour la paix des tympans de Solomon, les bruyants jeunes gens avaient l'air décidés à leur emboîter le pas. C'était un peu une fatalité, lorsqu'on pensait qu'un de ses camarades était en danger de mort, supposa Solomon. Ou en tout cas, c'était une fatalité chez les Poufsouffles.



Tyrell hocha pieusement la tête. C'était évident. Pas de raison que la petite première année soit allée saluer les créatures de la forêt interdite.
Il tâchait soigneusement de ne pas se faire la réflexion qu'il était exactement le genre de créatures qui faisait peur aux première années, lorsque quatre élèves - parmi lesquels il reconnut Taylor - débouchèrent dans le couloir.
- Professeur Shire, interpella un Poufsouffle aux cheveux et aux yeux sombres, qui entraînait derrière lui un Serdaigle que Tyrell n'avait encore jamais vu.
La petite troupe entoura rapidement le professeur et Tyrell, qui fit prudemment un pas en arrière pour se trouver dos au mur et ne pas interférer dans la conversation. Il fit ce qu'il faisait le mieux; éviter le contact visuel et se fondre dans les pierres derrière lui.
- On a des raisons de penser qu'une première année de Poufsouffle s'est perdue dans la Forêt Interdite, débita le même Poufsouffle brun. On est venus vous trouver immédiatement.
Tyrell se mordit l'intérieur de la joue.
Voilà qui était vraiment parfait.
L'instinct du professeur, en tout cas, avait l'air on point.



Ezekiel vit s'enchaîner à la vitesse de la lumière deux occasions de s'offenser.
La première, il laissa passer. Il allait crier haut et fort qu'il était une image d'Epinal du pardon et qu'on ne l'avait jamais connu rancunier (sauf peut être cette fois où il avait arrêté de parler à Jude Eisley pendant un mois après qu'il lui ait fait fumer du curcuma à son insu, mais là, vraiment, il avait ses raisons). Heureusement, Arsa eut le bon goût de reprendre sa pique immédiatement. Ce qui eut pour effet de soulager le jeune blond d'un côté - le premier à assumer qu'il tenait d'immatures rancunes n'était pas né! - mais, inexplicablement, tritura aussi une petite partie pas souvent active de son cerveau qui s'interrogea sur la personne à laquelle Arsa pouvait faire référence. Cependant, il éloigna vite la question de son esprit. Elle vivait avec des Serpentard. Les rancuniers devaient être légion.
La deuxième, il saisit au vol. Il se redressa sur un coude pour servir à Arsa sa plus belle expression outrée. Celle qu'il avait pratiquée à de nombreuses reprises, et qu'il avait offerte à McGonagall bien des fois, après l'une de ses accusations/convocations/attributions d'heures de colle (toujours plutôt fondées il fallait l'admettre).
- J'avais la situation en main! s'écria-t-il un ton plus haut qu'il n'avait prévu.
Avec un toussotement, il ramena sa voix à un ton plus viril.
- J'avais la situation bien en main, répéta-t-il. Et j'avais une équipe de sauvetage. Un peu pathétique. Mais. Ils ne m'auraient pas laissé me faire tabasser. Les Gryffondor font ça - ils se serrent les coudes, ils volent au secours les uns des autres, tout ça.
Il n'avait pas prévu de mettre autant de venin contre les Serpentard dans ses paroles. Il se rappela un peu tard que son interlocutrice, elle aussi, venait de la maison du Serpent. Il tâcha d'amender ses paroles :
- D'ailleurs c'est à se demander ce que tu fais chez les Serpentard, marmonna-t-il, on devrait te remettre une cape et une carte membre de Gryffondor avec mention sauvetages solo.
C'était probablement ce qu'il avait de plus fort comme compliment dans son répertoire appauvri.



-----
Huh
-----



 
Répondre
Chers gens, cela fait un bon bout de temps que vous avez laissé dépérir vos persos. Comme vous avez quand même fait un beau travail de création dans les fiches, je propose d'honorer ces réalisations en gardant les caractères dans l'aventure en tant que PNJ. Dès que vous reviendrez régulièrement, il vous reviendront certainement de droit. En attendant, tout le monde, créateurs comme non-créateurs des personnages de Kadouche, Valouletauro, Koushak et Pioulak, peuvent les jouer.
J'espère avoir été assez clair dans mes explications, merci  Big Grin


Bettie pâlit aux mots de Rozenn. Elle comprit instantanément qu'elles étaient entrées dans la Forêt Interdite à deux, et qu'une seule en était ressortie. Inquiète, elle s'agrippa aux poignets frêles de son amie sans se douter qu'avec cette pression elle pourrait lui laisser des hématomes. Soudain elle se sentit affreusement coupable. Sans sa témérité de la première ballade, rien de tout cela ne serait arrivé. Par réflexe de défense contre ses émotions, elle gronda Rozenn, comme pour partager la culpabilité :
- Et tu ne l'as pas mise en garde ? Mais c'est que nous sommes dans de beaux draps maintenant ! Mon dieu, et s'ils avaient raison, te rends-tu compte ?
Elle cessa de chuchoter pour reprendre son souffle plus aisément :
- Notre devoir est de venir à son secours. Nous l'avons mise là-dedans, nous l'en sortirons, quel qu'en soit le prix. Compris ?
Elle lâcha une main et redoubla son étreinte sur l'autre pour la tirer derrière le petit groupe qui quittait la salle. Bettie s'imaginait déjà l'immense danger auquel elles allaient s'exposer, ainsi accéléra-t-elle la cadence de ses pas. Rien ne l'empêcherait de sauver Winona. Même pas une srigi-truc avec d'énormes yeux jaunes et brillants. Un frisson la parcourut à cette image et l'adrénaline se propagea à toute vitesse dans ses artères. Déterminée, elle emboîta silencieusement le pas à Rowa, qui suivait elle-même les garçons. La peur, ça n'avait jamais été son truc.
#elle est chiante mais elle est badass



Taylor adressa un regard amical à Tyrell en le reconnaissant. Juste pour le rassurer au milieu de ce capharnaüm qui semblait le tétaniser.



John Shire garda son sang-froid pour ne pas perdre toute contenance devant ses élèves. Il représentait l'autorité, l'expérience, la force et l'assurance. Il frappa un grand coup de poing contre la porte de James et tourna les talons rapidement avec un signe de la main:
- Suivez-moi, vous tous.
Pendant que tous ces jeunes sorciers ne le lâchaient pas d'une semelle, il expliqua :
- Personne ne s'alarme. Par précaution, nous allons faire une battue dans la Forêt Interdite. Vous resterez toujours au moins par binômes, jamais seuls, compris les enfants ?
Il continua toujours aussi posément, sur un ton grave et rapide :
- Au moindre problème, vous criez ou envoyez un Periculum. Tout le monde a sa baguette? Ou qu'elle soit, Winona ne doit pas être en grande forme puisqu'elle n'est pas dans l'enceinte du château. Le premier qui la trouve lui lance un Revigor.
Alors qu'ils arrivaient dans la cage d'escaliers, il saisit agilement sa baguette et prononça doucement: Sonorus.
- Je veux les préfets des quatre maisons, maintenant devant la porte principale! Exécution.

https://media2.giphy.com/media/sxcnqEy7xDkGc/giphy.gif

En passant devant l'infirmerie entre autres salles, il siffla aux volontaires de suivre la troupe, devant le terrain de Quidditch et les serres de botanique la même chose; il mena ses élèves devant les colonnes surmontées de sangliers ailés et se retourna vers eux afin d'apporter quelques éclaircissements supplémentaires sur la situation.
- La petite Winona est rousse et porte des robes à bordures jaunes, si quelqu'un trouve une piste, qu'il me prévienne immédiatement. Que ce soit un cheveu ou un lambeau de tissu, personne ne cherche à jouer les héros. Vous n'êtes pas des aventuriers, vous êtes des adolescents en apprentissage. Vous ne connaissez pas le quart de ce qui peut vous attendre dans le monde de la sorcellerie.
John Shire pesait ses mots et appuyait sur chacun d'entre eux, balayant lentement ses élèves du regard. Les préfets n'allaient pas tarder à se pointer et ils partiraient sur le champ. Pour éviter de dramatiser encore plus et de se retrouver avec un malaise vagal sur les bras, il tenta de rationaliser ce qui se passait :
- Elle n'est portée disparue que depuis ce matin. En cinq heures, elle n'a peut-être pas encore eu le temps de rencontrer aucune créature fantastique sensible de la heurter. Avec un peu de chance, elle est même tombée sur des centaures bien intentionnés ou une licorne avec qui faire joujou. Mais des suppositions on peut en faire toute l'après-midi pendant qu'elle se fait déchiqueter. C'est pour cela même que l'on y va.
Des instructions supplémentaires suivirent, sur un ton autoritaire, presque paternel:
- Ne vous laissez pas dominer par la peur, mais n'arrêtez pas pour autant d'écouter votre instinct face au danger. Compris les gryffindor? Le courage c'est bien, la témérité c'est autre chose. Maintenant commencez à former vos binômes dans le calme.
Rowa attrapa la main de Tyrell sans trop lui demander son avis. Elle lui lâcha un sourire innocent dont les Hufflepuff avaient le secret. Elle avait décidé que ce serait ce charmant maigrichon qui lui servirait de partenaire d'exploration.
En se retournant face à la lisière du bois, John Shire rappela durement:
- Ce n'est pas un jeu, les enfants. Restez sérieux, concentrés et alertes.



Angus avait peur que Tom se fasse des idées s'ils abusaient de papouilles ou qu'il était trop démonstratif dans ses sentiments. Malgré l'immense tendresse qu'il éprouvait envers son Tommy, il fallait bien mettre les choses au clair. Non mais oh bon hein, se répétait Angus intérieurement.
Il fut donc soulagé de la réponse à l'air si évident de son ami. Cependant la suite de ses propos l'interrogèrent bien plus. Pour être franc, le Gugus sauvage ne s'était jamais préoccupé des filles de son âge, alors un crush ?!  Cette supposition sonnait comme une farce à ses oreilles. De toute façon l'amour c'est dégoulasse. Mais l'idée l'intéressait pas mal : après tout pourquoi pas ne jouer à ce petit jeu avec Tom?
- Ah, tu me connais trop bien Tommy... Comment tu as deviné que j'avais des vues sur une fille ? C'est dingue tu es legilimens ou quoi?
Il jouait la comédie avec emphase et amusement, certain que son best buddy se laisserait volontiers prendre. Il fallait maintenant improviser quelle serait la cible de la boutade, de quelle fille il était censé être amoureux. Voyons voir les seules filles à qui il adressait à peu près la parole... Milena Dolohova? Ce serait trop gros, trop improbable. La soeur de Cresswell? Elle ne le connaissait probablement même pas, ils ne s'étaient presque jamais adressé la parole. Bon, ça n'avait pas forcément à être une Slytherin de sang pur, après tout. C'était juste une boutade concoctée pour Tom, que du fun. Alors... Elena? Erica? Eudokia! Eudokia Eisley, parfaite pour le rôle. De la même année, d'une équipe de Quidditch à laquelle il se frottait souvent, ni de la maison de Tom ni de sa maison rivale. Super.
- C'est un secret, reprit-il plus bas. Mais c'est Eudokia Eisley. Elle est tellement...

https://media3.giphy.com/media/ji4S14YVxPx0A/giphy.gif

Et merde, dans quoi s'était-il encore lancé. Voilà encore qu'il devait la complimenter à outrance.
- Sympathique. Et elle excelle en tant que batteuse, en plus. Et elle-euuuuuh. Elle correspond tout à fait à mon genre.
Yes! Ca allait passer crème. Ballshit trouvé en deux deux, bien joué Angus.
L'appel aux volontaires devant la grille du château le tira de cette position inconfortable.
- On devrait y aller, viens mon Tommy !
Il lui reprit la main et le souleva de terre pour le mener en dehors de l'obscurité des tribunes et se rendre devant la porte.



Bon c'est pas une super réponse mais voilà
I am Fire. I am Death. I'm Fabulous
https://media1.giphy.com/media/6gGY0MvMeEgqk/giphy.gif
Croustibat, premier de son nom, Président du Vice, Prince du Troll, Maître du Résumé et GM de l'Ecole de Magie et de Sorcellerie
 
Répondre
Ceci est ma dernière réponse avant de me barrer en Thaïlande pour trois semaines, alors j'espère qu'elle est satisfaisante. En tous cas je serais de retour début août pour vous jouer un mauvais tour !! KEUR


Mathias écouta attentivement les instructions du professeur. La concentration lui faisait froncer les sourcils, donnant un aspect plus sérieux à son visage d'habitude plus enfantin. Il comprenait parfaitement combien la situation était délicate, et avait bien conscience que c'était la vie d'une jeune élève qui était en jeu. Il allait faire tout ce qu'il pouvait pour la retrouver, pas pour les points, pas pour la reconnaissance, juste par humanité. 


Dès la mention du mot 'binômes', Mathias posa instinctivement une main sur l'épaule de Solomon, tout en le regardant pour lui demander confirmation. C'était assez évident pour lui qu'ils fassent les recherches ensemble, mais il essayait toujours de donner à Solomon le choix. Il ne voulait pas paraître trop possessif, ou donner à Mon l'impression qu'il était obligé de l'accompagner. Alors il resta courtois et attendit la décision de son copain, qui semblait encore un peu pâle et secoué par sa vision. 


***


Tom se sentit assez fier d'avoir vu juste à propos d'Angus - s'il savait que ce n'était qu'une blague... Mais enfin, il ne le savait pas, et il but les paroles de son meilleur ami sans hésitation. Il attendit impatiemment qu'Angus lui dise qui était l'objet de son affection, et la réponse lui amena un grand sourire aux lèvres.


Eudokia Eisley était assez connue en tant que batteuse pour Poufsouffle, mais aussi pour sa personnalité agréable. Tom ne lui avait jamais vraiment parlé, mais il savait d'après ce qu'il avait entendu qu'elle était gentille et attentionnée, tout en étant capable d'être totalement badass. C'était une fille bien, parfaite pour Angus, se dit Tom, en ignorant le petit pincement au cœur - probablement de la jalousie. Ce n'était pas facile de voir son meilleur ami s'éloigner un peu de soi, après avoir passé des années à le connaître. 


Tom voulait en savoir plus, sur où Angus en était avec Eudokia, sur ce qu'il comptait faire, mais l'annonce du professeur Shire le coupa dans son élan. Angus sembla presque soulagé, chose que Tom ne comprit pas, mais il n'eut pas le temps d'y réfléchir, puisque son meilleur ami lui avait déjà pris la main pour le traîner vers le point de rassemblement. Le cerveau de Tom travaillait déjà trop pour qu'il proteste - déjà, le crush d'Angus avait attisé sa curiosité, et puis l'appel aux volontaires était sorti de nulle part. Qu'est-ce qui était en train de se passer ? Qui était cette fille dont le professeur parlait ? Pourquoi est-ce qu'elle avait disparu ? Le cœur de Tom battait dans un mélange d'excitation, de peur et d'adrénaline. 


***


Quant à Arsa, elle allait répliquer à Zeke qu'elle n'avait pas besoin d'être en Gryffondor pour être sympa, mais fût interrompue par l'appel aux volontaires. L'annonce lui glaça le sang. Une petite fille disparue, si tôt dans l'année, ce n'était pas bon signe et c'était assez étrange. Malgré la gravité de la situation, Arsa se demanda si sa contribution était vraiment nécessaire. Elle avait déjà sauvé un Gryffondor il y a quelques heures, et puis, il y aurait bien assez de volontaires pour retrouver la petite... Non ? 


(je joue zeke pour 2 secondes lel désolée) 
Les yeux de Zeke, eux, semblèrent s'allumer à la perspective d'une aventure. Malgré ses côtes fragiles, il se redressa sur le lit et regarda Arsa d'une façon qui voulait dire 'On y va. Maintenant.' Arsa n'était pas sûre que faire équipe avec Zeke était la meilleure idée du monde : elle avait vu le matin même une démonstration de sa nature impulsive, qui ne menait pas toujours à du bon. 


Cependant, Arsa se rendit quand même compte de ce qu'elle venait de penser, et elle se sentit coupable d'avoir été si égoïste. Bien sûr qu'elle se devait d'aider, elle se sentait mal de s'être seulement posé la question. Une fille était en danger, et elle, elle pensait à son petit confort... son attitude la dégoûtait. 


Alors, elle prit sa décision. Elle mit son problème de dents du bonheur de côté, et elle adressa à Zeke un regard résigné. 


"Je te préviens, si ça tourne mal, tu te débrouilles," prévient-elle, tout en sachant parfaitement que oui, ça tournerait mal, et non, elle ne pourra pas laisser Zeke tomber.


(ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.....) 
"I don't care", I say, caringly, as I care deeply

https://68.media.tumblr.com/ef1cf528bebdeb912bdf5154eb80cca0/tumblr_osdi0nN74t1t9im44o1_540.png
 
Répondre

Milena était tranquillement en train de faire subir un sortilège de crache-limaces à un première année près du lac. Ce petit présomptueux l'avait cherchée. Il l'avait regardée de travers. Avec du recul, ça aurait tout à fait pu être dû à son léger strabisme. Mais c'était pas une raison. Elle était hors d'elle. Quelqu'un devait cracher des limaces.
La voix du Professeur Shire vint perturber la thérapie par la bave qu'elle était en train de mener. Le ton insupportablement autoritaire du petit professeur intimait à tous les préfets de se regrouper devant la porte principale. La grande brune leva les yeux au ciel, contrariée. Elle commençait à peine à se sentir un peu mieux, et il fallait que cet exécrable modèle réduit d'enseignant vienne exiger qu'elle remplisse ses devoirs préfectoraux. Décidément, dans cette école, il n'y avait plus moyen de pratiquer ses sortilèges tranquilles.
D'un tour de baguette, elle lança le contre-sort adéquat sur le première année, qui put reprendre son souffle. Un mince filet de bave s'échappait encore des commissures de ses lèvres. Avec une moue écoeurée, Milena se saisit du coin de sa robe pour lui en essuyer sommairement le visage.
- Ca ira pour cette fois. Maintenant bouge, tu n'entends pas qu'on doit se rassembler?
Le petit terrorisé laissa échapper une sorte de couinement, tâchant de reculer hors de la portée de la préfète. Soupirant, elle lui saisit l'oreille et entreprit de le traîner vers le château. Il ferait une excuse tout à fait adéquate pour expliquer sa présence près du lac à cette heure-ci.
Devant les portes, elle retrouva ce grand dadais de Samuel Winchester, Elizabeth Young et son air contrit, ainsi qu'une floppée d'autres préfets aux visages inquiets.
- Où est Shire? demanda-t-elle du ton le plus maussade de son répertoire, histoire de véhiculer l'idée que ce n'était pas le jour de lui chercher des poux.
Avec un regard noir en direction de Young, elle lui balança dans les bras le petit qu'elle tenait encore par l'oreille.
- Tiens Young, gère mieux tes gosses, j'ai encore dû en sauver un de la noyade.
Winchester haussa un sourcil au mensonge évident de la Serpentard, mais Young avait encore la mémoire trop fraîche pour relever. Elle redressa les lunettes du première année d'un air rassurant, adressant simplement à Milena:
- Je crois que c'est un des tiens.
Milena baissa les yeux sur les robes du première année. Ah, effectivement. Du vert. Avec son attitude, elle aurait pu jurer que c'était un Gryffondor.
- Tu fais du racisme, maintenant, Young? fit-elle d'un air de défi.
Cet inconscient de Winchester semblait sur le point d'ajouter son grain de sel au débat, lorsque, fort heureusement, un préfet de Poufsouffle fit remarquer que le Professeur Shire se dirigeait vers la Forêt suivi d'un important groupe d'élèves.
Les préfets rejoignirent la joyeuse troupe, à temps pour saisir toutes les instructions de Shire. Milena, les bras croisés sur sa poitrine, avait du mal à en croire ses oreilles. Cette gamine était probablement perdue dans l'un des couloirs, à discuter avec les portraits, ou à se goinfrer dans les cuisines comme faisaient souvent les Poufsouffles. Est ce que c'était vraiment la peine d'aller se salir les chaussures dans la forêt?
Fichu Shire et ses paranoïas insupportables.
- Professeur ? appela-t-elle. Je me porte volontaire pour mener l'équipe qui attendra au château, si jamais la pauvre enfant se décidait à rentrer pendant qu'on fouille la forêt.


Tyrell se retrouva entraîné vers la forêt Interdite avant d'avoir eu le temps de dire "chocogrenouille". Une Poufsouffle aux cheveux bouclés semblait l'avoir choisi comme partenaire de recherches. Le Serdaigle cligna plusieurs fois des yeux, des fois que la face joviale de la jeune fille se dissolve dans les airs comme un mirage, mais non.
Qu'est ce qui avait bien pu lui donner l'impression que lui, le maigrichon aux traits anguleux et au visage ravagé de cicatrices, serait le parfait partenaire de recherches dans la Forêt Interdite?
Il n'avait pas vraiment le profil rassurant. Ni le profil aventurier. En fait, il avait le profil genoux cagneux et mains moites.
Il en restait tellement stupéfait qu'il ne trouva rien à dire pour briser le silence qui s'installait entre eux deux. Mais la jeune fille n'avait pas l'air de le trouver awkward, ni pesant.
Ils entrèrent ainsi ensemble dans le sous-bois. La lumière semblait filtrer difficilement à travers les arbres. Les sens de Tyrell furent immédiatement assaillis des mille et unes odeurs de la forêt, des vrombissements des centaines d'animaux furetant, voletant, tressaillant dans les fourrés et dans les arbres et tout autour -
Il dut se retenir un instant contre l'appui le proche - qui se révéla être l'épaule de la jeune fille qui l'accompagnait. Ses sens et sa raison lui revinrent immédiatement, sous l'effet d'un coup d'adrénaline et de gêne.
- Je suis désolé, s'empressa-t-il de souffler. J'ai eu un moment d'absence. Grosse allergie au- à l'herbe. A l'herbe sauvage en fait. Mais je peux le gérer.
Ca n'allait pas être facile de se concentrer avec toutes ces odeurs et tous ces infimes bruits autour d'eux. Voilà pourquoi Tyrell tendait à préférer le calme rassurant de la bibliothèque.



Toute la vitalité de Zeke lui était revenue comme par magie lorsqu'on avait mentionné la possibilité d'une aventure. La réalité du danger dans lequel la jeune Poufsouffle pouvait se trouver n'avait pas encore atteint la passoire électrique qui lui servait de cerveau. Tout ce qu'il voyait, à l'instant présent, c'était la chance inouïe de partir vadrouiller dans la forêt sans risquer de se faire pincer, de faire peur à des contingents de Serpentard en se planquant dans les fourrés, et de gambader avec une Arsa aux dents du bonheur.
- Ne vous inquiétez pas, gente demoiselle, déclama-t-il en prenant la direction de l'orée de la forêt, brandissant sa baguette, Arsa sur ses talons. Je vous protégerai de ma vie, dussé-je périr dans ces sombres bois!
Du coin de l'oeil, il aperçut les jumeaux Llewelyn, qui s'étaient mis en équipe, lancer un coup d'oeil rieur dans leur direction en leur faisant de grands signes. Zeke détourna boudeusement. S'ils s'imaginaient qu'ils pouvaient le laisser se faire pourrir dans les vestiaires puis revenir vers lui avec des blagues plein leurs musettes, ils se trompaient lourdement. Ezekiel avait la rancoeur tenace. Il allait leur en vouloir pour ... eh bien... au moins une dizaine d'heures supplémentaires.
- Tu n'as pas l'air ravie par la perspective de passer une heure dans les bois avec moi, remarqua le Gryffondor en dansant suggestivement des sourcils.
L'adrénaline le rendait enthousiaste, oui. Et con. Plus que d'habitude.



Rozenn adressa un regard grave à Bettie en hochant la tête. La petite Gryffondor avait raison. C'était de leur devoir de retrouver Winona. Et particulièrement le sien, si elle avait eu une part de responsabilité dans les ennuis qu'elle avait pu s'attirer.
- On devrait reprendre le chemin que j'ai emprunté ce matin. Si elle m'a suivie, c'est là qu'elle sera, dit-elle en s'engouffrant à la suite des autres élèves dans les bois.
L'enthousiasme de ses découvertes commençait à s'estomper pour laisser place à une sourde angoisse. Ces recherches, ces traductions nocturnes, ces ballades interdites dans la forêt avaient eu un parfum d'aventure et d'impunité; mais maintenant, elle commençait à sentir l'après-goût âcre du danger.
Elle sinuait entre les arbres, profitant de sa petite taille pour dépasser sans être vue d'autres binômes d'élèves plus âgés qui exploraient prudemment les sous-bois.
- Tu penses qu'elle peut être en danger? fit-elle nerveusement en se tordant les mains. Le professeur Shire avait l'air sacrément... enfin... On ne serait pas tous partis en battue si elle ne risquait rien.
Elle écarta une branche du bras pour laisser passer Bettie, scrutant l'épais manteau des arbres qui les entouraient, espérant déceler l'éclat d'une chevelure rousse.
- Oh Bettie, s'il lui arrive quelque chose, ce sera de ma faute, n'est ce pas?



Solomon hocha doucement la tête à l'intention de Mathias. S'ils étaient partis pour arpenter la Forêt Interdite au milieu de toute cette humidité, autant qu'il le fasse avec la seule personne de cette foutue école qui pouvait comprendre son angoisse dévorante.
- Je ne comprends pas comment une école de Sorcellerie réputée l'endroit le plus sûr du Royaume-Uni peut ne pas avoir de sortilèges pour empêcher les élèves de s'engager dans la forêt interdite, marmonna-t-il entre ses dents.Et je ne mentionne même pas le Calamar géant qui crèche dans le Lac. Personne n'est choqué.
Il se passa une main sur le front, las.
- Désolé, Mathias. On n'a même pas pu finir notre thé.
Il songea confusément que, sans son don, ils seraient tous encore paisiblement dans la tiède quiétude de la salle commune de Poufsouffle. Quelqu'un se serait certainement dévoué pour aller chercher des biscuits, Rowa ferait des blagues un peu trop fort, le thé coulerait à flot. Winona serait seule dans le froid.
Un nouveau frisson parcourut le Serdaigle des pieds à la tête. Tout ce bois sentait la mort.
Pourvu qu'il ne soit pas trop tard.

Dans la ligné des pavés indigestes ouwééééé


-----
Huh
-----



 
Répondre

Le Professeur Shire soupira de supériorité comme il savait si bien le faire à la remarque de Milena.
- Mademoiselle Dolohova, flemmarde, il y a plusieurs centaines d'élèves qui attendent au château que Winona se décide à rentrer. En tant que préfète de votre maison vous devriez plutôt assumer vos responsabilités et mener un groupe d'intervention dans la Forêt. Taylor Anith, vous ferez équipe avec elle.
Plus bas il grinça avec cynisme:
- Moi qui pensais que les Serpentard étaient futés, en voilà une belle preuve...
Sur cette provocation juste assez forte pour que la queen bitch l'entende, il se dirigea d'un pas décidé vers l'orée.
- Si j'ai des héros courageux ou des pros de l'orientation, qu'ils restent avec moi, lâcha-t-il sarcastiquement.
Il s'arrêta pour checker tous ses élèves avant de commencer la battue, puis se retourna en dégainant sa baguette et s'enfonça dans les bois.



Bettie se faufilait entre les arbustes et les souches mortes en écoutant Rozenn l'air inquiet. Evidemment que c'était sa faute ! Evidemment que sans cette excursion à l'improviste, Winona serait encore dans sa salle commune à boire du thé comme tous les blaireaux ! Mais bien que chiante, Bettie n'était pas mauvaise ; et Rozenn était son amie.
- Bien sûr que non, tu n'y es pour rien Rosi. Tu as même expressément demandé à Winona de te laisser. Tu es même l'héroïne dans cette histoire, tu l'as mise en garde ! Peut-être que sans toi elle se serait jetée dans la gueule du loup, alors que là... Elle y va à pas de souris au moins.
Ce n'était pas forcément la meilleure chose à dire à cette petite fille sensible qui culpabilisait.
- Ne te fais pas trop de souci. Si ça se trouve tu lui as fait tellement peur avec ta description de la strujgy-truc qu'elle est juste cachée sous son lit à se faire des films. Et sinon on est sur sa piste.
Elle caressa doucement le dos de son amie pour la réconforter.
- Tu es bien passée par là ce matin ? Il me semble que je reconnais cet arbre-là avec le tronc tordu...
Bettie la lumière, tous les arbres étaient tordus.



Rowa ne vit aucun inconvénient à servir d'appui à Tyrell. Elle posa même sa main sur la sienne par réflexe quand il vacilla, et reçut une décharge électrique.
Il l'intriguait un peu quand même, ce petit fragile du genre allergique à tout.
- Ce n'est rien, princesse, lui sourit-elle. Mais tu as la main brûlante ! Tu n'as pas de fièvre au moins?
Elle posa son autre main sur la nuque de Tyrell pour attirer son front contre le sien, sans trop lui poser de question.
- Je prends ta température, précisa-t-elle. Tu es décidément bouillant.
Décollant leurs crânes elle lui montra ses deux mains devant le visage.
- Tout à l'heure tu étais glacé et maintenant tu nous fait une réaction allergique du tonnerre... Tu es sûr que tu peux le gérer? Tu ne devrais pas rentrer à l'infirmerie, prendre un traitement quelconque ?



Angus se demandait bien dans quoi il s'était embarqué juste pour fuir les questions de Tom. Il se retrouvait maintenant dans la Forêt Interdite, baguette à la main, à la recherche d'une bébé rousse, avec un Tommy tout poussiéreux à ses côtés. Il crut d'ailleurs voir un air pas très emballé sur le visage de ce dernier. Angus épousseta son ami, tout attentionné qu'il était. Soudain il détourna le regard, gêné, il fit croire qu'il avait entendu quelque chose.
- Quelle créature va-t-on bien trouver ici ? maugréa-t-il dans sa barbe.
Une brindille craqua dans la direction opposée.



Taylor avait déjà imaginé un scénario catastrophe à l'idée de faire équipe avec Milena Fucking Dolohova. Il se préparait déjà à mourir sous ses coups. Deux fois.
Mais en tant que bisounours de profession, il s'efforça de lui sourire tant bien que mal et de lui lancer un:
- Allons-y capitaine ! qui se voulait enthousiaste.
Il baissa les yeux, et remit une mèche de cheveux ondulés derrière son oreille, en se mordant les lèvres. Il sentait déjà la souffrance venir.
Le binôme de l'enfer pénétra dans la Fôret.



C'est vraiment de la merde cette fois-ci, mais je suis en voiture et je manque cruellement d'inspiration...
Je ferai mieux au prochain post, promis juré craché pfouah
I am Fire. I am Death. I'm Fabulous
https://media1.giphy.com/media/6gGY0MvMeEgqk/giphy.gif
Croustibat, premier de son nom, Président du Vice, Prince du Troll, Maître du Résumé et GM de l'Ecole de Magie et de Sorcellerie
 
Répondre
Tin tin tin
Héla qui va là
Inspecteur Koushak
Héla ça va pas ouh ouh
Hola je suis là

... Ok j'arrête. MAIS BOUM SURPRISE MOTHERFUCKERS

Avant de commencer je tiens à dire que j'ai pas DU TOUT eu le courage de relire tout ce qu'il s'est passé, et je me suis dis que mes persos vous aviez fait comme moi, vous les aviez abandonnés... Alors je les ai "reset" donc si vos persos attendaient des réactions avec elleux, oubliez les ;w;
Je me sens très nul de vous avoir fait attendre aussi longtemps mais x_x nonenvraijaipasdexcuses
Ne vous attendez pas à me revoir trèèèès souvent (je veux rien promettre) mais j'vais faire de mon mieux. !!
aussijaienviedejouerlefilsdejimmymenvoulezpas
mêmesivousmenvoulezdejademonabscence


Je compense en faisant une présentation fancy af



http://image.noelshack.com/fichiers/2017/32/2/1502150063-barre-baroque-1406736721.png

Il y avait dans le bureau du professeur James Novak un curieux individu qui répondait au doux prénom de Théo.
Théo était âgé de 17 ans, l'âge où l'ont n'est plus vraiment en âge de faire sa crise d'ado, mais où n'est pas non plus forcément assez mature pour prendre les bonnes décisions. Et, s'il était dans ce bureau, à cette heure précise, c'était justement car il n'avait pas pris les bonnes décisions.

Jimmy soupira longuement. Il était, après tout, plutôt fier de son fils - en général, ce dernier restait plutôt sage. Il avait beau l'aimer plus que tout, le moment était aux remontrances.

- Théo, commença le professeur quadragénaire en se raclant la gorge.

Mais l'intéressé le coupa avant qu'il n'ait pu en dire d'avantage :

- Je sais, P'pa, je ferais plus attention. Je peux y aller, maintenant ?

Il semblait y avoir une activité intéressante, dehors, près de la forêt interdite, et Théo mourrait d'envie d'aller voir ce qu'il s'y passait - il était beaucoup trop curieux pour son propre bien.

- Théo, repris Jimmy d'une voix plus forte, je ne suis pas sûr que tu te rendes bien compte de tes actions. Aussi heureux que je sois que tu décides de poursuivre ma voie, te rends-tu compte que tu risques d'exposer notre secret à tout le monde en choisissant des cours supplémentaires en potions... ?

- Mais, je vois pas en quoi c'est un problème. Tu es vraiment trop parano avec ça, et moi, j'en ai marre, ok ?

- Thé-

- Non, ça suffit.

Le jeune homme claqua la paume de ses mains sur le bureau en bois de son père adoptif. Il commençait à avoir du mal à respirer. Il savait qu'il allait le regretter - il regrettait toujours quand il s'engueulait avec son père - mais il était assez grand pour prendre ses décisions tout seul - du moins, c'était ce qu'il croyait. Et il ne comprenait pas pourquoi son père s'obstinait à garder leur relation secrète, ni pourquoi il ne lui faisait pas plus confiance... C'est vrai quoi, pendant sept ans déjà, Théo avait réussi à garder le secret. Pourquoi le dirait-il maintenant ?

- Il va falloir que tu me laisses grandir un peu.

Sa voix était ferme, malgré les quelques trémolos qu'un observateur attentif comme Jimmy pouvait discerner. Il n'eut pas le temps de répliquer ni de bouger le petit doigt que Théo sortait du bureau d'un air énervé. Bon. Autant pour les remontrances.

Jimmy déglutit, et se leva à son tour. Il savait son fils déjà loin, et il savait aussi que rien de ce qu'il ne pourrait dire ou faire ne le ferait revenir à la raison pour l'instant. Il soupira à nouveau, et se demanda ce qui pouvait bien se passer, dehors.

Il décida alors de se rendre à la forêt interdite. 

Tout comme son fils qui, bizarrement, avait eu exactement la même idée, et filait à travers les couloirs du château du plus vite qu'il le pouvait.

http://image.noelshack.com/fichiers/2017/32/2/1502152317-decorative-lines-25-large.png

Alexander Black avait l'impression désagréable d'être observé. C'était très certainement juste de la paranoïa, mais il ne pouvait se départir de ce sentiment étrange. Comme si quelqu'un lui collait à la peau. Il ne faisait pourtant pas grand chose d'intéressant, ce jour-là. 

Il était assis près d'une alcôve, et il lisait. Il faisait tout son possible pour fuir la salle commune de Serpentard, où il se sentait de moins en moins sécurité.

Il gigotait, mal à l'aise, quand soudain, quelque chose - ou plutôt, quelqu'un ?- lui tomba dessus.

Au début, Lex ne vit que les couleurs bleues et bronze de l'uniforme de Serdaigle, puis il entendit une voix s'excuser.

- Oups, pardon, je ne t'avais pas vu. Mais quelle idée aussi, de lire par terre !

Lex releva la tête alors que le Serdaigle se relevait tant bien que mal.

- Tout va bien ? demanda posément le nouveau venu.

Le jeune serpentard hocha la tête, et reconnu immédiatement son interlocuteur. Théo White, le beau Serdaigle qui l'avait aidé quelques fois.

- Ca va Théo, merci.

- Ah, Lex !

Lex n'avait pas vraiment d'ami.e.s à Poudlard, mais il avait des allié.e.s. Théo en faisait partie.

- Où tu cours comme ça ?

Théo haussa les épaules.

- J'essaie d'échapper au Professeur Novak. Et je voulais voir ce qu'il se passait dans la forêt interdite.

- La forêt interdite ?

Un mince sourire se détacha sur le visage du brun.

- Je peux venir avec toi ?

- Oui, bien-sûr !

Il tendit sa main pour aider son camarade à se relever, et ce dernier l'accepta.

Et ils se dirigèrent tranquillement vers la forêt, discutant de tout et de rien.

Ils n'avaient aucune idée de ce qui les attendait, et, pour être honnête, le narrateur de cette histoire non plus.

http://image.noelshack.com/fichiers/2017/32/2/1502149982-barre-baroque-1406736721.png

http://image.noelshack.com/fichiers/2017/32/1/1502120270-489243transparent-petit.gif
"hope was a dangerous, disquieting thing,
but he thought perhaps he liked it."
http://image.noelshack.com/fichiers/2017/33/6/1503108424-signa-neil-2.png
ourson en guimauve tout doux
 
Répondre
Rebonjour Koushak!! Contente de voir que tu as eu le courage de revenir dans le rp Big Grin ça m'a donné la motivation pour répondre tiens, donc bisous à tous de bretagne :')

Arsa n'essaya pas de retenir Zeke, sachant très bien qu'elle n'y parviendrait pas, de toute façon. Ezekiel était déjà parti, semblant ignorer ses bandages et le fait que ses côtes n'étaient pas entièrement guéries. La perspective de pouvoir faire les quatre cents coups l'avait soigné, du moins en apparence. Arsa espérait juste qu'il n'allait pas se blesser encore plus en agissant sans réfléchir.

Oh, et puis non, si il se blessait, ça lui ferait une leçon. Bon, une leçon qu'il oublierait le jour suivant, mais si ça pouvait le retenir de faire le con pendant maximum 24h, ce serait toujours bon à prendre.

Arsa le suivit donc, ayant presque du mal à aller à la même allure empressée que lui. Elle fit des grands pas pour le rattraper, évitant avec difficulté les élèves sur son chemin, multipliant les "pardon" et les "excusez-moi je dois passer". Alors que Zeke déclamait sa tirade digne d'une parodie de tragédie, Arsa leva les yeux au ciel et l'interrompit.

"Oui, oui, j'en suis très heureuse, mais en même temps il y a déjà une personne à Poudlard qui est en danger de mort, et je préférerais s'il n'y en avait pas deux. Donc merci, ça ira," répondit-elle, rappellant à Zeke par la même occasion qu'ils n'étaient pas là pour s'amuser.

Pendant qu'ils se dirigeaient vers la forêt, Arsa réfléchit à où la petite pouvait bien être. Beaucoup de nouveaux élèves s'intéressaient au Saule Cogneur, parce qu'ils n'avaient jamais rien vu de tel- peut-être que la petite s'y était rendue, et qu'il lui était arrivé quelque chose ? Ou bien peut-être qu'elle était aller voir les créatures de la forêt ? Il y avait bien trop de possibilités, et peu de temps. Elle commençait à s'inquiéter vraiment quant au sort de l'élève disparue...

Ils pénétrèrent dans le bois, et Arsa garda l'œil ouvert, au cas où elle aperceverait un éclat de chevelure rousse. Elle tenta d'ignorer le commentaire douteux de Zeke, mais elle fut l'erreur de le regarder au moment où il le fit, et elle ne put empêcher un rire à la vue de sa grimace. Elle secoua la tête en tentant de paraître neutre.

"Pas trop, non. Encore, si ce n'était qu'une heure, ça irait, mais te connaissant, on risque de rester coincés là pour bien plus longtemps que ça..."

Pendant qu'elle parlait, elle scrutait les environs, ne trouvant toujours rien d'anormal. Ils s'enfonçaient toujours plus dans la forêt, et les arbres étaient plus nombreux et plus denses, si bien que le bois s'assombrissait à vue d'œil. Arsa fût parcourue d'un frisson, et commença à se demander si se rendre dans la forêt avait vraiment été une bonne idée.


***


Mathias sentit bien que Solomon était nerveux. D'habitude si calme, son copain ne tenait pas en place, s'engageant sans attendre dans la forêt. En même temps, Mathias comprenait parfaitement sa hâte - plus ils prenaient de temps, moins il y avait de chance qu'ils retrouvent Winona. Alors il fallait s'y mettre, tout de suite, et sérieusement.

Mathias écouta les remarques de Solomon, et il rit nerveusement. "C'est sûr. Pourtant, il s'est déjà passé assez de choses ici pour qu'ils prennent des mesures. Et en plus, si ils retrouvaient Winona- enfin, quand ils la retrouveraient-, Mathias était sûr que cela retomberait sur elle. Elle avait été imprudente, c'était vrai, mais l'école n'avait pas été au top en matière de sécurité non plus.

Mathias sentit dans la voix de Solomon de la culpabilité, et ça ne lui plut pas du tout. Il savait que son copain n'avait pas toujours la vie facile, à cause de ce don qui pouvait parfois s'avérer être une sorte de malédiction. Mais Mathias ne le voyait jamais comme tel- son don rendait Solomon unique à ses yeux. Mathias passa un bras rassurant autour des épaules de Solomon, le serrant contre lui.

"Mon, dans une situation comme ça, je me fiche de mon thé. Grâce à toi, on a appris qu'une fille était en danger, et on a une chance de la sauver avant qu'il ne soit trop tard. Je sais pas toi, mais moi, je trouve ça génial," dit-il en souriant sincèrement. "Et tu sais que je serais là pour te soutenir, alors si tu vois quelque chose, n'importe quoi, tu peux me le dire, d'accord ? Tout peut aider."

Une fois qu'ils furent dans le bois sombre, Mathias resta près de Solomon, sa baguette en main, près à réagir si quelque chose se passait. Il était visiblement concentré, ses sourcils légèrement froncés, faisant attention à chaque bruit, chaque mouvement dans les feuilles.


***


Tom n'était vraiment, vraiment pas rassuré par cette forêt. Il n'avait pas vraiment compris ce qu'il se passait quand Angus l'avait traîné ici, et maintenant, même s'il savait qu'ils cherchaient une élève en danger, il ne se sentait pas mieux. Il se demandait même s'il n'allait pas faire demi-tour, mais ça aurait été lâche, non ? Il ne pouvait pas se le permettre... Mais bon, il avait Angus avec lui, alors il n'était pas encore en panique.

Pas encore.

Une branche craqua, et Tom sursauta, laissant échapper un petit cri et agrippant machinalement la première chose qui fût à sa portée, c'est-à-dire le bras d'Angus. Il regarda autour de lui, paniqué, avant de se calmer un peu, relâchant légèrement son emprise sur Angus.

"O-ok, désolé, c'était qu'une branche. J'ai juste eu peur, pendant genre trois secondes, hahaha."

Le commentaire d'Angus avait fait tout sauf rassurer Tom, et il regardait maintenant les alentours avec des yeux inquiets, s'apprêtant à tout moment à ce qu'un gobelin ou une araignée géante sorte de derrière un buisson.
"I don't care", I say, caringly, as I care deeply

https://68.media.tumblr.com/ef1cf528bebdeb912bdf5154eb80cca0/tumblr_osdi0nN74t1t9im44o1_540.png
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: Batman, 1 visiteur(s)