Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer
24h Cartoon: Rassemblez votre force ce samedi à partir de 15h !


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Post mortem
#31
http://img15.hostingpics.net/pics/727290Audrey.jpg
Audrey dans son coin, son imposant chapeau noir sur la tête qui cachait ses yeux, aidé par la fumée de sa cigarette. Elle avait arrêté les cigares de Big Daddy. Pas assez élégant. Les fines cigarettes allaient beaucoup mieux avec ses gants noirs en cuir, le contour de son rouge à lèvre s'imprimait sur le combustible, pas sur le cigare.
Son regard scrutait la foule. La plupart n'était pas des amis. Bien souvent c'était des "figurants". Juste histoire de faire bonne impression et de rentrer dans les petits papiers personnelles du grand et puissant Aaron. Quelle ironie.. Ironie qui faisait sourire la jeune femme. Qu'elle perdit immédiatement quand elle vit la scène de ce-dernier et de son frère chéri. Pour cet homme, on dirait qu'il n'avait jamais eu que deux fils. Aucune fille! Heureusement que ça mère avait parfois été là. Mais ce n'est pas pour cela qu'elle pouvait dire que c'était une mère aimante.
La seule chose qu'avait envie Audrey, c'était que cette cérémonie se termine. Elle aimait beaucoup Pablo hein, c'est pas le problème. Mais il n'avait jamais été très attentionnée avec elle. Il n'y en avait toujours que pour Hortensia de toute manière. Est-ce pour cela que ces demoiselles s'entendaient si mal? Oh en tout cas, ça n'était pas la seule raison. Mais ce qui la fit oublié toutes ces interrogations, c'est quand Audrey aperçut au loin Isaac, le fiancé veuf avant le mariage. Hortensia n'a jamais su pour cette aventure. En tout cas, à la connaissance de la cadette qui s'en fichait de si elle le savait ou non. Surtout qu'elle devait sans doute être morte.

http://img11.hostingpics.net/pics/947031Augustin2.jpg
Augustin lança un regard désespéré à son frère. Il ne changera donc jamais.. Il reprit une bouffée de sa cigarette.

- Encore et toujours les femmes.. Et rien d'autre..

Le jeune homme souffla toute la fumée qu'il pouvait.

- Tu ne crois tout de même pas qu'avec un fils homosexuel, mère me laisserait quoi que ce soit? Jpense bien que tu es le seul sur le testament enfin! J'ai déjà du mal à survivre à Paris et toi tu viens me demander de l'argent juste pour un soir? Mais trouve toi une femme Emilien! ça commence à être ridicule ton cinéma!

Il avait seulement un peu froncé les sourcils mais il n'avait pas levé le ton. Jamais. Il n'a jamais voulu brusqué son petit frère. Leur conversation coupa court quand une jeune fille arriva. Qui était-ce déjà? Ah oui. La fiancée de Brennan. Cela faisait si longtemps qu'il n'était pas venu qu'il ne l'avait encore rencontré.

- Vous avez remarqué qu'elle pose sa main ici juste pour masquer le tampon qui dépasse?

ça fit sourire Augustin qui observa la photo, puis de nouveau Cassiopée. Ce qui le fit le plus sourire, c'est l'embarra de son frère qui essayait de justifier cela.

- Ils sont où vos parents?

Augustin était en train de rallumer une cigarette, puisqu'il avait laissé sa précédente à la jeune femme, quand il leva les yeux vers elle, tous gestes bloqués. Comme paralysé.
Il rebaissa les yeux vers son action, la fini et se redressa en expirant.

- Notre père est mort quand j'avais 10 ans et Emilien 6 ans. Notre mère, elle, se ballade quelque part à l'enterrement sans doute. (si elle est censée être morte Anais, bah je changerai)
~ We are all mad here ~
 
Répondre
#32
http://img15.hostingpics.net/pics/870611mamiejackie.png

Jacqueline n'était pas morte depuis très longtemps, certes. Pourtant, les quelques années qui la séparaient maintenant du monde des vivants l'avaient vu accueillir des dizaines de fantômes, passant en coup de vent pour rejoindre la Terre Promise ou s'enfonçant en hurlant vers les profondeurs de la Terre. Peu, à vrai dire, s'arrêtaient ici. Pourquoi eux, pourquoi pas les autres ? On pouvait aisément se poser la question, surtout lorsqu'on regardait le ramassis de pourritures qui n'étaient pas attirés vers des supplices amplement mérités et qui se traînaient ici comme des âmes en peine, désœuvrés, jusqu'à ce qu'ils se trouvent une autre victime. Toujours est-il que la vieille dame dont le corps devenu fumé lui rendait sa vigueur de petite fille avait appris à guider les autres dans l'apprentissage de leurs nouveaux sens, apprentissage qui se révélait pour certains instinctif tandis qu'il restait pour d'autres un obstacle à franchir. Un pour qui cela ne posa pas de problème fut Pablo, son petit-fils, qui n'avait même pas encore vraiment les deux pieds dans la tombe lorsqu'il se précipita dans ses bras.
- Grand-mère, qu'est-ce-que tu m'as manqué !
Les yeux emplit d'émotion, la pauvre femme en songeant à la présence de son cher petit ici. Oh, certes, qu'est-ce qu'elle était contente de le retrouver ! Mais en de telles circonstances.. Et puis était-ce un âge raisonnable pour mourir ? Certainement pas. En le serrant sur son cœur, mémé renâclait sur sa faiblesse, sur son manque de paroles. La seule et unique raison pour laquelle il était devenu fantôme avait été l'incapacité de Jacky à le protéger et c'était une faute qu'elle ne se pardonnait pas. Mais il allait être vengé. Oh oui, il allait être venger.. Les autres voulaient la guerre ? Ils l'auraient, si celle-ci n'avait pas déjà été entamé il y a de ça plusieurs mois. 
Se reculant enfin, mémé attrapa les joues de Pablo et, tout en les pinçant et les secouant allègrement, elle lui disant, les yeux brillants de l'avoir enfin à ses côtés, même si jeune, même si tôt, même si ce n'était pas lui qu'elle attendait venir la rejoindre le premier :
- Quelle idée de venir me rejoindre à ton âge enfin..
Bringuebalant son petit en lui tirant joyeusement sur le visage, mémé s'apprêtait à lui faire son fameux tour de visite, lui présenter ses amis, ses ennemis, lui expliquant les règles implicitement installées dans sa nouvelle demeure si spéciale, lorsqu'arriva en criant un autre nouveau petit mort.
- Salut, alors c'est toi le... mort ? Ça va ?
Celui avait d'ailleurs apparemment perdu la raison en même temps que son enveloppe charnel pour balancer pareille inertie, sachant que techniquement, lui-même était aussi un corps sans vie. La suite de son monologue ne lui permit pas de remonter à la vie des autres, son questionnement paraissant inapproprié pour des corps sans vie qui ne pouvaient souffrir vraiment de leurs anciens maux. 
- Mémé, pour te servir, lui lança alors la vieille femme, décidant qu'elle aimait bien son idiotie naïve, en lui tendant la main et lui donner une poignée de main énergique. Et puis, s'évaporant d'un coup dans un léger nuage de fumée, elle laissa le nouveau venu planté sur place dans un état de douce incompréhension.

- J'ai toujours trouvé que cette maison était aussi sombre qu'une maison close. J'aurais dût me..
- .. Bouh ! 
Apparaissant dans un éclat lumineux aveuglant, Jacqueline se planta devant la dame fantôme qu'elle ne connaissait pas non plus. Fronçant le nez, un mouvement de tête de tête, la petite vieille lui demanda ensuite, inquisitrice :
- T'es qui toi ? Je t'ai jamais vu dans le coin. T'es pourtant une habituée de la Mort, ça se voit dans tes gestes. Alors je répète : t'es qui ? Tu viens d'où comme ça ?
Tandis qu'elle posait ses questions, la vieille femme tournait autour de la nouvelle arrivée, la jaugeant du regard, la dévisageant des pieds à tête, tournant et retournant sa silhouette comme si elle avait été au marché et qu'elle aurait voulu jaugeant sa future acquisition.
 
Répondre
#33
Comment gâcher un après-midi entier. 


J'ai rencontré pour de vrai de vrai une modératrice de lacartoonerie.com

http://img11.hostingpics.net/pics/140163tumblr.jpg
 
Répondre
#34
https://38.media.tumblr.com/d2212f2c100111e363c5b2f328d50629/tumblr_nuc0stu3IL1tsnnxio1_500.gif
Aiden Andrews
         Dehors, dehors. A vrai dire, c'était amusant. Le jeune garçon ne sortait presque jamais, si ce n'était pour aller au lycée. Une brise fraîche soulevait doucement ses cheveux blonds et apaisait son visage, maltraité par le feu il y avait à peine une journée. Aucune trace de brûlure, ni d'agression sur sa peau. Sans mentir, l'une des rares choses qui calmaient actuellement Aiden était de savoir que sa peau pâle, parfaite et ses cheveux aux reflets d'or étaient encore sur ses os. Cette ville était grande, et dénuée d'intérêt aux yeux d'Aiden. Une symphonie de pas résonnait dans les rues de la ville, le jeune homme avançait au milieu des passants, des personnes qu'il n'a pas connu et qu'il ne connaîtrai sans doute jamais. Des pas, des pas, des bruits incessants, qui semblaient venir de n'importe qui, sauf du jeune garçon. Lui qui n'avait jamais prit le temps de regarder les gens en face, il examinait leurs visages minutieusement, il les dévisageait, peut-être dans l'espoir de reconnaître quelqu'un ou trouver celui qu'il cherche. Il n'y avait cependant pas grand chose de moins probable, Aiden ne connaissait personne, véritablement personne. Et le nom qu'il avait entendu quelques jours plus tôt lui paraissait bien inconnu.
         Il y avait aussi un autre problème; Aiden n'était ni matériel ni audible. Il lui semblait impossible d'interagir avec ce monde et ceux qui le peuplent. Ce jeune garçon savait beaucoup de choses, lorsqu'il s'agissait de mathématiques, de physique, de différentes langues, ou de toute matière liée à ses études actuelles. Mais c'était bien tout. Le blondinet avançait, avançait, avançait, sans trop savoir où, tandis qu'une légère sensation de vertige commençait à lui envahir la tête. L'idée de retrouver cet homme devenait une obsession à son tour. Le rythme inaudible des pas d'Aiden s'accélérait, ses mains formaient alors des poings serrés tandis que son visage se tordait en une expression mêlant haine et douleur. Le malaise lui grignotait le cerveau, il se mit à fixer un homme. Peu importe de qui il s'agissait, il le fixait, et ne détourna le retard que pour observer la montre qu'il portait au poignet. Avançant en face de lui, en direction de l'homme, manquant de tomber à chaque pas, il bloquait ses yeux sur cette montre, cette foutue montre, jusqu'à ce qu'elle se détache et tombe au sol. Aiden, qui la suivait toujours du regard, s'effondra lui aussi. Il resta inconscient, jusqu'à se réveiller dans une maison totalement inconnue.
Distribution d'écharpes rouges

http://33.media.tumblr.com/d69adad93e412a5c18533ccb5ecb78b9/tumblr_mlnzv5srId1r90cnso1_400.gif
茜色、お願い、これ以上、誰かの未来を壊さないで。
Oh madder red no, I beg you, stop it. Don't ruin anyone-s future anymore.




 
Répondre
#35
J'attend Cloclo pour faire le post de Pablo, désolé de bloqué plein de monde du coup, mais c'est la scène de retrouvaille entre le frère et la soeur, je peux pas la couper ...


http://img11.hostingpics.net/pics/786367Tom2.png
Le petit Tom se réveilla en sursaut dans son lit, la nuit baignait la chambre dans une atmosphère sombre et dangereuse, sans doute les monstres sous son lit dansaient-ils encore, prêts à lui attraper le pied et à le tirer dans les méandres de l'enfer s'il laissait échapper sa jambe d'entre ses draps.
L'enfant pouvait encore sentir leur souffle et leur présence ...
Les doigts fragiles de l'enfant froissèrent des draps humides et chauds à la fois.
- J'ai encore fait pipi ... Pensa-t-il alors, tandis qu'il cherchait vainement l’interrupteur de sa lampe de chevet, ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait ... C'était même de plus en plus fréquent, c'est pour ça que l'école maternelle avait hésité à le prendre en petite section de maternelle l'année dernière ...
Cela dit, d'habitude, il ne se réveillait pas aussi brusquement lorsqu'il se "relâchait" la nuit ... Tandis qu'ici, il avait clairement était arraché à son sommeil ...
La porte de sa chambre se referma, quelqu'un venait de sortir. Sans doute un fantôme ... Un terrible fantôme assoiffé de sang ! La recherche de lumière s'intensifia, où était ce fichu bouton ?!
- Bon sang, si j'allume pas, le fantôme va venir m'attaquer !
Tom paniquait dans son lit sans trouver ce qu'il cherchait !
Il avait mal au ventre ...
Puis ses doigts tremblants frôlèrent un fil électrique, ils glissèrent le long de ce dernier jusqu'à trouver ledit interrupteur ! Enfin ! Il calma sa respiration, ferma les yeux, et alluma la lumière. En retournant les yeux vers son lit, il découvrit le pire spectacle de sa vie ... Pire qu'un simple pipi, le petit Tom se vidait de son sang ... Il souleva les draps lentement alors que des larmes se mettaient à couler tout le long de ses joues, non, c'était impossible, il ne pouvait pas saigner comme ça, papa dit qu'il n'y a que les méchants qui saignent comme ça !
Il toucha son ventre sans réellement croire au spectacle qui s'imposait à lui, Tom souleva son tee-shirt imbibé de sang poisseux, et découvrit, non sans refouler d'énormes sanglots, un trou juste au dessus de son nombril, un trou énorme, par lequel s'échappait son âme et peu à peu, sa vie ...
- Pa...Papa... Gémissait-il dans son lit, appelant à l'aide ...
Son père saurait quoi faire, son père était un héros, pas vrai ? Il pourrait trouver une solution ...
Mais son père ne vînt jamais, comme le père Noël lorsqu'on l'attend, éveillé derrière le canapé guettant le sapin d'un oeil endormi ...
- Papa...S'il te plait...
Les draps virèrent lentement au rouge, ne laissant aucune parcelle du lit intact ... Tom sentait sa vision se troubler, puis quelqu'un entra. Un sauveur ? Un héros ?
Non ... Certainement pas ...
Son corps décolla du matelas, laissant traîner une ligne épaisse et fumante de sang ... Un homme, vêtu de noir et le visage recouvert d'une étrange capuche le portait, sans dire un seul mot, sans pour autant le rassurer, sans ne rien faire d'autre que le soulever et l'emmener ailleurs, appuyant sans le vouloir sur la blessure de l'enfant, désormais trop faible pour se plaindre ...
Sa chambre s'éloignait, et avec elle, son innocence, ses jouets, ses doudous, toute une enfance tombait à l'eau ...
La vision, de plus en plus trouble et de plus en plus incertaine du petit Tom s'éteignait peu à peu en même temps que son porteur le tirait au fin fond du jardin ...
On le déposa, calmement, dans l'herbe, le laissant agoniser là dans son jus poisseux, puis, quelques minutes plus tard, dix peut-être, vingt tout au plus, alors qu'il ne restait que l'ombre d'un petit garçon d'ordinaire joyeux, on le souleva de nouveau, pour le jeter au fond d'un trou béant et noir ...
Le choc contre la terre froide et brute l'acheva enfin, abrégeant ses terribles souffrances.
Tom était mort.
Assassiné.
https://streamingnarratives.files.wordpress.com/2016/06/sense8-nomi.gif?w=723
 
Répondre
#36
HS: j'attend la réponse d'Armel et pour Audrey bah.. jsais pas..

http://img15.hostingpics.net/pics/602837656931Greg.jpg
Greg ouvrit les yeux. Combien de temps avait-il dormi? Etait-il réellement mort? N'était-ce pas un rêve? Sa douce Audrey.. Qu'était-elle devenue d'elle! Il fallait qu'il la retrouve, qu'il voit si elle allait bien!
Il essaya de se remémorer ses derniers instants.
Il était là, sur le canapé avec Audrey, quand un type (Brennan) entra en défonçant la porte, revolver en main, pointé sur eux. Il prit Audrey en otage, elle complètement paniquée. Maintenant, c'était Greg qui était visé. Il cru entendre le type dire "Merci vieux" avant de recevoir une balle en pleine tête.
Greg frissonna à ce souvenir. Audrey était-elle morte? Lui en tout cas, c'était quasi sûr.
Il devait la retrouver! Et s'il se souvient bien, Audrey habitait dans le grand Manoir de la région.
~ We are all mad here ~
 
Répondre
#37
http://img15.hostingpics.net/pics/419528Cassiope.jpg http://img15.hostingpics.net/pics/670676Emilien.jpg


- Notre père est mort quand j'avais 10ans et Emilien 6ans. Notre mère, elle, se ballade quelque part à l'enterrement sans doute.



Cassiopée serre les lèvres sur sa clope. Elle ne regrette pas d'avoir posé la question, ce n'est pas de sa faute si leur père est mort. La jeune femme tire une bouffée avant de lancer un regard noir à Emilien... Celui-ci c'était mit sans trop s'en rendre compte à loucher sur son décolletée. Cassiopée toussote pour faire revenir le garçon à lui. Emilien a un instant de flottement avant de reculer et hausser les épaules en détournant les yeux. 
Autour d'eux, le noir a commencé à envelopper le cimetière... quelques lanternes dispersés dans les allées commencent à s'allumer d'une lumière verte pâle. Des papillons de nuit volent doucement, profitant de l'air frais nocturne qui se met petit à petit à souffler.
Emilien se frotte les épaules, balbutiant un "fait frisquet là.." avant de partir. 
Cassiopée et seule avec Augustin. 
Un silence tout doux commence à s'installer. Normalement, la jeune femme aurait été gêné, pensant que le mec a côté d'elle essaye juste une tentative de drague raté... mais Brennan lui a déjà parlé du coming-out de son cousin alors bon, elle ne s'inquiète pas plus que ça. 
Elle commence même à apprécier ce silence agréable, reposant. C'est donc ça qu'entendent les morts? 
Cassiopée retire ses lunettes teintés qu'elle avait jusque là gardé bien collé sur son nez. Maintenant, ses larmes peuvent apparaître à l'air libre, prendre l'air comme les papillons qui ont commencés à prendre possession du cimetière un peu partout.
Cassiopée prend une grande inspiration. 
Elle n'a même pas envie de parler philosophie, elle n'a même pas envie de sortir une phrase bateau sur la vie et la mort. De quoi a t'elle envie finalement....?
Cassiopée jette sa cigarette par terre et l'écrase avec son talon.


- Emmène moi à Paris. 








Emilien ferme les yeux. Quand on ferme ses yeux, ce n'est jamais vraiment très noir. Il a toujours des ombres de lumières ou des silhouettes. 
Emilien rouvre les yeux. 
En face de lui se tiens Eglantine, sa tante. Elle n'a pas l'air de comprendre très bien pourquoi le jeune homme est venu se poser juste en face d'elle avant de fermer les yeux. Emilien balbutie, 
- Ah ouais euh.. pardon mais j'ai oublié ma veste quelque part dans le coin et euh.. et..
Le garçon déglutit. Peut être qu'il n'aurait pas dû s'adresser à elle pour cette demande.. Surtout que là il insinuait clairement qu'il comptait juste retrouver ses fringues et se tailler. 
- ...vous ne l'auriez pas vu..?
Oh! Tiens! Et si il lui demandait de l'argent à elle aussi tant qu'a faire?! Il n'avait rien réussis à tirer de son frère alors peut être que sa tante elle au moins se montrerait un minimum généreuse..
Ouais euh.. non. Vu comment il vient d'interrompre un moment visiblement émouvant.. c'est même plus la peine d'y penser à cette requête d'argent. A côté d'eux, Brennan et son père..
Ah ah, si Brennan savait qu'Emilien venait tout juste de mater les nibards de sa petite copine, il lui filerait surement une grosse raclée. 






- Emmène moi à Paris. 


Oui, Cassiopée a osé détruire ce silence presque magique. Elle s'en voudrait presque, mais sa demande est importante pour elle. Elle a besoin de voler un peu, de se prouver qu'elle peut sortir de cette tornade dans laquelle elle s'est confortablement installée. 
Comme une réponse envoyée d'une force mystérieuse, Cassiopée lève la tête et aperçoit au ciel une étoile filante. 
La dernière fois qu'elle avait vu une étoile filante c'était... c'était...
Il y a longtemps, c'est tout ce don elle se souvient. 
La jeune femme s'assoit. Etre debout commençait à être épuisant. 
Elle est toute proche d'Augustin à présent. Elle sent presque son léger souffle d'ici. 
Ils se connaissaient bien, autrefois. Elle, était la voisine de la maison de ses cousins. Quand les deux frères venaient pendant les vacances, ils jouaient ensemble. Ca avait quelque chose de si.. naif quand Cassiopée y repense. 
Qu'est-ce qu'il avait grandit.. et maigrit surtout! Blanc et beau comme un prince. Habité en France l'avait grandit, énormément. 
Et elle.. pauvre petite chose.. s'était contenté de voir grandir le monde autour d'elle. Elle était sortit avec plusieurs mecs... sans grande conviction. Maintenant Brennan était dans son coeur. Mais était t'elle dans le coeur de Brennan? Elle se plaisait à y croire, mais seulement à y croire.

 
J'ai rencontré pour de vrai de vrai une modératrice de lacartoonerie.com

http://img11.hostingpics.net/pics/140163tumblr.jpg
 
Répondre
#38
http://img11.hostingpics.net/pics/947031Augustin2.jpg
Augustin ferma les yeux. Profitant du silence. Il les rouvrit seulement quand son frère parla et parti ensuite. Il regarda donc Cassiopée qui semblait mal à l'aise. Elle avait peur que Brennan les voit? Elle n'avait absolument rien à craindre. Il lui sourit.
Mais il trouvait que ce silence était si beau.. Qu'ils se comprenaient pour tout et rien sans se parler. Elle jeta sa cigarette.

- Emmène-moi à Paris.

Augustin perdit son sourire. Quoi? Cette ancienne voisine qu'il venait de redécouvrir après des années d'absence lui demandait de l'emmener? Mais heu.. quoi? Et Brennan?
Il soupira. Elle pouvait comprendre qu'elle voulait partir d'ici après tout. Il adorait Paris. Il avait 26 ans et cela faisait 8 ans qu'il y était et maintenant, sa boutique assez chic commençait à bien fonctionner. Mais Cassiopée, quel était son but?

- Pourquoi?

HS: Tuez pas mon Augustin! Pas tout de suite en tout cas! svp :'(
~ We are all mad here ~
 
Répondre
#39
HS : Genre on va à Paris ? Yeah!
Je répond pas avant demain midi désolé Sad
 
Répondre
#40
HS: heu nan ça c'est pas sûr X) L'histoire se passant à L.A
~ We are all mad here ~
 
Répondre
  


Atteindre :


Recherche: 1 visiteur(s)